Constitution française : 55 ans… d’absolutisme inefficace

François Hollande a célébré aujourd’hui le 55ème anniversaire de la Constitution du 4 octobre 1958. L’occasion de revenir sur la décapante critique qu’en faisait Jean-François Revel.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Constitution française : 55 ans… d’absolutisme inefficace

Publié le 3 octobre 2013
- A +

François Hollande a célébré aujourd’hui le 55ème anniversaire de la Constitution du 4 octobre 1958. L’occasion de revenir sur la décapante critique qu’en faisait Jean-François Revel.

Par Emmanuel Martin.

La Cinquième République fête aujourd’hui ses cinquante-cinq ans. Dans un livre décapant, publié il y a deux décennies mais d’une étonnante actualité, le regretté Jean-François Revel dressait un portrait sans concession de l’absolutisme inefficace de la République française. Vingt ans plus tard, la leçon vaut toujours en dépit de réformettes : notre constitution empêche toujours une véritable démocratie responsable d’émerger. Morceaux choisis.

Revel critique à l’époque François Mitterrand dans ses excès lors de sa présidence mais en impute la responsabilité non pas à l’homme, mais à l’institution de la Cinquième République, dont la constitution instaure une « Présidentocratie » (p. 15) . Or, « une bonne constitution démocratique est celle où chaque pouvoir peut remplir la mission que lui assignent les textes, et où, par voie de conséquence, aucun pouvoir ne peut outrepasser les limites que lui fixe la loi, sans se voir arrêté aussitôt dans cette transgression par d’infranchissables obstacles juridiques et pratiques ».

« La présidence ne fonctionne pas et empêche le reste de fonctionner ». Ainsi, « l’Assemblée nationale est le seul lieu en France où l’on ne débatte jamais des grands problèmes nationaux » (p 17), à la différence de l’Angleterre par exemple. « S’il n’en va pas ainsi en France, c’est que le seul véritable détenteur du pouvoir y est le président, et que le président n’est pas responsable devant le Parlement. ». « Sans contre-pouvoir constitutionnel, le président réagit aux forces extérieures aux institutions : les médias et la rue ».

Il y a un « vice organique de la constitution de la Cinquième République : c’est un hybride du système parlementaire et du système présidentiel » quand « il faudrait un choix clair entre la logique parlementaire et la logique présidentielle ». « Une bonne constitution et celle-là où l’exécutif issu du choix des électeurs peut remplir sa mission tout en restant soumis à un contrôle. La constitution est mauvaise quand le contrôle peut devenir envahissant au point de paralyser l’exécutif, ou bien quand l’exécutif peut devenir omnipotent au point d’anéantir le contrôle » (p. 22)

Quant au  gouvernement, il « est, en théorie, responsable devant le Parlement, et tient de lui son mandat. En fait, il n’en est rien », puisqu’« en France, ce n’est pas l’Assemblée, c’est le président de la république qui confère l’investiture au Premier ministre » (p. 25) « Déjà dépouillée en fait sinon en droit de l’initiative des lois, l’Assemblée française a été en outre privée de l’autre prérogative fondamentale des chambres en système parlementaire : conférer au gouvernement l’autorité en vertu de laquelle il gère les affaires du pays et la lui retirer le cas échéant ». (p. 26)

Et si le Parlement ne sert à rien, « le Premier ministre vit dans la servitude, il ne jouit d’aucune autorité, juste une autorité déléguée qu’il reçoit du président » (p. 27). « En effet les ministres doivent leur nomination au président et non pas au premier ministre. Ils peuvent craindre une instabilité du fait des humeurs présidentielles ce qui fragilise l’exécutif d’autant qu’ils sont recrutés toujours davantage parmi les amis personnels du chef de l’État » (p. 28). « Dans le jargon pseudo constitutionnel fixé par la routine du régime, on dit que le premier ministre sert de fusible au président. Le recours habituel à cette métaphore équivaut à reconnaître que nous ne sommes pas en démocratie. En effet, la démocratie, c’est la responsabilité. Or, parler de fusible, c’est avouer qu’on s’installe dans une duplicité où celui qui décide réellement n’est pas responsable et où celui qui est tenu pour responsable n’est pas celui qui décide » (p. 35).

« Nous vivons donc non pas sous une dyarchie, mais bien sous une monarchie hypocrite, où le monarque, tout en exerçant seul le pouvoir, peut toujours décliner les responsabilités qui en découlent, parce qu’il a sous lui un premier ministre qui, sans être indépendant, a cependant les apparences de l’indépendance et n’est pas non plus complètement un exécutant » (p. 37). Ainsi, quand une décision fonctionne le président peut en revendiquer la paternité. Quand elle échoue, il l’attribue au gouvernement. Et même la cohabitation empêche le Premier ministre de faire son travail.

On pourrait croire que cet extrême pouvoir présidentiel permet l’efficacité mais en fait il n’en est rien : le despotisme éclairé est relativement rare. « Une bonne constitution non seulement associe le contrôle à l’efficacité sans sacrifier l’un à l’autre, mais encore elle garantit l’efficacité parce qu’il y a contrôle » (p. 42).

Il faut donc limiter les dérives monarchiques et renforcer la démocratie mais c’est assez difficile puisqu’« il n’est guère dans la nature d’un pouvoir de se limiter » (p. 43). D’où la dérive absolutiste, sorte de « monarchie présidentielle ». Le pouvoir se concentre à l’Élysée. Ce sont les liens avec le président qui permettent le recrutement dans la haute administration.

Pire, « lorsque le Premier ministre est de son camp, le président finit par le traiter en ennemi soit parce qu’il le trouve trop indépendant, soit parce qu’il le trouve trop obéissant. Dans le premier cas, il lui en veut de ses succès, dans le second de ses échecs. Lorsque le Premier ministre est du camp opposé au sien, le président peut s’opposer à lui de façon ouverte, transformant alors la guerre froide en guerre chaude. Dans les deux hypothèses il l’empêche de gouverner, sans pour autant gouverner lui-même. Car l’irresponsabilité présidentielle est la grande maladie du régime. Et c’est une maladie contagieuse, qui se répand du haut en bas de l’appareil d’État (…) L’efficacité d’un pouvoir est d’autant plus limitée que son irresponsabilité est illimitée ». (p. 51)

« La monarchie présidentielle entraîne la désagrégation de la décision, de l’exécution et de la responsabilité. Personne n’a jamais ni pouvoir ni responsabilité, sauf le monarque, dont les domestiques se bornent à interpréter les intentions, à leurs risques et périls ». Et tout cela « ruine la thèse selon laquelle la très grande continuité est quasi invulnérabilité de l’exécutif présidentiel entraînerait un fonctionnement de l’État plus efficace et mieux organisé que celui du système parlementaire. C’est le contraire qui se produit » (p. 55).

Dans cette Présidentocratie, c’est le Président qui nomme : « Non seulement tout provient de l’Élysée, mais aussi le gouvernement se subdivise selon les barrières de castes qui séparent les favoris du président des autres ministres. Les premiers seuls ont du pouvoir, les autres n’ont que des consignes. Il en va de même dans la haute fonction publique, pour les présidences des services publics et des sociétés nationalisées, pour l’audiovisuel public, les grands corps d’État et les établissements à statut spécial » (p. 86). Ce système fait émerger une « kleptocratie des prébendes ». Cette absence de responsabilisation génère ainsi une fâcheuse tendance à la dépense publique incontrôlée, pour tout dire, au gaspillage. Ainsi « le cogito étatique est cartésien : ‘je dépense donc je suis’ » (p. 103).

Elle transforme par ailleurs le président en communiquant : « le président, étant irresponsable, n’a pas à subir les conséquences de ses échecs, ni à réparer ses actes ; il peut se contenter d’expliquer à la radio et à la télévision qu’il n’y est pour rien et que leur véritable provenance est naturellement extérieure à sa politique » (p113).

Cette présidence est incapacitante au-delà du gouvernement : en fait tous les prétendants au trône sont terrorisés par la possibilité d’indisposer le maître actuel et de voir leur ambition annihilée. « Ainsi se perdent les plus beaux talents » et « ainsi s’explique le paradoxe d’un exécutif stable et fort qui, pourtant ne parvient pas à bien gouverner » (p. 120)

Dans ce système le pouvoir judiciaire n’est, en toute logique, pas indépendant. La justice se fait bien souvent en haut lieu. D’où l’explosion de la corruption. Quant au soi-disant « domaine réservé », la politique étrangère, il n’est qu’un « ogre bouffe-tout » (p.133), une tradition de la Cinquième, mentionné nulle part dans la constitution, ce qui achève de prouver que cette dernière n’est pas bonne.

Revel peut conclure son ouvrage en rappelant qu’il manque une condition fondamentale à la constitution de la République française pour que l’homme d’État fasse bien son travail. « Cette condition, c’est précisément la démocratie » (p152).

— Jean-François Revel, L’Absolutisme inefficace, Agora, Pocket, 1993.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • C’est éclairant et cela a été écrit il y a 20 ans !
    Avec l’équipe actuelle de branquignoles qui mènent la France au désastre , nous sommes totalement impuissants et nous pouvons tous voir tous les vices de cette Constitution.

    • Mais non ! Grâce à notre super gouvernement, les voyants sont de nouveau au vert selon le Miniver, euh, je voulais dire l’Insee. Vous êtes vraiment stupide ou quoi ? 😉

    • ce qui démontre qu’en france, depuis 20 ans, on pédale dans la choucroute… ou dans le couscous ( de plus en plus )

  • point de vue intéressant, surtout quand on connaît la grande force intellectuel de Jean-François Revel.

    Après, dans le jeu de cette Vème république, sont-ce les règles ou les joueurs qui sont mauvais ?

    En effet, on peut se poser la question de la qualité de la représentation nationale (avec la mainmise de l’ENA) qui ne joue pas son rôle (de contrôle de l’exécutif notamment), de la haute fonction publique monopolisée aussi par l’ENA…

    Par ailleurs, les constitutions parlementaires françaises (IIIème et surtout IVème) ont également montré leurs limites…

    • Des joueurs mauvais ? Hollande, Ayrault, Bartolone, Bel (ancien de la LCR), Debré (surnommé le « debré zéro de la politique » par ses propres amis) : une belle brochette de vainqueurs pour les principaux joueurs de la ripoublique.

      Par ailleurs, les règles importent peu : malgré leurs différences, il est notable que chacune des républiques a fini par un coup d’Etat. Il n’y a pas de raison que la Ve ne connaisse pas une fin similaire puisque les causes de l’échec des précédentes sont toujours présentes.

      Tant qu’on ne limitera pas constitutionnellement la taille de l’Etat à son étiage le plus bas et que les budgets nationaux ou territoriaux ne seront pas sous contrôle référendaire responsable, n’importe quel système politique dérivera vers l’abus de pouvoir, l’irresponsabilité et la corruption.

      • « l’irresponsabilité et la corruption »… et la concussion. Le corrupteur est en face du concussé…

      •  » tant que les budgets nationaux ou territoriaux ne seront pas sous controle réfétrendaire responsable  »

        en gros, vous voulez demander au gens s’ils veulent plus ou moins d’allocation ?

  • Dès 1959, moins d’un an après le début de cette affligeante Constitution, dans Le Style du Général, Revel avait pressenti toutes les déviations auxquelles elle conduirait.
    Relire tout Revel est plus actuel que jamais.

  • Tiens! Monsieur Debré a toujours son balais dans le cul.

  • « il n’est guère dans la nature d’un pouvoir de se limiter »
    D’où l’antichristianisme du socialisme.
    Le religieux précédant le politique, il me semble indispensable de se placer à ce niveau-là pour limiter ce niveau-ci.
    Il faut pouvoir dire au nom de quoi on limite le pouvoir, avant de pouvoir dire à quoi et comment.

    Par ailleurs, et subsidiairement, il me semble que la représentation doit être contrôlée par le peuple au moyen de la démocratie semi-directe – j’aurais été curieux de connaître l’analyse de Revel sur ce sujet.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les résultats des élections législatives de 2022 sont tombées ce dimanche 19 juin à 20 heures : la coalition présidentielle Ensemble! n’aura pas de majorité absolue à l’Assemblée nationale, mais une très fragile majorité relative avec 245 sièges remportés. La NUPES obtient 131 sièges, devenant théoriquement la première force d’opposition et le RN obtient 89 sièges, devenant le premier parti de l’opposition avec 89 sièges (contre 79 pour LFI).

Pour la première fois sous la Cinquième République, un Président élu n’obtient pas de majorité... Poursuivre la lecture

Face à l’hyper-présidentialisme de la Ve République, le Parlement semble faire pâle figure et ne plus jouer son rôle de contre-pouvoir, pourtant nécessaire dans une démocratie libérale. Outre sa participation à la confection de la loi, par l’initiative ou par le débat parlementaire, le Parlement est aussi chargé de contrôler l’action du gouvernement, en clair, de faire jouer la responsabilité politique.

Le présidentialisme de la Ve République s’est renforcé suite à l’introduction du quinquennat par la loi constitutionnelle du 2 octobre... Poursuivre la lecture

Dans cette seconde partie il sera question des aspects historiques de l’état d’urgence en France et ailleurs dans le monde[1. Pour une analyse plus approfondie, se référer à l’excellent ouvrage des professeurs O.Beaud et C. Guérin-Bargues, L’état d’urgence édition LGDJ, 2e édition].

 

Un ancrage historique liberticide

À proprement parler, l’état d’urgence en France a été instauré par la loi du 3 avril 1955 (n°55-385), pour faire face à ce que l’on appelait alors, « les événements d’Algérie », manœuvre habile pour ne pas uti... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles