Chômage : la courbe inversée ?

En dépit de l’optimisme du Président de la République, tout le monde s’accorde pour dire que le chômage va continuer à progresser en France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Chômage recherche d'emploi (Crédits : TaxCredits.net, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chômage : la courbe inversée ?

Publié le 4 septembre 2013
- A +

En dépit de l’optimisme du Président de la République, tout le monde s’accorde pour dire que le chômage va continuer à progresser en France.

Par Jean Yves Naudet.
Un article de l’Aleps.

La courbe du chômage devrait s’inverser avant la fin de l’année, le Président Hollande l’a promis. Ce pari peut-il être tenu ou s’agit-il d’un pieux mensonge pour calmer les troupes de gauche et rassurer l’opinion publique ?

Inexorablement, au-delà des fluctuations mensuelles, le chômage continue sa progression. La barre des 10% de chômeurs a été allègrement franchie. Mais l’indicateur le plus significatif et le plus inquiétant est celui de la destruction nette d’emplois : le nombre d’emplois salariés diminue.

L’explication dominante est qu’il s’agit d’un mauvais moment à passer, lié au ralentissement économique, mais que, dès que la reprise sera assez forte, le chômage diminuera. La réalité est assez différente.

Hausse du chômage et destructions d’emplois

Commençons par rappeler ce que nous indique le nombre de chômeurs. Ce nombre varie suivant la définition, de la catégorie A (personnes n’ayant même pas travaillé une heure dans le mois) jusqu’aux catégories B et C (personnes ayant travaillé plus ou moins longtemps, mais étant sans emploi en fin de mois). Il se situe désormais entre un peu moins de 3,5 millions (définition restrictive) et un peu moins de 5 millions, et même plus de 5 millions si on y ajoute les chômeurs d’outre-mer.

En dépit de l’optimisme du Président de la République, tout le monde s’accorde pour dire que le chômage va continuer à progresser en France. Peu suspect de partialité anti-française, le FMI annonce que la hausse du taux va se poursuivre, atteignant 11,2% fin 2013 et se poursuivra l’an prochain pour culminer à 11,6%.

Mais encore plus inquiétante est la réduction du nombre d’emplois salariés. En effet, le chômage peut augmenter si la population active progresse plus vite que la création d’emplois. Mais là c’est pire, ce sont les destructions d’emplois qui l’emportent sur les créations et le nombre d’emplois salariés diminue, le chômage progressant alors encore plus vite. Au second trimestre 2012, dans le secteur marchand (en données corrigées des variations saisonnières) le nombre d’emplois salariés diminuait de 18 600. La chute était de 40 900 et 41 500 pour les 3ème et 4ème trimestres 2012. Les choses semblaient s’améliorer au premier trimestre 2013, avec une perte de 8 300 emplois, mais la dégradation reprenait pour le second trimestre 2013 : 27 800 emplois salariés marchands de moins.

« Il n’y a qu’à » relancer la croissance !

Pour expliquer cette dégradation, on a en général une explication simple : l’emploi dépend de la production, donc de la croissance. L’emploi se dégrade parce que l’on est en récession ou en faible croissance ; beaucoup « d’experts » expliquent doctement qu’il y a un rythme de croissance à partir duquel le chômage se réduit nécessairement. Pour les keynésiens, il y aurait un lien mécanique entre croissance et emploi. Il suffirait donc d’une bonne relance par la demande (grâce aux dépenses publiques et à une politique monétaire accommodante) pour que la croissance redémarre et que recule le chômage. Cette vue « mécanique » va dans certains pays (les États-Unis, et tout récemment le Royaume-Uni) jusqu’à assigner à la politique monétaire un objectif précis : le loyer de l’argent restera faible en Angleterre tant que le taux de chômage sera supérieur à 7%.

Or, d’une part le stimulus par la demande ne relance rien du tout et on a pu observer l’échec de toutes les politiques de relance depuis le début de « la crise », d’autre part, même en cas de reprise de la croissance cela ne veut pas dire que les entreprises vont se précipiter pour créer des emplois : il y a une inertie dans la « machine » économique : il faut non seulement de la confiance et des incitations pour embaucher, mais aussi des moyens en hommes, en crédits. Est-ce le cas en France ?

L’inertie de la main d’œuvre employée

On peut atteindre le même niveau de production avec plus de main d’œuvre et moins de machines ou l’inverse, avec une main d’œuvre plus ou moins qualifiée, ou avec une productivité plus ou moins élevée. La préférence des entrepreneurs est de faire l’ajustement de la production non pas sur le nombre de personnes employées mais sur leur productivité. Avec les mêmes effectifs on peut faire face aux mauvaises conjonctures (le licenciement sera une ultime mesure, car l’entreprise a investi en formation, en qualification, sur son « capital humain») comme aux bonnes conjonctures (envisager de nouveaux emplois implique des coûts d’embauche immédiats).

Le facteur travail n’est pas un élément comme les autres : il n’est jamais parfaitement mobile. La rapidité d’adaptation du capital financier est plus rapide que celle du facteur travail. Sauf à rendre l’affectation à l’emploi obligatoire, comme dans une caserne ou une prison, ce qui se paierait en perte de liberté et de productivité, il existera toujours un taux de chômage naturel encore appelé « frictionnel », que l’on peut évaluer à 2 ou 3% de la population active.

En fait, on oublie un élément essentiel dont nous avons souvent parlé ici : le marché du travail est un marché. Sur un marché, la situation dépend de l’offre, de la demande et du prix. Mais pourquoi ce marché fonctionne-t-il si mal ?

Mobilité et flexibilité

L’explication est le manque de flexibilité. Les rigidités « normales » du marché de l’emploi sont amplifiées par toutes les règles administratives et sociales.

Voyons le côté de l’offre de travail. Lorsque les entreprises ont du mal à licencier, elles hésitent à embaucher ; lorsque la formation est inadaptée, les travailleurs ont du mal à se reconvertir. Lorsque la concurrence est artificiellement réduite (professions fermées, protectionnisme, services publics…), les opportunités d’emplois sont plus faibles.

Voyons maintenant le côté de la demande de travail par les chômeurs. Lorsque les coûts de la mobilité sont exorbitants (par exemple lors de la vente et de l’achat d’un logement), la mobilité est réduite d’autant. La flexibilité fait peur, alors qu’elle est une des conditions d’un bon fonctionnement du marché du travail. La recherche d’un emploi est également ralentie par le niveau d’indemnisation du chômage. S’il bénéficie d’une indemnisation suffisante, un chômeur peut retarder sa décision en espérant avoir une occasion de retrouver un emploi qui lui convienne mieux (localisation, métier, confiance dans la durée de l’emploi)

Voyons enfin le prix : la rigidité du coût du travail est un facteur déterminant du chômage. L’existence du SMIC, surtout à un niveau élevé, est un facteur de chômage pour les moins qualifiés, dont les jeunes et les femmes (de ce côté les choses ont tout de même évolué !). Le poids des charges fiscales et sociales est également déterminant. Il double pratiquement le coût du travail. Au total, si le salaire était flexible et moins élevé, les entreprises continueraient à embaucher et l’emploi se porterait mieux. La fiscalité et parafiscalité et la rigidité du salaire sont des éléments explicatifs essentiels du chômage.

Il n’est pas vrai que la hausse du chômage soit inéluctable « parce que » la croissance n’est pas au rendez-vous. Une telle erreur conduit tout le monde à attendre la croissance les bras croisés, en attendant que « ça change ». La vérité, c’est qu’il y a chômage parce que l’on a détruit le marché du travail, la mobilité du travail comme la flexibilité de son coût. Libérons le marché du travail, réduisons les prélèvements obligatoires et on verra que c’est bon non seulement pour l’emploi, mais aussi pour la croissance. Ici comme ailleurs, c’est la liberté qui est créatrice et les rigidités qui sont destructrices.


Sur le web.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Un autre mensonge du gouvernement que personne ne voit : en réalité le nombre d’emplois aidés est constant à 350 000 unités depuis 3 ans, ce qui correspond à la catégorie E des statistiques. Contrairement à ses grands discours sur la création de contrats aidés pour lutter contre le chômage, en fait, ces « nouveaux » contrats aidés ne font que remplacer des anciens et cela se fait donc probablement à iso-coût … Le retard dans la signature de ces nouveaux contrats vient donc aussi probablement du fait qu’il fallait attendre la fin des précédents. Donc même cet action symbolique du gouvernement contre le chômage est un enfumage !

    Pire, les nouveaux contrats aidés sont réservés au moins de 25 ans alors que els précédents étaient accessibles à toutes les classes d’âge. Pourquoi ? Tout simplement car en concentrant ses efforts sur une population beaucoup plus faible, le même effort pourra au moins redressé un des courbes … C’est ce que l’on voit dans les dernières courbes … Alors que rien n’a changé dans les autres domaines, la catégorie A des moins de 25 ans est brutalement descendue.

    Le traitement du chômage par ce gouvernement est donc purement statistique et pire clientéliste. En fait, il ne fait aucun effort nouveau ni ne donne aucun budget supplémentaire pour l’emploi. Son action n’est que la muleta du torero avant sa mise à mort.

    http://travail-emploi.gouv.fr/etudes-recherches-statistiques-de,76/statistiques,78/chomage,79/les-indicateurs-conjoncturels,264/etudes-recherches-statistiques-de,76/etudes-et-recherches,77/publications-dares,98/dares-analyses-dares-indicateurs,102/2013-052-demandeurs-d-emploi,16762.html

  • « S’il bénéficie d’une indemnisation suffisante, un chômeur peut retarder sa décision en espérant avoir une occasion de retrouver un emploi qui lui convienne mieux (localisation, métier, confiance dans la durée de l’emploi) »

    Ca ce n’est pas un problème en soi. Une bonne indemnisation chômage permet de trouver un meilleur emploi. Mais en France ce n’est pas ce qui se passe. On a une bonne indemnisation et on attend le dernier moment avant de commencer à chercher du travail, qui sera également précaire, et après on se remet au chômage. Si c’était privé on s’en ficherait mais ce n’est pas le cas ce qui entraine à l’avenir de devoir réduire les prestations chômage et leur durée et en somme de pénaliser tout le monde à cause d’un système d’assistanat généralisé.

    Hollande n’arrivera pas à inverser la courbe de chômage ? Vu tout l’argent qui met dans les emplois « aidés », c’est vraiment un incapable !

    • Personnellement, je suis contre les effets de seuils … Donc je pense que l’allocation chômage devrait être dégressive dans le temps quitte à commencer plus proche du salaire perdu les premiers mois. Sinon, le chômeur risque de s’adapter à son nouveau niveau de revenu. Dans ce cas là, la fin des allocations peut être perçue comme lointaine et limiter les efforts de recherche d’emploi. De plus, dans un domaine où les emplois seraient facile à trouver, autant attendre la fin de la période d’allocation, surtout si on peut faire du travail au noir en parallèle … Un tel mécanisme maintiendrait une pression sur les chômeurs bien plus efficaces que de complexes et coûteux rendez-vous avec Pôle Emploi …

      • Au passage, cela pousserait également les chômeurs a être de moins en moins exigeant sur les postes qu’on leur propose. En effet, leur revenu baissant avec le temps, un même salaire correspondra à un gain de revenu de plus en plus grand avec le temps qui passe. Nos gouvernement sont bien entendu incapable de mettre en place de tels mécanismes automatiques avec des cercles vertueux. Ils préfèrent des lois hyper-rigides avec intervention de fonctionnaires, effets de seuil et effets pervers multiples …

        • Plutôt d’accord mais n’oubliez pas qu’un bon poste met plus de temps à se trouver et je préfère encore maintenir une certaine durée que réduire le montant même graduellement. En même temps, et comme vous le faites remarquer, cela est plus pernicieux pour des emplois moins qualifiés. En fait le problème de fond c’est la mutualisation de l’assurance chômage et qu’on doit décider la même chose pour tous. Il faudrait au minimum libéraliser cette activité et mettre le secteur publique en concurrence.

  • A sujet de la réglementation, j’ai même constaté que le statut généreux des fonctionnaires crée indirectement du travail administratif dans el secteur privé. Certains avantages des fonctionnaires comme le supplément familial ou le nombre de jours de congés enfant malade dépende de si le conjoint en bénéficie ou non. Donc dans un couple « mixte » public/privé, tous les ans, les DRGH de l’entreprise du conjoint doivent rédiger plusieurs certificats à ce sujets. Cela fait au moins plusieurs millions de page de documents à entête signés à faire chaque année dans le privé suite aux statuts du fonctionnaire … On marche sur la tête !

  • Dans tous les cas, la baisse du taux de chômage est lié au nombre d’embauche de la fonction publique donc ils vont le faire et que ca nous déplaise ou pas le taux de chômage va diminué car ils auront embauché des fonctionnaires …
    Et la facture s’allongera pour l’année prochaine, je pense que ca peut tenir encore 10ans et s’appellera la Grèce ensuite …

  • « les rigidités qui sont destructrices » : avec ses taxes et ses lois ubuesques, la France socialiste a atteint le stade de la rigidité cadavérique.

  • Et si on parlait d’employabilité et non de revenu intermittant comme semble démontrer la définition de chomage dans cet article.

  • Le pilotage des socialistes par les indicateurs se traduit invariablement par des politiques qui font mentir les indicateurs désignés.
    Ce qui est effarant, c’est le nombre de perversions qui permettent de faire mentir un indicateur – et qui rendent la situation encore pire…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Par Saul Zimet.

Les chiffres de la croissance économique pour le premier trimestre de cette année sont tombés, et ils sont lamentables. Dans l'économie très réglementée des États-Unis, nous en sommes venus à nous attendre à des taux de croissance faibles. Mais une croissance négative est particulièrement mauvaise, ne se produisant que dans des conditions économiques terribles. Et pourtant, décroître est précisément ce qu'a fait l'économie américaine au cours des trois premiers mois de 2022.

Selon un communiqué du département du ... Poursuivre la lecture

À partir du moment où l’on admet qu’il existe des « limites à la croissance » comme l’a théorisé le rapport Meadows publié par le Club de Rome en 1972, ou lorsqu’on pense comme Jean-Marc Jancovici que « la planète n’acceptera pas d’avoir 10 milliards d’habitants », dans le droit fil des prédictions apocalyptiques sur l’impossibilité d’obtenir une production alimentaire en phase avec la croissance démographique formulées aux alentours de 1800 par l’économiste britannique Thomas Malthus, on en vient assez rapidement à vouloir imposer un mode de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles