Frigide Barjot expulsée de son logement social : analyse

L’expulsion de Frigide Barjot de son logement social du Champ de Mars souligne les graves défauts du logement social en France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Frigide Barjot expulsée de son logement social : analyse

Publié le 3 novembre 2013
- A +

Par le Parisien Libéral.

Frigide Barjot expulsée de son duplex du Champ-de-Mars, loué 2 800 €/mois pour 173m² ?

Triste affaire. Cela montre à quel point on se trompe quand on pense que les pouvoirs publics peuvent exercer une neutralité bienveillante. On n’a rien sans rien, et il n’y a rien de gratuit. C’est donc une très bonne nouvelle, que Frigide Barjot soit virée, n’en déplaise aux copines de Frigide Barjot qui la défendent.

C’est un scandale, non pas que de tels appartements se louent, mais que de penser qu’un appartement puisse se louer à un prix autre que son prix de marché. Pendant des années, la Régie Immobilière de la Ville de Paris (RIVP) – et à travers elle nous autres contribuables – a perdu des milliers d’euros par mois en louant en dessous de son prix son appartement à Mme Barjot.

De plus, on voit clairement que le système HLM est un scandale dans un pays soi-disant fan d’égalité : l’argent que Frigide Barjot n’a pas mis à se ruiner en loyer parisien normal, elle l’aurait investi tranquillement dans des logements à Trouville, à Port Grimaud et dans le Xème.

Notez, chacun à sa place aurait fait pareil, et on aurait tort de se priver de tels bons plans.

C’est pourquoi il est temps d’en finir avec des aberrations pareilles, et de privatiser les HLM, en les vendant soit à leurs occupants s’ils peuvent trouver un crédit bancaire, soit sur le marché. Dans une ville comme Paris, il y aura toujours un acheteur, puisque la ville gagne des habitants depuis 10 ans.

Et, direz-vous, les vrais pauvres, ceux qui ont besoin de se loger mais qui n’ont pas les moyens ? Eh bien, plusieurs réponses possibles.

La première, démagogique, celle de Ian Brossat et de Anne Hidalgo : 30% de HLM. Pourquoi 30% au fait, et pas 100% ? Qui ne voudrait pas payer moins cher son loyer, après tout ? Voire gratuit, c’est mieux. Si on en croit le site salairemoyen.com, le ménage parisien moyen gagne 2800 € par mois. Comme la règle, c’est pas plus du tiers de son revenu en loyer ou crédit, cela veut dire que le ménage parisien moyen ne peut pas louer plus de 945 euros par mois, soit un peu plus de 30m² à 30 €/m². Autrement dit, une grande partie des Parisiens a effectivement légitimement de quoi vouloir demander une aide au logement.

La deuxième, réaliste : dire aux gens d’habiter là où ils trouvent, en fonction de leurs moyens, plus ou moins proche de Paris en utilisant leur voiture ou les transports en commun.

Quand donc les politiciens comprendront-ils que l’existence même du système des HLM, outre le coût pour le contribuable, est une insulte crachée à la figure de ceux qui paient 900 euros pour 30m² ou ceux qui font 2 heures de RER matin et soir pour aller travailler ?

Lire aussi :


Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Elle a raison la Hidalgo de vouloir 30% d’HLM ! sinon, comment elle va caser les copains, les républicocain?

  • Un exemple pour dénoncer tout le système n’est jamais preuve d’ouverture. Les HLM c’est la mixité sociale, elle permet de brasser différent types de famille et non de cloisonner en castes ploutocratiques. La conclusion pourrait poser l’aigreur du voisin qui, en apparence, profite.

    • Maintenant, Gerard, il faut nous expliquer en quoi la mixité sociale est une bonne chose, à quoi elle sert et pourquoi elle est à sens unique? A ce compte, on pourrait envisager d’obliger des ménages aisés à aller s’installer dans des barres du 93. Allons plus loin, l’Etat pourrait organiser une tombola chaque année où l’on tirerait au sort son logement en fonction de la zone géographique de son travail ou de son agence pole emploi…

    • en province, je ne suis pas sur que les HLM soient la mixité sociale. autour de chez moi, dans les  » hasche elle aime  » , il n’y a pluque les cas sociaux, les vieux avec une petite retraite ( vraiment pas de chance ) les ivrognes, les zivas ….

      • Le système HLM, comme la Sécu, comme… ma foi tout le reste… n’a qu’une seule fonction : créer des circuits complexes qui deviennent autant de bons fromages, des rentes, des sinécures pour des clientèles, et les copains.

        Voilà pourquoi, rien ne changera.

        Gôche et pseudo « droite » (souvenons-nous de Chirac à la Mairie de Paris)… vivent de ce système.

        C’est à la foi leur raison d’être et l’instrument de leur pouvoir.

        Seule la mise en faillite de l’ensemble (pas seulement une partie) permettra d’en sortir, et de retrouver nos libertés.

    • La mixité sociale, c’est la chambre de bonne d’un immeuble haussmannien, dans une inégalité bien admise.
      Les HLM auraient plutôt l’effet inverse.

    • Mixité sociale ? À Paris, les riches peuvent acheter et les pauvres se faire loger en HLM.
      Les classes moyennes ? Trop pauvres mais trop riches.

      Mixité sociale: Quel meilleure illustration du constructivisme qui prend les gens pour du bétail ?
      Si les bobos de gauche veulent de la mixité sociale, qu’ils aillent s’installer à Saint-Denis.
      Et bonne chance pour leur intégration.

      Les HLM illustrent le rejet du marché par la gauche, et sa préférence pour la planification centralisée.
      C’est du pur fanatisme, totalement inaccessible aux faits et à la raison.

      Pas de HLM, et libre discrimination: Un État laïc n’est ni une oeuvre caritative, ni un magistère moral.
      Assez de constuctivisme: Le progrès procède de la liberté, il n’est jamais obtenu par la contrainte.

  • Petite question d’un gars qui vit bien loin de Paris : un appartement « social » de 173 m2 , ça ne chipote personne ?!

    • Si moi, j’ai rien conte Madame Barjot loin de là mais force est de constater qu’elle a bien profité. Oser s’attaquer de la sorte au gouvernement alors qu’on profite autant de ses largesses, elle a osé, elle va payé.

      • En son temps, Chevènement dégueulait tant qu’il pouvait contre le gouvernement auquel il avait appartenu. Il n’a jamais eu d’ennui sur son logement HLM aux frais des autres.

        Frigide barjot eût été dans le bon camp, elle pourrait profiter de son logement pendant un bon moment.

  • La LOI rien que la LOI pour tous……………

  • tout faut:
    c’est l’etat qui asseche les emplois, et c’est encore l’etat, qui fait exploser le cout de la construction en imposant des normes idiotes et en réglementant le foncier de telle sorte qu’il y ai pénurie de terrain à construire comme si on était dans le delta d’un fleuve asiatique !!

  • Vibrant plaidoyer pour la planification centralisée, forcément supérieure au marché.
    Sauf qu’en pratique, il semble y avoir des problèmes…
    Les fonctionnaires dévoués et bienveillants ne font jamais mieux que les propriétaires méchants et cupides.
    Il doit y avoir un complot …

    À moins que le planification centralisée ne fonctionne pas ?
    Mais non, voyons, cela se saurait…
    http://www.dailymotion.com/…/xcm8jx_benard-crise-2DD9uuUdapQsBROY5fwOoQ&sig2=F4VeNrOYrgOw-bkjFsSgYg&bvm=bv.55819444,d.cWc

  • Le truc rigolo, c’est que si les « pauvres » (donc la main d’oeuvre industrielle, en général) sont tous à un endroit donné, sauf à ce que ça soit hyper cher (mais ça serait contradictoire), les entreprises ont tout intérêt à positionner leurs usines pas loin…
    D’ailleurs c’est un peu le problème du « HLM dans le 7ème arrondissement ». Si on y met un couple d’ouvriers de la métalurgie, c’est rigolo 5 minutes mais il auront tous les jours des heurs de transport pour aller bosser. Dans le même temps cela empêche une bonne partie des jeunes cadres d’avoir des logements à Paris intra-muros puisque le stock disponible utilisé en HLM (et les règle d’urbanisme empêchant la constructions de tours ou autres) contribue à la hausse des prix du reste… Donc eux iront habiter en banlieue (peut-être pas loin de l’usine employant nos ouvriers) et se taperont de la voiture/moto ou autre pour aller bosser dans le centre de Paris, pas loin, probablement, de là où on a logé aux frais de contribuables, nos ouvriers…

    Non décidément, le système du HLM généralisé est une bêtise sans nom camouflée dans du bon sentiment dégoulinant. Laissons le marché faire et les gens prendre librement leurs décisions et les assumer… Ça marchera bien mieux. Mais il y aura moins de pouvoir à se répartir entre parasites et moins de sinécures grassement payés pour le clients des politiciens. Et pour ça, non, ça n’est pas prêt de changer !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de l'IREF-Europe

Le manque de logements est accusé de favoriser l’augmentation des loyers, de réduire la mobilité des actifs et d’empêcher l’éradication des logements insalubres. À dire vrai, les besoins de nouveaux logements sont incertains. Un chiffre annuel de 500 000 est régulièrement évoqué, mais jamais atteint. Il est vrai que malgré la baisse de la natalité, le besoin de résidences principales continue d’augmenter du fait notamment de la séparation des ménages, de la mise en couple tardive, du vieillissement, de l’imm... Poursuivre la lecture

Par Vincent Bénard.

Lors du congrès national HLM qui s’est tenu la semaine dernière à Bordeaux, le Premier ministre Jean Castex a, comme tous ses prédécesseurs, fait le constat d’une crise du logement liée à l’envolée des prix de l'immobilier dans les grandes métropoles, et sans la moindre originalité, a promis de saupoudrer quelques millions d’argent-dette pour aider les communes à relancer la construction sociale. Il s’est en outre engagé à faire respecter avec fermeté la loi SRU, qui impose désormais 25 % de logements sociaux par ai... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Logement social : l'Etat se substituera aux maires en cas de manquement, selon @EmmWargon invitée de #RTLMatin avec @VenturaAlba pic.twitter.com/KECV44mEoX

— RTL France (@RTLFrance) December 7, 2020

Dans une tribune donnée au Journal du Dimanche, la ministre du Logement Emmanuelle Wargon a affirmé sa volonté de conduire une « politique ambitieuse » en matière de logement pour relancer la « mixité sociale » sur tout le territoire. Selon madame Wargon, les bases d’un « nouveau ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles