Concours de mini-miss, hémicycle de maxis cons

Le Sénat interdit les concours de beauté pour enfants. Constructivisme et totalitarisme en guerre contre les mini-miss, parce que vous le valez bien.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Les Miss et Mini-Miss Boischaut-Sud 2013, élues samedi entourées de leurs dauphines.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Concours de mini-miss, hémicycle de maxis cons

Publié le 20 septembre 2013
- A +

Le Sénat interdit les concours de beauté pour enfants. Constructivisme, quand tu nous tiens !

Par Baptiste Créteur.

Le Sénat a voté l’interdiction de l’organisation de concours de mini-miss.

Les sénateurs ont accepté par 196 voix pour et 146 contre, un amendement de la centriste Chantal Jouanno (UDI), qui prévoit une sanction de deux ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amendes pour les organisateurs de ces concours, « qui ne concernent que les filles », a souligné l’ancienne ministre. « Ne laissons pas nos filles croire dès le plus jeune âge qu’elles ne valent que par leur apparence. Ne laissons pas l’intérêt commercial l’emporter sur l’intérêt social »

Grâce aux sénateurs, donc, nos filles seront épargnées, ne seront pas soumises à l’image dégradante que ces concours donnaient d’elles ; mieux, elles n’auront pas l’illusion que c’est par la beauté qu’elles réussiront.

Je pense qu’il faudrait aller plus loin. Pour ne pas laisser nos filles croire dès le plus jeune âge qu’elles ne valent que par leur apparence, je propose qu’on impose des quotas de célébrités moches. Cela semble déjà exister en politique, mais ce ne sont malheureusement pas nos chers élus qui sont les plus visibles au petit écran, dans les magazines et sur les abribus.

Le Défenseur des Droits a d’ailleurs déjà été saisi pour enquêter sur le recrutement d’Abercrombie & Fitch, qui privilégie les vendeurs au physique avantageux. Après tout, les moches aussi ont le droit de devenir vendeur chez Abercrombie & Fitch, c’est une évidence.

Je pense aussi qu’il faut interdire les concours de miss, toutes catégories d’âge confondues. Les démonstrations de leurs multiples talents, des claquettes aux origamis, et leurs discours niais, ne trompent personne : les miss sont jugées sur leur apparence. Scandale. Même sort pour les concours de body-building ; pourquoi les hommes devraient-ils, eux, être soumis à l’illusion qu’ils sont jugés sur leur apparence ?

Mais n’oublions pas l’essentiel : ce sont les enfants qu’il faut protéger. Combien de contes de fées évoquent une belle princesse et un prince charmant ? Au-delà de l’évidente menace sexiste qui exige de nous, adultes responsables, que nous réécrivions ces contes pour laisser la part belle au beau prince délivré par une princesse charmante, il ne faudrait pas encourager la discrimination sur l’apparence.

Ouvrons donc à nos enfants nos livres de contes revus et corrigés, où un paysan au physique ingrat délivre une repoussante sorcière des griffes d’un prince charmant – n’hésitons pas à faire des gens beaux les ennemis pour enfoncer le clou. Offrons à nos enfants des poupées aux cheveux secs et cassants, à la peau grasse et aux mensurations plus proches de celles d’une sénatrice que de celles d’une miss – aux filles et aux garçons, pour lutter contre la construction sociale du genre.

Interdisons le porno. La pornographie renvoie une image dégradante de la femme, réduite à un objet sexuel, et elle perturbe le travail des parlementaires – j’aimerais que soit menée en France la même enquête que celle qui a révélé que les députés britanniques passaient un temps considérable à consulter des sites pornographiques, les résultats seraient sans doute amusants. Et interdisons d’un bloc tous les vêtements et comportements dégradants pour la femme – je laisse le soin au lecteur de ranger ici tout ce qu’il considère comme dégradant, notion aussi subjective que la beauté.

« Tu es sa mère, tu dois la protéger »

Chers sénateurs, soyons sérieux. Ce n’est pas à vous de décider ce que doivent penser les jeunes filles, ce n’est pas à vous de choisir à la place des parents le programme de leur progéniture, ce n’est pas à vous d’autoriser ou d’interdire des concours ou foires. Faire comprendre aux enfants que l’apparence n’est pas la seule chose qui compte n’est pas votre rôle, et vous n’y arriverez pas.

Vous luttez contre des millénaires d’évolution. L’importance que l’être humain accorde à la beauté chez un potentiel partenaire ne disparaitra pas en supprimant les concours de mini-miss, pas plus que l’importance du pouvoir, de la réussite, et d’un nombre d’autres facteurs qui vous paraitront sans doute injustes mais après lesquels vous courrez autant que les autres. N’est-ce pas pour conserver pouvoir et richesse que vous votez contre l’interdiction du cumul des mandats ?

Je pense que ces concours plaisent aux parents, peut-être aux enfants, et je pense qu’il est de la responsabilité des premiers d’élever les seconds. Ce n’est pas à l’État de définir ce pour quoi les individus ont de la valeur ; la plupart d’entre vous en ont une vision assez erronée pour penser qu’ils peuvent décider correctement pour les autres.

Les valeurs des citoyens influencent leur choix de leurs hommes politiques, et le résultat est souvent inquiétant. L’inverse, toutefois, est pire qu’inquiétant ; quand les hommes politiques tentent de construire un individu nouveau, ça finit toujours mal. C’est ce qu’on appelle totalitarisme, quand l’État et la société ne font plus qu’un et qu’on tente de décider de ce que font et pensent les individus.

Si vous voulez continuer dans cette direction, donnez-vous en au moins les moyens. Votre idéal d’un homme et d’une femme nouveaux, débarrassés de leurs préjugés et tolérants, n’accordant aucune valeur à l’apparence, libérés des stéréotypes de genre, demande un peu plus de conviction qu’une interdiction de banals concours. Vos fins sont si belles, donnez-vous les moyens de les atteindre ! Et permettez que je vous recommande de vous intéresser au parcours et aux idées de trois femmes qui ont su miser sur autre chose que leur apparence.

Voir les commentaires (76)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (76)
  • « Ne laissons pas l’intérêt commercial l’emporter sur l’intérêt social »

    Voilà la finalité de cette étrange péripétie sénatoriale : les sénateurs veulent pouvoir manipuler eux-mêmes les enfants, selon leur propre programme d’ingénierie sociale, sans que rien ne vienne perturber la construction. Un puritanisme nouveau est né, produisant de bons petits soldats militants, une armée de clones idéologiques. Mais il ne faut pas s’en étonner. Les socialistes nous ont en effet appris que, selon eux, « les enfants n’appartiennent pas à leurs parents, ils appartiennent à l’Etat ».

  • Pour l’inversion des rôle que vous décrivez, c’est le contenu de l’histoire de Shrek. Les anti-héros sont légions dans les histoires pour enfants. Preuve que des entités « commerciales » ne font pas que véhiculer des stéréotypes et des discriminations et que nous n’avons donc pas besoin de la « protection bienveillante permanente » de nos hommes politiques fonctionnarisé qui veulent penser à notre place …

  • L’UDI, lol!

    On les retrouve partout et ce sont souvent les pires.

  • Quand un état en arrive à taxer les sodas pour nous forcer à manger bien et boire bien, outre le bourrage de crane « Manger 5 fruits et légumes par jours » il ne faut pas s’étonner de genre d’interdiction.

    Je n’ai aucun gout pour les mini-miss mais ces parents et enfants ne font de mal à personne. Je ne pense pas que ces enfants deviennent des délinquants ou soit plus malheureux que d’autres dont les parents trop peu présent les laissent dans la rue à faire des conneries.

    L’état réglemente tout pour créer un homme nouveau, un homme qui consomme et travaille en vue non pas de son épanouissement personnel mais en vue de nourrir le léviathan.

    • Si ils font du mal à leurs enfants. Au lieu de leur inculquer des valeurs humains on leur apprends tôt qu’il vaut mieux vendre son corps pour gagner de l’argent plutôt que de travailler. Ces enfants ressemblent à des prostituées !

  • Constructivisme façon Palo Alto, qui plus est !

    L’individu est ainsi déresponsabilisé, il voit les choses, mais ne les comprend pas où n’est pas apte à les comprendre, c’est ici qu’intervient cet état omniprésent et providentiel qui va palier à tous ces manques supposés.

    L’état, tel une béquille, prothèse permanente, déterminée et imposée avant même que se produise le moindre claudiquement, par simple principe de précaution, il va de soit.

    Une société peuplée de citoyens avançant avec des oeillères, parfaitement déconstruits avant même de l’être, ne réagissant qu’aux stimuli, décapés de toutes réflexion.

    Finalement, c’est’y pas un monde qu’il serait beau ?

    Merci pour Arendt.

  • Ce n’est pas le vote du sénat qui me choque le plus. j’ai du mal à voir autre chose dans ces concours que l’instrumentalisation des enfants.
    mais l’argumentation de la sénatrice n’est pas pertinent

    • Bon, on est sur contrepoints, mais un des arguments qui aurait pu être cité à l’encontre des sénateurs est celui flagrant du mépris de classe.

      @breizh, tu as raison, ne soyons pas choqué quand l’objet d’une loi stupide et liberticide porte sur un élément qu’à titre personnel on n’apprécie pas. Je dirais même plus, je suis pour l’interdiction du tuning des R19, de la tecktonik et de la fête de l’humanité comme hautement attentatoires à la dignité humaine. Vite une loi!

    • D’accord avec vous, ces concours sont grotestes, hypersexualisent des filles de moins de 15 ans. Leur interdiction ne me choque pas mais l’argument du sexisme est un peu leger et je ne pense pas qu’en supprimant ces concours (svt vus comme ringards) qui ont un impact mineur dans la pensee des jeunes filles va changer quoi que se soit sur la relation des jeunes filles avec le role de l’apparence dans la societe. Je vous conseille de lire les travaux de Catherine Monnot sur le sujet. Cdlmt et bon weekend!

  • Merci pour l’article. Le sénat et ‘état nous envoie un signal clair : vous n’êtes plus capables de penser par vous-même, nous allons donc vous dire ce qui est bien et ce qui est mal. Ce n’est pas le premier hélas.

    • C’est bien connus les français ne retrouve lucidité et intelligence que lors des élections, le reste du temps ce sont des idiots irresponsables…

  • Un truc nouveau arrive en France ? : Qu’on l’interdit ou alors qu’on le taxe ! Ici ce sera donc l’interdiction.

  • Quand on sait que Jouanno a feu beaucoup de succés en karaté de POSTURE où il est clair qu’une candidate avec un joli visage est clairement avantagée sur une moche avec un eil qui dit merde á l’autre, je trouve que c’est vraiment l’hopital qui se fout de la charité.

  • Et puis deux ans de tôle pour ça ? C’est vraiment terrifiant. Ces concours de mini-miss ne me plaisent pas non plus mais la liberté qui se restreint chaque jour, c’est bien plus à craindre. Quelle arrogance chez ces hommes et femmes politiques persuadés de détenir la vérité et l’exclusivité du bien ! Cela frise la maladie mentale.

  • Ce « choc de la simplification » prend un tout autre sens…^^
    Je vous en fais le poème

    Socialisme

    L’individu c’est la société. La beauté c’est la laideur. Le commerce c’est le vol. La gauche c’est la droite. L’homme c’est la femme. La propriété, c’est le dénuement. Le sexe c’est la tradition culturelle. Les testicules c’est le cerveau. La différence, c’est l’uniformité.

    Héraclite (c’est Aristote)

  • Sur le plan légal, la constitution prévoit le libre droit de réunion, du moment que ce ne soit ni contraire à l’ordre public ni aux bonnes moeurs.
    On voit le cas que font nos troubignolles politiques de nos libertés.
    Leur fameuse loi st tout simplement illégale.

    Toute fillette adore les déguisements, surtout les « extrèmes », la sorcière et la princesse (le ying et le yang) et cherche à trouver sa personnalité en en essayant plusieurs. Ces mini-miss jouent donc aux déguisements de leur age (les talons, maquillages et autres astuces féminines étant interdites par les organisateurs.

    Ces petites profitent d’une complicité extraordinaire avec leur mère, pendant les préparatifs, les essayages, les « coutures », et c’est déjà un bienfait.

    Elles apprennent aussi qu’il faut aller au bout d’un projet : rien ne sert de mettre une belle robe si on a les ongles sales et les cheveux en bataille …

    Puis, elles se produisent sur une scène, exactement comme à la « fête de l’école » devant les familles au grand complet. Où est l’offense ?
    Elles sont « belles » ? Tous les enfants le sont, quand ils sont heureux, excités, un peu impressionnés …

    L’argument de « mixité » est du dernier grotesque : va-ton empêcher les garçons de faire des concours pour voir qui fait pipi le plus loin, sous prétexte que les filles n’ont aucune chance ?

    Mais les socialistes sont ainsi faits qu’ils se moquent de gérer ; ce qu’ils veulent, c’est « changer la société » on se demande bien pourquoi.

    Pire encore, sachant très bien que ces concours continueraient hors des frontières, ils ont convaincu un crétin d’écolo belge de demander la même interdiction en Belgique « pour ne pas contrarier cette France qui connait mieux que les parents l’intérêt des enfants ».

    Tiens, ces concours ne m’ont jamais intéressée, mais je rêve de pouvoir les organiser sur un bateau off-shore qui s’apellerait « liberté » !

    • « Mais les socialistes sont ainsi faits qu’ils se moquent de gérer ; ce qu’ils veulent, c’est « changer la société » on se demande bien pourquoi ». La réponse est évidente : pour satisfaire leurs égos démesurés, Le pouvoir et l’exercice du pouvoir c’est tellement grisant. savoir que des millions d’individus se soumettent à vos désirs, à vos ordres est pour certains la source de jouissance ultime.

    • mps: « Puis, elles se produisent sur une scène, exactement comme à la « fête de l’école » devant les familles au grand complet. »

      C’est vrai ça…
      Mail envoyé à mon député, il faut que cette hyper-sexualisation cesse !!!

      Deux ans de tôles ? Pourquoi pas vingt ?

  • Personnellement, afin de lutter contre la dictature de l’apparence, je préconise de crever les yeux de tout le monde à la naissance, ça c’est égalitariste.

  • C’est vrai que c’est hallucinant. Un peu comme l’interdiction de la pornographie infantile, une vraie atteinte aux libertés.

  • Vous ne comprenez rien!
    Nos honarables et vénérables édiles, en réalité, veulent se réserver cette chair ultrafraiche pour eux mêmes.
    Que diable, ballets bleus et roses pour notables ne datent pas d’hier que je sache!

  • Amha, les socialiste, qui furent pro-pédophiles hier et pro-gays aujourd’hui, projettent surtout leurs propres déviances chez les autres. Et là où il n’y a des parents qui cherchent à être fiers de leurs enfants, eux ne voient que des pervers en puissance… J’imagine qu’ils sont comme ceux qui lorsqu’ils arrêtent de fumer et deviennent des anti-tabac zélés…
    Cela, plus le fait que les parent inculquent aussi l’esprit de compétition, chose abominaaaable…

    • Donc être gay c’est une déviance, mais inscrire sa fille a un concours canin c’est tout à fait normal? Croustillant…

    • « Amha, les socialiste, qui furent pro-pédophiles hier et pro-gays aujourd’hui »

      Propos parfaitement déplacés et stupide.

      • Pourquoi , dans les années 60 et 70 ils l’étaient. Lire les écrits de Dany le Rouge à cette époque à ce sujet.

        • Ce qui est déplacé (pour être poli) c’est de faire un parallèle entre la défense de la pédophilie et la défense de l’homosexualité.

          Mais sinon non « les » socialistes n’étaient pas « pro-pédophiles » : certains socialistes l’étaient mais cela n’a jamais été dans le programme du parti socialiste ou communiste, cela n’a jamais été la position majoritaire de la plupart des mouvements socialistes et cela n’est pas directement lié à l’essence du socialisme (la propriété collective des moyens de production).

          Si demain des libéraux font l’apologie de la pédophile tout ce que cela implique c’est que des types se revendiquant du libéralisme ont dit des conneries. Si dans quarante on se base là-dessus pour dire que « les » libéraux sont « pro-pédophiles » et bien… c’est juste idiot.

          • Ce n’est pas parce que ce n’est pas dans un programme que l’on n’est pas pro quelque chose…

          • @ Arn0

            Ce n’est pas déplacé, les arguments que l’on use pour défendre l’homosexualité (liberté de choix, on le trouve dans la nature, l’important c’est les sensations, les grecs anciens étaient homosexuels, etc), peuvent être employés de la même manière pour défendre la pédophilie…

            Un socialiste considère que c’est l’Etat qui définit le bien et le mal, il pourrait donc être amené assez facilement à considérer la pédophilie comme étant le bien.
            Un libéral considère que c’est la nature (ou Dieu) qui a défini les règles et qu’il faut les respecter, c’est au nom de ce principe qu’un libéral peut considérer que la pédophilie est une mauvaise chose, de même que toute autre sexualité qui ne va pas dans le sens prévu par la nature.

          • Faire le parallèle entre la défense de la pédophilie et celle de l’homosexualité n’est pas juste déplacé, c’est aussi parfaitement méprisable et idiot.

            Vous connaissez la célèbre expression « entre adultes consentants » ? Il n’est donc pas très compliqué de voir différence entre les deux situations, non ?

            D’ailleurs si vous pensez que les rapports homosexuels et les rapports pédophiles sont équivalents alors vous devriez logiquement estimer qu’il faut soit interdire les deux soit autoriser les deux ? Si non c’est bien que vous voyez clairement la différence…

            C’est le même genre de différence qu’il y a entre la liberté et la prison, entre le criminel et l’innocent.

            Au passage : Dieu et la nature ne sont pas juste deux concepts interchangeables. Manifestement vous avez un problème a distinguer des choses qui sont pourtant radicalement différentes.

          • @ Arn0

            Le parallèle est pourtant dans le fait que ni l’une, ni l’autre ne correspond au schéma psychique et physiologique voulu par la nature (ou Dieu) pour l’être humain. Il ne s’agit donc pas d’essayer de justifier, mais plutôt de savoir comment légiférer par rapport au droit naturel de chacun.

            Et oui, Dieu et la nature ne sont pas interchangeables, mais ce sont les deux seules explications qui sont à l’origine de notre monde: soit notre monde existe par lui-même, soit il est une création d’un (ou plusieurs) être supérieur.

            Enfin, un parallèle entre deux situations, n’implique pas nécessairement une réponse identique et il est clair que l’on ne peut pas traiter un enfant comme l’on traite un adulte.

          • « Enfin, un parallèle entre deux situations, n’implique pas nécessairement une réponse identique et il est clair que l’on ne peut pas traiter un enfant comme l’on traite un adulte. » Autrement dit les rapports pédophiles sont criminels et les rapports homosexuels ne le sont pas. Défendre un crime n’a strictement rien à voir avec le fait de défendre…. un acte parfaitement conforme à la loi et à juste titre.

            Sinon encore une fois : la nature ne veut rien ! Le droit naturel ce n’est certainement pas le droit « voulu » par la nature. Naturel ce n’est pas juste un mot neutre pour dire divin.

          • @ Arn0

            Le problème est bien plus complexe:

            Pourquoi un rapport sexuel entre un adulte et un enfant qui sont les deux consentants devrait être criminalisé?

            Je vous rappelle qu’il suffit que ce rapport ait lieu un jour avant la majorité sexuelle de l’enfant pour qu’il tombe sous le coup de la loi, et pire encore, que cette majorité sexuelle diffère d’un pays à l’autre et d’une époque à l’autre. Par exemple, un adulte honorable en France (m. s. à 15 ans) pourrait être un pédophile en Suisse (m. s. à 16 ans).

            Le seul argument valable qui permette de criminaliser une relation entre personnes consentantes, c’est d’opposer cette relation avec ce que la nature a voulue.

            Et oui, ce n’est pas stricto sensu la nature qui a une volonté ou qui est un synonyme neutre de Dieu, mais c’est la nature qui a une manière précise de fonctionner, tellement précise, que les comportements qui ne s’inscrivent pas dans cette manière finiront toujours pas être destructeurs. C’est fort de ce constat que les libéraux ont défini le droit naturel.

            Or le problème de certains milieux pro-homosexuels, surtout ceux à gauche, c’est qu’en cassant le lien entre ordre naturel et criminalisation, ils cassent le seul argument valable qui s’oppose à la pédophilie… Le résultat est que cela ouvre la porte à l’arbitraire, et on est en plein dedans: d’un côté on expose les enfants à l’école à une « éducation sexuelle » qui dévie de plus en plus dans de l’initiation à la pornographie, de l’autre on interdit les concours de miss… Il n’y a plus de logique… 

        • En tant qu’être doué de raison l’homme dispose de la capacité de faire des choix éclairés par ses propres expériences et celles des autres en vue de poursuivre ses propres fins de sa propre manière : autrement dit la capacité d’être libre.

          Un rapport sexuel entre adultes sain d’esprit et consentant, aussi bizarre ou inapproprié qu’il puisse sembler, est un choix individuel qui doit être permis. Ce qui peut sembler être une erreur ne l’est pas forcément. Et, surtout, même si c’est une erreur et bien c’est à celui qui l’a faite de l’assumer : c’est justement par ce processus d’essai et d’erreur que nous apprenons, tant individuellement que collectivement. C’est simplement l’exercice de notre faculté d’apprendre pour nous améliorer, ou pour dire les choses autrement l’exercice de notre raison pratique. Faire le bien des adultes contre leur gré c’est tout simplement leur faire du mal, c’est aller à l’encontre leur nature même d’être raisonnable. C’est donc contraire au droit naturel (mais pas à une espèce de nature divinisé).

          Les enfants de leur coté sont dans une situation totalement différente : la nature humaine est ainsi faite que les enfants ne naissent pas en tant qu’êtres pleinement autonomes et doivent être placé dans leur propre intérêts sous l’autorité d’adultes, en premier lieu leurs pères et leurs mères. Le fondement de cette autorité est l’intérêt de l’enfant, et c’est donc aussi sa limite. Pour dire les choses autrement : les enfants ne sont pas libres au même titre que les adultes.

          Je tien à insister sur ce point : les enfants ne sont pas en mesure de faire des choix autonomes sur de nombreux sujets (en particulier la sexualité). Il ne s’agit pas seulement d’une limite de leur intellect et de leur connaissance, mais aussi d’une véritable dépendance psychologique et même physiologique à l’égards des adultes. Ce n’est pas tellement qu’ils ne doivent pas être libre mais plutôt qu’ils ne peuvent tout simplement pas l’être. Ils sont naturellement dépendant, et ce serait aller contre le droit naturel de chercher à briser artificiellement ce lien de dépendance.

          Il y a donc une différence radicalement fondamentale entre les deux situations. Cette différence est naturelle dans le sens où il y a une différence de nature entre un adulte et un enfant : il ne doivent pas être traité de la même façons. Mais pas dans le sens ou il s’agirait d’une différence « voulu » par la nature (cela peut être un raccourci utile de dire que la nature veut… quand c’est clairement une image).

          Ne pas traiter les adultes comme si ils étaient des enfants est indissociable de la notion même de liberté individuelle (et donc du libéralisme). Cela marche évidemment dans le sens inverse.

          C’est là LE SEUL ET UNIQUE argument qui justifie la criminalisation des rapports pédophiles « consenti », et certainement pas un parallèle foireux, stupide et insultant avec l’homosexualité.

          « Je vous rappelle qu’il suffit que ce rapport ait lieu un jour avant la majorité sexuelle de l’enfant pour qu’il tombe sous le coup de la loi, et pire encore, que cette majorité sexuelle diffère d’un pays à l’autre et d’une époque à l’autre. Par exemple, un adulte honorable en France (m. s. à 15 ans) pourrait être un pédophile en Suisse (m. s. à 16 ans). »

          Je vois pas le rapport avec le sujet. La question de l’arbitraire d’une limite légale se poserait quelque soit les raisons pour laquelle la pédophilie est interdite. Que ce soit à cause de l’incapacité de l’enfant a avoir un consentement valable ou que ce soit parce que c’est « contre la volonté de la Nature » ne change rien à ce problème. Enfin si : la question du consentement et de l’intérêt de l’enfant permet au moins de poser le débat de manière rationnelle, alors qu’on peut bien faire dire à Dieu ce que l’on veut (ou à la nature, puisque vous n’arrivez toujours pas à voir la différence entre les deux).

          Enfin ce trop long post ne vise qu’à rappeler ce qui devrait être une évidence. Le parallèle entre homosexualité et pédophilie passe totalement et fondamentalement à coté de ce qui est pour moi l’essence même du libéralisme : la liberté des hommes en tant qu’être doué de raison.

          (Sans parler du fait que cela fait passer les libéraux pour des bigots ou des rejetés de l’extrême droite.)

          • @ Arn0

            Votre argumentation commence à abonder dans mon sens, mais il y manque l’élément fondamental qui vous fait passer à côté du lien entre pédophilie et homosexualité. Vous avez raison de dire qu’il y a une « différence de nature entre un adulte et un enfant » (pour ne pas prendre mon raccourci, « la nature a voulu », mais passons…).

            Mais là où vous ne développez pas, c’est pourquoi cette différence de nature priverait l’enfant de relations sexuelles? En quoi cette différence de nature justifie-t-elle que l’enfant soit privé d’un plaisir de la vie? Il n’est pourtant ni privé de rire, de manger, de chanter, de danser, alors pourquoi devrait-il être privé de sexualité?

            La seule réponse est bien que l’enfant n’est naturellement pas adapté au niveau du psychisme et de la physiologie à avoir des relations sexuelles. C’est ça le seul argument qui explique cette interdiction. Et c’est parce que cet argument est valable également pour l’homosexualité, que vous avez un lien entre les deux.

            Maintenant, comme vous l’avez dit, même si l’homosexualité était une erreur, la nature même de l’adulte doit l’autoriser à avoir la responsabilité de commettre ce genre d’erreurs. C’est là où la différence enfant / adulte peut légitimement avoir une différence de législation par rapport à un comportement en contradiction avec le psychisme et la physiologie naturels.

            (Et ceux qui se basent sur les propos d’un libéral pour classer tout le mouvement dans une tendance bigotte ou extrême-droite, ne méritent pas que l’on s’autocensure pour leur donner tord…)

          • Evidemment que si il était dans l’intérêt de l’enfant d’avoir des relations sexuelles avec des adultes la question ne se poserait pas. Seulement la question de son intérêt ne se pose, d’un point juridique, que parce qu’il est un enfant (sinon ce serait à lui d’en juger). Vous raisonnez à rebours.

            « La seule réponse est bien que l’enfant n’est naturellement pas adapté au niveau du psychisme et de la physiologie à avoir des relations sexuelles. C’est ça le seul argument qui explique cette interdiction. Et c’est parce que cet argument est valable également pour l’homosexualité, que vous avez un lien entre les deux. »
            Doit-on en conclure que les homosexuels ne sont naturellement pas adapté au niveau du psychisme et de la physiologie à avoir des relations sexuelles ?

            En dehors de l’application des textes religieux, l’argument traditionnel pour condamner moralement (ou légalement) l’homosexualité c’est généralement la question de l’intérêt social des rapports hétérosexuels (la reproduction, la famille…). Ce n’est pas que les relations homosexuelles seraient directement nuisible aux personnes impliquées. Depuis quand une relation homosexuelles consentis à le même impact psychologique négatif qu’une relation pédophile (ie avant la puberté) ? Ou d’ailleurs le même impact physiologique (une sodomie n’a pas tout à fait le même effets sur un enfant de dix ans) ?

            Dans un cas il y a un agresseur (le pédophile) et un agressé (l’enfant). Dans l’autre cas cela n’a tout simplement pas de sens de parler ainsi.

            « Et ceux qui se basent sur les propos d’un libéral pour classer tout le mouvement dans une tendance bigotte ou extrême-droite, ne méritent pas que l’on s’autocensure pour leur donner tord… » Ce n’est pas s’autocensurer que de réfléchir à ce que l’on dit et à la manière dont on le dit.

            Sinon historiquement les premiers à avoir pris parti contre les lois anti-homosexuels ce sont des libéraux (Montesquieu et Bentham). Le reprocher aux socialistes c’est vraiment se tirer une balle dans le pied. Nous devrions au contraire être fier de notre héritage intellectuel.

            Ps : je rajouterais que parler au nom de Dieu, ou le rabaisser au rang de la nature (ou élever cette dernière à Son rang), ce n’est pas non plus très sain.

          • @ Arn0

            « Parce qu’il est un enfant » n’est un argument valable que si l’on étudie la nature de l’enfant et qu’on l’oppose à la nature de l’adulte. Si vous ne le faites pas, vous êtes dans l’arbitraire. Ce n’est donc pas une question de raisonner à rebours, mais de raisonner rationnellement… Car un raisonnement rationnel repose sur un fondement et non sur de l’arbitraire.

            Et oui, c’est une évidence au moins physiologique que la sexualité humaine naturelle concerne un homme et une femme, je ne vais pas vous faire un dessin. Pour le psychisme, c’est plus complexe, mais les tendances comportementales parlent assez d’elles-mêmes.

            Pour le reste, vous argumentez en détournant le sens de mes propos, cela veut dire que l’on quitte le dialogue constructif pour entrer dans une polémique. Or, la polémique ne m’intéresse pas, je préfère donc en rester là. Bien à vous.

  • « Deux ans d’emprisonnement (…) pour les organisateurs de ces concours » : comme ça ils pourront devenir Miss Savonette.

    On punit les organisateurs de concours & pas les parents. Pourquoi pas punir les fabriquants de robes, de maquillages, les coiffeurs… ?

    Ces concours représentent tout ce que notre gouvernement déteste : l’initiative individuelle, la compétition, la différence sexuelle…

  • C’est dans la logique de l’abolition du travail des enfants.

    Bientôt ce sera le sport !

  • @Hueb,

    Concours de miss signifie obligatoirement prothèses mamaires ? Cela relève du problème de la mutilation des mineurs (y compris la circoncision).

    Oui, cela peut attirer les pédophiles, comme les belles femmes (mais pas seulement !) peuvent attirer les violeurs, comme la richesse peut attirer les voleurs & l’Etat…

    Personnellement, je n’aime pas ces concours mais le droit n’est pas le produit d’une volonté individuelle.

  • quand vat-on interdire la française des jeux ?

  • Cette tendance au constructivisme devient vraiment inquiétante de par le monde…Je précise que je n’approuve pas les concours de ce genre que je trouve de mauvais gout et malsain!Mais bon ce n’est que mon opinion et je ne l’impose à personne!

    • « ce n’est que mon opinion et je ne l’impose à personne »
      Là est la vraie différence entre un libéral et un socialiste… Ce qui explique pourquoi les libéraux n’ont aucune portée politique aujourd’hui.

      Si on commence à interdire ce genre de trucs (de mauvais goût mais au fond, anodins), il n’y a plus de limite. Pourquoi pas la gym acrobatique, où les fillettes sont tellement plus sollicitées ?

      • « Pourquoi pas la gym acrobatique, où les fillettes sont tellement plus sollicitées ? »

        et où le risque n’est pas d’avoir une mauvaise image de soi ou de « la Femme », mais de se blesser gravement.

  • Oui..
    je me demande si le sénateur de mon coin a voté pour ce genre de truc…
    ceci dit on vit une époque formidable selon les journalistes, ( car je crois que les policiers ne sont pas aussi cons) , on arrête des gens pour islamisme, on arrête des jeunes qui on l’intention de se battre etc…

    Eh bien sur il faut interdire Mein kampf car ce salaud d’Hitler brûlait des livres je présume..
    On interdit l’homophobie , le racisme..
    Et curieusement ..il faut de plus en plus défendre les fascistes les intégristes religieux..voire ces andouilles de parents qui veulent exhiber leur progéniture…

  • Interdire ce genre de concours c’est interdire l’excellence .
    Nous sommes gouvernés par des individus qui mettent en premier plan la médiocrité .
    Bientôt plus aucun concours ne sera autorisé car la récompense d’un prix pour un travail accompli sur soit développe l’individualisme .
    L’individu ne doit pas sortir du rang . 👿

  • Ces concours ne sont pas ma tasse de thé mais c’est l’une des multiples façons de permettre aux jeunes de s’épanouir en dehors de la révision des concours administratifs : sport, arts martiaux, musique, théâtre, cuisine…

  • Courageux point de vue où l’auteur dénonce une loi qui est conforme à ses valeurs mais mauvaises dans les moyens employés.

    Une loi qui obligerait le port de l’uniforme dans les écoles me semblerait assez similaire, dans ses objectifs.

    Je n’ai pas lu la loi, mais il me semble qu’elle devrait s’appliquer uniquement aux concours « officiels », cad organisés par des mairies ou des services publics, et laisser libres l’organisation privée.Car effectivement, va-t-on un jour envoyer dans les familles des inspecteurs qui vont vérifier si les petites filles ne se deguisent pas en princesse…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ainsi, députés et sénateurs auront été jusqu’au bout ! Le texte sur le passe vaccinal a été adopté dimanche 16 janvier par nos parlementaires, enterrant encore un peu plus la démocratie libérale. Pour autant, une soixantaine de députés de toutes tendances, ainsi que les sénateurs du groupe socialiste, poursuivent le combat et ont saisi lundi le Conseil constitutionnel.

Pass vaccinal : le texte devant le Conseil constitutionnel

Essentiellement emmené par le groupe La France Insoumise (vous ne rêvez pas, c’est bien LFI qui se pose en déf... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

En fin d'année 2020, les éditions Gallimard ont eu la bonne idée de publier des œuvres de George Orwell dans leur célèbre Bibliothèque de la Pléiade.

Parmi les œuvres de ce volume, il y a Hommage à la Catalogne (et aux anarchistes persécutés par les communistes), et La Ferme des Animaux. C'est dans ce roman-ci que George Orwell a écrit cette phrase sublime et profonde :

Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que les autres...

Relire 1984 en temps d'épidémie de Covid-19 incline le lecteur à la tentation ... Poursuivre la lecture

Tous ces médias entre les mains de groupes privés, tous ces capitalistes qui achètent des journaux, des radios, des chaînes de télé, et s’allient entre eux pour chercher des synergies et de la rentabilité, préoccupent quelques sénateurs de gauche.

Des sénateurs contre les patrons des médias

Une commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias a été créée fin 2021, et ce serait bien, pensent ses membres, de boucler ladite enquête avant le premier tour de l’élection présidentielle afin d'inciter les candidats à se saisir de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles