La France, république peau-de-bananière

Les municipales approchent, les peaux de banane sont de sortie. Finissons-en ; coupons court à l’abus des élites.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
peau de banane

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France, république peau-de-bananière

Publié le 10 octobre 2013
- A +

Les municipales approchent, les peaux de banane sont de sortie : l’abus des élites et la corruption à grande échelle sont révélés au grand jour par des médias étrangement partiaux. Chaque camp prépare ses armes ; bientôt les réponses de l’UMP ?

Par Baptiste Créteur.

S’il n’est pas certain que nos hommes politiques sont « tous pourris », il est avéré que l’exemplarité n’est pas leur fort. Leur faible pour le pouvoir et l’argent les pousse parfois à utiliser le premier pour se procurer le second, par des moyens pas toujours réglementaires ou licites, ni moraux.

Au sein d’un même parti, les motions s’entredéchirent ; dans le combat qui oppose copéistes contre fillonistes, l’argent est le nerf de la guerre. Ce qui conduit Christian Jacob, patron du groupe UMP, à réquisitionner 20 000 euros par parlementaire de son groupe sur les 130 000 euros de leur réserve parlementaire (sachons vivre). Soit un petit pactole de 4 millions d’euros, selon les révélations du Canard Enchaîné (édition du 9 octobre 2013) – qu’il obtient sans le consentement écrit des parlementaires concernés. De là à dire qu’il compte s’en servir comme un moyen de pression en faveur de son favori Jean-François Copé, il n’y a qu’un pas que les parlementaires eux-mêmes n’hésitent pas à franchir. Propre. Dans le camp d’en face, les demandes de subventions seront soumises au président du groupe socialiste plutôt que directement au rapporteur du budget de l’Assemblée ; les socialistes aussi aiment le contrôle.

Toujours à l’UMP, Jean-François Copé a envoyé son conseiller Bastien Millot appuyer Anne Hidalgo, principale rivale de la candidate fillonniste Nathalie Kosciuzko-Morizet. Propre, toujours.

La belle guerre fratricide au sein de l’UMP illustre le sens de l’intérêt général de nos hommes politiques, qui passent moins de temps à réfléchir à l’avenir de la France qu’à faire en sorte que ce soit eux qui en décident. Mais elle ne doit pas nous faire perdre de vue le fair-play dont font montre les politiciens à l’approche des municipales : il pleut des peaux de banane.

Patrick Balkany, candidat à sa propre succession à Levallois, vient de « faire une Cahuzac » : après avoir affirmé n’en avoir jamais eu, l’acte d’ouverture de son compte en Suisse vient d’être publié. À quelques mois de l’échéance, ça fait toujours plaisir.

Agréable aussi, les interrogations sur la femme de Bruno Le Maire et plus particulièrement sur ses activités au sein de l’Assemblée pendant 6 ans. Il est courant que les politiques fassent embaucher leurs proches, familles et amis en tête ; à quoi bon exercer le pouvoir si on ne peut pas en faire profiter son clan ? À quelques mois de l’échéance pour le candidat à la mairie d’Évreux, ça n’aide pas ; Bruno Le Maire voit ses chances de le devenir s’amincir. Une révélation de Mediapart, là encore.

Claude Guéant, candidat à Boulogne-Billancourt, est, lui, épinglé pour une sombre histoire de tableaux, qui s’ajoute à d’autres soupçons liés à la Lybie et à l’arbitrage Tapie / Crédit Lyonnais notamment. Un joli palmarès.

L’argent vient des poches des contribuables ; ou il est obtenu en l’échange de faveurs qui, si elles allaient dans le sens de l’intérêt général, n’en seraient pas. Le pouvoir est utilisé à des fins personnelles, et cet argent détourné, c’est le vôtre.

Peut-être n’y a-t-il là qu’une succession de coïncidences ; après tout, vu le nombre d’affaires dans lesquels les politiques sont impliqués, il est normal que certaines les éclaboussent. Précision sémantique toutefois : ils s’impliquent dans les affaires ; la voie passive serait clairement trop clémente. Peut-être relayer ces informations fait-il le jeu de lanceurs de peaux de banane, trop heureux d’éliminer un candidat rival ou théoriquement allié.

Mais qu’importe. Depuis des décennies, la corruption est au cœur de la vie politique française. Allons plus loin ; de tout temps, les hommes au pouvoir l’ont utilisé à leur profit ; et quand ils ne l’ont pas fait, c’est parce qu’ils étaient trop occupés à couper des têtes. Alors secouons l’arbre. Faisons tomber les fruits pourris. Tant qu’il y aura des hommes de pouvoir, il y aura des hommes corrompus ; il y aura des spoliés et des gâtés, des privilèges indus et des punitions non méritées.

L’édifice hideux autour duquel s’enroulent les élus et aspirants ne tombera pas tout seul. C’est aux citoyens de moraliser la vie politique ; les politiciens ne le feront pas, ils n’y ont aucun intérêt. Le chef de l’État lui-même est entouré d’une insistante odeur de soupçon ; sa compagne ne figure pas sur sa déclaration de patrimoine mais vit aux crochets des contribuables à l’Élysée. Son premier ministre a obtenu une assistante pour sa femme. Sa porte-parole a fait embaucher son époux au cabinet d’Arnaud Montebourg.

Il n’y a pas d’alternative au sein du paysage politique actuel. Qu’attendre par exemple d’un Mélenchon qui estime avoir passé l’âge de voler en classe économique ? Que penser des Verts, si prompts à jouer les moralisateurs quand on laisse la lumière allumée et à détourner les fonds de la formation des élus pour s’acheter un nouveau siège ?

Il ne faut pas seulement secouer l’arbre, mais aussi le couper ; supprimer toute possibilité pour un homme politique de s’adonner à la corruption, c’est supprimer son pouvoir. Il y a quelques années, le gouvernement UMP avait la bonne idée d’augmenter les salaires du gouvernement avec effet immédiat ; l’une des raisons invoquées était la réduction de la tentation de la corruption. Force est de constater que la corruption naissait de la gourmandise, pas de la faim ; coupons leur les vivres.

Si vous vous demandez comment, vous êtes au bon endroit. Revenez régulièrement sur Contrepoints, rejoignez notre combat pour la liberté. Impliquez-vous, prenez contact avec ceux qui préfèrent la liberté au pouvoir. Ne soyez pas spectateurs ou contribuables, soyez citoyens.

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Les électeurs ont la mémoire très très courte.
    Et la plupart d’entre eux apprécient les cadeaux, les passes-droits , bénéficier eux même de favoritisme pour ceci ou cela….
    Ce conservatisme est dans l’ordre naturel des choses. La société ne veut surtout pas changer cela.

    Il n’y a qu’à voir le mépris publique et médiatique accordée aux lanceur d’alerte … Aux rares personnes qui dénoncent les mensonges, les abus, le racket organisé …

    • Les politocards sont à l’image de ceux qui votent pour eux.

    • Lanceur d’alerte = délation une spécificité bien française autre version de jaloux, envieux (Ceux qui fraudent le fisc, la sécu, le code de la route, l’urbanisme, ça fonctionne très bien si vous ne faite pas partie de « l’élite ») et la corruption existe toujours.
      Ce concept existe depuis bien longtemps en France! Demander aux gendarmes, aux impôts, des lanceurs d’alerte à la française, ils en ont plein leurs placards!

      Un concept libéral ?
      La complexité à tous les étages, les usines à gaz que personne ne remet en cause favorise la fraude tout le monde le sait, pas besoin de lanceurs d’alerte.

  • Confisquer le pouvoir?! Facile: rétablir une monarchie (sur le model du Liechtenstein..?)

  • dites nous combien de parlementaires et de ministres ne traînent aucune casserole ?
    Je ne parle pas des Présidents, eux qui ont un permis de voler depuis 1981 avec l’appuis du conseil con stitutionnel.
    Les maîtres mots sont  » démocrature, inaptocratie, corruptocratie
    voila vous avez l’iso-statisme de la V éme ripoublique française .

  • Les Bretons leur coupent les portiques écotaxe (encore un avant-hier). Peut-être que les autres provinces pourraient les imiter ?

    • en charente maritime la majorité des radars fixes voient leur optronique obstruée et nous pouvons rouler librement.
      La maréchaussée tente de planquer qui sont ces terroristes mais le CAR
      collectif anti radar est insaisissable…

  • C’est bien plus simple ! En France, il y a 10 % de politique, et 90 % de clans, de petites phrases, de mises en causes, d’abus et de faux procès.

    Une basse-cour où les coqs se rentrent dans les plumes, où les poules médiatiques caquètent, et où tout le monde reste dans son fumier.

  • Un texte qui pourrait définir avec précision ce qu’est un homme politique s’impose….surtout en France !
    On peut résumer à: un fonctionnaire qui vit des taxes et des lois qu’il impose aux citoyens. Une personne qui n’a pas de CDI de CDD, mais un emploi à vie, et ce, peut importe les grosses gamelles et autres ignominies qu’il peut faire subir aux autres.
    Une personne qui aura en plus une retraite, grasse, plus des comptes en banque de partout dans le monde, de l’immobilier au maroc ou ailleurs….en fait, non, un livre serait peut être mieux !

    • en gros, un parasite !! phytophtora infestans, tenia, voleur de poules …

      escrocs, pourris, bon à rien
      vous qui revez d’etre des gens bien
      devenez la rolls du citoyen
      devenez politicien

      soldat louis ( une gigue en do )

  • Tout cela profite à Marine le Pen national-socialiste!En avant pour des lendemains qui déchantent!

  • Je voudrais que les Français épargnent en bitcoin, or, compte paypal, compte étrangers, immobilier à l’etranger. Il faut le faire avant que l’Etat tombe dessus et continue sa survie au dépend de la notre. Je vénère Nicolas Doze qui est le seul journaliste grand public à dire les choses comme elles sont. Je sens que ça va bouger très vite maintenant, si si…

  • vous oublier madame trieweiler, non femme de hollande (officiele) qui a un cabinet a l elysee
    madame bartelone ex maitresse salariee par son mari qui ne cesse de grossier(on mange bien au perchoir)
    de brigitte de nantes qui a eu par son mari une directrice de com

    silence de la bonne presse de goooooche

  • « Leur faible pour le pouvoir et l’argent »: et oui de nos jours le politicien « redistributeur » prend le pouvoir, en avançant les propositions les plus démagogiques qui soient, payées par l’argent « public », pour obtenir ce qu’il convoite: l’argent, celui qui rend « riche »…
    Autrefois, on utilisait l’argent de sa richesse personnelle pour prendre le pouvoir et le conserver, ce qui faisait que l’on connaissait la valeur de l’argent puisque c’était le sien que l’on utilisait.
    C’est toute la différence, qui se fait, bien évidemment, au débours du contribuable de notre époque (qui n’est rien d’autre qu’un veau…tant)

  • « ,leur pouvoir c’est notre argent »
    Les français sont beaucoup plus remontés que ne le comprennent les politiciens et les journalistes.
    Même Nicolas Doze, que vous citiez il faut lui mettre le nez dedans pour qu’il fasse la différence entre une idée et une grosse merde, alors que n’importe quel alcoolique au café du commerce avait compris le jour même de l’annonce que le CICE était un bâton merdeux, une usine à gaz, qui n’aurait pas l’effet attendu.
    Parfois il est brillant et parfois désespérant de connerie. (Doze)
    Quant à éduquer le consommateur, vous pouvez annoncer en gros caractères les prix hors taxe des carburants et en dessous le prix taxé.
    (Quelqu’un connait le prix hors taxe d’un litre de d’essence?)
    Et suivre les flics pour rajouter un autocollant avec un slogan libéral sur chaque papillon vert déposé sur les par brise.
    Je manque d’imagination pour les slogans.
    J’attends vos propositions.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’échec d’une institution – entreprise, État, organisation, parti politique – a généralement de nombreuses causes, mais la principale d’entre elles est souvent l’enfermement dans des modèles mentaux contre-productifs. Le récent échec des écologistes à l’élection présidentielle en est un bon exemple, dont d’utiles leçons peuvent être tirées au-delà du seul champ politique.

Même s’il était finalement attendu, le score de 4,63 % obtenu par son candidat Yannick Jadot représente une cruelle déception pour le camp écologiste. Mais il est sur... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles