Droit des femmes : nouveau cheval de Troie de la censure du Net ?

Ce lundi et mardi 17 septembre, le projet de loi dit « pour l’égalité entre les femmes et les hommes » déposé par Najat Vallaud-Belkacem, sera discuté au Sénat en première lecture. Certaines dispositions de ce texte prévoient de modifier la responsabilité des intermédiaires techniques de l’Internet pour leur confier des missions de contrôle et de censure des communications.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
censure.jpg licence CC/ credits Isaac Mao

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Droit des femmes : nouveau cheval de Troie de la censure du Net ?

Publié le 17 septembre 2013
- A +

Ce lundi et mardi 17 septembre, le projet de loi dit « pour l’égalité entre les femmes et les hommes » déposé par Najat Vallaud-Belkacem, sera discuté au Sénat en première lecture. Certaines dispositions de ce texte prévoient de modifier la responsabilité des intermédiaires techniques de l’Internet pour leur confier des missions de contrôle et de censure des communications.

Par La Quadrature du Net

Ces dangereuses dispositions, ajoutées en commission des lois par la sénatrice Catherine Tasca, anciennement Ministre de la Culture et présidente d’une filiale du groupe Générale des eaux (futur Vivendi), chargeraient ces acteurs privés de missions de police et de justice. Leur adoption constituerait une dérive inacceptable pour la démocratie et la liberté d’expression.

Actuellement, aux termes de l’article 6.I.7 de la loi pour la Confiance dans l’Économie Numérique (LCEN), adoptée en 2004 et déjà responsable de nombreuses dérives1, les hébergeurs sont tenus de mettre en place un système permettant à toute personne de signaler certaines catégories de contenus (représentations de crime sexuel sur mineur, apologie de crime ou appel à la haine raciale), pour leur permettre ensuite d’avertir les autorités. En pratique, pour s’abriter de tout risque juridique, les hébergeurs sont aussi incités à considérer de tels contenus comme « manifestement illicites » et à les censurer dans un cadre extra-judiciaire.

Au nom de la lutte légitime contre les discours sexistes et homophobes, la ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, souhaite profondément modifier ce régime de responsabilité et faire adopter des dispositions visant à élargir l’éventail des contenus que ces acteurs privés sont chargés de surveiller et donc incités à supprimer. Des amendements déposés par Catherine Tasca – encore une fois en pointe des mesures renforçant la répression sur Internet2 – et adoptés en commission des lois, modifieraient la LCEN3 et un article du code pénal relatif à l’enregistrement de scènes de délits4 dans le but d’accentuer un peu plus la responsabilité des intermédiaires techniques aux contenus pouvant être constitutifs de harcèlement sexuel.

Cet élargissement des fonctions de police et de justice privée qui incombent aux hébergeurs est précisément ce que réclament depuis des années les industries du divertissement pour mener leur guerre contre le partage de la culture sur Internet. En ouvrant une telle brèche, le Sénat laisserait le champ libre à d’autres élargissements ultérieurs accentuant un peu plus les problèmes déjà constatés dans l’application de la LCEN, alors qu’au contraire, cette dernière doit être modifiée pour mieux protéger la liberté d’expression et le droit au procès équitable.

Quelle que soit la légitimité des causes que ces dispositions sont censées servir, elles ne peuvent donner lieu qu’à des dérives inacceptables, notamment à cause de leurs larges possibilités d’interprétation et du manque de moyens de nombreux petits hébergeurs pour faire face à ces nouvelles obligations. Si le gouvernement Ayrault et le Parlement souhaitent réellement agir dans ces domaines tout en se montrant respectueux de l’État de droit, ils devraient réformer la LCEN pour mettre à fin à l’extra-judiciarisation de la censure sur Internet et œuvrer au renforcement des moyens d’action de la justice et à la poursuite des auteurs de ces infractions. Aussi, avant même l’examen de ce projet de loi par l’Assemblée nationale, les sénateurs doivent s’opposer à ces dangereuses mesures.

« L’instrumentalisation de la lutte contre le sexisme et l’homophobie pour encourager des dispositifs de surveillance et de censure reposant sur des acteurs privés est inacceptable et rappelle les pratiques du gouvernement précédent. Dans un régime démocratique, seule l’autorité judiciaire peut légitimement prononcer des mesures aussi graves que la censure. »

…déclare Jérémie Zimmermann, porte-parole et cofondateur de l’organisation citoyenne La Quadrature du Net.

  • 1. Voir  http://www.wethenet.eu/2013/04/la-lcen-le-juge-et-lurgence-dune-reforme/ ou http://www.legalis.net/spip.php?page=breves-article&id_article=3843
  • 2. Catherine Tasca, sénatrice socialiste des Yvelines, ancienne ministre de la Culture du gouvernement Jospin, ancienne présidente d’une filiale du groupe Générale des eaux, futur Vivendi, et ex-présidente de la Commission Nationale de la communication et des libertés (ancêtre du CSA), s’est notamment illustrée lors de l’examen de la loi DADVSI par son soutien aux amendements Vivendi aux côtés d’élus de l’UMP.
  • 3. « Exposé Sommaire : L’amendement a pour objet de modifier le troisième alinéa du 7° du I de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique afin de compléter la liste des infractions pour lesquelles les hébergeurs sont tenus de mettre en place un dispositif de signalement afin de lutter contre la diffusion de celles-ci par internet. » Source : http://www.nossenateurs.fr/amendement/20122013-717/COM-5
  • 4. « Exposé Sommaire : Inscription du harcèlement sexuel dans la liste des délits couverts par le délit constitué par le fait d’enregistrer sciemment, par quelque moyen que ce soit, sur tout support que ce soit, des images relatives à la commission d’atteintes volontaires à l’intégrité de la personne. » Source : http://www.nossenateurs.fr/amendement/20122013-717/COM-6
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Selon la cour des comptes, les subventions à la presse écrite, directes et indirectes, de sont élevées à 5 milliards d’€ de 2009 à 2011. Et, à ce prix, comment obliger les concitoyens à s’informer uniquement par la propagande, vivant de cette manne ?
    Il faut donc limiter, voire interdire, tous les blogs non contrôlés. Pourtant, j’adore parcourir les sites ne relevant pas des médias habituels. Pas étonnant que le pouvoir veuille y mettre bon ordre, surtout à gauche, où on sait si bien manier la langue de bois.

  • Internet = réseau mondial.
    France = tout petit territoire.
    Que nos « politiqueux » votent bien ce qu’ils veulent comme loi. Pendant ce temps, je déménagerai mes serveurs ailleurs.

    • Tout à fait ! C’est d’ailleurs à mon avis le chemin que beaucoup vont désormais prendre: la clandestinité.

    • ça changera… bientôt ils ne jugeront plus sur la localité du serveur du site mais la localité d’habitation du proprio.

      Ça serait pas stupide d’ailleurs, par exemple pour un site comme « jemevenge.com » qui mets en ligne des photos et vidéos porno des ex-copines sans leurs demander leurs avis, ils peuvent rien faire car c’est hébergé ailleurs, mais il devrait attaquer le proprio réel, logé en France.

      Le problème n’est pas la répression sur le net, c’est sur quoi ça se base. Si c’est pour brimer la liberté d’expression, selon un code de langage pré-établi par une ideologie d’Etat alors là ça n’a pas lieu d’être. Par contre pour un cas comme jemevenge.com ça a du sens, même du point de vue liberal, à mon avis.

      • On a quand même pu se passer de l’État sur Internet pendant quelques décennies et personne n’est mort.
        Une fois qu’il sera bien implanté, la lutte à la pornographie juvénile (cheval de troi par excellence) va prendre le bord et ce sera la lutte aux privilège, les taxes (sur destination ip pourquoi pas), la bande passante prioritaire pour les entreprises « culturelle », l’interdiction de bloguer sans autorisation officielle, censure des ayants droits, des paroles etc …

      • Encore faudrait-il savoir l’identité du propriétaire et ce n’est pas gagné: whois privé + bullet proof serveur + bitcoins, bonjour pour retrouver qui possède quoi, qui paye quoi, qui reçoit quoi, etc.

  • Qu’est-ce qu’on reproche au gouvernement chinois au juste ? De limiter la liberté d’expression, oh les vilains !!!

  • Ils veuent traquer l’omophobie, mais ils n’ont pas de medecine contre l’omoallergie ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

censure
0
Sauvegarder cet article

Par Ilya Fomin.

Le monde était sur le point de commencer à se remettre des pandémies, lorsque la Russie a déclenché la guerre en Ukraine. Les terribles images de villes détruites et de civils assassinés rapportées de Bucha, Mariupol, Kharkiv et bien d'autres révèlent le véritable objectif de l'armée russe : non seulement occuper une grande partie de l'Ukraine d'une manière similaire à l'annexion de la Crimée et des soi-disant "DNR" (République populaire de Donetsk) et "LNR" (République populaire de Lougansk), mais aussi créer une crise... Poursuivre la lecture

Elon Musk rachète Twitter ! L’homme le plus riche du monde s’offre ce qu’il appelle lui-même « la place publique numérique [digital town square] où sont débattues les questions vitales pour l’avenir de l’humanité. » Il y a un petit côté « moi, riche et célèbre, maître du monde » dans la façon dont s’est nouée cette affaire en quelques jours pour 44 milliards de dollars. Mais là n’est pas le reproche essentiel adressé au patron de SpaceX et Tesla.

Tout autre milliardaire plus acquis aux idées de contrôle des « discours de haine » et des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles