De nouvelles taxes pour aider… les bureaucrates internationaux

L’aide internationale, contrairement au commerce et à la libre entreprise, a un impact limité sur la lutte contre la pauvreté. Pourtant, les bureaucraties internationales s’évertuent encore à créer de nouvelles taxes pour l’aide au développement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

De nouvelles taxes pour aider… les bureaucrates internationaux

Publié le 25 octobre 2013
- A +

Innovative Financing

Le populaire chanteur du groupe U2, Bono, s’est récemment dit conscient que l’aide internationale, contrairement au commerce et à la libre entreprise, a un impact limité sur la lutte contre la pauvreté. Pourtant, les bureaucraties internationales s’évertuent encore à créer de nouvelles taxes pour l’aide au développement. En 2000, le Programme des Nations unies pour le développement commençait à parler de financements innovants pour le développement (FID), un ensemble complexe de projets de dépenses et d’organisations disparates financés par de nouvelles taxes.

Dans une étude présentée par l’Institut économique de Montréal (IEDM), les économistes Youri Chassin et Pierre Lemieux sont sans équivoque : « Les taxes FID combinent presque tous les défauts qu’une taxe peut comporter, tant sur le plan politique qu’économique ».

« Les institutions qui militent pour de nouvelles taxes visent simplement l’obtention d’une nouvelle source de revenus pour elles-mêmes. On ne devrait pas s’étonner que les organisations ayant reçu du financement FID aient par la suite augmenté leurs coûts d’opération », déclare M. Chassin. Par exemple, l’Alliance GAVI pour les vaccins et l’immunisation a plus que doublé son nombre d’employés, qui bénéficient maintenant d’une rémunération moyenne de 199 000 $US par année.

La pointe de l’iceberg

Le Canada et les États-Unis ont jusqu’ici résisté à cette tendance, mais les citoyens d’autres pays ne sont pas aussi chanceux. Une taxe sur les billets d’avion variant de 1 $US à 40 $US par billet est actuellement perçue en France – la « taxe Chirac » – et dans quelques autres pays. En Allemagne, une taxe FID de 15% est appliquée sur les permis d’émission de CO2 afin de financer des projets reliés aux changements climatiques dans les pays en développement.

Chacune de ces taxes génère environ 200 millions $US par année. D’autres taxes FID de « solidarité » sont discutées, comme des taxes sur les transactions financières, sur le carbone et sur le tabac.

Un sérieux manque de transparence et une perte nette

« Ces taxes FID, actuelles et futures, sont inquiétantes parce qu’elles sont cachées et compliquées. Les contribuables ignorent qu’ils les payent. Ils savent encore moins ce que ces taxes financent. Même les gouvernements qui les adoptent n’en sont pas certains », poursuit M. Chassin.

Par exemple, l’OMS et l’UNICEF, qui bénéficient de l’argent provenant de la taxe française sur le billet d’avion, ont refusé au vérificateur du gouvernement français l’accès à leurs audits internes. Le vérificateur français, n’étant pas en mesure d’effectuer une vérification complète, a soulevé des questions au sujet du manque de transparence des organisations internationales.

« Même si vous croyez en l’utilité de l’aide au développement, les taxes FID sont une façon inefficace d’y contribuer car les gains modestes générés dans les pays en développement n’excèdent pas les coûts des mesures. Cette situation entraîne une perte nette », explique M. Chassin. La conclusion des auteurs repose sur une analyse approfondie des taxes FID d’après les critères d’une « bonne » taxe selon l’économiste Joseph Stiglitz, lauréat du Prix Nobel d’économie.


L’étude intitulée L’inefficacité des nouvelles taxes internationales pour le développement a été préparée par Youri Chassin en collaboration avec Pierre Lemieux, respectivement économiste et senior fellow à l’Institut économique de Montréal. Cette publication est disponible sur le site de l’Institut économique de Montréal.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En règle générale, on peut connaitre l’idée globale d’une loi aux États-Unis à son titre.

Dans la (quasi) totalité des cas, il indique ce que la loi ne fera pas. Le Patriot Act, par exemple, était tout sauf patriotique, il a augmenté la main de fer de Big Brother comme jamais auparavant et a normalisé le harcèlement sexuel (et le voyeurisme) pour prendre l’avion.

Idem avec la loi récemment adoptée pour « combattre » l’inflation. Votre main à couper qu’elle fera tout sauf ça – même ses défenseurs sont incapables de défendre ce po... Poursuivre la lecture

La redistribution des ressources ou des revenus est généralement considérée comme l’une des activités essentielles de l’État et on prétend même souvent que l’existence d’un État est justifiée précisément par sa capacité à établir une égalisation des ressources ou des revenus entre les individus ou entre les familles. Très récemment, il a été suggéré que l’État français intervienne pour que les revenus de certaines personnes deviennent égaux à ceux d’autrui.

 

Si l’égalité entre les personnes (ou les familles, ou les membres... Poursuivre la lecture

Cette fois-ci, c’est vraiment parti : avant-hier, j’ai reçu le premier tract électoral de la présidentielle 2022 dans ma boîte aux lettres ! C’était un petit mot de notre insoumis national Jean-Luc Mélenchon. Enfin, insoumis… À la façon particulière des politiciens incrustés depuis toujours dans le système. Il fut quand même vingt ans sénateur, ministre de Lionel Jospin (PS), député européen pendant huit ans, et il est actuellement député français depuis 2017. Mais bref. J’avais cinq minutes, j’ai lu.

Et puis il ne faudrait pas oublier... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles