Bijoutier de Nice : savoir raison garder

Le bijoutier de Nice qui a abattu un de ses braqueurs recueille un soutien populaire sans précédent. Il convient pourtant de rester prudent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bijouterie-la-turquoise

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bijoutier de Nice : savoir raison garder

Publié le 15 septembre 2013
- A +

Le bijoutier de Nice qui a abattu un de ses braqueurs recueille un soutien populaire sans précédent. Il convient pourtant de rester prudent.

Par Lysandre Lécuyer.

En contrepoint de Bijoutier niçois : le courage et la révolte.

Comme beaucoup de libéraux, je suis pour le port d’armes, pour le droit de se défendre. C’est la position libérale, mais c’est aussi une position raisonnable. C’est un droit complexe, son périmètre n’est pas forcément clair. Deux caractéristiques s’en détachent pourtant. Il intervient quand il s’agit de défendre sa vie ou celle d’autrui. Donc on ne peut pas blesser quelqu’un, et encore moins faire usage de la force létale, lorsque son simple bien est en danger. Selon la seconde, l’usage de la force doit être raisonnable et proportionnée. C’est dire que, par exemple, un simple voleur ne peut être responsable de sa vie. La complexité et le flou au sujet de son périmètre intervient lorsqu’il y a incertitude. Doit-on attendre d’être absolument certain qu’un cambrioleur s’introduisant chez soi soit armé pour utiliser la force ? À quel point la menace à son intégrité physique doit être imminente ? Ce sont des questions pratiques délicates pour lesquelles la théorie n’a pas de réponse précise, et pour lesquelles la jurisprudence et les coutumes sont nécessaires.

Dans le cas du bijoutier de Nice ayant tiré dans le dos d’un voleur alors que celui-ci était déjà à l’extérieur de son commerce, en fuite, il n’y a en revanche pas beaucoup de place pour l’ambiguïté. La vie du bijoutier n’était pas en danger, ou du moins elle ne l’était plus. Le droit à l’auto-défense n’autorise en aucun cas à poursuivre ses agresseurs dans la rue, quels que soient leurs torts, pour les exécuter alors qu’ils fuient. Le droit à l’auto-défense n’est pas le droit à la vendetta. D’ailleurs, il n’était plus question de défense. Le cas du bijoutier niçois est un meurtre.

Le procureur révèle dans Paris Match que le bijoutier prétend avoir d’abord tiré dans les pneus du scooter des assaillants à deux reprises. Puis, lorsque l’un des malfrats se serait retourné avec l’arme au poing, il aurait tiré sur lui par réflexe. Le procureur lui-même ne semble pas y croire, et soutient que l’événement est survenu à un moment où il ne craignait pas pour sa vie. Pour autant, cette version suggère-t-elle une défense légitime ? Difficilement. L’arme à feu est une arme létale, et ne doit pas être pointée vers une personne, et encore moins déchargée, pour autre chose que l’utilisation de la force létale. C’est la raison pour laquelle plusieurs États américains admettant très largement la légitime défense n’autorisent pas les coups de semonce, jugés trop dangereux. C’est aussi la raison pour laquelle les policiers ne peuvent pas utiliser leur arme « pour blesser » en tirant dans le genou ou l’épaule, comme au cinéma. L’usage d’une arme létale doit être réservé aux cas nécessitant la force létale. S’il y avait eu légitime défense, elle aurait été en faveur du voleur abattu. Pour être en faveur du bijoutier, cet usage de la force aurait du être défensif, alors qu’il était menacé par ses cambrioleurs.

Une situation d’insécurité, des agressions répétées, l’exaspération, ne peuvent pas justifier le fait de prendre la vie d’un autre homme. La société libérale est d’abord une société de droit, et commettre un vol et une agression, aussi odieux soient ces crimes, n’enlèvent pas le droit à la vie. Le seul usage de la violence qui soit libéral est celui de la violence défensive.

Voir les commentaires (90)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (90)
  • je partage ce point de vue,qui ne me semble applicable que dans une societe ou le port d’arme est autorise,pour sa propre securite(celle de ces proches)et ou la loi est appliquee(jugement des faits)par un jury populaire(non soumis a tutelle des juges lors des deliberations)et ayant cette culture depuis leur jeunesse(donc mini 2 generations)

  • Halte à la tyrannie des catégories ! L’important n’est pas de savoir si les faits doivent être classés en suicide par imprudence malfaisante ou en défense légitime, avec les barèmes attachés. Il faut apprécier et juger les faits avec recul, suivant des procédures qui donnent toutes les raisons à ceux qui pourraient en relever un jour de se comporter de manière raisonnable.

  • A 68 balai… moi j’dis, il s’est gavé le vieux, il à bien fait. A 30 piges s’aurait peut être pas été la même (il aurait peut être pas hésité face à son agresseur non plus… qui sait ?). Mais je ne verserai pas la moindre larme pour le voyou. Et dans une société de droit (et de devoir), il n’aurait pas du se retrouver la le jeune… si la justice faisait son taf, et SURTOUT les parents leur ÉDUCATION, il n’y aurait eu aucun problème. Alors non pour traiter ce bijoutier de meurtrier, c’est une victime de son agresseur, et de la justice défaillante (et des parents au dessous de tout). Et l’agresseur est victime de sa connerie ET de ce que lui à laisser croire la justice (impunité), mais il a omit le réel (l’humain, qui fini par s’énerver), et peut être aussi d’écouter les bons conseils de ses parents.

  • D’accord, sur l’essentiel, avec ce papier : tirer sur un homme qui s’enfuit, ce n’est plus de la  » légitime défense « . Le juge a fait son métier : appliquer la loi. Et l’auteur des coups de feu devra en répondre devant un tribunal. Mais bien malin celui qui est sûr de ce qu’il aurait fait, confronté à une situation où l’on voit la mort de très près. Est-on encore capable de  » raison garder « , ou bien  » pète-t-on les plombs » et cède-t-on à l’émotion ? Par ailleurs, de quel poids a joué, dans cette tragédie, la menace particulière qui pèse aujourd’hui, en France, sur la profession de joaillier ? Et cette impression insupportable d’être abandonné par un Etat laxiste, qui semble préférer les délinquants aux victimes ?

  • Théoriquement cette position est tout à fait convaincante … Mais en pratique ? Je me suis faite agresser une fois, un petit jeune voulait me voler mon sac et je me souviens que tout ce que j’ai fait, en l’occurrence me défendre avec mes poings, crier, je l’ai fait dans un état absolument second, d’hébétude total dans lequel j’étais bien incapable de réfléchir. D’ailleurs je me suis défendue alors que j’aurais peut-être dû lui donner mon sac car précisément, comme tout le monde me l’a dit ensuite, il aurait pu avoir une arme… A l’aune de cette réalité qui est sans doute celle du bijoutier et de la plupart, sinon de tous, les gens qui se font agresser, il me semble difficile de soutenir le point de vue exposé dans cet article, aussi raisonnable puisse t-il sembler à froid. Il faut protéger les victimes, y compris d’elles mêmes, et à tous prix. La mort de ce jeune est un vrai drame et mon coeur de mère compatit à la douleur de ses parents mais même mort, il reste le coupable et le bijoutier, la victime.

    • Je rappelle qu’en France, on peut défendre la personne, pas le bien.
      Donc vous vous êtes mise en danger, non seulement d’être blessée vous même, mais ce qui aurait été pire, de blesser votre agresseur si votre réponse avait été jugée disproportionnée, par exemple en utilisant un objet contondant et si votre agresseur était supposé mains nues.
      Votre agresseur tombe et se tue, sa tête heurtant le trottoir (histoire récente), vous seriez dans la mer….
      Donc votre bien n’a aucune importance, si votre agresseur le demande gentiment, donner le lui avec le sourire, vous aurez fait une bonne action redistributrice juste dont vous pourrez être fière et de plus, vous le faire rembourser par la communauté aux travers des assurances. Que du bonheur!

      • Après vérification, l’article 122-5 du code pénal, dans son alinéa 2, exonère de responsabilité pénale les actes de défense commis pour prévenir les crimes et les délits contre les biens. Mais dans ce cas, l’homicide volontaire n’est pas permis. Donc si une racaille vous menace pour vous piquer votre portable, vous avez le droit de lui taper sur la gueule si nécessaire.

        J’en déduis que les « violences volontaires ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner » sont aussi couvertes par cet article, à condition naturellement qu’elles aient été justifiées par les circonstances.

        En revanche, il appartient à celui qui se défend de prouver la proportionnalité du geste de défense par rapport à l’agression.

        (Merci Wiki.)

      • La notion d’équivalence ne tient pas compte de l’arme mais des dommages potentiellement infligés, hors on peu aussi bien tuer avec une arme, qu’à main nue ce qui est aussi simple voire même plus (en théorie)

  • Le soutien au bijoutier st surtout dû à l’expression d’un ras le bol vis à vis des petits malfrats hyper récidivistes toujours relâchés par la justice et soutenus par je ne sais quelle pseudo association.
    Que ce ras le bol se cristallise autour de cette affaire, c’est le hasard de la conjonction du ras le bol et d’un fait divers.
    Je crois, dans cette affaire, que philosopher sur légitime défense ou non n’est pas d’actualité. Le problème est l’incapacité de la justice à réponde aux exactions de ces petits merdeux et à protéger les biens du citoyens lambda.

  • Oui à cette analyse, mais dans un etat de droit où les agresseurs sont effectivement condamnés à faire une peine dans sa totalité. Aujourd’hui les agresseurs sont plus vite hors du commissariat que les victimes. Et d’ailleurs qui parle des victimes? Personne , jamais, alors on va s’émouvoir lorsque des jeunes sont tués dans un accident de moto ( volée?) sans casque, sans phares, sans assurance… Ce qui rend fou les français ce sont toutes ces différences. Agresseur égale compassion, victime bien fait pour elle. Alors pas d’étonnement lorsque un type pète les plombs, serait ce la loi qui mériterait d’être revue?

  • Sur le plan de la légitime défense, c’est évidemment râpé pour le bijoutier.
    Un fuyard n’est pas un danger.

    Mais il y a la notion de « pulsion irrésistible » : sous l’effet d’une vive et légitime émotion, on doit comprendre que quelqu’un puisse perdre son sang-froid. C’est exactement ce qui s’est passé, et la montée d’adrénaline est un fait biologique et indiscutable.

    Pour la légitime défense, en Belgique du moins, elle doit être proportionnée à la menace, mais il est convenu que toute intrusion de nuit dans une maison privée, par exemple, soit considérée comme « menace absolue », même si l’intrus n’est armé que d’un cure-dent.

    Autrement dit, la jurisprudence ne se fonde pas uniquement sur la menace objective, mais tient compte des circonstances, et de l’impossibilité d’évaluer la dangerosité de la menace.

    Par contre, trier sur un type qui s’est introduit dans le jardin, c’est très mal vu 🙂

    Mais comme vous, j’estime que – dans la mesure où l’Etat ne peut assurer la sécurité – il ne peut en outre demander aux éventuelles victimes de ne pas s’armer.

  • La possession d’armes létales nécessite un entraînement sérieux et régulier, une maîtrise de ses émotions en toute circonstance…
    Tirer sur des fuyards, c’est de la vengeance… Pas de la légitime défense …

    J’ai à priori très peu de respect pour ceux qui ne respectent pas la propriété ni l’intégrité des personnes….
    J’ai à priori plutôt de la sympathie envers ceux qui mettent un terme a ce genre de comportement addictif …

    Mais pitié , être libéral ce n’est pas accepter le port d’arme … C’est responsabiliser les individus…
    Le voleur n’est pas a l’abri d’une réaction disproportionnée … Lui ou sa famille doivent se cacher de honte..
    Le bijoutier qui se fait justice en tirant dans le dos… Assumera lui aussi sans broncher les conséquences de ses actes : il est devenu un criminel…

  • Tout a fait d’accord dans le cas ou le voleur est désarmé. Mais si lui même utilise une arme pour commettre son forfait, la montre, et l’utilise pour terroriser ses victimes, j’estime qu’il se place lui-même en toute connaissance de cause dans une situation ou sa vie se met en jeu, au même titre que celle des victimes.
    Reprocher a la victime – devenue meurtrière ensuite – de ne pas avoir fait preuve du sang froid et du professionalisme d’un commando dans une telle situation, ou personnellement je peine a m’imaginer, est un peu facile assis devant un clavier.

    • Absolument, dès lorsqu’on est menacés à un moment ou un autre par une arme on doit avoir le droit d’ouvrir le feu sur l’agresseur et si possible en se mettant à l’abris. Cette histoire de tir exclusivement en état de légitime défense est ridicule. A ce compte là il faudrait simplement attendre que votre adversaire tir puis si par chance il vous rate ET qu’il à toujours son arme pointé sur vous pouvoir alors faire feu à son tour. C’est n’importe quoi. Lorsque l’on agresse une ou plusieurs personne avec arme il est normal qu’on puisse subir éventuellement les mêmes dommages que l’on pourrais infliger à autrui.

  • «  »La société libérale est d’abord une société de droit, et commettre un vol et une agression, aussi odieux soient ces crimes, n’enlèvent pas le droit à la vie. Le seul usage de la violence qui soit libéral est celui de la violence défensive. » » »
    Parfaitement d’accord.
    Le soutien massif des Français à ce bijoutier reflète simplement le ras le bol généralisé de la population face au laxisme de notre justice et à l’incapacité de la police à faire respecter nos droits.
    Cet évènement arrivant à point nommé au moment où la loi Taubira est présentée à l’Assemblée alors que la majorité des Français est opposée à cette loi, l’ échos qu’il trouve auprès des Français est forcément très puissant. Il y a un effet « caisse de résonance », c’est évident.
    On pourrait même en conclure que, l’utilisation des référendums nous étant supprimée pour exprimer démocratiquement ce que nous voulons, nous nous « rabattons » sur les réseaux sociaux pour le faire.

  • Je n’adhère pas du tout à l’assertion de « Meurtre », un braquage avec arme et violence vous plonge dans un état second: crainte pour sa vie, fureur bien légitime, les émotions sont violentes et irrésistibles. Les braqueurs tuent parfois, ce n’est pas un petit risque.

    Ne pas oublier que de telle agressions peuvent détruire psychologiquement un homme . Ce n’est en rien anodin.

    Si on ne veut pas se prendre une balle on n’agresse pas une personne avec un fusil à pompe et on ne le tabasse pas. Je n’aurais pas un mot de compassion pour l’agresseur, il a pris ses responsabilité.

  • Je suis pour le port des armes et pour le respect de la légalité. Très clairement, il est possible que le bijoutier ait agi en-dehors du cadre légal francais. Mais en tant que libéral, je suis aussi pour la réforme de ce cadre légal de manière à ce que soit intégré la doctrine du chateau (castle doctrine) qui est appliqué dans de nombreux états américains. Pour résumer, si quelqu’un s’introduit chez vous ou à votre travail avec l’intention de commettre un crime, vous ne devriez rien avoir à craindre de la loi s’il lui arrive du mal. Quand on se met hors-la-loi, le comble est que la loi vos protège! Pour les victimes, cette mise en cause lorsqu’on es attaqué chez soi est une double peine. D’abord elles subissent le traumatisme d’une agression de plus chez elle mais en plus elles sont remises en cause par la loi! On fait tout pour que les criminels n’aient pas à subir de double peine mais les victimes on s’en fout. Il est temps que la peur change de camps.

    • TOut à fait d’accord avec vous, je pense que dans le cas cité dans l’article il faut comprendre que le cadre de la loi française rend absurde toute réaction face à une intrusion avec intention de vous nuire. Vous vous retrouvez pieds et poings liés & plus que vos yeux pour pleurer.

    • Dans les années 80 un avocat (M° Garraud) avait créé l’association « Légitime Défense » . Existe-t-elle encore ?

    • La doctrine du château ne permets pas de tuer quelqu’un qui… s’enfuit ! Rien à voir.

  • Posons une situation relativement commune pour bien comprendre les conséquences pratiques de la thèse de l’auteur de ce billet.

    Des criminels foncent sur des policiers pour passer en force un barrage routier. A la seconde où leur véhicule franchit le barrage, les criminels se placent en situation de fuite. Peu importe si quelque fonctionnaire se trouve écrasé dans la manœuvre ! En application de la logique de l’auteur, les policiers survivants ne peuvent plus faire usage de leurs armes puisque, les criminels étant en fuite, ce serait considéré par la justice comme une « vendetta », une « ‘vengeance » des policiers contre les criminels.

    Alors ? Autant laisser sagement les policiers au commissariat déguster leur apéritif favori. Dans ces conditions en effet, seuls les honnêtes citoyens s’arrêteront au barrage, qui ne sert plus à rien. Les criminels quant à eux sont informés par avance qu’ils ont intérêt à foncer sur les policiers, au mépris des vies mises en danger. Les criminels ne peuvent ignorer qu’une interprétation aussi naïvement restrictive de la légitime défense a pour conséquence pratique de désarmer complètement les policiers et les honnêtes citoyens, tandis qu’eux-mêmes gagnent le droit exorbitant de menacer et de prendre la vie, sans aucun risque puisque la loi les protège. La multiplication des agressions avec usage d’armes létales pour dérober quelques misérables euros le prouve amplement : les criminels auraient tort de se priver…

    Restreindre la légitime défense à ce point conduit à ce que seule la vie du criminel soit sacralisée, tandis que celle de l’honnête citoyen devient sacrifiable à loisir, selon la fantaisie des criminels. A l’écoute révélatrice des médias socialistes officiels, chacun a d’ailleurs pu constater que c’est dans cette logique que les faits de l’affaire qui nous occupe ont été rapportés. Et ne parlons pas de la réaction de la famille du criminel, absolument révélatrice, ces individus ayant parfaitement intégré le déséquilibre préalable de la justice, favorable par principe aux criminels !

    Restreindre la légitime défense comme le propose l’auteur consiste à confier au criminel, et à lui seul, le pouvoir de prendre la vie d’autrui. C’est parfaitement illibéral.

    • merci d’avoir trouvé des mots plus précis pour exprimer c’est avis que je partage
      cordialement

    • idem

      ainsi que le passage sur l’alea moral, introduit par l’idée que « c’est la société-c’est-a-dire-nous-tous-qui-sommes-responsables », et bien compris de tous les délinquants et partisans d’une voie qu’ils jugent facile; au passage, quelle erreur.

  • La légitime défense s’applique pour les biens et consiste à interrompre le cours d’un délit non ?

  • Très beau et bien lisse votre commentaire, telle la société rêvée et idéalisée par la plupart de nos concitoyens.
    Concernant la vente d’arme, je vous rejoins, mais votre position est trop timide : https://www.contrepoints.org/2013/09/14/139076-bijoutier-nicois-courage-revolte
    Vous supprimez d’un trait tout ce qui a permis d’en arriver à une catastrophe et a laissé sur le carreau deux victimes et leurs familles, pour nous servir un discours conscientisé, bien propre sur lui, froid, presque cynique.
    La plaie est plus profonde, cette affaire et la réaction qu’elle suscite dénonce la vacuité de votre analyse.
    Nous avons ici la conjonction de deux parcours, celui d’un gosse livré à lui même, sans éducation, sans limites fixées, inculte, bref une petite frappe des temps modernes.
    Face à lui, ce qui semble être l’archétype du citoyen lambda bon père de famille et bosseur, assumant sa vie, commerçant, participant à la vie de la cité.
    Ce qui les réunis ? vous le savez bien… la dérive sans fin d’un état collectiviste, ou tout est égal a tout, ou plus rien ne vaut rien, ou le nivellement des valeurs se fait par le bas, ou l’individu est masqué derrière des lois et règlements sans cesse plus abondants, artefacts et artifices qui permettent de contenir les uns et excuser les autres, sans jamais ne rien faire, tout en laissant une situation de dégrader.
    L’état est le premier et seul responsable de cette catastrophe.
    Votre analyse est d’autant plus vide de sens, qu’elle intervient au moment même ou il vous faudrait faire preuve de courage et, armé de votre talent et de votre conscience, oublier un temps les règles, pour enfin dénoncer ce que tout le monde tente de dénoncer à sa manière.
    Mais avez vous les capacités de l’entendre ?
    Le frère du braqueur : « c’est la télévision…, il était assuré ».
    Le bijoutier qui lui ne s’exprime pas, du moins pas encore vraiment, a été très certainement guidé par une irrépressible pulsion, un ras le bol accumulé qui l’a conduit à l’irréparable.
    Non, décidément votre article en forme de cours de droit pour adolescent attardé, manque de courage et a droit à ma vindicte car il est écrit par une personne intelligente et doué de réflexion, ce qui vous rend inexcusable.

  • En désaccord avec l’auteur:
    1. Lorsque un homme agresse un autre pour le voler, il le transforme de fait en esclave.
    En effet lorsqu’on vous dépossède d’un bien, on vous prend le temps de vie que vous avez consacré à obtenir ce bien et à le conserver, on vous prend le temps de vie que vous n’avez pas pu consacrer à vos proches pour acquérir ce bien.
    Votre voleur devient de facto votre maître, or quiconque essaye d’attenter à la liberté d’autrui doit s’attendre à une défense totale de la part de celui qu’il tente de réduire à l’esclavage. Y compris la mort.

  • En désaccord avec l’auteur (suite)
    2. Inutile de faire référence à l’actuelle loi sur la légitime défense, elle est liberticide.
    Un vraie loi sur la légitime défense devrait introduire le risque de mort pour tout agresseur.
    En effet si la notion de responsabilité a un sens, alors il faut bien convenir que l’agresseur est seul responsable, personne ne l’a obligé à braquer.
    S’il n’avait pas décidé de réduire en esclavage son prochain, il serait encore en vie. Quand vous mettez les doigts sur une barrière électrique, il faut s’attendre à une décharge.

    De surcroît le port d’arme et une loi sur la légitime défense étendue auraient une influence sur le nombre d’agressions.
    En effet cela créerait une insécurité pour les délinquants et découragerait une bonne partie d’entre eux de se lancer dans des activités aussi risquées.

    • L’auteur as parfaitement de souligné que dans ce cas là libéral ou pas , le bijoutier n’était pas en situation de légitime défense .de surcroit il s’est bien gardé de sortir de sa bijouterie pour tirer sur le braqueur mais manque de pot la balle du Gun ,elle as bien franchit l’espace publique pour atterrir dans le dos du braqueur . Dans ce cas le bijoutier s’est involontairement (?) mit en faute… L’excés de stress peut amener une personne a faire certaines conneries dans ce type d’agression ..

  • Dans son malheur, bonne nouvelle pour ce bijoutier, mauvaise nouvelle pour les autres : les braqueurs préfèreront aller chez le voisin, et de préférence celui qui se laisse maltraiter en toute conscience de la loi francaise, et dont la mort fera nettement moins polémique.

  • Moi j’estime qu’après un bracage on est en état de choc et que la legitime défense s’est jusqu’à a fin de l’état de choc.

  • De toute façon au vues de la loi, la victime n’a le droit de se défendre que quand il risque de mourir avant l’agresseur, c’est une loi sucide.

  • Une chose. La légitime défense doit aussi s’étendre au biens. Donc il se barre avec 30 000 euros de bijoux on doit pouvoir le stoppé. La police peut tirer sur un braqueur de banque qui se barre le citoyen doit pouvoir le faire.

    Une personne et des biens c’est pas pareil me direz vous. Je pense pas. Ne m’agresse pas et il ne t’arrivera rien. Ne viens pas chez moi me voler et je ne te ferai rien. Si tu viens me voler, mettre en péril mon affaire qui me permets de nourrir ma famille, faire vivre la société par les impôts que je paye, me frappe et tu pointe un canon scié alors fait gaffe.

  • Cette histoire me fait penser à l’affaire Meric.

  • >on ne peut pas blesser quelqu’un, et encore moins faire usage de la force létale, lorsque son simple bien est en danger
    Ce qu’on possède est strictement équivalent à la partie de la vie qu’on a passé à l’acquérir, pauvre socialiste !
    Prétendre le contraire revient à dire que la part de vie que j’ai passé à gagner ce que je possède vaut moins que la part de vie qu’un criminel à passé à m’agresser et me voler !

    Des propos aussi abjects que les vôtres, Lécuyer, vous placent de fait en tant que complice de tous les criminels ; et complicité vaut crime.
    Vous voulez rendre le monde meilleur ? Aller vous pendre est encore la meilleure chose à faire ; ça fera toujours une ordure de moins.

  • la logique de l’etat français socialiste depuis les année 70, et donc de sa justice, est une logique civisationnelle de traitrise contre son propre peuple: défendre la razzia, le rezzou, les peuples de la steppe ( gitans, kalmouks, tatars, mongols, mandchou et d’autre ) par haine de la propriété privé. il est donc pas trés étonnant que la  » justice  » charge le pauvre bijoutier au maximum, pour montrer au bon peuple, qu’il doit se laisser voler par ses nouveaux maitres.
    aprés tous, ce que prend la razzia, le pékin moyen n’aura pas à le verser comme tribut à un voleur bien plus puissant celui la: l’etat.

  • Hé bien moi je suis libéral et contre le port de l’arme. On ne se fait pas justice soit-même et la légitime force qu’on accorde à l’état – ce monopole de violence – doit être débattu mais jamais remis en cause.

    Voilà encore un article qui fera de la pub à contrepoints mais hélas pas dans le bon sens. Quand je me rappelle ce crétin de gauchiste de Michael Moore (Bowling for Colombine) remarquer qu’aux USA il y a problème qui n’existe pas au Canada, je suis obligé de dire que contrepoints n’est obligé dans les excellents débats actuels de se faire l’avocat de la puissante NRA bien que soutenue par bon nombre de libertariens US.

    Le bijoutier va prendre cher et il le mérite mais les causes ne seront jamais traitées correctement ni par un laxisme judiciaire ni par la prolifération d’armes à feu.

    • C’est votre opinion, mais ne confondez pas port et détention d’armes.
      De plus, quel est votre problème avec les armes ?

      • Patronus, les jobs à risque pour lesquels on autorise le port d’arme sont contraints à une réglementation stricte.En clair, on autorise de buter avec une arme à feu certaines personnes dans le cas de la légitime défense bien que ce cadre juridique soit trop flou. On l’a vu mille fois avec ce qui avait été présenté comme des « bavures policières »…

        En l’occurrence le bijoutier, bien qu’agressé et dans une situation de stress et de ressentiment compréhensible, il a buté le connard dans le dos après l’agression qui sera dans les faits plus délicat à établir que la mort factuelle de l’agresseur.

        Sur le moment, adrénaline faisant, on n’est pas conscient de cela c’est la raison pour laquelle, bien que soutenant au fond le bijoutier, je suis contre la prolifération des armes.

        Cdlt.

        • Relisez moi, je me suis exprimé au sujet de la détention d’armes, c’est pour moi un droit, pas un privilège, chacun est libre de l’utiliser selon sa libre appréciation et en acceptant la responsabilité de ses actes.
          Soit on dit qu’un citoyen est mature et dans ce cas il n’y a pas 2 manières d’agir, soit on estime qu’il ne l’est pas.
          Pour ma part, je ne fustige ni le jeune homme mort et encore moins le bijoutier, ce sont les deux victimes du laissé aller de l’état et d’un collectivisme qui réduit la liberté individuelle, chaque jours d’avantage.
          Se proclamer libéral, comme le fait l’auteur de ce lamentable article, n’a rien à faire au débat.

    • Un conseil Duff, ne me tournez jamais le dos après m’avoir agressé, menacé, et volé. Ni moi, ni mes proches et ceux que j’aime. Si je ne vous ai pas dans les minutes qui suivent, je n’aurais de cesse de vous retrouver et de vous punir vous ou vos proches. Je suis comme cela, je m’en excuse par avance. Moi, c’est la loi du talion façon Tsahal, pour une dent je te prendrais la mâchoire, pour un œil je te prendrais la tête. Tu m’agresses, tu me menaces ou tu me voles, tu ne vivras plus jamais en paix. D’une façon ou d’une autre je me vengerais. Mais rassure toi, je suis le plus gentil des hommes, bénévole dans de nombreuse associations, je ne saurais faire du mal à une personne qui ne m’en a jamais fait.
      Pour moi, lorsque deux jeunes de vingt ans multi-multirécidivistes agressent violement avec armes un homme courageux, travailleur de soixante-sept ans et quelque chose d’une extrême monstruosité et d’une lâcheté la plus abjecte. Tu vois je crois qu’il n’a pas tiré pour tuer. S’il avait voulu le faire, il se serait approché de celui tombé à terre et l’aurait exécuté. Me connaissant, je crois que je suis suffisamment con pour faire une telle bêtise. Et j’en ai peur. J’ai peur de mes réactions dans un moment pareil. Voilà. Sur ce, je te souhaite néanmoins une bonne semaine. Sourires.

      • Entre la compréhension qu’on peut avoir et la légitimation de la force qu’on peut en donner il y a un méga gap. Le Vieux, vos propos sont juste monstrueux!

        • Je propose que nous créions la Société des Auteurs de Propos Monstrueux, avec Le vieux président fondateur. J’adhère illico presto, sans hésitation aucune.

      • @Le vieux: Comme vous je préfère monstrueux momentanément que victime des monstres.
        On en mesure pas la défense. Quand on se défend on donne tout ce qu’on a. Il n’y a qu’une seule règle à la guerre: La victoire. Anihiler la menace est la seule bonne manière de procéder.

  • Ok, bougez pas je vais chercher mon arme: ce cas nécéssite une force léthale. MDR ! Il est vrai que dans ce cas la hache aurait été plus sympa. Mais on sait aussi, qu’un méchant blessé va couter un max à la société: assurance etc…que le bijoutier va perdre sa vie et sa boutique pour cette société civile qui ne donne plus rien de bon. Alors un méchant en moins, c’est peut être un mal pour un bien ?!

  • la réaction du père du braqueur montre à quel point le droit de propriété n’existe plus pour certains.
    la réaction du bijoutier montre à quel point la société n’a plus confiance en sa police et en la justice.

    • L’article oublie de mentionner la légitime défense des biens, prévue par la loi dans tous les pays, y compris la France : « N’est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l’exécution d’un crime ou d’un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu’un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l’infraction. »
      Le problème c’est « interrompre l’exécution d’un crime ou d’un délit ». Ici le bijoutier en tirant a interrompu l’exécution du recel de l’objet volet (et pas l’interruption du vol, qui était déjà commis). Le caractère nécessaire : pouvait-il faire autrement ? S’il avait eu un taser sûrement, mais sans, comment arrêter un individu à distance ?

  • Au-delà du drame je voudrais insister sur le rôle absolument remarquable de Contrepoints dans cette affaire et dans d’autre : grâce à vous un débat presque toujours digne s’installe, des raisonnements intelligents s’échangent, les citoyens prennent la parole en dehors du milieu étouffant des médias subventionnés. Ce n’est qu’un début… Quand aux commentateurs s’il vous plaît ne tombez pas dans le piège de l’invective ou des anathèmes. Je ne partage pas l’opinion de l’auteur mais elle n’a rien d’abjecte. La vérité est complexe et c’est bien pour cela qu’il faudrait une justice de qualité…que nous n’avons pas.

    • Merci pour ce commentaire.

      • Hola H16, vous qui n’hésitez pas à pourfendre tout un chacun et particulièrement les élus de la république, force commentaires acerbes et mots acides, voilà que maintenant vous versez dans le réconfort larmoyant.
        Ce cher Laurent Pomaret, apporte un soutient à l’auteur du même calibre doucereux que l’article, et vous approuvez.
        L’auteur a visé à coté, il vient nous servir un plat indigeste la où est attendu une réaction et une analyse de la situation dans la profondeur qu’elle impose.
        En lieu et place, nous avons droit à un (mauvais) discours d’étudiant de l’auteur, tout fier d’exhiber ses connaissances, usant de prudence et forçant l’admiration devant tant de renoncement dans un seul et même texte.
        Le final vaut à lui seul le détour : « Une situation d’insécurité, des agressions répétées, l’exaspération, ne peuvent pas justifier le fait de prendre la vie d’un autre homme. La société libérale est d’abord une société de droit, et commettre un vol et une agression, aussi odieux soient ces crimes, n’enlèvent pas le droit à la vie. Le seul usage de la violence qui soit libéral est celui de la violence défensive. »
        Contrepoints, parfois c’est bon, sur ce coup c’est très mauvais, il ne s’agit pas d’opinion mais de lecture.

        • Je trouve qu’un commentaire qui remercie pour un débat digne mérite un merci. Je trouve qu’un débat digne est possible et CP le prouve en présentant aussi bien les arguments en faveur qu’en défaveur de l’acte du bijoutier. En revanche, je trouve votre commentaire sans intérêt puisqu’il n’apporte absolument rien de plus que tout ce qu’on dit les autres.

          • Vous trouvez beaucoup de choses, seulement lorsque vous y trouvez avantage, semble t’il… je ne vous ai pas demandé la moindre preuve, pas plus que de connaître vos appréciations sur moi ou quiconque, je constate que vous avez des réactions à géométrie variable.
            Désolé de ne pas faire partie de votre fan club likeurs, même s’il m’arrive d’apprécier votre prose mais votre réaction est vraiment rigolote, c’est au moins ça, me direz vous.

  • Sue le papier je suis entièrement d’accord avec l’auteur de l’article mais il faut aussi tenir compte de ce qui s’est passé et des conséquences psychologiques immédiates pour la victime.

    Il semble quand-même que ce braquage ait été violent donc il est possible que le bijoutier ait eu tout simplement une espèce de grosse poussée d’adrénaline qui l’a motivé à prendre un flingue et tuer son agresseur. Il aurait pu aussi avoir une réaction inverse, s’effondrer en larmes.

    Franchement je ne souhaite pas un jour être confronté à cette situation pour le savoir avec certitude mais j’imagine qu’il est tout à fait possible que le commerçant ait « péter un plomb » mais cet acte irréfléchi ne serait pas arrivé si personne ne l’avait braqué.

    Bref, il n’est pas excusable d’avoir tirer dans le dos de son agresseur mais j’éviterais quand-même de condamner son geste trop rapidement, ce n’est pas lui qui cherchait querelle à la base.

    Si j’étais juge, je le condamnerais mais certainement pas avec la peine maximum!

    • Ce que « voudrais »la légitime défense je crois :que la victime du braquage utilise son arme a feu a la seconde ou l’agresseur a la sienne en main et ce n’est pas le cas apparemment, seule la nuit vous sera favorable a utiliser une arme a feu pour votre défense..en effet il y a un abominable commentaire sur ce sujet..que cette personne réalisé bien,parfaitement,ce que doit être pour un homme d’ôter la vie a un autre homme et ce,en toute
      Connaissance de cause.
      Dom.

    • « Si j’étais juge, je le condamnerais mais certainement pas avec la peine maximum! »

      Doutons et dans le doute prenons des demi-mesures. Et voilà pourquoi votre république pourrit sur pied.

  • Il faut penser au choc d’avoir été braqué par une arme à feu et tabassé. Je n’ai jamais vécu ça personnellement mais un ami a moi à été agressé et braqué dans la rue, et m’a décrit l’immense peur qui s’est emparé de lui. Plusieurs semaines pour s’en remettre. Pour moi braquer quelqu’un est sans doute l’un des gestes les plus violents et traumatisants, en dehors de la torture, et vous met en situation psychologique de survie « soit je meurs, soit tu meurs ». Si ils l’avaient volé sans le braquer ni le tabasser, ça n’aurait pas été évidemment la même chose.

    • Je vais y aller de mon second commentaire a l’attention de Raphaël,cela m’est arrive il y a trois mois environ,agression mais pas tabasser,en résume,je me suis retrouver chez mon..inquiétante ex petite amie,ce soir la grosse bisbille;j’ai compris par la suite qu’elle faisait appelle en SMS a un..dangereux fou ,il arriva et presque professionnellement me vissa le canon de son 11,43(45 ACP je suis quelque peu connaisseur en armes,étant ancien chasseur),sous l’oreille,je reprend un mot très juste dun commentateur,a partir de cette seconde vous étes son « esclave »,personnellement le traumatisme s’attenua nettement passe 24h..soyons précautionneux avec nos relations ou le c.. mène le bal:-)
      Voilà,c’est décousu comme récit mais c’est voulu pour ne pas créer un commentaire qui n’en finirait pas,et je suis conscients que de nos jours on meurt pour un regard un peu appuyé..moi je m’en suis bien sorti a y réfléchir.

  • Pas d’accord avec l’auteur, et son vocabulaire révèle combien la « culture socialiste » gangrène nos vies.

    « Une situation d’insécurité, des agressions répétées, l’exaspération, ne peuvent pas justifier le fait de prendre la vie d’un autre homme »
    Que le bijoutier ait enlevé la vie, c’est indéniable. Mais il ne l’a pas pris, ne se l’est pas approprié.
    « Le droit à l’auto-défense n’est pas le droit à la vendetta »
    La Vendetta est une pratique qui implique les familles, les corporations. Supposeriez-vous que le bijoutier ait agi pour le « bien commun » ?
    Prétendriez vous que la justice ne soit qu’une « vendetta normalisé » ?
    La vie de l’agresseur ne pouvant être restitué, la justice ne peut-être rendue. L’institution judiciaire a ses limites, elle ne peut que mettre un terme à l’injustice.
    Instruit par le précédent d’une agression, elle bannit l’agresseur de la société. Elle le bannit en l’enfermant. Mais son enfermement ne préjuge pas la valeur morale des choix de l’agresseur, elle ne peut prétendre le rééduquer. Celui-ci garde la responsabilité de sa rédemption.
    Attendre de la justice qu’elle éduque les délinquants est absurde, un non-sens qui finit par détruire la justice elle-même.

  • Il faut 10 minutes et 150 € pour acheter une kalachnikov, le trafic d’arme prospère mais recevoir des coups de crosse, se faire braquer et voler ne sont pas des circonstances atténuantes….Non il ne s’agit pas d’un meurtre.

  • Ce pauvre bijoutier sera probablement une des rares personnes envers lesquelles la Justice sera impitoyable. Comme avec Nicolas Buss, qui a fait de ma prison pour avoir manifesté.
    Dégueulasse.

  • Cest un point de vue raisonnable l’un des suels que j’ai lu ou entendu ces derniers jours!Concernant cette affaire et toutes les affaires le principe de base doit être le respect scrupuleux de la présomption d’innocence!Quand à lui le statut de « témoin assisté » m’aurait paru adéquat.

  • bravo le bijoutier, en voila qui a des corones et qui ne veut plus se laisser marcher sur la gu..le par la racaille.

  • « l’usage de la force doit être raisonnable et proportionnée. »

    Xavdirsa, en bon français?

    Tu m’fous une baffe, ma riposte doit être raisonnable ET PROPORTIONNÉE.

    Donc, au pire, j’te fous une baffe, mais attention, hein, pas plus forte que celle que tu m’as foutue, sinon disproportion et direct en garde à vue.

    Je vous passe l’escalade (baffe, poing dans la gueule, baston maison…) pour en arriver à la demi-finale: un bel uppercut, me voilà K.O. Où elle est ma riposte proportionnée? Et on passe à la finale: tu me tues. Comment je me défends maintenant?

    Cette histoire de force raisonnable et proportionnée c’est donc de la jaune Connery et de la Mère Dampot. Ou, dans les salons ousqu’on cause, du sophisme racaillophile.

    • Entièrement d’accord !
      La réponse à une attaque ne doit pas être proportionnelle mais double à celle-ci. Si on prend une baffe, on doit en rendre deux. Une pour remettre les pendules à l’heure et l’autre pour dissuader l’agression.

  • Quel article nul et prêchi-prêcha : le bréviaire du petit libéral, un libéral fait çi mais pas ça. Peut-on parler de raison quand on vient de se faire braquer et que l’on est blessé ? On ne met pas les gens hors d’eux à ce point sans risquer une réaction violente. Le voyou s’est fait descendre ? Tant mieux ! Nous sommes au delà de la légitime défense, l’État ne fait pas ce qu’il doit faire, la violence explose. Lysandre ira-t-il consulter son bréviare le jour où il se retrouvera dans de telles circonstances ?

  • Certes cette qualification des faits en meurtre est à priori parfaitement fondée, en droit.

    Mais, la crapule qui a perdu la vie en se livrant à une activité parfaitement illégale, avait 14 condamnations à son casier. Qu’il me soit permis de ne verser la moindre larme sur son sort funeste.

    Mieux, cette élimination, certes criminelle, d’un nuisible notoire, vient de sauver un grand nombre de futures victimes potentielles. Mettre les citoyens à l’abri des multi-récidivistes, criminels endurcis, n’est pas assuré par la justice française et le sera encore moins après l’adoption des lois « Taubira ».

    Ce bijoutier a donc créé par son geste une modeste contribution à une meilleure sécurité de ses concitoyens…. et ce en gâchant sa vie.

    Si nous en sommes arrivés là c’est que l’État est depuis longtemps inefficace dans la protection des citoyens contre les crimes et délits. Pire, cet État donne l’impression de mieux protéger les crapules…

    • « à priori parfaitement fondée, en droit »

      Le droit? Qu’est-ce que le droit?

      C’est l’art de bafouer l’esprit des lois en en prenant la lettre.

    • La mort de ce braqueur peut s’avérer dissuasive pour les ‘would-be braqueurs’. Le geste de ce bijoutier peut donc même s’avérer bénéfique et sauver la vie d’autres jeunes!

      Je suis d’accord avec vous qu’à force de s’occuper de tout et n’importe quoi, l’Etat néglige de plus en plus la justice et la police, ses fonctions régaliennes de base.
      C’est peut-être surprenant pour un libéral, mais je demande plus, bien plus de logement social: des 9 mètres carré pour 2-3 personnes! Mais pas de Nutella subventionné pour ces ‘locataires’ longue durée aux ‘bails’ incompressibles. Des loyers pratiquement gratuits qui permettraient aux honnêtes citoyens de vivre leur liberté plus tranquillement.

  • « C’est la raison pour laquelle plusieurs États américains admettant très largement la légitime défense n’autorisent pas les coups de semonce »

    Vous savez ce que signifie « coup de semonce »? Il ne semble pas. Mais je ne vais pas en discuter, je vais seulement vous répéter un conseil qui m’a été donné par un flic (comme quoi je suis serviable et pas rancunier pour un sou): « tu tires deux coups, le premier dans la poitrine du malfrat, dans la poitrine et pas ailleurs, dans la poitrine c’est mortel et tu ne risques pas de le rater, le deuxième en l’air. A nous, tu racontes que tu as tiré deux coups, le premier en l’air, en coup DE SEMONCE, et, comme le gars n’a pas fui mais a continué à avancer, tu as paniqué et lui as tiré dedans.

  • La légitime défense est que très rarement accordé en France et ceci même aux forces de l’ordre, car les magistrats pour des raisons idéologique, recherche systématiquement un élément ou un petit détail pour ne pas l’accorder.

    Je vous conseil cet ouvrage.
    http://www.amazon.fr/Force-loi-Analyse-juridique-judiciaire
    /dp/2703003684/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1379284873&sr=8-1&keywords=force+%C3%A0+la+loi

    Ainsi que cette vidéo:

  • On braque avec une arme, on prends son risque. Pour moi tant que le braqueur est dans la ligne de mire de la victime, cette dernière a le droit de le tirer comme un lapin. Ma limite est là, pas avant. Si le bijoutier avait pris sa voiture est poursuivi le mec sur 5 km pour e shooter je ne dirai pas a même chose, mais là non, le braqueur a pris son risque, ça suffit.

  • L’argument de cet article est raisonnable. Effectivement il y a faute de l part du bijoutier. Selon moi , cet homme mérite d’être condamné… Avec Sursis.
    La justice doit aussi porter un message clair. La véritable raison pour laquelle ce braqueur est mort est parce qu’il a braqué. Certes il en était à l’étape où de la fuite. Certes il est vraissemblable qu’il ne représentait plus de menace immédiate.
    Mais si la justice doit effectivement montrer que le bijoutier a eu tort de tirer (condamnation) elle doit néanmoins ne pas oublier que le véritable danger pour la société, c’est pas le bijoutier. La justice devrait aussi garder en tête que défendre les braqueurs n’est pas très productif du point vue de la dissuasion.
    Sur la certitude, que le bijoutier était hors de danger, on ne peut par ailleurs que faire e la spéculation. Si effectivement le thèse du bijoutier est peu crédible, qui va la remettre en doute? Le conducteur du scooter qui a aussi braqué la bijouterie? Ce même conducteur qui devait vraissemblablement regarder devant lui quand il prenait la fuite?

    Quelle crédibilité peut on accorder à l’affirmation de deux jeunes prétendant « ne pas vouloir tirer sur le bijoutier qui les poursuivait » sachant que ceux cis sont quand même venus avec un fusil a pompe? Le doute ne doit il pas bénéficier à la défense?

  • Je trouve cette video tres intéressante: Ce conférencier décrit le cas du bijoutier AVANT qu’il se produise. Il explique comment la légitime défense doit justement être appliquée même dans un cas comme celui du bijoutier. Il explique comment le fait de tirer dans le dos peut quand même être considéré comme de la légitime défense.
    Il est facile de pointer de la théorie quand on parle de légitime défense. Dans la réalité, quand on se fait braquer on n’a pas le temps de ce genre de considértions. Par ailleurs, le bijoutier qui laisse partir deux jeunes braqueurs sur un scooter n’est il pas un peu responsable de laisser une menace immédiate dans la rue? Si les braqueurs avaient eu une panne de scooter, auraient ils hésité à braquer une voiture? Qu’est ce qui lui prouve que ces braqueurs n’auraient pas préféré faire taire un éventuel témoin qu’était ce bijoutier?

  • Sur ce forum:

    Qui a déjà été victime d’agression ? Moi oui
    Qui a déjà été témoin direct d’un baraquage d’une banque ou autre ? Moi oui
    Qui a déjà eu le bout du canon d’une kalachnikov chargée posé sur son ventre ? Je réponds présent
    Qui s’est déjà fait tirer dessus ? Ah ben pas de chance, cela m’est aussi arrivé
    Qui s’est déjà fait cramer sa voiture ? Moi encore, vraiment pas de veine ! pstttt

    Qu’est il arrivé aux charmantes personnes que j’ai rencontré ? Ben un petit passage devant le tribunal, une petite peine avec une petite réprimande, même pas 10 ans derrière les barreaux, et les voila de nouveaux dehors.

    Alors certes, il n’y avait pas légitime défense dans le sens juridique mais il y a pour moi légitime défense dans le sens ou quand on a subi ces agressions, on ne réagit pas normalement (au sens du comportement de tout les jours) et les réflexes de survie et de ras le bol prennent le pas sur la conscience

  • Le fait d’avoir une arme n’implique pas de s’en servir n’importe comment si sa vie n’est pas en danger. Le bijoutier a eu de la chance de ne descendre que le voyou, parce que les balles perdues ne le sont pas forcément pour tout le monde, et que Mamie avec son cabas ou madame Michu promenant son gamin auraient pu en faire les frais.

    • Donc le bijoutier devait faire confiance au braqueurs qui sont quand même des professionnels reconnus pour ne pas commettre ce genre de bavure. Il aurait du leur faire pleinement confiance pour ne pas tirer de anière irresponsable et il aurait eu raison pour ne rien tenter contre des gens qui visibleent connaissent bien leur « Métier ».

      Mettre un braqueur hors d’Etat de nuire c’est mettre hors d’etat de nuire les gens qui initient les fusillades.

      Par ailleurs on oppose une hypothétique balle perdue à un braquage réel. QUi met plus en danger la vie des innicents? Celui qui va braquer une boutique ou celui qui tente de stopper les agresseurs?

  • Si au moins tout se ramdam sur facebook réveillait tout ce petit monde de la politique et de la justice pour adapter les lois au monde actuel, avant que des partis extrêmes prennent le pouvoir.

  • Vous me faites peur Lysandre Lécuyer quand vous déclarez être favorable au port d’armes.
    Regarder les ravages que produisent au USA l’autorisation de procéder une arme. Si cette mesure devait avoir lieu en France, même les voyous en posséderaient en toute aisance.
    Avez-vous envie que ce pays deviennent le far-west ? Réfléchissez avant de faire pareil proposition.

    • Mon cher DUMORNEVERT, vous devriez réfléchir également avant de poster … Il y a énormément d’arme à feu en Suisse également et ce n’est pas le far-west.

      • « Si cette mesure devait avoir lieu en France, même les voyous en posséderaient en toute aisance. »
        Les voyous n’ont aucun mal à posséder des armes.

    • Dans l’état actuel de la sécurité et ne voyant rien de bien se profiler, je pense que détenir une arme chez soi devrait être légal. En revanche, se promener avec une arme hors de son domicile ou son lieu de travail dans le cas d’un commerce ou équivalent.
      Il n’y a pas de raison que seuls les délinquants prennent ce droit alors que les autres n’ont plus qu’à se faire canarder chez eux.

      Si la justice et la police faisaient leur boulot, on n’en serait pas là.

  • Comme le dit « Cavaignac », on a le droit de pourchasser des malfaiteurs. Le bijoutier aurait dû neutraliser ces derniers calmement, récupérer son bien, emprisonner les personnes dans des conditions dignes & leur assurer un procès équitable qui aurait dû logiquement donner lieu à une indemnisation. Flûte ! le bijoutier n’avait pas les moyens de faire tout ça ! Il a alors tiré dans le tas… Dans le système taubiresque, le bijoutier est le pire des criminels mais en droit naturel, si on le confronte à la famille du braqueur, je ne suis pas sûr que les torts soient du côté du bijoutier.

    • Pourchasser les malfaiteurs comme Jacques Blondel avec sa jolie matraque le mois dernier ? Il a même pas eu le temps de la brandir qu’il est mort. Tué par balle. Voilà ce qui nous attends si nous ne nous battons pas à armes égales !

  • Autant je suis libéral, autant je suis contre les armes, autant je soutiens sans faille le bijoutier. C’est notre liberté qu’il a protégé, au delà de sa vie. Et ça, tant que vous n’en prendrez pas conscience, on sera loin de la liberté !

  • Le problème est que la légitime défense telle qu’elle est prévue par la loi est non seulement extrêmement restrictive, mais elle suppose que la personne agressée fasse preuve d’un sang froid exceptionnel. Alors que vous venez d’`être volé, menacé, voire frappé et blessé, et êtes par conséquent en état de stress intense, vous devez pour suivre la loi évaluer si votre agresseur est encore un danger pour vous, s’il est entrain de fuir ou risque de revenir, vous devez penser à répondre de façon proportionnée à l’attaque et pour ce faire, vous devez garder la complète maitrise de vous même.
    Ceci n’est malheureusement pas réaliste, et n’est pas à la portée de tout le monde.

    Au cours d’un épisode comme celui-ci, ou le bijoutier a reçu des balles en plastique semble-t-il, il est clair que celui ci devait se trouver dans un état émotionnel et de stress qui ne lui permettait pas d’exercer complètement son jugement.

    Il faut donc tenir compte de l’ensemble de la scène, et non seulement de l’instant ou il a tiré.

    Ce que le bijoutier a fait est bien différent d’une vengeance qui aurait consisté à aller quelques jours plus tard trouver le voleur chez lui et le tuer de sang froid.

    Il n’est à mon sens pas raisonnable de demander à des personnes qui se font violenter, de garder leur sang froid « pendant la période d’agression ».
    Une fois l’agresseur parti, alors oui, il est clair qu’un acte délibéré et à froid serait inacceptable.

    Mais qui sait ce que chacun de nous ferait dans un tel moment de stress, de peur et sous l’effet d’une décharge d’adrénaline aussi intense que celle causée par une agression à main armée.

    Les agresseurs préméditent leurs crimes et récidivent grâce à une justice indulgente. Mais alors qu’ils sont agressés régulièrement, les agressés doivent maitriser leur énervement, le sentiment d’injustice et la peur causés par l’agression et doivent dans l’instant se souvenir de la lettre de la loi. Ils doivent pour ce faire montrer des qualités exceptionnelles de sang froid, alors que l’indulgence est la règle pour les agresseurs.
    Ceci met les honnêtes gens dans une position de faiblesse qui ne leur permet pas de se défendre justement lorsqu’ils sont agressés.

    Cette injustice est à mon avis le sens du soutien populaire au bijoutier de Nice.

  • J’ai l’impression que tout le monde confond « détention d’armes » et « port d’armes ». Je suis, pas seulement en tant que libéral, pour la libre détention d’arme, chez soi, pour défendre son territoire sacré. Je suis contre le port d’armes, qui rendrait la rue trop dangereuse, faute d’avoir la culture américaine ( en précisant que les lois des différents états, municipalités ou comtés varient considérablement à ce sujet). Mais l’état français déteste la forme de liberté individuelle qu’est le droit de posséder une arme: il a constamment poursuivi de sa vindicte les tireurs sportifs . Pour ceux qui ont la mémoire courte, la gauche dénonçait à ses débuts la pratique du paintball, aux relents fascisants, bien sûr.
    Enfin pour répondre à l’ami Quentin, aurait-il fallu que le Old Man joua à la John Wayne, duel dans la bijouterie, pour satisfaire la morale?L a meilleure solution, c’est qu’il eut été tué, on aurait pu reprendre les lamentations habituelles sur les drames de la délinquance….

  • tout à fait d’accord avec votre analyse, bien que nous ne pouvons exclure le fait d’être humain et de ne pas vouloir se laisser faire. Néanmoins je comprend parfaitement le geste de ce monsieur qui ne l’oublions pas est un simple bijoutier qui, parti au travail un matin se retrouve dans à une situation (devant 2 délinquants récidivistes et non pas « des jeunes ») à laquelle il est bien difficile de savoir comment nous même réagirions.

    Il est bien triste de voir que la france aujourd’hui réunit tous les ingrédients pour que ce genre de drame se répète encore. Classe médiatico-politique vivant hors de la réalité du plus grand nombre, manque de moyens pour la sécurité (justement), pour la santé et pour l’éducation, divisions totale entre les CITOYENS (musulmans,juifs, de souche, élites, quart monde etc …) enfin tout les composants pour un petit cocktail bien explosif !
    Quant aux chiffres concernant la page facebook et annoncés par tous les médias (ils adorrent les chiffres), je rappelle qu’il est bien facile aujourd’hui de se fabriquer une notoriété sur les réseaux sociaux, la preuve : http://www.socialbooster.co/acheter-des-fans-facebook.

    Alors ne prêtons pas plus d’intêret que ça à ce type d’annonce tape à l’oeil. Moi je suis surpris du nombre de personnes autour de moi qui appuie le bijoutier. Il est indéniable et quoi qu’en disent les médias que l’on est en train de voir un mouvement de ras le bol généralisé.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nul n’a le droit de se faire justice soi-même. Cet adage de sagesse est la base même de la vie en société, pour éviter les abominations de la loi du Talion ou de la vendetta, ou des vengeances individuelles occultes.

Le Président Macron en déplacement à Fouras a précisé sa position sur la légitime défense suite à la mort d’un des quatre cambrioleurs qui entraient par effraction chez un agriculteur :

"Chacun doit avoir la sécurité et c'est le devoir de la puissance publique de l'assurer. Mais, je suis opposé à la légitime défense... Poursuivre la lecture

par h16

Intéressant développement aux États-Unis où, après un procès dont le verdict a mis du temps à tomber, Kyle Rittenhouse a finalement été acquitté de tous ses chefs d'accusations : alors qu'il y a un an la presse n'avait cessé de présenter le jeune homme comme un fou de la gâchette ayant fait un massacre lors d'une manifestation à Kenosha, après plusieurs semaines de procès, les jurés ont pourtant conclu qu'il était totalement innocent.

Ce verdict ne surprendra que ceux qui se sont contentés de lire les explications fourni... Poursuivre la lecture

"Les pages qui suivent traitent d'une espèce particulière de guerre, celle dont le sujet est l'individu lui-même [...]. Traditionnellement c'est l'État qui est le sujet de la guerre."

Car, avant, d'aucuns parlaient de la détention par l'État du monopole de la violence physique légitime. C'est lui qui faisait la guerre à l'ennemi et qui la lui déclarait. Il en était le sujet.

Maintenant des groupes affrontent l'État asymétriquement en menant contre lui une guerre de partisans qu'ils considèrent comme légitime. Et cette guerre peu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles