French bashing, incohérence et sens de la vie

Pierre Moscovici n’aime pas le french bashing, pourtant mérité quand l’incohérence règne et que la liberté périt.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

French bashing, incohérence et sens de la vie

Publié le 27 septembre 2013
- A +

Pierre Moscovici s’est prononcé contre le France-bashing : l’économie française est forte et il faut lui faire confiance. Mais ce n’est pas en la France que les Français ont perdu confiance, mais en ceux qui la dirigent.

Par Baptiste Créteur.

Pierre Moscovoci a défendu son budget 2014. On comprend que ça n’a pas été facile ; la pause fiscale est une blague, la baisse des dépenses un mensonge, et le gouvernement une cible facile.

Les députés UMP ne s’y trompent pas et n’hésitent pas à faire part de leur haine du gouvernement, encouragés par des sondages qui n’ont rien de rassurant, oubliant un peu rapidement qu’ils ont perdu les élections qui ont amené le président et le gouvernement actuels où ils sont.

Les partis français sont calamiteux au gouvernement et mauvais dans l’opposition. La critique ne fait pas mouche, l’attaque ne porte pas, alors qu’il y a tant à dire ; les réformes économiques vont dans le mauvais sens, les réformes sociétales rassemblent de nombreux Français contre elles. Les mouvements de contestation ne naissent pas du néant ; ils rassemblent ceux qui ne trouvent personne pour les représenter, personne pour mener leur combat.

Lutter contre le french bashing

Le combat de Pierre Moscovici, quoi qu’il en soit, c’est de lutter contre le french bashing.

Je ne supporte plus le french bashing. Nous avons une économie forte, puissante, résiliente, qui mérite qu’on lui fasse confiance. J’ai milité pour la stabilisation des prélèvements obligatoires cette année. Mais permettez-moi de rappeler que l’impôt reste le principal levier d’une politique économique, un principe cardinal, un outil pour permettre de réduire les inégalités. Le choix de la stabilisation des prélèvements obligatoires, avec une seule hausse de 0,15 point de PIB, est un signal essentiel.

Le gouvernement en est réduit à ne plus même comprendre les signaux qu’il envoie. La stabilisation des prélèvements avec une hausse de 0,15 points de PIB, c’est une belle stabilité à 0,15% de 2 000 milliards. On parle quand même de 3 milliards de hausse, soit une stabilité toute relative. D’autant plus relative que la dépense, elle, continue de croître et d’aggraver le déficit budgétaire. Un beau signal.

Un beau signal aussi, l’impôt ; cet outil de réduction des inégalités est une formidable fabrique à inégalités, notamment entre la classe politique et les citoyens qu’elle est censée représenter. L’impôt est le principal levier de cette chose qui n’aurait jamais dû exister qu’on appelle politique économique, cette tentation qu’ont les politiciens de toucher avec leurs sales doigts la richesse créée par les citoyens. L’impôt qui sert normalement à financer les fonctions régaliennes que l’État français est aujourd’hui incapable de remplir. L’impôt qui, à la place, paie les Assedic d’un homme politique bulgare qui n’y a aucunement droit.

Mais évidemment, évoquer une situation à risque pour le pays et l’incompétence crasse de ses dirigeants, c’est pratiquer le french bashing. Toute critique des choix faits en haut lieu par des politiciens bas du front, tout constat qui préférerait le réalisme à l’optimisme relèvent nécessairement d’un instinct français de dévalorisation ; ne sommes-nous pas le pays des droits de l’homme, une terre d’accueil, un phare pour le reste de l’humanité et, désormais, un pays précurseur qui indique aux autres la voie et le sens de l’histoire ?

L’impasse du gouvernement

Soyons sérieux. On ne peut pas affirmer simultanément que la situation est grave pour justifier plus d’impôts et que la France va bien, rendant toute critique serait infondée. Il faut choisir. Mais ici, le choix suppose soit d’inquiéter les Français et ne pas leur donner la confiance dont ils ont tant besoin, soit de se priver d’un argument phare selon lequel l’accélération de la spoliation légale est le seul moyen d’éviter la faillite.

C’est la situation difficile dans laquelle le gouvernement se trouve : il doit à la fois donner confiance aux Français mais leur communiquer aussi le sens de l’urgence. Il doit satisfaire son électorat en diminuant les inégalités par la redistribution, mais aussi éviter l’effondrement du pays et la faillite de l’État. Malheureusement pour lui, en politique, la cohérence est clé. Pas seulement en politique, d’ailleurs ; l’ensemble des champs de la pensée humaine, donc de la vie, requiert la cohérence.

La cohérence est clé

Il ne peut exister de contradiction. Un atome est lui-même, l’univers aussi ; aucun des deux ne peut être en contradiction avec sa propre identité, ni une partie être en contradiction avec le tout. Aucun des concepts que forme l’homme n’est valide tant qu’il ne l’a pas intégré, sans contradiction, avec la somme de ses connaissances. Arriver à une contradiction, c’est confesser une erreur de raisonnement; maintenir une contradiction, c’est abdiquer avec son esprit et s’évincer du domaine du réel. (Ayn Rand)

Si le spectre politique français s’est déplacé à gauche, c’est parce que la morale altruiste n’a pas été réfutée. Si il se polarise aujourd’hui et voit gauche et droite tendre vers leurs extrêmes, c’est parce que le conservatisme de la droite initié par le FN n’a pas été réfuté non plus.

Le gouvernement ne pourra pas gagner en popularité, en dehors des quelques attaques de pays étrangers qu’il lance occasionnellement : sa seule politique, c’est la pause, et il n’y parvient même pas. Pause fiscale, sortie de la récession, inversion de la courbe du chômage révèlent simplement l’objectif, simple mais inatteignable, qu’a le gouvernement de ralentir la chute. En l’absence de direction, le pays glisse, le gouvernement freine – sans succès.

La vie, un mouvement et un but

Il est impossible de freiner. La seule issue, c’est de donner une direction, une cohérence. Et les possibilités ne sont pas infinies ; il faut une cohérence, de la métaphysique à l’épistémologie, de l’épistémologie à l’éthique, de l’éthique à la politique.

Soit on considère que les individus sont capables d’appréhender le réel, de se fixer des buts et de se donner les moyens de les atteindre ; qu’ils ont leurs propres aspirations ; que le fruit de leur travail doit leur revenir afin qu’ils puissent en disposer librement.

Soit on considère que les individus sont incapables de comprendre le monde qui les entoure, de faire face aux menaces et qu’il faut les en protéger ; qu’ils ne sont pas aptes à décider quoi faire et comment ; qu’ils sont un loup l’un pour l’autre, que leur coopération est un jeu à somme nulle et que le seul enrichissement possible pour eux est de s’entredévorer ; qu’il faut donc orienter leur action, empêcher qu’ils décident entre eux, et assurer une « juste » redistribution des fruits de leur travail.

On a, en dernière analyse, le choix entre un système fondé sur le pouvoir et un système fondé sur la liberté ; entre une pyramide, au sommet duquel certains décident pour les autres, et une sphère, où chacun est à équidistance du centre parce que tous ont les mêmes droits et la même responsabilité – celle d’eux-mêmes ; entre penser l’individu comme une partie de la société, ou la société comme la somme des individus qui la composent.

La vie, c’est un mouvement et un but. Les partisans de la liberté considèrent qu’on ne peut être pleinement vivant que si on est libre de vivre selon ses propres valeurs et ses propres principes, de suivre ses propres aspirations, de jouir de ses libertés individuelles, de sa propriété et de sa sûreté. C’est notre but ; rejoignez le mouvement.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Mais justement!
    Les socialistes se retrouvent face à une contradiction:
    S’ils considèrent que « les individus sont incapables de comprendre le monde qui les entoure, de faire face aux menaces et qu’il faut les en protéger » comment justifier qu’ils le soient suffisamment pour élire les décideurs qui doivent les soulager de cette trop lourde tâche?

    • Voilà! trop cons pour faire leur propre choix mais suffisamment intelligent pour choisir les bons dirigeants… allez comprendre….

    • «  »les individus sont incapables de comprendre le monde qui les entoure, » Normal puisqu’ils se fient à leur propre expérience du Monde!!

  • C’est tout à fait vrai…

    Je ne cesse de répéter, que les soit-disant « forces de progrès » comme elles aiment à se nommer, considèrent en fait que les individus (les français) sont tous des ignobles abrutis:
    – Trop bêtes pour penser, pour savoir ce qu’est la Culture, pour se défendre contre les « méchants », il faut donc les protéger d’eux-même (à coup de lois, d’éducation et de taxes pour les plus réticents).

    Et c’est la la principale différence entre la liberté (où l’on est libre de ses choix, mais aussi responsable de ceux-ci) et les autres mouvements politiques (ou finalement on n’est plus que la « masse » ignare dirigée par les élites éclairées).

    Il serait temps qu’on explique à ces millions d’électeurs que ceux qui les « défendent » ne les considèrent que comme ces fameuses « poules » du poulailler libre.

    C’est d’ailleurs à se demander pourquoi ces partis continuent à favoriser la « démocratie », quand on voit à quel point ils méprisent les individus.

    Quand on y pense, c’est proprement machiavélique.

    • Oui mais savez vous pourquoi ça marche ?

      Chaque Français adopte cette philosophie : chacun est persuadé de sa supériorité sur les autres, et de ne pas faire partie de la masse des débiles à qui il faut tout enseigner, tout expliquer, et surtout pour qui il faut tout décider à leur place.

      Et ce sentiment est présent chez chaque Français, de l’éboueur jusqu’aux classes dirigeantes.

      • Sans doute, mais c’est aussi parce qu’on le prive de jouir tranquillement des fruits de ses propres efforts que le Français accorde tant d’importance à jouir de faire le malheur de son voisin.

      • je n’en crois rien. Je pense même l’inverse.
        Chaque français se considère comme un gros nul, ou au mieux comme un médiocre à peine moyen, ainsi qu’on lui a enseigné à l’école. Il se méprise, et projette ce mépris sur les autres ; il méprise tout particulièrement ceux qui s’élèvent au dessus de la masse, qu’il prends pour de gros mythomanes, qu’il faut faire rentrer dans le rang au risque sinon de gros dégats.

  • « Mais permettez-moi de rappeler que l’impôt reste le principal levier d’une politique économique, un principe cardinal, un outil pour permettre de réduire les inégalités. »

    Excellent sophisme qui résume parfaitement la situation (et les objectifs de fabrication de la pauvreté) dans lequel se trouve actuellement notre pays.

    PS: pause = Suspension, interruption momentanée d’une action. Mais rien qui n’annonce une diminution. Après la pause, la reprise !

  • « Nous avons une économie forte, puissante, résiliente. » Trois aspects de l’économie française sont forts et résilients : les taxes, la dette publique et le chômage de masse.

    Fort, puissant et résilient : ce sera sans moi, les gars ! Sans vous non plus, les socialauds, parce que je ne vous embaucherai pas. Et comme vous êtes infoutu de créer votre propre emploi sans vous trouver un patron à pigeonner, devinez ce qui va vous arriver dans peu de temps…

  • Je n’aime pas le « frenchbBashing » non plus (ni l’expression elle même ni la réalité quelle décrit). Mais apparemment pour Moscovici le « french bashing » c’est… critiquer les impôts ! Apparemment pour les socialistes l’âme de la France c’est le fisc.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nicolas Lecaussin. Un article de l'Iref-Europe

Dans une interview accordée au journal L’Opinion du 12 juin, le nouveau président de la Cour des comptes, le socialiste Pierre Moscovici affirme : « Il faut sortir de la logique austéritaire » !

Mais où est-ce qu’il a pu voir de l’austérité dans un pays champion du monde des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires ?

Les dépenses publiques sont passées de 1020,5 milliards d’euros en 2007 à 1318,6 en 2018. Elles sont de 20 % supérieures à la moyenne de la zone ... Poursuivre la lecture

Moscovici - Taxe sur les dividendes
0
Sauvegarder cet article

Par h16.

Joie, bonheur et petits fours frais : la Cour des comptes a enfin un président tout neuf ! Pierre Moscovici, ex-député, ex-ministre, ex-commissaire européen devient donc le premier président de la Cour des comptes, en remplacement de Didier Migaud, après cinq mois pendant lesquels le poste fut laissé vacant.

Certes, c'est nettement plus que les deux semaines nécessaires pour faire passer le ministère de l'Intérieur du Collomb au trou du cul au Castaner : Emmanuel Macron a, comme souvent, pris son temps pour confirmer là... Poursuivre la lecture

Par Fergus MacDonnell.

Alors que le processus du Brexit bat son plein, ponctué des habituelles incertitudes et tergiversations d’un exécutif indécis, l’Union Européenne (UE), par l’entremise de Pierre Moscovici, se lance dans une nouvelle tentative de s’arroger davantage de pouvoir aux dépens des États. En effet, certaines décisions européennes en matière fiscale doivent encore faire l’objet d’un vote à l’unanimité[1. Il est à noter que l’UE a déjà un rôle dans la fiscalité européenne. La taxe sur la valeur ajoutée est un exemple, mais... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles