Christian Delarue veut garder le pognon pour la CGT !

Dans un billet aussi mal écrit que peu consistant sur le fond, Christian Delarue, syndicaliste CGT, donne son avis mal éclairé sur un article de Vincent Bénard paru sur Contrepoints. Réponse et explications.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Détournement Affiche CGT (Image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Christian Delarue veut garder le pognon pour la CGT !

Publié le 22 octobre 2013
- A +

Affiche CGTD’abord, pour le lecteur mal informé, rappelons rapidement ce qu’est la CGT : un syndicat français monopolistique, autrefois financé par le KGB, dont les membres ont parfois recours à des actions d’intimidations comme le rapt ou l’enlèvement de personnes, et même parfois (rarement Dieu merci) dont certains éléments surexcités menacent la France de rien de moins qu’une attaque chimique. Ensuite, en matière de financement de ce syndicat, de nombreux livres sortent chaque année pour mettre en lumière, dénoncer, expliquer, les multiples manières qu’a ce syndicat de piller l’argent des Français à son propre profit, au profit de ses membres (le cas du Comité d’Entreprise d’EDF est un modèle du genre). Cette organisation appelée CGT a besoin de l’État pour se maintenir au pouvoir, pour obtenir des financements et de l’argent pour ses membres et ses cadres : il est donc évident que ces derniers défendront l’État jusqu’au bout, lorsque celui-ci n’aura même plus les moyens de verser le RSA aux français, les membres de la CGT continueront à se battre pour toucher leurs financements et subsides publics. Pour défendre le peuple français contre les méchants capitalistes.

La première question que s’est posée l’auteur de l’article publié sur le site de Mediapart était : d’où parle Vincent Bénard. Nous avons fait de même dans le paragraphe ci-dessus en détaillant ce qu’est l’organisation à laquelle appartient Christian Delarue. Passons aux « arguments de ce monsieur », qu’il développe dans ce petit article.

D’abord, il voit la fiscalité progressive comme une « spoliation au profit de l’agent économique le plus inefficace qui soit, l’État ». Comme si l’État ne travaillait que pour lui même en une sorte d’auto-entretien stérile de sa machine sans produire de services à grande valeur d’usage pour les usagers ! La fiscalité progressive est vue par les couches populaires qui le savent comme la plus juste, beaucoup plus que la TVA qui est plus prédatrice car impôt de consommation frappant dès le premier passage en caisse.

On peut saluer le fait que ce syndicaliste CGT dispose de l’omniscience suffisante pour savoir ce que pense le peuple français. Cela peut paraître dérisoire d’accrocher l’argumentation de ce monsieur sur ce détail, mais il est en réalité capital : Christian Delarue s’exprime comme un politicien, pas comme un syndicaliste. La CGT n’est pas un vrai syndicat, c’est une coalition d’intérêts (de pouvoir, financiers, etc.) dont l’objectif est d’être au service de ses membres (comme un parti politique). Mais passons, revenons à l’impôt progressif : même la très à gauche encyclopédie Wikipédia est obligée d’avouer neuf défauts majeurs de la progressivité de l’impôt. Autrefois la CGT siégeait au Comité Central du Parti Communiste Français, on ne sera pas étonné de découvrir que la progressivité de l’impôt est réclamée dans le Manifeste du Parti Communiste. Il s’agit ici à la fois d’idéologie (la CGT est très très à gauche), mais aussi d’intérêts matériels : la progressivité de l’impôt rend le calcul et la collecte de celui-ci très complexe, ce qui nécessite énormément d’employés du fisc, ce qui permet donc d’accroître le nombre de fonctionnaires, et donc d’adhérents à la CGT.

Obsédé de rentabilité notre libéral ne voit pas que derrière l’État fiscal il y a l’État social dont toutes les couches populaires ont besoin, pour la santé gratuite, l’éducation nationale gratuite, le logement social à bas tarif pour les couches modestes, etc… Il voudrait revenir au pur capitalisme du XIXe siècle et à la dureté de ses rapports sociaux.

Alors là évidemment le syndicaliste CGT a besoin, un peu comme ces mendiants malodorants et estropiés dans le métro, de faire pleurer dans les chaumières pour soutirer de l’argent aux Français. Il lui suffit de dire « le libéralisme, c’est la Loi du Plus Fort » et hop, le tour est joué. La propagande de l’Éducation Nationale (autre place forte colonisée par la CGT) fait le reste, les Français redoutent les solutions libérales. Outre le fait que Christian Delarue confond capitalisme (un système d’organisation économique) et libéralisme (une doctrine politique), il répète une ineptie depuis longtemps réfutée par les libéraux, non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort. Pour de plus amples développements, nous renvoyons nos lecteurs à ces deux articles de Contrepoints :

D’autres « arguments » sont développés dans l’article de Christian Delarue, article qui ne fera certainement pas date dans l’histoire des idées ou celle du journalisme, ils sont tout aussi indigents, fallacieux, superficiels, et pour ainsi dire pour la plupart mensongers ou farfelus.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture

Décidément, Emmanuel Macron nous aura administré jusqu’au bout la preuve de son ultra-libéralisme le plus décomplexé ! De quoi frémir pour la suite. Figurez-vous que jeudi 12 mai dernier, soit exactement la veille de la fin officielle de son premier mandat, lui et son ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer ont obligé les candidats bacheliers de la spécialité Sciences économiques et sociales à plancher sur une épreuve ouvertement acquise aux thèses libérales ! Quelle ignoble propagande !

Scandaleux, pathétique, révoltant... Poursuivre la lecture

Le professeur Jacques Garello invite les libéraux qui souhaitent réveiller la société civile à assister au séminaire organisé au Novotel Beaumanoir à partir de ce vendredi 18 heures.

Selon Jacques Garello :

« Le drame de notre pays est qu’il n’y a aucun corps intermédiaire entre le pouvoir et le peuple : faillite des partis incapables d’avoir une doctrine et se contentant de surenchères électorales démagogiques, faillite des partenaires sociaux avec des syndicats irresponsables et non représentatifs des salariés, et des dirigean... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles