Obama, le tyran de la Maison Blanche

Obama, le tyran de la Maison Blanche

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Staline (Crédits : Sabine Nourrit/Aleps, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Obama, le tyran de la Maison Blanche

Publié le 8 octobre 2013
- A +

La Maison Blanche est aujourd’hui occupée par un Président inconscient, qui ruine la démocratie américaine.

Par Jacques Garello.
Un article de l’aleps.

Dans une démocratie, la minorité n’a qu’à se taire.

C’est le principe énoncé sans hésitation par Barack Obama dans le discours de mardi dernier. L’échec et la désillusion expliquaient sans doute la tonalité générale des propos, d’une violence peu commune pour un chef d’État, mais rien ne saurait excuser l’anathème qu’il a lancé contre ceux qui avaient voté contre son projet de budget.

Voilà donc un triste et inquiétant constat : l’une des plus grandes démocraties du monde s’est donné un dictateur pour Président. C’est maintenant une certitude, à laquelle devraient se rendre tous les Français qui ont porté dès le début un amour inconsidéré à Barack Obama.

Pour ceux d’entre vous que mon émoi étonnerait, je rappelle quelques phrases clés du discours : « Ils ont bloqué le gouvernement dans le cadre d’une croisade idéologique visant à dénier à des millions d’Américains une assurance-maladie abordable. En d’autres termes, ils demandent une rançon pour faire leur travail [voter le budget] ». Le pays pris en otage par des doctrinaires : sur ce thème Obama a brodé en décrivant la misère des fonctionnaires qui risquent de perdre leur salaire et le danger pour la nation privée de ses services publics. « Des centaines de milliers de travailleurs civils forcés de rester à la maison ne vont pas être payés, bien qu’ils aient des familles à soutenir et l’économie locale qui compte sur eux… Cette situation ne fera qu’empirer si elle perdure. » Obama veut dresser les Américains les uns contre les autres et une partie de la presse américaine le suit.

Qui sont les inconscients qui ont provoqué cette catastrophe nationale ? Le Président n’hésite pas à les désigner à la vindicte populaire : les gens des Tea parties, qui terrorisent les Parlementaires républicains, mais aussi quelques démocrates, et qui ont plusieurs élus au Congrès. « Une seule faction d’un seul parti au sein d’une seule Chambre du Congrès dans une seule branche du pouvoir fédéral, ne doit pas pouvoir prendre en otage le pays tout entier ». Pour Obama, les Tea Parties sont des gens qui n’acceptent pas d’être mis en minorité, alors ils empêchent de trouver une majorité pour voter le budget. Comment concevoir que des minoritaires remettent en cause un vote acquis à la majorité ?

Voilà : tout est dit sans ambages. La minorité d’un jour ne peut prendre sa revanche en empêchant que se dégage la majorité du lendemain.

Cette conclusion est terrifiante. D’abord elle déforme l’histoire qui s’est passée au Congrès. Ensuite et surtout elle fait l’apologie de la dictature et entache la démocratie en Amérique.

L’histoire est celle du couple Obamacare-dette publique. Obamacare, c’est la volonté du Président de rompre avec le modèle traditionnel américain fondé sur l’assurance volontaire auprès de compagnies privées, pour lui substituer un système où l’État fédéral intervient largement, au prix d’une nouvelle charge budgétaire. D’une part, le champ couvert par Medicare (personnes âgées ou handicapées) et Medicaid (personnes sans ressources) est élargi, d’autre part, tous les Américains non couverts par le système public doivent s’assurer auprès d’une compagnie privée, l’État fédéral garantissant une couverture à 75% des cotisations. La charge budgétaire d’une telle initiative est considérable, estimée à 5.200 dollars par individu et par an. Or, les républicains ont pour objectif de mettre fin à la dérive des déficits et de la dette publique. S’ils ont été battus au Congrès sur le principe de l’Obamacare, ils viennent de gagner sur le financement, le budget ne sera pas accordé. Obama accuse les républicains de lutter contre son projet, et non de défendre les finances publiques : protestation spécieuse puisque l’un ne va pas sans l’autre !

Mais la violente attaque contre les Tea parties est encore plus dramatique. Tout d’abord ces gens sont politiquement incorrects. Issus de la société civile, ou fortement poussés par elle, ils empêchent les politiciens de métier de trouver des « arrangements » ; le « logrolling » est une tradition au Congrès, c’est un échange de bonnes manières entre majorité et opposition, ce qui facilite les compromis. Mais ça n’a pas marché en la circonstance. Obama en déduit que la démocratie a été ainsi déjouée, alors même qu’elle a au contraire très bien fonctionné.

Ensuite, ces minoritaires ont réussi à tenir en échec la majorité précédente, grâce à la pression qu’ils ont exercée au cours des récentes élections sur les candidats républicains et, parfois, démocrates. Mais Obama clame contre tant d’autres que la minorité doit se plier à la majorité.

Nous revoici au cœur du débat sur la démocratie. Benjamin Constant avait opposé les deux conceptions : la démocratie « à l’ancienne » qui s’assimile à la puissance totale de la majorité, et la démocratie « des modernes » qui est le respect des minorités et de la plus petite des minorités, qui est l’individu.

Hélas c’est la règle majoritaire qui dans la plupart des esprits définit aujourd’hui la démocratie. Or, les dictatures les plus inhumaines du 20ème siècle ont été mises en place à la suite d’élections libres (Hitler et Mussolini) ou officielles (Staline). C’est dire que le Saint Chrème électoral permet d’oindre le dictateur et la dictature.

Les libéraux ont donc le devoir de répéter sans cesse que la démocratie n’est pas la loi de la majorité. Hayek d’ailleurs avait imaginé un mot pour désigner la vraie démocratie : la démarchie, « La démocratie s’est pervertie parce que nous avons confondu idéal démocratique et tyrannie de la majorité », par contraste la démarchie consiste à limiter le pouvoir de l’État, à respecter et défendre les droits individuels.

Les libéraux doivent aussi contribuer à la renaissance de la société civile, seul contrepoids du tout-politique, seule limite aux abus du pouvoir. Dans sa Démocratie en Amérique, Tocqueville admirait la capacité du peuple américain à régler ses problèmes sans se tourner systématiquement vers l’État, comme c’était déjà le cas en France.

La Maison Blanche est aujourd’hui occupée par un dictateur inconscient, qui peut non seulement ruiner la démocratie américaine, mais aussi mettre en péril la paix mondiale. Il y a hélas un précédent : F.D. Roosevelt, dont toute la politique d’Obama s’inspire.


Sur le web.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Bizarre de prendre un tel parti pris. Politiquement parlant le camp minoritaire n’a pas plus raison que le camp dit majoritaire. La politique c’est le compromis et c’est ce que Obama refuse et compte faire plier l’opposition par la pression de l’opinion publique. Maintenant je ne suis pas beaucoup plus certain du niveau de compromis acceptable du côté Républicain.

    Le blocage de la démocratie c’est lorsqu’on arrête de « travailler » ensemble, mais ce texte semble considérer la chose comme mauvaise de facto.

    • Les républicains acceptent la quasi totalité du budget démocrate. Ce n’est que sur 2 chose qu’il y a un désaccord. Les démocrates refusent le compromis là où les républicains en ont déjà accepté un.

      Accepter 99,9999% des revendications socialistes, c’est être un extrémiste intransigeant pour les socialistes.

  • Une fois de plus, la confusion règne autour du sens de la « démocratie ». Pour Obama, c’est la domination sans limite de la majorité. Pour les Républicains (et les Pères fondateurs des Etats-Unis, qui ont délibérément mis en place les mécanismes de blocage provoquant la colère du président aujourd’hui) c’est le respect des droits fondamentaux des minorités, jusqu’à l’individu.

    Plus d’explication ici:

    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2013/08/08/le-grand-malentendu-democratique.html

    • Pour les républicains ? J’imagine que c’est pour rigoler. Il ne faut pas oublier que la politique d’Obama est largement dans la continuité de celle de son prédécesseur (y compris sur la santé).

  • Sauf que la majorité ce sont… les républicains.

  • Pas très cohérent le Barack…

    Si la majorité doit absolument dominer, alors il doit absolument s’incliner devant celle qui bloque son budget.

    Non, il est comme le petit père Hollande… La majorité élue doit avoir raison contre la rue quand cette majorité est socialiste. Par contre quand la majorité ne l’est pas (officiellement) alors que la rue est degôche… Ben, c’est la rue qui a raison.

    Facile à comprendre pourtant : la politique la plus socialiste est toujours la meilleure et les règles devraient l’institutionnaliser, sinon elles en sont pas « assez démocratiques ».

  • C’est tellement ennuyeux les parlementaires qui ne se laissent pas corrompre…

  • Les médias mainstream américains sont aux mains des gauchistes, comme partout sur la planète (sauf au Chili), un héritage de l’entrisme des Rouges pendant la guerre froide.
    Obama compte sur eux pour répéter servilement sa propagande et faire prendre au public les vessies pour des lanternes, comme Clinton lors du précédent « shutdown ».

    Sauf que cette fois-ci, l’influence des médias à ses bottes est en chute libre déjà depuis des années, avec l’Internet, les réseaux sociaux et Foxnews. La façon dont l’affaire va se finir sera un bon indicateur de ce que représentent réellement les différents relais d’opinion.

  • Alors que nous ne savons pas comment sortir de nos impossibles systèmes par répartition, et que le Chili l’a réussi avec les formidables résultats que l’on sait, pourquoi Obama veut-il singer uniquement ce qui ne fonctionne pas ?

    Oui, la démocratie américaine a encore de la vigueur, heureusement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.

Quatorzième volet de... Poursuivre la lecture

Par Brad Polumbo.

L'adoption généralisée du bitcoin et d'autres crypto-monnaies a laissé de nombreux fonctionnaires à l'écart. Pour tenter de participer à l'action, de nombreux gouvernements ont lancé l'idée d'une "monnaie numérique de banque centrale" (CBDC), c'est-à-dire une crypto-monnaie émise par le gouvernement et utilisant la technologie blockchain. Le président Biden a demandé au gouvernement fédéral d'explorer cette idée, et de nouveaux rapports suggèrent que l'administration Biden pourrait bientôt faire avancer les efforts po... Poursuivre la lecture

8
Sauvegarder cet article

Par Olivier Maurice.

Le terme démocratie libérale est devenu tellement usité, tellement galvaudé et mis à toutes les sauces qu’il est plus que facile de confondre les deux termes : démocratie et libéralisme. Comme si le libéralisme impliquait inévitablement un régime démocratique et vice-versa.

La confusion est suffisamment entretenue par les médias et la classe politique, au point qu’aux États-Unis, les deux mots sont devenus quasiment synonymes et que l’on nomme communément liberals les membres ou sympathisants du parti démocr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles