La TVA sur les activités équestres, cheval de bataille de La Horde

En augmentant la TVA sur les activités équestres, l’État met en péril toute la filière. Cavaliers amateurs et professionnels du secteur se mobilisent.

En augmentant la TVA sur les activités équestres, l’État met en péril toute la filière. Cavaliers amateurs et professionnels du secteur se mobilisent ; Bérengère d’Espeuilles, fondatrice du mouvement de révolte La Horde Française, a répondu à nos questions.

Propos recueillis par Baptiste Créteur.

Manifestation contre l' "équitaxe" en Île-de-France, le 11 novembre.
Manifestation contre l’ « équitaxe » en Île-de-France, le 11 novembre.

 

L’État français veut augmenter la TVA sur les activités équestres. Et pas qu’un peu ; en faisant passer la TVA de 7% à 20%, il mettrait sur la paille bon nombre de professionnels du secteur et rendrait un loisir populaire1 en France moins accessible.

Les professionnels et amateurs de la filière équestre en France refusent cette hausse et se mobilisent sous diverses formes. Le mouvement « La Horde Française » s’est créé spontanément pour structurer la contestation ; sa fondatrice, Bérengère d’Espeuilles, a répondu à nos questions.

Qu’est-ce que La Horde Française ?

La Horde est un mouvement apolitique, qui rassemble professionnels et amateurs des activités équestres autour d’une cause commune : sauver leur secteur. J’ai créé la page, et son succès rapide m’a réellement surprise ; des pages régionales se sont créées pour structurer le mouvement et faciliter les échanges et actions locaux.

Le mouvement a pour unique objectif d’empêcher cette hausse qui provoquerait la faillite d’une grande partie du secteur. Bien qu’ayant parfois une image de « sport de riches », l’équitation est avant tout pratiquée par les classes moyennes. Les professionnels du secteur sont avant tout des passionnés, qui font d’importants sacrifices pour en vivre : ni vacances ni week-ends, une attention de tous les instants pour assurer la santé de leurs chevaux et la sécurité de tous, pour des niveaux de rémunération souvent loin de faire rêver compte tenu du temps et de l’énergie dépensés. On ne fait pas ce métier autrement que par et avec passion.

Pourquoi avoir créé le mouvement ?

Je suis moi-même éleveuse amateur et passionnée de dressage. Je ne parle pas au nom de la FFE (Fédération Française d’Équitation) ni du GHN (Groupement Hippique National), même si ce dernier m’a apporté son soutien quand le mouvement a pris de l’ampleur.

Je ne suis pas un mouton. Face à la situation actuelle, j’ai décidé d’agir ; j’ai créé cette page pour faire connaître les intentions du gouvernement, pour rassembler les cavaliers, éleveurs, moniteurs, et tous les professionnels de la filière derrière cette cause qui me tient à cœur : empêcher l’État de tuer mon secteur, de tuer la passion de centaines de milliers de Français.

Sans oublier que, si des centres ferment, les chevaux devront être vendus, et compte tenu du nombre de chevaux en jeu, ils finiront sans doute à l’abattoir. De façon très concrète et réelle, la hausse de la TVA tuerait le secteur.

Comment la mobilisation se traduit-elle ?

Je consacre, personnellement, une partie significative de mon temps à La Horde ; quand je ne suis pas à cheval, je me bats pour le cheval. Je réponds aux questions, fais le lien entre ceux qui veulent se mobiliser, recense autant que faire se peut les actions menées partout en France sur le site de La Horde Française et la page Facebook du mouvement.

De nombreuses manifestations sont organisées dans toute la France, à travers La Horde ou d’autres canaux ; il n’y a pas d’ego ou de bannière en jeu, et tout le monde est bien conscient que les rivalités et sensibilités politiques s’effacent devant les enjeux de notre mobilisation.

Nous ne lâcherons pas tant que la taxe n’aura pas été retirée. Nous n’avons pas d’agenda caché, pas d’autres revendications ; nous voulons simplement sauver notre secteur.

  1. L’équitation est le 3ème sport français en nombre de licenciés.