Élections législatives en Autriche : la montée des votes eurosceptiques

Les Autrichiens votent demain, dimanche 29 septembre. Près d’un électeur sur trois déclare vouloir voter pour un parti eurosceptique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élections législatives en Autriche : la montée des votes eurosceptiques

Publié le 28 septembre 2013
- A +

Les Autrichiens votent demain, dimanche 29 septembre. Près d’un électeur sur trois déclare vouloir voter pour un parti eurosceptique.

Un article d’Open Europe.

Frank Stronach (à gauche sur la photo) et le Chancelier Werner Faymann.

Une semaine après l’Allemagne, les Autrichiens vont voter pour renouveler leur Parlement ce dimanche.

L’Autriche est gouvernée par un « grande coalition » centriste composée du Parti social-démocrate (SPÖ) du Chancelier Werner Faymann et du Parti du peuple (ÖVP), parti de centre-droite dirigé par Michael Spindelegger. Les sondages donnent environ 27% au SPÖ et 23% à l’ÖVP – ce qui devrait théoriquement être suffisant pour les maintenir aux affaires.

Mais ça ne va pas être une promenade de santé. Le Parti de la liberté (FPÖ), par exemple, pourrait jouer les trouble-fêtes : ce parti eurosceptique et anti-immigration est crédité de 21% dans les sondages – lors des dernières élections législatives, il avait récolté 17% des voix. Pendant ce temps, le Parti Vert est estimé à 14% tandis que l’« Équipe Stronach pour l’Autriche », un parti récemment fondé, eurosceptique et en faveur du marché libre, pourrait décrocher 7% des votes. Selon les sondages, le parti d’extrême-droite BZÖ, une scission du FPÖ, serait à 2 ou 3% ; à la dernière élection, il avait obtenu le score impressionnant de 10,7% des voix (voir tableau ci-dessous).

La plupart des observateurs politiques considèrent qu’une reconduction de la coalition actuelle est l’issue la plus probable de cette élection (selon un institut de sondage ce résultat aurait une probabilité de 76%). Mais le résultat dépendra aussi de la façon dont la plupart des petits partis parviendront à se hisser au-dessus du seuil parlementaire de 4%. Les deux principaux partis pourraient avoir besoin de l’appui des Verts pour maintenir leur coalition. Mais les Verts s’opposent au traité budgétaire de l’UE, ce qui pourrait fausser la donne.

Finalement l’élément le plus frappant de cette élection est qu’environ 30% des Autrichiens déclarent vouloir voter  pour le FPÖ, l’Équipe Stronach ou la BZÖ, trois partis qui soutiennent officiellement une sortie de la zone euro.

Ainsi, le FPÖ réclame une sortie de l’Autriche de la zone euro et un référendum à propos des fonds de sauvetage du MES. La BZÖ envisage une sortie de l’Autriche de l’eurozone en vue de constituer une zone du Nord avec l’Allemagne, la France et les Pays-Bas. De son côté, l’Équipe Stronach, fondée il y a un an par le milliardaire austro-canadien Frank Stronach, a changé d’avis concernant l’euro. Elle a d’abord lancé l’idée d’une eurozone composée de pays ayant leurs propres devises, en parallèle de l’euro en tant que monnaie commune. Mais désormais, le manifeste du parti proclame qu’il veut « réviser, abolir ou reconstruire » l’euro. Selon ses propres termes, il s’agit d’une « position explicitement critique à l’égard de l’euro » dans la mesure où « l’unification artificielle de l’Europe a échoué ». L’Équipe Stronach a remporté plus de 10% des voix lors des élections régionales – ce qui n’est pas si mal pour un nouveau venu sur le terrain politique.

Comme pour l’Allemagne, peu de changement dans la politique de l’Autriche à l’égard de la zone euro serait à prévoir d’un gouvernement de grande coalition. Mais l’information la plus importante de cette élection, c’est qu’en Autriche – un pays dont l’économie est essentielle pour l’assise de l’euro – près d’un tiers des électeurs souhaitent s’en séparer – ou du moins déclarent vouloir voter pour un parti qui souhaite une sortie de l’eurozone.


Sur le web. Traduction : Raphaël Marfaux.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Et au prochaines élections européennes (2014), il y aura des libéraux (eurosceptiques donc) ?

  • Comme d’habitude, des contradictions fondamentales.

    On ne peut pas d’un côté voter pour la reconduite de la coalition, et de l’autre proclamer son affection pour des partis anti euro.

    C’est comme chez nous un gauchiste votant… Hollande président. Ou un « libéral » votant pour Sarkozy.

    L’élection en Allemagne la semaine dernière donne le la : ils ne se passera rien.

    Autrichiens, Allemands sont beaucoup trop « conservateurs », dans le sens maintien du status quo, pour faire tanguer le navire.

    Non… les vrais détonateurs se trouvent en Grèce, en Italie.

    Là bas il se passe des choses intéressantes…

    Dans le premier, Bruxelles montre son vrai visage : une dictature où l’on rafle des membres d’un parti qui ne rentre pas dans le moule, pour une affaire criminelle sans aucun intérêt (un Meric local).

    Dans le second, la pétaudière politique pourrait entraîner de nouvelles élections… qui pourraient rendre l’Italie encore plus ingouvernable. La clique bruxelloise déteste les élections et les référendums.

    Grèce et Italie, les deux symboles du pourrissement complet de toute l’Europe.

    Et paradoxalement, les deux espoirs pour mettre à bas l’édifice vermoulu de la Commission, et tous les apprentis dictateurs et autres control freaks qui l’occupent.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
union européenne
1
Sauvegarder cet article

Comme si souvent, l’Union européenne vient de démontrer encore une fois son manque de connexion avec la réalité et sa préférence avant tout pour la communication politique. Étant donné les circonstances actuelles dans lesquelles se trouve l’Ukraine – sa lente mais inéluctable défaite militaire et son économie en chute libre – que fait alors l’Union européenne ?

 

Un geste politique

Est-ce qu’elle fait ce qui aurait été le plus logique, le plus humain et le plus à même de limiter des victimes et des dégâts ultérieurs en Ukra... Poursuivre la lecture

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

Les gens ignorent souvent ce qui se passe au jour le jour sur les marchés obligataires qui brassent pourtant des sommes considérables. Ainsi, le marché obligataire en euros pèse 2775 milliards.

L’indicateur clé de ce marché est le taux d’intérêt des emprunts d’État à dix ans considérés comme l’actif financier le plus sûr. Or, les taux d’emprunt des différents pays de l’Union européenne recommencent à diverger comme il y a dix ans. L’écart se creuse depuis que la Banque centrale européenne a indiqué qu’elle allait mettre fin à ses racha... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles