Berlusconi et la rédemption italienne

Silvio Berlusconi (Crédits Roberto Gimmi, licence Creative Commons)

Si le gouvernement actuel s’effondre et que l’Italie se lance dans une nouvelle joute électorale, à n’en pas douter, le Berlusconi Bashing battra de nouveaux records.

Si le gouvernement actuel s’effondre et que l’Italie se lance dans une nouvelle joute électorale, à n’en pas douter, le Berlusconi Bashing battra de nouveaux records.

Par Stéphane Montabert.

De ce côté des Alpes, l’affaire est entendue : Silvio Berlusconi est un monstre. Celui qu’on surnommait avec dédain il Cavaliere s’est récemment vu affubler de qualificatifs peu flatteurs dont « inconscient » et « fou » sont sans doute les plus honorables.

Tout est la faute de la démission des ministres de sa coalition du gouvernement, un geste apparemment décidé par Silvio Berlusconi lui-même. Le départ des ministres provoquera probablement l’effondrement de la coalition dirigeant actuellement l’Italie après cinq mois d’existence, donc des élections anticipées, une campagne électorale, une incertitude politique et tutti quanti.

Pourquoi ?

Pourquoi cette décision, ce chaos prévisible, cette remise en question d’une maigre stabilité acquise après d’âpres tractations ?

Pour les médias dont la posture anti-Berlusconi n’est plus à démontrer, la responsabilité est entièrement à chercher du côté de l’homme, son attrait pour le pouvoir, le rejet de sa dernière condamnation. Après des décennies de lutte judiciaire, il sacrifierait l’Italie entière pour une maigre chance de préserver son pouvoir. Selon un « spécialiste » de la vie politique italienne :

Silvio Berlusconi est un homme qui n’a plus rien à perdre. On a sous-évalué son intelligence manichéenne. Il a une jouissance personnelle à voir qu’il peut conditionner l’avenir de l’Italie toute entière. Hormis dans les dictatures, qui a le pouvoir, par sa simple parole et son aura, de dicter la marche d’un pays ? (…)

Le 4 octobre, le Sénat devait se prononcer sur sa destitution, qui le priverait de l’immunité parlementaire [et provoquerait l’exécution de sa peine de quatre ans de prison – ramenés à un seul par une amnistie – pour fraude fiscale]. Berlusconi se bat pour ne pas perdre cette immunité.

Il a l’arrogance de penser qu’il peut gagner cette guerre et que son parti, le Peuple de la liberté (PDL, droite), peut remporter la majorité lors d’élections anticipées et faire annuler cette question d’immunité. S’il y parvient, il aura gagné sur la politique et la magistrature.

Le mal, vous dis-je. Le pari fou de Berlusconi serait de ravir la majorité actuellement détenue par le parti de gauche du Premier ministre Enrico Letta pour retourner en sa faveur les votes le concernant.

Le mal est une explication pratique. Il fait de Berlusconi une sorte de démon, ce qui n’est pas pour déplaire dans certains cercles. Il empêche de creuser la question davantage – qui serait pervers au point d’enquêter sur le mal ? – et permet de lancer des anathèmes à tout bout-de-champ.

Pourtant, plus sérieusement, les ambitions politiques d’un jeune homme de 77 ans paraissent limitées, quelle que soit l’issue de ses déboires judiciaires. Et la crise qui secoue l’Italie en ce début de semaine a peut-être une toute autre raison. Pour la comprendre, il faut examiner le point de vue du PLD, livré brut de forme pendant les premières heures de la crise, avant que la machine médiatique habituelle ne se mette en branle…

[Les ministres membres du Peuple de la Liberté] ont tous suivi la consigne de Silvio Berlusconi qui avait jugé plus tôt « inacceptable » et « irrecevable » l' »ultimatum » d’Enrico Letta, a-t-elle précisé. Le président du Conseil avait demandé vendredi soir une clarification devant le Parlement à propos du soutien incertain du centre droit à son gouvernement de coalition droite-gauche. Dans l’après-midi, le Cavaliere avait invité, dans un message adressé à Angelino Alfano, les ministres PDL à « évaluer l’opportunité de présenter immédiatement leur démission pour ne pas se rendre complices d’une ultérieure vexation imposée par la gauche aux Italiens ».

« La décision adoptée hier par le président du Conseil de geler l’action du gouvernement, entraînant de cette façon l’augmentation de la TVA, est une grave violation du pacte de gouvernement », avait argumenté Silvio Berlusconi. Le Conseil des ministres avait été convoqué vendredi par Letta afin d’ajourner l’augmentation prévue pour le 1er octobre de la TVA, mais, en raison de la crise politique, Enrico Letta avait repoussé toute décision. L’augmentation, de 21% à 22%, sera appliquée le 1er octobre. Cette hausse d’un point est redoutée par les milieux économiques car elle risque de peser sur la consommation et la reprise.

Le Premier ministre de gauche aurait ainsi délibérément gelé l’action du gouvernement italien pour qu’une hausse « automatique » de la TVA ait lieu. La démission des ministres et la probable chute du gouvernement ne serait pas due à une revanche berlusconienne mais à une hausse de la TVA imposée à la hussarde contre le PLD et contre les accords signés entre les partis pour prendre part à la coalition dirigeante.

En démissionnant, les ministres du PLD ont pris leur responsabilité : plutôt dénoncer la mascarade qu’en devenir complices. Il en va de leur honneur et du sens d’un pacte gouvernemental. Bien entendu, c’est risqué, mais le blâme ne serait-il pas aussi à chercher du côté de M. Enrico Letta et de ses basses manœuvres ?

Si le gouvernement actuel s’effondre et que l’Italie se lance dans une nouvelle joute électorale, à n’en pas douter, le Berlusconi Bashing battra de nouveaux records. Mais le dernier mot vient des urnes. Or, le camp de Berlusconi est le seul à rester crédible lorsqu’il affirme s’opposer aux hausses des prélèvements.

Les électeurs pourraient s’en rappeler, peu importe la bile déversée par les médias contre un homme politique qu’ils détestent depuis si longtemps.


Sur le web.