Fiscalités, taxes, ponctions, prélèvements, impôts : les cinq non-solutions de François Hollande

La France ne va pas bien ? Rassurez-vous, François Hollande a la solution : des taxes, des ponctions, des prélèvements, des impôts et une bonne fiscalité qui soigne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fiscalités, taxes, ponctions, prélèvements, impôts : les cinq non-solutions de François Hollande

Publié le 24 octobre 2013
- A +

Ah, douceur de vivre et miracle de la vie politique française ! Chaque jour qui passe est la démonstration cuisante de l’échec des politiques interventionnistes. Et pourtant, obstinés, nos politiciens remettent inlassablement le couvert. Ils sont rigolos. Coûteux, mais rigolos.

Je tombe ainsi sur un article décrivant par le menu les cinq « solutions » qui s’offrent actuellement à François Hollande pour sortir du brouillard.

(On appréciera au passage l’emploi du terme « brouillard » pour décrire la soupe épaisse dans laquelle notre président semble faire un crawl malaisé, encombré de ses petits brassards Mickey pendant que les membres du gouvernement, en apnée, tentent désespérément de faire croire qu’ils ont pied.)

Devant les difficultés du benêt rondouillard, les solutions proposées s’étalent gentiment du n’importe quoi tranquille au ridicule rutilant. Ainsi, le président pourra-t-il choisir de « prendre un virage à gauche », ce qui dans un pays gravement socialiste, promet quelques bons moments de rigolade. Amusant : l’auteur de l’article – lucide ou prudent ? – convient lui-même que ça n’a à peu près aucune chance de réussite. Mais rassurez-vous, la seconde solution, qui consiste à virer à droite, est tout aussi irréaliste et vouée au même échec. La solution trois (l’autoritarisme), dont le taux de réussite est jugé « insignifiant », est à mourir de rire : imaginer ce pauvre François, qui a déjà du mal à avoir de l’autorité avec sa propre brosse-à-dents, déployer de l’autoritarisme, c’est assurément miser sur un cheval qui n’est même pas en course.

Les deux dernières solutions sont symptomatiques de ce que le pays peut produire de plus finaud : dissoudre l’assemblée ou garder le cap. Si l’auteur estime à raison que la dissolution n’amènerait rien de bon (au mieux, une cohabitation paralysante, au pire un gloubiboulga mou d’alliances hétéroclites et fragiles), il estime pudiquement que garder le cap aurait un taux de réussite inconnu.

Ah bon ? Continuer sur la trajectoire actuelle aurait donc un taux de réussite inconnu, c’est-à-dire pas clairement nul ?

C’est surprenant. Et d’autant plus que la trajectoire actuelle est connue, et que ses résultats, catastrophiques, continuent de s’empiler gentiment. On peut prendre l’exemple de ce brave Michel Sapin, cheville ouvrière de la bidouille statistique gouvernementale, qui nous annonce que les centaines de millions engloutis en créations d’emplois-bidons pardon d’emplois-d’avenir ont été dépensés en pure perte, mais que ce n’est pas grave, on va continuer sur la lancée. Ce serait dommage de gâcher un si bel élan et de ne pas claquer tout ce qui reste, même si on sait que cela ne produira rien de bon.

parabole de l'aspirine (c) Maître Du Monde

Reste tout de même que le triste pitre nous apprend, gêné, que la mesure phare du président, probablement décidée entre deux portes capitonnées d’un confortable bureau républicain, ne rend pas les résultats attendus. Oh. Zut alors.

Pour mémoire, il s’agit de ces « contrats de génération » qui couplent l’emploi d’un jeune avec l’emploi d’un sénior et qui permettent, sur le papier, le transfert de connaissances du second vers le premier. Hélas. Comme toute mesure arbitraire socialiste, elle ne modifie qu’à la marge le comportement des acteurs individuels (entreprises, salariés jeunes ou vieux) et ne résout donc en rien le problème du chômage de masse, problème d’ailleurs à l’évidence aggravé par les gesticulations pitoyables de l’équipe en place lorsqu’avec cette constance qui ferait l’admiration d’autistes et d’obsessionnels compulsifs incurables, elle choisit de continuer à créer vigoureusement de l’emploi public pour compenser les pertes d’emplois privés.

Cet acharnement consciencieux dans le débile à haute concentration de moraline socialiste est si méticuleux, si proprement préparé qu’on peut parler ici de pathologie.

sapin a des tendances

Pendant ce temps, on a trouvé une méthode originale pour assouplir un peu la situation : de nouveaux prélèvements. Quand je vous disais qu’ils étaient rigolos, vous voyez, je ne vous mentais pas : ils sont effectivement rigolos !

Cette idée originale est inespérée pour renouveler la panoplie pourtant fournie de trouvailles fiscales du gouvernement. Et puis, on sait déjà qu’elle portera ses fruits et que les résultats seront excellents, probablement même avec un rendement supérieur à celui qui était prévu, d’une part parce que Laffer, on s’en fiche, et d’autre part parce que la situation en France ne cesse de s’améliorer.

Comment, en effet, ne pas croire que les Français souscriront dans l’esprit à ce grand élan de « justice sociale » qui consiste à faire payer des impôts et des taxes sur de l’épargne et sur des intérêts passés ? Comment ne pas trouver une sorte de justice sociale poétique à ce que les salauds des classes riches payent rétroactivement sur des revenus vieux de plus de dix ans ? (Pour rappel, est maintenant riche en France tout individu qui termine le mois avec un compte en banque strictement positif – bienvenue chez les riches !). Et puis le gentil prétexte socialiste affublé du maroquin du Budget (ou de ce que, en France, on appelle un budget), Bernard Cazeneuve a déclaré :

« Si nous prenons ces mesures-là, ce n’est pas par appétence particulière pour l’impôt, mais parce que nous sommes confrontés à des déficits sociaux qui ont pris une dimension abyssale. »

Et ces déficits abyssaux ne se sont pas constitués sur les politiques consternantes qu’ont prodiguées lui et ses amis tous bords confondus sur les dizaines d’années précédentes. Non, non. Ce sont les méchants épargnants qui n’ont pas donné assez et qu’on va donc punir de façon juste et sociale, et tout ira mieux ensuite. Car enfin, comment imaginer que cette augmentation de la taxation des PEA pourrait avoir des effets de bords ? Pfruit, allons, ne nous faites pas rire ! Il m’apparaît limpide que tout ceci a obligatoirement été pensé pour que tout se passe comme prévu. Les cylindres rentreront dans les cubes avec la grâce et la rapidité qui s’impose lorsqu’on a un très très gros maillet pour ajuster les pièces, et puis c’est tout.

Certains pensent que nous sommes gouvernés par des incompétents. C’est probablement vrai : il n’est qu’à écouter le ministre en carton de l’économie, un certain Pierre Moscovici, se faire démonter par Nicolas Doze, chroniqueur de BFM TV alors invité par Ardisson sur Canal+, pour comprendre que les clowns au pouvoir ne sont pas arrivés là où ils sont pour la grande compétence des domaines qu’ils prétendent gérer, mais bien par leur entregent politique, leur capacité à manipuler, à embobiner, bref, à cultiver cette perversion si spéciale qui fait d’eux des monstres socialement acceptables mais économiquement destructeurs.

moscovici croissance faillites

Certains autres pensent que ce sont des cyniques qui nous dirigent. C’est possible, après tout ; ils ne joueraient qu’un rôle, sauraient pertinemment que nous allons au mur mais, tous calculs faits, sauraient aussi s’en protéger à titre personnel. Nous aurions donc à faire à des sociopathes méticuleusement sélectionnés d’élections en élections, pour répondre aux attentes des Français en matière de câlins, mais absolument dépourvus de la moindre empathie pour ceux qu’ils sont censés aider.

moscovici la croissance des taxes

Certains autres, enfin, pensent que nous avons hérité de fous. Car il y a bien une part de folie à toujours répéter de façon butée les mêmes actions, déclencher les mêmes effets et blâmer le reste du monde pour les résultats médiocres obtenus.

Mais dans tous les cas, que nous ayons affaire à des incompétents, des cyniques ou des fous… ce pays est foutu.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • Si j’ai bien compris il n’y a aucune alternative valable, des risques majeurs partout et que des mauvaises solutions.
    Mais pourtant ce pays ne peut pas fermer boutique!
    Pourtant si après dissolution une élection provoquait l’avènement d’une situation exigeant la formation d’un grande coalition à l’allemande, il pourrait en ressortir plus de raison, voire de consensus dans la gestion des affaires. Une grosse minorité de blocage du FN forcerait la formation d’un bien nécessaire gouvernement d’union.
    Bien sûr il faut rêver pour en arriver là: il faudrait que 1) dissolution il y ait; 2) que le FN obtienne un nombre de sièges suffisant pour que ni la droite (avec le centre) ni la gauche (avec verts et front de gauche) ne puissent former un gouvernement par eux-mêmes; et 3) que des politiciens avisés et relativement désintéressés de leur sort personnel s’engagent dans un tel gouvernement.
    Et le président actuel ne devrait pas avoir de souci car il n’aurait plus grand chose à décider.
    Même si la probabilité pour qu’un tel scénario se réalise soit très faible, il n’y a pas tellement d’autres voies pour s’en sortir.
    Quant au libéralisme, son avènement est hélas encore plus improbable.

  • OK, H16, et qu’est-ce que que vous préconiser vous-même ??
    Que l’UMPS virent 1/3 des fonctionnaires, qu’ils démantèlent les lobbies
    comme ils devraient le faire ??
    Jamais !!
    Comme vous dites , ce pays est foutu et tant qu’on ne l’a pas intégré constaté enregistré
    rien ne sera fait par ces cariéristes.

  • Et la solution n’est pas le FN bien-entendu

    • C’est sûr, le FN a tout faux …… par nature.
      Il est l’éternel perdant qui n’aura jamais pu s’exprimer mais qui est disqualifié …… parce qu’il faut bien un perdant.

      • L’ éternel perdant, comme vous dites, est le futur gagnant. J’ en suis convaincu. Non seulement ça va partir en couilles, mais nos hommes politiques vont s’ en satisfaire, car quand plus rien n’ est gérable, rien de tel qu’ un petit passage par la case grosse purge. Ils ont beau dire, beau faire comme si, avec des connards comme Plenel devant son micro gluant, ils vont se prendre Marine la smokeuse de Goldo en pleine gueule.

  • Je peux pas m’empêcher de faire un petit commentaire compulsif ! C’est ma façon à moi de vous offir mes mots et maux. De purger ma violence contre cet Etat, et de vous remercier de vos écrits. J’ai cuvé mon Saint Emilion et il m’en reste un vague mal de tête. Je vous ai déjà parlé de mes dents, alors aujourd’hui je voudrais faire une projection du futur. Demain, ou plutôt 2014. Comment je vois le truc:
    Le ras le bol fiscal va se généraliser, les services d’Etats vont être (visiblement) très mauvais, les Français vont commencer à se taper sur la gueule. Puis, enfin, il va y avoir des ministres embrochés sur les fourches des Brettons. Hollande va chougnier que c’est pas sa faute, que c’est les autres. Avant lui. Que c’est la faute au monde, à la finance, aux étrangers. Et puis, cette histoire va finir de façon tragique. Le peuple à feu et à sang, un Président sur les traces de Louis 16 (pour la fin), pas un pays foutu, mais brisé, ratatiné, ridicule, minuscule, pathétique…..

    • Au bout d’un moment, quand il n’y a plus personnes à dépouiller, le socialisme cèsse d’être redistributeur et se fait violent pour étouffer la révolte.

      • Voir la fameuse phrase de Thatcher :
        Le socialisme ne dure que jusqu’à ce que se termine l’argent des autres.

        Le socialisme en France englobe tous les partis français moins le FN.

        • elle a aussi dit, à propos de l’angleterre des années 70:

           » le socialisme pour l’époque que nous connaissons, c’est comme soigner une leucémie avec des sangsues  »

          maggy, le plus grand homme d’etat du 20ième siècle avec le camarade Deng.

        • Je ne vois pas en quoi le FN serait moins socialistes que l’UMP.

    • Ah,, quand même voici une chance de le décapité !

  • Le problème de notre classe politique vient du fait qu elle ne comprend pas le monde de l entreprise,c est
    parce qu elle ne le connaît pas.Pour preuve,lors de la déclaration de leur patrimoine,aucun homme politique
    n a déclaré de stock option.l entreprise devrait être un passage obligé ,et politiquement correct,avant de
    prétendre à de haute fonction

  • la politique suicidaire du PS (allié à EELV) continue de plus belle.

    Les députés ont voté, ce jour, la retroactivité des prélèvements sociaux sur les PEA, l’assurance-vie et les PEL , maltraitant les épargnants, asséchant les sources d’investissement pour les entreprises .
    Tandis que leurs homologues sénateurs ont suivi Duflot et ses consignes pour « soviétiser  » le logement en votant le blocage des loyers.

    C’est une honte pour l’ensemble du pays.

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/10/23/le-senat-adopte-l-encadrement-des-loyers_3501759_3224.html#xtor=AL-32280308

  • Tant que les raisons de la glissade n’auront pas été admises par une grande majorité, les solutions proposées auront majoritairement leur place dans les recueils de blagues-carambar.

    • Raisons, explications, économie, croissance, pib, dette, expropriation, extorsion, impôts ….
      Les gens s’en foutent pas mal de toutes ces choses qui leur donnent mal à la tête.
      Ils veulent qu’on leur fasse plaisir, qu’on les nourrisse, qu’on leur donne des vacances et de l’argent pour bien vivre, le reste, ils s’en tapent, les politiques peuvent bien faire ce qu’ils veulent, tout le monde s’en fout.

      Si les gens se foutent de ce que peut bien devenir le pays, pourquoi voulez vous qu’ils admettent quoique ce soit. Ils votent comme on leur a dit de voter, alors que les politiques se démerdent et leurs trouvent des solutions.

      Il est là aussi le soucis, ils ne veulent pas réellement s’impliquer, ni s’engager, juste profiter.
      Voila ce que 60 ans d’assistanat produit sur une population normale, il faudra un gros crach pour que tout le monde se réveille.
      On coupera des têtes, on fera la guerre, et tout recommencera pour 200 ans.

      Les chiens ne font pas les chats, pourquoi voulez vous que nos enfants ne soient pas des veaux.

    • N’empêche que tous les fraudeurs/ dissimulateurs fiscaux se ch… dessus en ce moment et viennent régulariser leur situation auprès de Bercy qui aura besoin d’embaucher pour traiter une avalanche de dossier.

      Donc les arguments de Contrepoints pour rassurer son lectorat sur la fuite des capitaux qui permettront de destabiliser le socialisme tombent à l’eau.

      http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20131024trib000792267/bercy-sature-face-a-l-afflux-massif-de-demandes-de-regularisation-fiscale.html

      • Sauf que tout le monde sait que c’est parfaitement bidon.
        Y’a que certains gauchistes qui n’ont pas compris que les petits poissons savent qu’ils risquent gros.
        Les autres, eux, sont à l’abri et déjà partis.

        C’est à mourir de rire de lire autant de naïveté.

      • Et si on préconisait une « Cantona », devant le risque de spoliation étatique de tous les comptes Livrets A , B, CEL, PEL, PEA, une vidange complète et la fermeture de tous les comptes au 31 octobre 2013 par exemple. Je ne sais pas très bien qui se ch… dessus. Encore que quelques témoignages rapportent que Samedi matin au Château, ce n’était pas la gloire, coups, horions, insultes ….

      • Info ou intox ? car c’est dans l’intérêt de Bercy d’annoncer des chiffres records pour faire passer un message du genre « Regardez, y’en a plein qui déclarent leur compte planqué, faites comme eux ». La vieille technique…

      • Ce n’est pas la fraude et l’exil fiscal qui déstabilise le socialisme : au contraire ce sont des soupapes de sécurité qui permettent de relâcher un peu la pression qui pèse sur la société. Sans eux la situation serait encore plus catastrophique.

      • @gauche
        Mitran avait fait le coup de la disquette contenant une liste de titulaires de comptes en Suisse…
        à l’époque j’avais un compte en Suisse comme des tas de potes et on c’est bien bidonné.
        Par contre, recevant un chèque d’une banque hollandaise (pour un tiers), Bercy à fait une descente et je les ai envoyé chier… qu’il s’adresse au client, moi rien à dire !

  • Quel beau programme ! Cela déclenche chez moi un bel enthousiasme.
    Je crains qu’il ne faille passer obligatoirement par la case faillite. L’argent est le nerf de la guerre et sans argent les malfaisants seront privés de pouvoir. Nul doute qu’ils se battront comme des hyènes pour conserver leurs privilèges. Nous allons au devant de graves désordres.

  • “Socialists are happy until they run out of other people’s money.”
    ― Margaret Thatcher

  • « notre président semble faire un crawl malaisé »: il n’est même pas capable de faire la planche!

  • « Et d’autant plus que la trajectoire actuelle est connue, et que ses résultats, catastrophiques »: et boum et badaboum, 60.000 chômeurs de plus (+1,9%) à Paume Emploi…

    • Cela ne change rien, même si ça soulage, de se foutre de Hollande et du gouvernement.
      Ils ont une majorité absolue et blindée dans les deux chambres Assemblée Nationale + Sénat.
      Les Français ne pourront rien faire d’autre que de subir jusqu’en 2017.

      • Subir jusqu’en 2017? Pas sûr… L’Histoire de France a montré que parfois le ras-le-bol est tel qu’il atteint un seuil où « ça finit par péter » (comme on dit chez nous).
        Ce qui m’impressionne en ce moment c’est la montée en flèche du ras-le-bol et de l’indignation devant la nullité des pieds nickelés qui nous servent de gouvernement.
        Ça se traduit par la montée du FN, en partie, mais il y a bien plus de gens qui en ont franchement marre de ces nullards.

      • Les serfs français ont du subir jusqu’à la fin leur bon roi Louis XVI et la noblesse de cour.

        Oh. Wait.

  • « […] vous payez effectivement, non pas un impôt mais une contribution pour la sécurité sociale » a dit le ministre des Relations avec le Parlement. »

    Ce sont incontestablement des paroles réconfortantes, n’est-il pas ?

  • Un article de France info bon j’en rapporte un autre , Courrier Picard de ce jour tribunal d’ Amiens :
    4 personne d’une famille tuées par un conducteur ivre au volant d’ un 4 x 4 ,
    3 ans dont 18 mois de sursis . Traduction : 18 mois de bracelet
    C’ est une estimation que donne notre justice de la valeur de nos vies .
    C’ est réconfortant , tous égaux de si peu de valeur , petites familles de ministres, députés , sénateurs , journalistes de France info , énarques , pdg , chefs syndicalistes , clochards , lycéens, rien , pas de manifestations de mauvaise humeur . qu’ en déduire ?

    • Noe, je n’ai pas compris la conclusion sur la valeur de nos vies…
      Faut-il rechercher 3 membres de la famille du chauffard et les conduire a l’echafaud avec lui? Conduire le chauffard a l’echafaud tout seul (et tant pis pour les 3 autres vies non compensees)? Doubler la peine a 6 ans, ce qui ferait 18 mois par vie plutot que 9?
      Le chauffard, avec ou sans 4X4 a certes fait une enorme connerie et devrait s’en souvenir toute sa vie mais la valeur de celles qui ont ete perdues, bien malin celui qui saura y mettre le juste prix…

  • Pour ce qui est de la France, c’est cuit soyons honnête.

    Pourquoi, le peuple suit ? Parcequ’il y aura des bergers pour les guider. Sortir de l’ENA pour diriger des ANES, ça toujours était ainsi.

    Pourquoi le citoyen ne bouge pas plus que ça ? Parce que l’état à su le faire douter, lui faire générer des peurs, le lobotomiser via les médias de tous bord subventionnés par ces mêmes citoyens et à leur insu.

    Pourquoi autre chose que la droite ou la gauche ne peut avoir lieux ? Parce que les partis extrêmes servent leurs desseins à cela, en jouant les épouvantails agités (par les autres partis), afin de collecter les voies.

    Une révolution ?? Inutile tout comme 1789, si révolution il y a, ça ne sera que le peuple qui sera à nouveau sacrifier pour mettre en place les même individus que ceux qu’on destituera du pouvoir.

    Donc une solution ? Sortir du système des banques petit à petit telles une fronde silencieuse, revenir à la terre, et installer une consommation vitale (nourriture, eau, maison) après les prestations de service nous servirons et non l’inverse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
photo d'une personne déguisée en Picsou
5
Sauvegarder cet article

Le Covid-19, le dérèglement climatique, la montée des dictatures et des guerres, les pénuries et l’inflation qui en résulte, tout cela est inintéressant : rétablissons l’ISF, taxons les dividendes et ces problèmes disparaîtront !

Les besoins financiers de l’État ont explosé avec le « quoi qu’il en coûte » et les divers « boucliers » anti-inflation. Les tribunes se multiplient pour réclamer d’augmenter la pression fiscale sur « les riches ».

La folie égalitaire est à la mode, se répand sur les réseaux sociaux et même dans des jou... Poursuivre la lecture

travail chomage
4
Sauvegarder cet article

Par Jacques Garello

Même si le mois de septembre a enregistré une baisse importante du taux de chômage, ce qui a enthousiasmé les médias et le gouvernement, le chômage reste un problème endémique pour la France et un échec de la politique menée par François Hollande : depuis son élection en mai 2012, le ministère du Travail a recensé 617 000 chômeurs supplémentaires en catégorie A.

Alors qu'approche l'année électorale 2017, la question du chômage, qu'il monte ou qu'il baisse selon les catégories dont on parle ou qu'on ignore, se... Poursuivre la lecture

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles