La France, république peau-de-bananière

peau de banane

Les municipales approchent, les peaux de banane sont de sortie. Finissons-en ; coupons court à l’abus des élites.

Les municipales approchent, les peaux de banane sont de sortie : l’abus des élites et la corruption à grande échelle sont révélés au grand jour par des médias étrangement partiaux. Chaque camp prépare ses armes ; bientôt les réponses de l’UMP ?

Par Baptiste Créteur.

S’il n’est pas certain que nos hommes politiques sont « tous pourris », il est avéré que l’exemplarité n’est pas leur fort. Leur faible pour le pouvoir et l’argent les pousse parfois à utiliser le premier pour se procurer le second, par des moyens pas toujours réglementaires ou licites, ni moraux.

Au sein d’un même parti, les motions s’entredéchirent ; dans le combat qui oppose copéistes contre fillonistes, l’argent est le nerf de la guerre. Ce qui conduit Christian Jacob, patron du groupe UMP, à réquisitionner 20 000 euros par parlementaire de son groupe sur les 130 000 euros de leur réserve parlementaire (sachons vivre). Soit un petit pactole de 4 millions d’euros, selon les révélations du Canard Enchaîné (édition du 9 octobre 2013) – qu’il obtient sans le consentement écrit des parlementaires concernés. De là à dire qu’il compte s’en servir comme un moyen de pression en faveur de son favori Jean-François Copé, il n’y a qu’un pas que les parlementaires eux-mêmes n’hésitent pas à franchir. Propre. Dans le camp d’en face, les demandes de subventions seront soumises au président du groupe socialiste plutôt que directement au rapporteur du budget de l’Assemblée ; les socialistes aussi aiment le contrôle.

Toujours à l’UMP, Jean-François Copé a envoyé son conseiller Bastien Millot appuyer Anne Hidalgo, principale rivale de la candidate fillonniste Nathalie Kosciuzko-Morizet. Propre, toujours.

La belle guerre fratricide au sein de l’UMP illustre le sens de l’intérêt général de nos hommes politiques, qui passent moins de temps à réfléchir à l’avenir de la France qu’à faire en sorte que ce soit eux qui en décident. Mais elle ne doit pas nous faire perdre de vue le fair-play dont font montre les politiciens à l’approche des municipales : il pleut des peaux de banane.

Patrick Balkany, candidat à sa propre succession à Levallois, vient de « faire une Cahuzac » : après avoir affirmé n’en avoir jamais eu, l’acte d’ouverture de son compte en Suisse vient d’être publié. À quelques mois de l’échéance, ça fait toujours plaisir.

Agréable aussi, les interrogations sur la femme de Bruno Le Maire et plus particulièrement sur ses activités au sein de l’Assemblée pendant 6 ans. Il est courant que les politiques fassent embaucher leurs proches, familles et amis en tête ; à quoi bon exercer le pouvoir si on ne peut pas en faire profiter son clan ? À quelques mois de l’échéance pour le candidat à la mairie d’Évreux, ça n’aide pas ; Bruno Le Maire voit ses chances de le devenir s’amincir. Une révélation de Mediapart, là encore.

Claude Guéant, candidat à Boulogne-Billancourt, est, lui, épinglé pour une sombre histoire de tableaux, qui s’ajoute à d’autres soupçons liés à la Lybie et à l’arbitrage Tapie / Crédit Lyonnais notamment. Un joli palmarès.

L’argent vient des poches des contribuables ; ou il est obtenu en l’échange de faveurs qui, si elles allaient dans le sens de l’intérêt général, n’en seraient pas. Le pouvoir est utilisé à des fins personnelles, et cet argent détourné, c’est le vôtre.

Peut-être n’y a-t-il là qu’une succession de coïncidences ; après tout, vu le nombre d’affaires dans lesquels les politiques sont impliqués, il est normal que certaines les éclaboussent. Précision sémantique toutefois : ils s’impliquent dans les affaires ; la voie passive serait clairement trop clémente. Peut-être relayer ces informations fait-il le jeu de lanceurs de peaux de banane, trop heureux d’éliminer un candidat rival ou théoriquement allié.

Mais qu’importe. Depuis des décennies, la corruption est au cœur de la vie politique française. Allons plus loin ; de tout temps, les hommes au pouvoir l’ont utilisé à leur profit ; et quand ils ne l’ont pas fait, c’est parce qu’ils étaient trop occupés à couper des têtes. Alors secouons l’arbre. Faisons tomber les fruits pourris. Tant qu’il y aura des hommes de pouvoir, il y aura des hommes corrompus ; il y aura des spoliés et des gâtés, des privilèges indus et des punitions non méritées.

L’édifice hideux autour duquel s’enroulent les élus et aspirants ne tombera pas tout seul. C’est aux citoyens de moraliser la vie politique ; les politiciens ne le feront pas, ils n’y ont aucun intérêt. Le chef de l’État lui-même est entouré d’une insistante odeur de soupçon ; sa compagne ne figure pas sur sa déclaration de patrimoine mais vit aux crochets des contribuables à l’Élysée. Son premier ministre a obtenu une assistante pour sa femme. Sa porte-parole a fait embaucher son époux au cabinet d’Arnaud Montebourg.

Il n’y a pas d’alternative au sein du paysage politique actuel. Qu’attendre par exemple d’un Mélenchon qui estime avoir passé l’âge de voler en classe économique ? Que penser des Verts, si prompts à jouer les moralisateurs quand on laisse la lumière allumée et à détourner les fonds de la formation des élus pour s’acheter un nouveau siège ?

Il ne faut pas seulement secouer l’arbre, mais aussi le couper ; supprimer toute possibilité pour un homme politique de s’adonner à la corruption, c’est supprimer son pouvoir. Il y a quelques années, le gouvernement UMP avait la bonne idée d’augmenter les salaires du gouvernement avec effet immédiat ; l’une des raisons invoquées était la réduction de la tentation de la corruption. Force est de constater que la corruption naissait de la gourmandise, pas de la faim ; coupons leur les vivres.

Si vous vous demandez comment, vous êtes au bon endroit. Revenez régulièrement sur Contrepoints, rejoignez notre combat pour la liberté. Impliquez-vous, prenez contact avec ceux qui préfèrent la liberté au pouvoir. Ne soyez pas spectateurs ou contribuables, soyez citoyens.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.