Français, à vos fourches !

imgscan contrepoints 2013-2040 révolte Bretagne

La révolte fiscale gronde en France. Que se passera-t-il lorsque l’État au pied du mur tentera de prendre encore plus ?

Par Stéphane Montabert, depuis Renens, Suisse.

imgscan contrepoints 2013-2040 révolte BretagneEn France, l’heure est à la révolte. Le gouvernement, à court de ressources, cherche par tous les moyens à récolter davantage d’argent sur le dos de Français qui n’en peuvent plus. Et qui le font savoir. Tondus, moutons, pigeons, enragés, libérés de la Sécu, autant de mouvements protestataires nés des délires fiscaux et de l’avidité des étatistes au pouvoir.

Deux épisodes récents sortent pourtant du lot : la taxation rétroactive des PEA, PEL et assurances vie, et la révolte bretonne contre l’écotaxe.

Sur le papier, la première avait tout d’une opération de spoliation comme l’État français sait rondement les mener : un geste technique voté à la va-vite, une situation de fait accompli et une retenue sur des intérêts qui aurait malgré tout laissé une partie de son pécule à l’épargnant, donc pas de quoi se plaindre n’est-ce pas ? La formule devait rapporter 600 millions d’euros aux comptes de la Sécurité sociale en 2014. Depuis que le gouvernement a revu sa copie, les bénéfices escomptés pourraient être réduits de deux tiers, à supposer que le projet révisé ne soit pas entièrement rejeté par le Conseil constitutionnel.

À l’arrivée, un improbable feuilleton comme le résume Thibault Doidy de Kerguelen sur Contrepoints. Mais pourquoi le gouvernement a-t-il fait partiellement marche arrière ? La rétroactivité tant décriée n’est certainement pas en cause, puisqu’elle était un point central de la réforme fiscale, volontaire et assumée.

Selon moi, certains élus ont fait machine arrière lorsqu’ils ont réalisé qu’il y avait douze millions de PEL en France. Douze millions de petits épargnants, absolument pas riches, et pour longtemps dégoûtés des projets d’imposition socialistes. Le mal est probablement fait mais l’État français ne peut plus, ou n’ose plus, s’aliéner un si grand nombre de personnes.

Venons-en au deuxième épisode, l’écotaxe et les portiques bretons promptement « démontés » les uns après les autres. Le recul est à la fois plus récent et plus spectaculaire puisque lié à une authentique révolte, une bonne vieille jacquerie paysanne. La référence au bonnet rouge est tout sauf anodine. Certes, l’État a réussi à maintenir un dernier portique en le faisant défendre par les CRS mais malgré la victoire tactique la guerre est perdue. L’idée d’une taxation automatique des poids-lourds a vécu face à la mobilisation bretonne.

Là encore, l’État a reculé, bien qu’ayant engagé des frais importants. Il n’y a rien de surprenant à voir les politiciens renoncer face à la violence de la rue – on sait avec quelle facilité ils se plient aux revendications syndicales ou anti-OGM formulées dans le même langage – mais la nouveauté est ici de voir le gouvernement contesté sur une réforme où son intérêt financier est immédiat. Il s’est effrayé de l’intensité de la rébellion.

Sur ces deux épisodes, sur des questions fiscales, l’État a reculé, au moins temporairement. Nous sommes donc devant un nouveau paradigme. La légitimité fondamentale de l’impôt est remise en question, et à travers elle celle de l’État et de ses élus.

La courbe de Laffer vient de s’agrémenter d’une troisième dimension, la violence. Sous forme de menace ou de façon concrète. Voir l’autorité renoncer à des recettes fiscales face à des protestations musclées ouvre un champ de possibilités entièrement nouveau.

À travers l’amateurisme politique du gouvernement filtre un message dangereux pour la république : « si vous êtes trop menaçants ou trop nombreux, nous ferons machine arrière ». Dangereux, parce qu’il est entendu et sera appliqué à la lettre, d’autant plus facilement que l’État n’a plus guère les moyens de juguler les révoltes.

Hollande et son équipe chercheront probablement de son côté à diviser pour mieux régner : pas trop de mécontents à la fois, pas de cibles trop susceptibles de s’assembler sur le terrain. Un vrai numéro de funambule. Quant à réduire leur train de vie, n’y pensons même pas, bien que 96% des Français privilégient la baisse des dépenses dans le cadre des efforts pour la réduction des déficits publics. La quantité de mécontents possibles va augmenter dans des proportions ahurissantes…

Que se passera-t-il lorsque la France au pied du mur devra envisager une mesure globale et brutale comme une taxation de tous les comptes bancaires à la chypriote ?


Sur le web.