Roms : l’indignation de façade de la gauche

La gauche peut-elle s’indigner de la Une de Valeurs Actuelles qui stigmatise les Roms, lorsque leurs élus mettent en pratique les idées défendues par l’hebdo de droite ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
valeurs actuelles

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Roms : l’indignation de façade de la gauche

Publié le 24 août 2013
- A +

La gauche peut-elle s’indigner de la Une de Valeurs Actuelles qui stigmatise les Roms, lorsque leurs élus mettent en pratique les idées défendues par l’hebdo de droite ?

Par le Parisien libéral.

Avez-vous vu la Une de Valeurs Actuelles, un hebdo connu pour ne jamais faire dans la finesse mais néanmoins ne pas éluder les questions :« Roms : L’overdose » ?

Citons l’hebdo de droite :

« Fléau. Lâchée par ses pouvoirs publics, muselée par le politiquement correct, la France subit une invasion de “gens du voyage” majoritairement issus de Roumanie et de Bulgarie. Alors que, le 1er janvier prochain, ces pays intégreront l’espace Schengen, les Français disent : assez ! »

En toute logique marketing, la Une buzze déjà, et est commentée par exemple par Rue 89 (Valeurs Poubelles) ou 20 Minutes « La Une choc contre les Roms suscite des critiques virulentes« .

Après l’affaire Gilles Bourdouleix qui a défrayé la chronique durant l’été, on peut penser en effet qu’il existe un clivage politique entre une droite dure, anti Roms, et une gauche ouverte à l’accueil de toutes les populations des gens du voyage.

Or, c’est faux. Passons même sur l’amalgame de Valeurs Actuelles entre Schenghen et les problèmes liés à la présence des Roms en France (pourquoi seraient-ils plus nombreux à venir en janvier prochain puisqu’ils sont déjà présents ?), mais regardons simplement la pratique des municipalités dirigées par la gauche.

Information confirmée par Le Progrès de Lyon.

Information confirmée par L’Express.

Information confirmée par La Voix du Nord.

Le droitdelhommisme de façade de la gauche socialiste et communiste n’est-il pas insupportable ? Pendant que le sénateur PS parisien David Assouline, ancien de SOS Racisme, commente la Une de Valeurs Actuelles,

  • des policiers dirigés par Valls démantèlent des camps Roms
  • des douaniers dirigés par Moscovici retiennent dans la ZAPI 3 de Roissy des clandestins
  • des maires socialistes comme Martine Aubry font expulser des Roms

 

Source : Libertarien TV

La vérité ne serait-elle pas que la plupart des personnes, quelle que soit leur couleur politique, qu’elles soient de gauche, de droite, du centre ou d’ailleurs, ne veulent pas que d’autres personnes viennent s’installer sur leur terrain sans en avoir demandé la permission, tout simplement ? Et si on s’évertuait à faire respecter les droits de propriété au lieu de mettre en œuvre une politique migratoire inflexible et liberticide ?


Sur le web.

Voir les commentaires (40)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (40)
  • http://www.midilibre.fr/2013/08/13/jean-marie-le-pen-evoque-a-nice-une-romenade-des-anglais,745418.php.

    75 euros /jour attribués à ces personnes si elles ne sont pas relogées. Faites le calcul ! supprimer l’espace Schenghen, et donc la libre circulation des biens et des personnes, stoppera-t-il l’invasion généralisée avec sa cohorte d’allocations, de prestations diverses ? Il est vrai que notre pays est riche et que l’endettement n’a pas tout à fait atteint les 100% de pib ! et je ne parle même pas des préjudices extra matériels.Mais bon, à priori, seul un faible pourcentage de la population française vit mal ce genre de problèmes.

  • Tous ces donneurs de leçon (et d’histoire !) vivent-ils à côté d’un camp de roms ? Le voudraient-ils seulement ?

    • Le problème n’est pas Schengen mais le fait de ne pas considérer les Rom comme une population comme les autres, sans droit ni contrainte de plus que les autres. Il y a toujours eu des populations nomades et l’Etat doit leur reconnaître le droit de vivre selon leur mode de vie, mais pas aux dépends de la collectivité.
      Au nom de quoi devrait-on leur fournir un terrain, l’eau et l’ectricité gratuits ? Pourquoi ne pas leur louer des camps modernes et avec tout le confort au prix du marché, comme on fait pour les camps de camping ? Au nom de quoi n’auraient-ils pas le droit de vivre dignement et en contribuant décemment au seul prétexte qu’ils souhaitent vivre dans des caravanes ?
      Si de telles conditions existaient, alors il serait logique et moral d’expulser sans ménagement les communautés parasites.

      • en effet aucun cadre « civique » à minima n’est imposé à ces populations subventionnées. Pas de devoirs, pas de responsabilités, pas d’engagements : cela ne mènera à rien.

        Concernant les camps : la solution du « clé en main » a déjà été testée avec les gitans, avec la construction de camps adaptés et aux normes, qui soit dit en passant coûtent une fortune… Bref, je passerai sur la chasse menée pour leur faire régler la note de leurs passage, mais j’insisterai sur un constat navrant mais révélateur : tous les sanitaires sont cassés et les alentours pillés.

        Retour donc sur le premier point : si on laisse un chance à ces populations, il ne faut pas les lâcher d’un pouce.

      • Ce ne sont pas des nomades mais des réfugiés.

      • Parfaitement d’accord, voir des personnes s’installer sur un terrain ne me pose pas de problème à condition que cela ne me porte pas préjudice.

        Dans le cas des « gens du voyage », force est de constater que la mise à disposition « gratuite » d’un terrain par toute commune de France, si possible avec commodités (électricité, eau), est considéré comme « un droit », et la « gratuité » est de fait payée par les contribuables, et je trouve cela parfaitement anormal, ça me porte préjudice ne serait-ce qu’en tant que contribuable.

        A mon sens cette mise à disposition n’est pas un droit, c’est une possibilité:
        – pas forcément de terrain disponible
        – encore moins de terrain disposant d’équipements).
        Qui plus est cette possibilité est sujette à minima à indemnisation (location du terrain, taxes locales pour les ordures et autres, électricité, eau, …).

        Il faut noter aussi que la mise à disposition d’un espace pour caravane, ça peut s’appeler un camping, ou se faire par initiative privée (donc sujette à activité/bénéfice). Dès lors la mise à disposition d’un terrain par les pouvoirs publics, même indemnisée intégralement au coût réel (incluant le coût des fonctionnaires), contrarie de facto un possible développement d’activité de ce côté.

        En l’état, une situation normale devrait être pour ces populations d’aller de campings en campings ou de terrains privés en terrains privés, comme n’importe quel péquin ferait avec sa caravane. Mais il y a fort à parier que l’attrait économique de la non-sédentarité en prenant un sacré coup, l’emplacement et les commodités n’étant plus gratuites, nous assisterions soit à une « révolution sédentaire » de ces populations, soit à leur exode naturel vers des lieux économiquement plus propices…

        En attendant RIEN ne justifie que ces populations, qui font le choix de la non-sédentarité, ne soient pas contraintes par les mêmes règles régissant le reste de la population.

  • Mais, très cher, si on appliquait les lois, il n’y aurait pous de problèmes !

    De quoi pourrait-on encore alimenter ce sport national français qui est de discuter de tout, et de prolonger le jeu en ne règlant rien ?

  • Avec cette définition tous les dirigeants depuis l’antiquité sont des traitres…et fondamentalement c’est bien ça

    • @ Tom :
      « Tous ces donneurs de leçon (et d’histoire !) vivent-ils à côté d’un camp de roms ? Le voudraient-ils seulement ? »

      Excellente question…

      L’article m’a donné de faux espoirs : il mentionne l’évacuation d’un camp de Rom à Villeneuve d’Ascq. Vu que je suis tout juste de retour dans la cité universitaire de cette ville, je suis sorti voir, mais ils sont toujours là. Peut-être y avait-il plusieurs campements…

      J’aimerai bien voir comment réagirait les moralisateurs confrontés aux vitres de voitures brisées et aux réservoirs siphonnés, à la difficulté d’acheter des tickets de métros quand on est entouré de gamins qu’on a déjà vu piquer des cartes bancaires, aux bornes d’incendies fracturées pour qu’ils puissent se servir d’eau et qui inondent les trottoirs (idéal pour un bon verglas tout l’hiver). Un de mes amis, déménageant en plein jour dans une résidence (privée, pour peu que le mot ait encore un sens…) a dû expliquer fermement que les valises qu’il avait laissé dehors 30 secondes n’étaient pas abandonnées, et que oui il fallait arrêter de les fouiller tout de suite, même si ces messieurs expliquaient que tout ne lui était certainement pas utile…

      Certains se demandent même si ils ne sont pas encouragés à venir au milieu des étudiants : des gens qui restent en général de un à trois ans ont beaucoup moins tendance à s’organiser pour protester que des habitants de longue date.

      • Vous parlez de la bouche près du métro 4 cantons ? Ou est ce qu’il y en a d’autres ?

        En tout cas, rien que sur le campus scientifique, il y a eu jusqu’à 3 camps de roms simultanément. 1 derrière les terrains de sport, 1 sur le boulevard paul langevin à côté de 4 canton, et 1 autre derrière des résidence universitaire près de la ligne de métro ….

        • En cas de « pépin » comme une expulsion, ils peuvent aller rue de Marquillies à Lille. Autoroute gratuite, 10 kms de déplacement, c’est quasiment tout droit, sortie porte de Douai et encore 1.000 m et bonjour les copains. Le week-end dernier, cette localisation était loin d’être complète…
          En fait quand ils sont expulsés, ils changent de place et on repart pour un tour…

        • Je parlais de ceux près de 4 Cantons, qui occupaient précédemment les terrains de sport, dont ils ont été expulsé… pour se retrouver sur le terrain de l’autre côté de la rue.

          Je n’avais pas noté qu’il y en avait autant sur le seul campus…

      • vous faites des études de quoi ? chomage ??
        rassurez-vous, bientot, quand vous irez travailler en roumanie, il n’y aura plus de roms, ils seront tous ici !!

  • Une carte des roms publié par un journal hollandais montre que les principaux pays envahis( façon de parler….) sont la france avec 400000 roms, puus l’espagne avec 750000 roms, la belgique 30000 l allemagne 103000….chiffres impressionnant publié s par « elsevier » magazine hollandais.

  • @ banville :

    – « l’invasion » dont tu parles c’est 20 000 personnes, chiffre stable depuis 2002 (à titre de comparaison est ce qu’on entend la Jordanie chouiner d’accueillir 500 000 réfugiés syriens pour 6 milions d’habitants ??)

    – 75 euros versés aux roms est un pure mensonge. Il s’agissait d’une astreinte, donc de l’argent potentiellement dû à l’état et pas à des pesonnes privées. C’était une décision de justice prise en référé condamnant l’expulsion et la destruction de maison sans solution.

    La cohorte d’allocations et de prestations diverses, là encore ça ne s’applique pas aux roms qui ne sont pas des bénéficiaires de l’assistanat à la française. Par exemple le 115 : 70 % de refus d’hébergement d’urgence pour les roms, contre 40 % pour les français.

    Les progroms légaux anti roms ne servent à rien et l’histoire jugera. Ces gens sont là et à moins de les tuer physiquement il faut bien qu’ils dorment quelque part. Il va donc falloir s’habituer à cohabiter avec des bidonvilles et se résoudre à intégrer ces populations. Vu la crise du logement la solution la plus pragmatique consisterait dans un premier temps à sécuriser sanitairement les bidonvilles (accès à l’eau et l’électricité, ramassage des ordures, toilettes) en attendant mieux.

    Qu’on foute la paix aux roms et qu’on arrête de nous gaver avec ce problème anectotique.

    • 20000,ça veut dire quoi. Mais çà n’a aucun impact sur ma pensée puisque je ne parle pas de ce chiffre mais de ce qu’est devenu notre pays depuis des décennies.
      Quant aux 75 euros, admettons que le journaliste de midi libre ait menti ou se soit trompé. Quoiqu’il en soit, pour moi, çà serait zéro. Et comme en effet, un peu d’humanité se doit de demeurer, qu’on les invite à dormir chez eux.Je ne suis pas prêt à accepter l’organisation en bidon ville de ces gens là et des autres. Je ne conçois pas la France comme terre d’accueil à tout prix.Il suffit de suivre une certaine actualité pour s’apercevoir que l’on marche sur la tête.

    • « à titre de comparaison est ce qu’on entend la Jordanie chouiner d’accueillir 500 000 réfugiés syriens pour 6 milions d’habitants ?? »

      Les réfugiés syriens se comportent-ils comme les roms ? Ces gens là fuient une révolution sanglante dans leur pays, est-ce le cas des roms ?

      • s’il y a 500000 réfugiers syrien en jordanie, je  » suggère  » comme aurait dit Gamelin, qu’on envoit nos 400000 roms en syrie, il doit y avoir de la place ?
        ou alors à madagascar ?

    • Problème anecdotique ? Ces gens commettent de manière régulière des dégradations, des vols (ce n’est pas de la calomnie, on le voit occasionnellement en direct quand on vit à côté toute l’année) qui vaudraient à d’autres un procès immédiat. Sans compter les squats qui sont une violation de propriété privée, et le fait que même après leur départ, les terrains sont ravagés (ornières de 10 cm de profondeur sur un terrain de foot, monceaux d’ordures impressionnants…).

      La comparaison avec des réfugiés politiques est juste inepte…

      Pas besoin de nouvelles lois (ni de « pogrom »), seulement de faire appliquer celles qui existent. Sinon, on se retrouvera avec des gens qui se feront justice eux-mêmes (puisqu’on parle de Villeneuve d’Ascq : http://www.rtl.fr/actualites/info/article/chasse-a-l-homme-excedes-des-riverains-traquent-eux-memes-les-voleurs-7761217919), ce qui est regrettable mais parfois compréhensible quand l’État refuse de jouer son rôle.

    • Pas si anecdotique que ça, il caractérise à lui seul l’incapacité de notre pays à faire respecter ne serait-ce que les plus élémentaires règles de vie en commun.

      Pour rappel il s’agit d’un problème interne à un pays Européen, la Roumanie, qui touche de copieuses subventions (en milliards d’euros) pour endiguer leur fuite et mieux les intégrer.

      Alors bien entendu ces milliards s’éparpillent allègrement avant de toucher cette population, mais cet argent vient déjà en partie de france. Ainsi, tolérer leur arrivée et débloquer des fonds à cet effet me parait déplacé. Et je ne parle pas des nuisances qui en découlent.

      Non, c’est à la Roumanie de se dépêtrer du cas Rom, on a déjà bien assez avec nos immigrés « voulus » vous ne croyez pas?

    • Et la mise aux normes sanitaires, on le fait avec votre argent ?

  • « Et si on s’évertuait à faire respecter les droits de propriété au lieu de mettre en œuvre une politique migratoire inflexible et liberticide ? »

    La France appartient aux français. Les parties privées appartiennent en propre à des personnes, et les parties publiques sont une « copropriété » administrée via les institutions régaliennes. De fait, les roms n’étant propriétaires de rien du tout ici, les mettre dehors quand leur permis de séjour est expiré (en admettant qu’ils en aient jamais eu) revient exactement à faire respecter les droits de propriété en France.

    • 1) la France n’est pas une copropriété.

      2) Dans une copropriété chaque propriétaire individuel peut vendre ou louer son appartement à qui il veut. Et chaque résident est libre de recevoir qui il veut. Il n’y a pas besoin d’un « permis de séjour » attribué par le syndic ou l’assemblée générale de copropriété.

  • Combien de déportés et d’exécutions a fait le stalinisme, déjà ?

  • Les roms sont des citoyens européens et donc n’ont pas besoin de titre de séjour et ont le droit de circuler librement au sein de l’union européenne. Et la dérogation qui restreint l’accès au marché du travail des citoyens roumains et bulgare prendra fin le 1er janvier 2014 au plus tard.

    Même si ça ne nous plait pas, ces gens sont là et ils ont le droit d’être là. Fallait réfléchir avant de vouloir une union européenne à 27.

    Moi aussi je suis comme la couverture de valeurs actuelles en overdose des roms… à cause de la surmédiatistion de ce non sujet.

    20 000 roms dans les bidonvilles français. je les ai pas compté, c’est le chiffre officiel. Ils sont 100 000 en Espagne et également 100 000 en Italie. (là bas il n’y a pas de bidonville car ils ont intégré des logements précaires préexistant)

    Alors pourquoi hurler à l’invasion ? Ca sert à quoi ? Ca sert les intérêts de qui ?
    Pourquoi ne pas rester honnete et juste dans sa parole ?
    Pourquoi ne pas traiter cette question avec pragmatisme et réalisme ?
    Pourquoi un tel délire pour 20 000 malheureux pequenots qui représente 0,03 % de la population ?
    Pourquoi on ne peut pas trouver une solution calme à un problème anecdotique ?

    Moi non plus ça ne me plait pas visuellement des bidonvilles. Mais je pense sincèrement que les péréniser et qu’organiser leur viabilité sanitaire minimale est une solution à tester. Ca va pas nous tuer.

    Ca permettra de scolariser les enfants, de mieux contrôler cette population, d’enclencher un processus constructif. Ca ne coutera pas cher. D’autant qu’on pourra leur faire payer les services fournis et c’est même souhaitable ; l’intégration ça passe par là.

    Je trouve ça préférable à ce jeux du chat et de la souris entre roms et bulldozers qui dure depuis 10 ans et qui n’a rien changé du tout. A part nous valoir moulte condamnations internationales pénales et morales.

    Car non on ne va pas pouvoir se débarasser des roms à moins de les gazer au sarin.

    Alors on fait quoi ?

    • là, on est d’accord, ce fût une erreur de construire cette Europe dirigée par des non élus.Cependant, penser que l’on puisse intégrer des gens qui ne l’ont jamais été chez eux, c’est être bien naïf.Mais rassurez vous, ce qui me gêne, ce ne sont pas seulement ces 20000 roms dont vous parlez, mais aussi ces gitans qui ne respectent rien, ces personnes ayant créer ces zones de non droit et pour qui la vie ne représente que peu de chose,les prières de rue et cette justice impuissante, pleine de compassion; à force de tout supporter sous prétexte qu’ils ne représentent qu’un faible pourcentage de la population, vous permettez le développement du communautarisme, un genre de balkanisation de notre pays.Quand je pense à tout ceux qui sont morts lors de la dernière guerre pour ne pas devenir allemands, quand je pense à l’éducation reçue selon les normes de notre société, alors non, je n’y trouve pas mon compte…

    • Il y a des populations physiquement confrontés aux Roms, et d’un nombre bien plus grand que 20000 puisqu’ils sont itinérants. Que faites vous pour eux ? Compassion ? Remboursement des dégâts ?
      Mais c’est vrai, ceux là n’ont pas de nom et ne troublerons pas votre amour de soi et votre goût (sélectif) des autres…

    • @ nanou : dans le cadre d’une immigration limitée et contrôlée cela pourrait être envisageable, mais pas en France. Pas besoin d’être bien finaud pour imaginer ce qu’éducation et respect représentent dans les institutions de ce pays. Il n’y a aucun garde fou ni minima de bonne conduite véhiculé par nos dirigeants, et vous voudriez nous faire croire que les roms deviendraient civilisés à leur contact?
      Pardon de me répéter mais ce peuple n’a aucune légitimité ici, que la Roumanie assume son incapacité et les cadre, on en rediscutera plus tard.

    • @Nanou
      Votre premier paragraphe est erroné. La Bulgarie comme la Roumanie ne seront dans l’espace Shengen qu’au 1er janvier 2014.
      C’est gens ne peuvent séjourner en France que trois mois. Le travail en France leur est interdit sauf pour 150 professions dites « en tensions ». Professions qu’ils n’occupent pas.
      De par ce simple cadre réglementaire, de quoi vivent-ils?

  • « pourquoi seraient-ils plus nombreux à venir en janvier prochain puisqu’ils sont déjà présents ? »

    Tout simplement parce que savoir qu’on est légale dans un pays peut encourager à venir.

    Il y en a moins en Suisse mais il y en a, que dire de l’idiot qui dirait:
    Autant adopté la même politique que la France en sociale, pourquoi y aurait il plus de Roms alors qu’il y en a déjà.

    Mais bon forcement on cherche à affabulé un ridicule dans le raisonnement pour faire croire à un racisme.

  • Ce n’est pas être contre l’Europe que ne rien attendre de l’Europe de Bruxelles C’est , simplement un retour (préconisé par beaucoup , notamment des économistes sérieux ) à une situation antérieure , avant des traités mortifères – contre lesquels j’ai toujours voté mais que nos seuls élus considéraient comme valables ,( surtout pour eux ! ) en faisant au besoin « revoter » les électeurs !

    • Arrêtons de nous plaindre!
      Il est temps de ne plus rien dire mais d’agir légalement
      Videz vos livret A,enterrez votre epargne dans le jardin plutot que de la laisser sur des comptes en banques hyper taxes et bientot spolies, n’achetez plus français….en bloquant le système, le pays deviendra moins accueillant pour ces immigrés.

      • Les roms sont aussi mal intégrés en Roumanie et Bulgarie qu’en France et les mêmes problèmes d’occupation sauvage et de criminalité persistent depuis des années. Les deux pays se sont d’ailleurs vus donner pas mal de leçons en matière de respect des droits de l’homme dans leur manière de traiter le problème, notamment pas l’Europe et la France. Je crois qu’il y a pas mal de bulgares et roumains qui sont contents de voir la France, grande donneuse de leçons, se « casser les dents » avec les roms. A titre d’info, une grosse partie des subventions que les deux pays reçoivent pour les roms part dans la construction de jolies petites résidences dans lesquelles ils vivent de la même manière que dans les bidonvilles – ils élèvent des animaux à l’intérieur, brulent le parquet l’hiver, jettent leurs poubelles par la fenêtre. L’état bulgare leur trouve des « jobs » et on peut les voir à l’oeuvre, en train de déplacer à six des tas de déchets d’un trotoir à l’autre. De plus, les allocs que le gouvernement leur donne dans l’espoir de les intégrer ont tous les effets pervers qu’on leur connaît – les roms font plein de gosses non voulus qu’ils laissent traîner dans les rues et forcent à mendier et voler dès leur plus jeune âge. Les « aider » de cette façon est immoral, ne serait-ce que pour ces pauvres enfants maltraités mais aussi pour ceux qui payent, bien évidemment….

        • On pourra donner ce qu’on veut, sans contrepartie de la part du receveur il ne faut pas s’attendre au moindre respect…

          Le seul moyen est de n’autoriser l’implantation quelques part qu’à la condition expresse d’une relation contractuelle de type locative liant le groupe nomade et le propriétaire des lieux, avec paiement d’une caution dissuasive pour les possibles dégâts, d’un loyer, et de l’intégralité des charges afférentes, bref comme pour un logement ou un emplacement de camping.

          Sans responsabilisation point de salut.

  • L’Europe politque encourage le remplacement de peuple. Légalement, et les roms le savent, on ne peut rien faire contre. Les articles du TFUE de l’UE, le 67, 69, 79 sont là pour vous le rappeller : http://books.google.fr/books/about/Comment_sortir_de_l_Europe_sans_sortir_d.html?id=ne1zlKObwuYC&redir_esc=y

  • Test

    [img]http://forum-images.hardware.fr/images/perso/1/petoulachi.gif[/img]
    [img=http://forum-images.hardware.fr/images/perso/1/petoulachi.gif][/img]

    • Test

      http://forum-images.hardware.fr/images/perso/1/petoulachi.gif

      ien : « a » Texte du lien
      Abrégé : « abbr » : Abr.
      Acronyme : « acronym » SNCF
      Gras : « b » : Gras b
      Citation : « blockquote » :

      ceci est une citation

      Du code : « code » : Voici un petit morceau de code
      Emphase : « em » : Ceci est un texte mis en évidence
      Italique : « i » : Voici un texte en italique
      Barré : « strike » : Voilà du texte barré
      Gras encore : « strong » : Le gras Strong

      • Pour le modérateur: Désolé, j’avais besoin de vérifier quelques tag pour la mise en page wordpress. :mrgreen:
        J’ai vu des posts avec des images, ça je n’y arrive pas, dommage, le facepalm par exemple serait bien utile pour répondre certaines fois ^^

  • le socialisme ,faire fuir tous les entrepreneurs ,les riches et les remplacer par les sous proletaires assistes ,et imposerl les rentiers ,et emprunter sur les marches …probleme ,ca ne dureras pas bien longtempts.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

La gauche politique comporte une constante : pour séduire, elle doit quitter la réalité et faire rêver. On le voit à nouveau avec la réussite politicienne d’un ancien socialiste : Jean-Luc Mélenchon. Ministre de Lionel Jospin de 2000 à 2002, il quitte ensuite la social-démocratie pour la radicalité politique. Concurrent du Parti socialiste dans une gauche de plus en plus divisée, il n’aura de cesse de critiquer cette gauche, surtout lorsqu’elle sera au pouvoir de 2012 à 2017.

Avec 21,95 % des suffrages exprimés à la présidentielle 2022... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean Granville.

Il est fréquent d’entendre dire que la droite et la gauche sont dépassées car la vraie fracture oppose désormais X et Y (riches et pauvres, somewhere et anywhere, etc.).

Cette idée repose sur un contresens : la bipolarité ne tient pas à une quelconque fracture au sein de la société mais au simple besoin d'organiser rationnellement les choix politiques. La gauche et la droite ne sont pas des philosophies mais des emplacements qui, dans une démocratie fonctionnant correctement, forment les deux plateaux d’une b... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles