La TVA sur les activités équestres, cheval de bataille de La Horde

En augmentant la TVA sur les activités équestres, l’État met en péril toute la filière. Cavaliers amateurs et professionnels du secteur se mobilisent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La TVA sur les activités équestres, cheval de bataille de La Horde

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 novembre 2013
- A +

En augmentant la TVA sur les activités équestres, l’État met en péril toute la filière. Cavaliers amateurs et professionnels du secteur se mobilisent ; Bérengère d’Espeuilles, fondatrice du mouvement de révolte La Horde Française, a répondu à nos questions.

Propos recueillis par Baptiste Créteur.

 

L’État français veut augmenter la TVA sur les activités équestres. Et pas qu’un peu ; en faisant passer la TVA de 7 % à 20 %, il mettrait sur la paille bon nombre de professionnels du secteur et rendrait un loisir populaire1 en France moins accessible.

Les professionnels et amateurs de la filière équestre en France refusent cette hausse et se mobilisent sous diverses formes. Le mouvement La Horde française s’est créé spontanément pour structurer la contestation ; sa fondatrice, Bérengère d’Espeuilles, a répondu à nos questions.

Qu’est-ce que La Horde française ?

La Horde est un mouvement apolitique, qui rassemble professionnels et amateurs des activités équestres autour d’une cause commune : sauver leur secteur. J’ai créé la page, et son succès rapide m’a réellement surprise ; des pages régionales se sont créées pour structurer le mouvement et faciliter les échanges et actions locaux.

Le mouvement a pour unique objectif d’empêcher cette hausse qui provoquerait la faillite d’une grande partie du secteur. Bien qu’ayant parfois une image de « sport de riches », l’équitation est avant tout pratiquée par les classes moyennes. Les professionnels du secteur sont avant tout des passionnés, qui font d’importants sacrifices pour en vivre : ni vacances ni week-ends, une attention de tous les instants pour assurer la santé de leurs chevaux et la sécurité de tous, pour des niveaux de rémunération souvent loin de faire rêver compte tenu du temps et de l’énergie dépensés. On ne fait pas ce métier autrement que par et avec passion.

Pourquoi avoir créé le mouvement ?

Je suis moi-même éleveuse amateur et passionnée de dressage. Je ne parle pas au nom de la FFE (Fédération Française d’Équitation) ni du GHN (Groupement Hippique National), même si ce dernier m’a apporté son soutien quand le mouvement a pris de l’ampleur.

Je ne suis pas un mouton. Face à la situation actuelle, j’ai décidé d’agir ; j’ai créé cette page pour faire connaître les intentions du gouvernement, pour rassembler les cavaliers, éleveurs, moniteurs, et tous les professionnels de la filière derrière cette cause qui me tient à cœur : empêcher l’État de tuer mon secteur, de tuer la passion de centaines de milliers de Français.

Sans oublier que, si des centres ferment, les chevaux devront être vendus, et compte tenu du nombre de chevaux en jeu, ils finiront sans doute à l’abattoir. De façon très concrète et réelle, la hausse de la TVA tuerait le secteur.

Comment la mobilisation se traduit-elle ?

Je consacre, personnellement, une partie significative de mon temps à La Horde ; quand je ne suis pas à cheval, je me bats pour le cheval. Je réponds aux questions, fais le lien entre ceux qui veulent se mobiliser, recense autant que faire se peut les actions menées partout en France sur le site de La Horde Française et la page Facebook du mouvement.

De nombreuses manifestations sont organisées dans toute la France, à travers La Horde ou d’autres canaux ; il n’y a pas d’ego ou de bannière en jeu, et tout le monde est bien conscient que les rivalités et sensibilités politiques s’effacent devant les enjeux de notre mobilisation.

Nous ne lâcherons pas tant que la taxe n’aura pas été retirée. Nous n’avons pas d’agenda caché, pas d’autres revendications ; nous voulons simplement sauver notre secteur.

  1. L’équitation est le 3ème sport français en nombre de licenciés.
Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • L´équitation?? Un truc de riches qui ne votent pas à gauche…Et hop je taxe pour redistribuer l´argent à ceux qui voteront à gauche.

  • La TVA devrait être la même partout sauf pour les produits de 1re nécessité…

    • Je suis d’accord. A quand une TVA de 7% partout ?

      • Quand l’état et nos systémes sociaux diviseront par 3 les sommes qu’ils restituent aux citoyens et aux entreprises via les cadeaux fiscaux, allocations, subventions, remboursements de soins , ecole gratuite, route, securité, des employés de mairie pléthoriques, … etc…
        Et il faudrait encore qu’ils redistribuent le restant avec bien plus d’efficacité qu’aujourd’hui…

    • C’est quoi exactement, un produit de première nécessité?

      La tva devrait être la même partout, bordel! Sans exception!

  • J’exploite une boucherie chevaline, puis-je adhérer ?

  • Vous avez mal compris M. Créteur, le gouvernement a dit qu’il y avait une pause fiscale, vous êtes limite mauvaise foi sur ce coup…

    les 20% c’est par sabot ?

  • La hausse de cette TVA résulte d’une décision judiciaire européenne. 20% de TVA c’est la norme européenne. La France pratiquait une anomalie. Les centres équestres des autres pays européens s’en portent moins bien ?

    • Les autres pays européens n’ont pas le même niveau de prélèvement obligatoire. Et ce n’est pas parce que c’est « Bruxelles » qui le demande que c’est une bonne idée…

    • On peut dire que la norme européenne est très bien respectée :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/TVA_dans_l'Union_européenne

      Avez-vous des chiffres sur la situation des centres équestres des autres pays européens ?

    • Si ils traînent la pâte depuis plus de 10 ans pour l’abandon du monopole de la sécurité sociale, pourtant décidée par Bruxelle, ils peuvent bien traîner la pâte pour ça aussi.

    • La France est le SEUL pays européen dans lequel l’équitation est démocratisée, à savoir qu’ailleurs, il n’y a pas de poneys-clubs, de centre équestre proposant des montures moyennant un budget très raisonnable.
      A l’étranger, si vous voulez monter à cheval, vous devez avoir votre propre monture et en assumer tous les frais. Ces personnes sont donc aisées et peuvent assumer une TVA élevée, ce qui n’est pas le cas en France.
      C’est aussi bête que ça.
      Surtout que lorsque la TVA a été réduite sur les activités équestre, la politique fédérale a été de démocratiser l’équitation au maximum. Face à la croissance de la demande, les structures se sont multipliées et le nombre de naissance de chevaux a nettement augmenté. Comment, du jour au lendemain, peut-on faire marche arrière? Dire au gens de faire disparaître leurs structures et leurs chevaux?

      Quelle filière pourrait absorber une hausse de 13% d’un coup?

  • déjà qu’en sacrifiant le mercredi scolaire les centres d’équitation ont pris un rude coup, là c’est le coup d’estocade
    « après tout on achève bien les chevaux », n’est ce pas ?

  • On sacrifie les chevaux pour nourir les rats…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Agrégée de russe, historienne spécialiste de la Russie, maître de conférences à la Sorbonne : ces titres ne résument pas Françoise Thom. Disciple d’Alain Besançon - référence indépassable de la soviétologie française -, elle n’est pas seulement une intellectuelle reconnue et un auteur prolixe, mais également une combattante.

Très tôt, elle acquiert la conviction que le mensonge russe doit être combattu pied à pied par la culture, le courage et l’intelligence. Sa thèse d’étudiante, La langue de bois, et son deuxième livre, L’école des b... Poursuivre la lecture

https://www.youtube.com/watch?v=w6g054tLxgQ

 

Le chef de l’État a véritablement lancé son nouveau quinquennat en renouant avec l’interview présidentielle du 14 juillet. L’occasion pour lui de dresser la feuille de route de son gouvernement face à des prévisions économiques moroses et dans un contexte international difficile. Emmanuel Macron a tenté de s’extraire de l’attentisme qui lui est reproché depuis sa réélection.

Le président de la République n’entend nullement renoncer à réformer, en dépit d’une majorité rela... Poursuivre la lecture

impôt équitable indemnités de licenciement
2
Sauvegarder cet article

Par Laurence M. Vance. Un article du Mises Institute

Le représentant John Linder (élu républicain de Géorgie) s'est retiré du Congrès et l'animateur de talk-show Neal Boortz est silencieux depuis des années, mais leur plan fiscal ne veut tout simplement pas mourir.

Dans le New York Sun, John W. Childs, homme d'affaires milliardaire et donateur du parti républicain, plaide en faveur du remplacement du système actuel d'impôt sur le revenu par une taxe de vente (sales tax) nationale. Il écrit :

Il existe une meilleure soluti... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles