Maroc : l’indexation des produits pétroliers ou l’illusion de réforme des subventions

Avec la mise en pratique de l’indexation partielle sur les produits pétroliers, le gouvernement Benkirane continue dans son jeu d’illusionniste.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
drapeau maroc CC Paille

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Maroc : l’indexation des produits pétroliers ou l’illusion de réforme des subventions

Publié le 20 septembre 2013
- A +

Avec la mise en pratique de l’indexation partielle sur les produits pétroliers, le gouvernement Benkirane continue dans son jeu d’illusionniste.

Par Hicham El Moussaoui, depuis Beni Mellal, Maroc.
Un article de Libre Afrique.

Après moult hésitations, le chef du gouvernement marocain Benkirane, a donné son feu vert pour la mise en pratique de l’indexation partielle sur les produits pétroliers (essence, gasoil, fuel de type 2) depuis le 16 septembre 2013. Cette indexation partielle se traduit par une révision des prix à la consommation à raison de deux fois par mois (les 1er et 16) à chaque fois que les variations de cours dépassent à la hausse où à la baisse le seuil de 2,5%, la variation étant calculée par rapport à la moyenne des prix à l’international sur les deux derniers mois. La décision est censée permettre de ne pas dépasser l’enveloppe de 42 milliards de dirhams consacrée aux subventions par la loi de Finances 2013, laquelle s’est basée sur un baril à 105 dollars. Faut-il y voir une décision de bon sens ? Sans doute pas, et ce, pour diverses raisons.

De prime abord, le timing est mal choisi, même s’il a été déjà reporté du ramadan au mois de septembre. Ce dernier coïncide avec la rentrée scolaire et le retour des vacances. Le budget des ménages, déjà sous pression, risque d’en prendre un sérieux coup, surtout si l’on ajoute la récente hausse des prix des produits laitiers. La facture risque d’être de plus en plus salée. Par ailleurs, si le gouvernement Benkirane prend aujourd’hui ce genre de mesures forcément impopulaires, c’est sous la pression du FMI. Selon une étude du Fonds monétaire international (FMI), les subventions aux carburants représentent 5,1% du PIB du Maroc alors que le déficit public est de 6,8%. Le FMI a appelé à travailler à réduire la part des subventions à 3% d’ici  2017.

Ensuite, avec ce genre de mesures à caractère comptable on ne fait que reporter aux calendes grecques la véritable réforme de la caisse de compensation. Cela va même à l’encontre de la réforme car le principe de celle-ci devrait justement être de sortir du système de généralisation des subventions. Mais force est de constater que comme en juin 2012, quand le prix des carburants avait été augmenté (le gasoil de 1dh et l’essence de 2dh), on généralise aussi la hausse des prix dans le sens où les pauvres doivent aussi payer plus cher comme les riches. Et de cette façon, qu’il s’agisse de l’ancien système ou du nouveau, ce sont toujours les pauvres qui trinquent. De plus, ce genre d’ajustements conjoncturels n’a pas beaucoup d’efficacité. Les hausses de 2012 avaient été justifiées par l’aggravation du déficit de la Caisse de compensation et au final n’ont permis d’économiser que 5 milliards de dh, sachant que le déficit a explosé à 55 milliards.

Enfin, cette décision aura de mauvaises conséquences aussi bien sur les ménages que les entreprises. Certes, les variations seront répercutées à la hausse comme à la baisse. Mais, dans le futur proche, il ne faut s’attendre qu’à un renchérissement des prix des carburants. D’une part, les tensions en Égypte et au Moyen Orient, et d’autre part, la reprise qui commence à se dessiner dans les pays occidentaux, il va y apparaître une pression à la hausse sur la demande mondiale, ce qui va faire augmenter le cours du baril. Une hausse qui impactera négativement le pouvoir d’achat des ménages. En effet, les dépenses d’énergie et de transport constituent le deuxième et le troisième poste dans le budget de la classe moyenne, avec des parts respectives de 21% et 9%, soit 30% au total, ce qui implique que le pouvoir d’achat sera doublement impacté. Directement à travers l’augmentation de la facture d’électricité et de transport, et indirectement puisque le coût du transport fait partie intégrante du coût de revient de tous les produits et services. Déjà la récente décompensation des prix des hydrocarbures a fait augmenter les prix et il est clair qu’une nouvelle décompensation nourrira les tensions inflationnistes, renchérissant ainsi le coût de la vie pour ces ménages. Ce qui poserait un handicap sérieux au retour de la croissance.

La dégradation du pouvoir d’achat conduira au ralentissement de la demande interne, principal moteur de la croissance marocaine. En effet, les ménages, en réduisant leurs dépenses, non seulement réduiront les débouchés aux entreprises mais aussi les recettes fiscales de l’État (TVA), ce qui déprimera la croissance.

Par ailleurs, il faudrait rappeler que 80% des subventions de la Caisse de compensation portent sur les produits pétroliers et l’essentiel bénéficie aux industriels. La décision du gouvernement risque de pénaliser l’entreprise marocaine à un moment où la compétitivité de l’économie recule dans le classement mondial (perte de 7 places par rapport à l’an dernier). Le rapport 2013 du World Economic Forum le montre clairement puisque le Maroc est classé 77ème sur 148 pays.

S’il est clair qu’il faut réformer la caisse de compensation, il n’en demeure pas moins que la manière dont le gouvernement Benkirane s’y prend est complètement contre-productive. On ne peut pas commencer cette réforme en mettant la charrue devant les bœufs. Autrement dit, il faut au préalable rompre avec le principe de système de subventions généralisée en aidant directement les plus démunis, en réformant la fiscalité (Taxe intérieure sur a consommation, TVA) grevant le prix des hydrocarbures, ouvrir davantage les filières subventionnées à la concurrence, avant de pratiquer l’indexation et la décompensation.

Malheureusement, avec cette nouvelle décision, on a une autre preuve des hésitations et de l’attentisme du gouvernement Benkirane qui rendent jour après jour le coût de la réforme plus élevé et plus impopulaire. Cela le pousse à l’improvisation et la prise de décisions qui manquent de vision stratégique avec peu d’impact réel, ce qui ne peut que menacer la pérennité de la croissance nationale. Le gouvernement Benkirane continue dans son jeu d’illusionniste…


Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

Le crédit d’impôt a été créé afin de corriger des excès d’impositions ou de soutenir certaines activités, principalement non lucratives, auxquelles un individu ou une société adhère et désire soutenir son action.

Notre administration attachée au principe « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué » a utilisé cette occasion pour en faire un instrument de pouvoir et de pression ou de récompense au peuple soumis.

Comme souvent le système a dérivé et n’apporte pas les effets souhaités.

Le crédit d’impôt : un principe... Poursuivre la lecture
0
Sauvegarder cet article

Libérons la culture !

Par Nathalie MP Meyer.

Souvenir de mon adolescence. Je suis en classe de première. En cet automne 1977, notre ville est en pleine effervescence car la pièce de Victor Hugo Hernani va être créée au Centre d’action culturelle local avant de poursuivre sa carrière à Paris. Effervescence littéraire, bien sûr, pour la plupart des spectateurs, et aussi pour nous, les élèves, car notre géniale et adorable professeur de Français a eu l’heureuse idée de nous faire assister à une représentation.

La censure politique de la culture

Mais eff... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Rachid Nekkaz.

Depuis 46 ans, la réalisation du Grand Maghreb est bloquée par l'absence de solution diplomatique concernant le Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole désertique de 266 000 km2 située entre la Mauritanie, le Maroc et l'Algérie. 75 000 âmes arabo-berbères y vivaient.

En dépit de la mobilisation internationale (Nations Unies, Europe, Espagne, États-Unis, Union africaine, Ligue arabe), aucune solution acceptable par tous n'a été encore trouvée pour cette terre riche en phosphates et dont la côte Atlant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles