De nouvelles taxes pour aider… les bureaucrates internationaux

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

De nouvelles taxes pour aider… les bureaucrates internationaux

Publié le 25 octobre 2013
- A +

Innovative Financing

Le populaire chanteur du groupe U2, Bono, s’est récemment dit conscient que l’aide internationale, contrairement au commerce et à la libre entreprise, a un impact limité sur la lutte contre la pauvreté. Pourtant, les bureaucraties internationales s’évertuent encore à créer de nouvelles taxes pour l’aide au développement. En 2000, le Programme des Nations unies pour le développement commençait à parler de financements innovants pour le développement (FID), un ensemble complexe de projets de dépenses et d’organisations disparates financés par de nouvelles taxes.

Dans une étude présentée par l’Institut économique de Montréal (IEDM), les économistes Youri Chassin et Pierre Lemieux sont sans équivoque : « Les taxes FID combinent presque tous les défauts qu’une taxe peut comporter, tant sur le plan politique qu’économique ».

« Les institutions qui militent pour de nouvelles taxes visent simplement l’obtention d’une nouvelle source de revenus pour elles-mêmes. On ne devrait pas s’étonner que les organisations ayant reçu du financement FID aient par la suite augmenté leurs coûts d’opération », déclare M. Chassin. Par exemple, l’Alliance GAVI pour les vaccins et l’immunisation a plus que doublé son nombre d’employés, qui bénéficient maintenant d’une rémunération moyenne de 199 000 $US par année.

La pointe de l’iceberg

Le Canada et les États-Unis ont jusqu’ici résisté à cette tendance, mais les citoyens d’autres pays ne sont pas aussi chanceux. Une taxe sur les billets d’avion variant de 1 $US à 40 $US par billet est actuellement perçue en France – la « taxe Chirac » – et dans quelques autres pays. En Allemagne, une taxe FID de 15% est appliquée sur les permis d’émission de CO2 afin de financer des projets reliés aux changements climatiques dans les pays en développement.

Chacune de ces taxes génère environ 200 millions $US par année. D’autres taxes FID de « solidarité » sont discutées, comme des taxes sur les transactions financières, sur le carbone et sur le tabac.

Un sérieux manque de transparence et une perte nette

« Ces taxes FID, actuelles et futures, sont inquiétantes parce qu’elles sont cachées et compliquées. Les contribuables ignorent qu’ils les payent. Ils savent encore moins ce que ces taxes financent. Même les gouvernements qui les adoptent n’en sont pas certains », poursuit M. Chassin.

Par exemple, l’OMS et l’UNICEF, qui bénéficient de l’argent provenant de la taxe française sur le billet d’avion, ont refusé au vérificateur du gouvernement français l’accès à leurs audits internes. Le vérificateur français, n’étant pas en mesure d’effectuer une vérification complète, a soulevé des questions au sujet du manque de transparence des organisations internationales.

« Même si vous croyez en l’utilité de l’aide au développement, les taxes FID sont une façon inefficace d’y contribuer car les gains modestes générés dans les pays en développement n’excèdent pas les coûts des mesures. Cette situation entraîne une perte nette », explique M. Chassin. La conclusion des auteurs repose sur une analyse approfondie des taxes FID d’après les critères d’une « bonne » taxe selon l’économiste Joseph Stiglitz, lauréat du Prix Nobel d’économie.


L’étude intitulée L’inefficacité des nouvelles taxes internationales pour le développement a été préparée par Youri Chassin en collaboration avec Pierre Lemieux, respectivement économiste et senior fellow à l’Institut économique de Montréal. Cette publication est disponible sur le site de l’Institut économique de Montréal.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après Miss France, Mister France ! Logique. On est pour l’égalité homme femme ou on ne l’est pas. En 2017, Emmanuel Macron avait remporté le titre haut la main. Depuis l’Élysée qu’il occupait depuis peu, il avait brillamment dominé de toute la hauteur de sa pensée complexe le féroce entretien de culture générale que lui avait infligé un Laurent Delahousse plus irrévérencieux que jamais. Cette année, un candidat s’impose à l’évidence dans la compétition. Je veux bien sûr parler de notre fabuleux ministre de l’Économie Bruno Le Maire !

J... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Michel Gay.

En vue de la primaire écologiste dont le premier tour aura lieu du 16 au 19 septembre 2021 et le second du 25 au 28 septembre, Éric Piolle, maire EELV de Grenoble, a dévoilé son mirifique programme vert le 17 août 2021.

Mesures coercitives et interdictions

L’écologiste Éric Piolle promet une trentaine de mesures coercitives toujours plus liberticides pour « atteindre une neutralité climatique dès 2045 », soit 5 ans plus tôt que les préconisations officielles du gouvernement, elles-mêmes en avance de près de 50 an... Poursuivre la lecture

Par François Facchini. Un article de l'Iref-Europe

Les Français constatent avec amertume que l’argent qu’on leur retient est gaspillé : des dépenses publiques trop lourdes, des bureaucrates trop nombreux et bien payés. À mon sens il ne reste à ces Français que deux petits pas à faire : trop d’impôts c’est trop d’État. Et les cadeaux de l’État se payent cher.

L’ouvrage de François Facchini nous permet de convaincre notre entourage mais aussi le grand public de ce que les dépenses publiques sont un mal fr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles