Polémique Valls-Taubira : l’État régalien vacille

La guerre qui fait rage au sein du gouvernement entre les ministre de l’Intérieur et de la Justice est à l’image de l’état chancelant des fonctions régaliennes du pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Polémique Valls-Taubira : l’État régalien vacille

Publié le 15 août 2013
- A +

La guerre qui fait rage au sein du gouvernement entre les ministres de l’Intérieur et de la Justice est à l’image de l’état chancelant des fonctions régaliennes du pays.

Par le Parisien libéral.

La presse se fait l’écho de la différence de principes qui semblent présider à l’action de deux ministres de premier plan : Christiane Taubira, ancienne quasi-indépendantiste guyanaise devenue garde des sceaux, et Manuel Valls, franco-suisse [1] adoubé par le Bilderberg [2], ancien maire d’Évry, ville franc-maçonne pas assez white [3], et ministre de l’intérieur.

On trouve dans cette passe d’armes médiatique les limites de la méthode utilisée par François Hollande et Jean-Marc Ayrault pour constituer un gouvernement, c’est-à-dire, théoriquement, une équipe managériale composée de gens au top dans leur domaine, dont on juge qu’ils seront efficaces pour diriger l’entreprise France.

Quel a été le dénominateur utilisé pour constituer ce gouvernement ? La géographie de la majorité plurielle ? La parité hommes-femmes ? Le facteur sociétés secrètes ? Le score à la primaire du PS ? Sans doute un peu de tout cela. Du coup, l’équipe est occupée à régler ses différends, en place publique au lieu de se concentrer sur l’action, qui pourrait être par exemple :

  • Proposer un budget en équilibre, financé par des impôts à assiette large et basse (flat tax) et finançant essentiellement le domaine régalien de l’État (police, justice, armée et diplomatie) de préférence dans un cadre fédéral européen.
  • Restaurer l’efficacité de la justice, c’est-à-dire amener à se faire rencontrer les buts et les moyens, et notamment ajuster les peines aux objectifs. L’État réprime à tout va (infractions routières, port du voile, consommation de stupéfiants), alors en toute logique il devrait accroître sa capacité à faire appliquer des peines.
  • Préciser à quoi sert notre armée : protéger le territoire national (comme l’armée Suisse) ou aller faire des guerres contre le terrorisme, à l’étranger (comme l’US Army que la presse française, anti George W Bush, a tant aimé critiquer).
  • Protéger le droit de propriété et les libertés individuelles, tant qu’elles n’empiètent pas sur la liberté d’autrui, y compris les libertés religieuses.
  • Organiser le downsizing de l’État dans les domaines où il n’a rien à faire.

Pendant que les ministres se chamaillent en oubliant la charte déontologique qu’ils ont signée il y a un an, des juges font des Murs des Cons, trahissant l’impartialité qu’on attend d’eux, et des policiers se comportent comme des agents provocateurs, quand ils n’appréhendent pas des sans-papiers, des gens qui n’ont pas le bon faciès ou des manifestants pacifistes au lieu de s’attaquer à la vraie délinquance, celle qui tue, par balles perdues, tous les mois à Marseille.

François Hollande promettait une France apaisée. Apparemment, la guerre qui fait rage au sein du gouvernement reflète mieux l’état réel des tensions du pays que les discours du PS. Peut-être que le président de la République, enfermé  dans le pavillon de la Lanterne, à Versailles, qu’il aime tant, a coupé son téléphone. Si ce n’est pas le cas, peut-être pourrait-il passer un coup de fil à son premier ministre, pour exiger la démission de Valls et Taubira ? Une réflexion sur le rôle de ce gouvernement Ayrault pourrait être menée, à l’occasion.


Sur le web.

Lire aussi : Polémique Valls-Taubira : Hollande récolte ce qu’il a semé !

Notes :

  1. La Cote.ch : Manuel Valls, un Suisse à Paris ? 
  2. Manuel Valls et le groupe Bidelberg : interview de We are change Paris.
  3. Manuel Valls écouté par un micro de D8 : « belle image … belle image de la Ville d’Evry … ! Tu me mets quelques white, quelques blancos ? Hé hé hé ! »
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • « Peut-être que le président de la République, enfermé dans le pavillon de la Lanterne, à Versailles, qu’il aime tant, a coupé son téléphone. »

    Les nouveaux aristocrates à la Lanterne…
    Ca me plaît bien, ça…

    Ah, ça ira, ça ira, ça ira…

    • Plutôt Ah Taubira, Taubira, Taubira,
      François Hollande à la Lanterne
      Ah Taubira, Taubira, Taubira,
      Les socialauds à l’écha……

  •  » Christiane Taubira, ancienne quasi-indépendantiste » Que nenni, toujours indépendantiste convaincue. Le mouvement qu’elle a crée le Walwari (éventail en amérindien) est toujours là, très virulent envers la métropole. N’oubliez pas qu’elle a deux discours : un devant les caméras nationales, assez soft, et un tout autre sur place,  »chez elle ».
    Lors de quelles missions en Guyane, je me suis fais traduire, car toujours en créole, certains de ses tracts, discours ! Elle est hautement anti-france, comme tous les gens d’extrême gauche d’ailleurs.
    En métropole, elle ne se vante pas que les indiens amérindiens, eux,là avant les blancs, puis les noirs, traitent ces derniers de colonialistes.
    De la même manière qu’aux Antilles, il n’y jamais eu aucune colonisation ! Au début, il y avait les Arawaks, mangé au sens propre par les Caraïbes, (il n’en reste qu’une petite communauté en Dominique) puis Christophe Colomb, (blanc nous semble t il ?) et les propriétaires de plantations toujours aussi blancs, qui firent la traite des noirs, pour un main d’œuvre bon marché. Les blancs n’en déplaise à Taubira, était là avant les noirs, il n’y a jamais de colonialisme, ni en Guyane, ni en Martinique et Guadeloupe.

  • Bon c’est un peu trop partisan la… C’est un peu exagéré et ca ressemble aux déclarations tonitruantes qu’on aimerait voir disparaitre chez les UMPS… Genre « la croissance revient », dernièrement.

    C’est un peu « comment faire mousser la tempete dans un verre d’eau »… On attends mieux des intervenants de ce site.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pierrik Halaven nous livre le quatrième épisode de sa série d’analyse de la campagne présidentielle sur la simple base de la progression des audiences sur Twitter et d’une comparaison d’engagements sur des tweets portant sur une thématique similaire. La période analysée - 1er janvier au 19 février - n’a pas été marquée par de nouveautés spectaculaires, si ce n’est la candidature de Christiane Taubira.

Personnalités politiques #abonnés au 01/01/2022 #abonnés au 19/02/2022 Croissance des abonnés Progression en nombre Macron 7 508 991... Poursuivre la lecture

Candidate à la primaire de la gauche, Christiane Taubira s’emploie à cocher toutes les cases du socialisme le plus éculé. Qu’il est loin le temps où elle représentait une gauche plutôt modérée !

Un parcours sinueux

Christiane Taubira semble aujourd’hui retourner à ses anciennes amours. Militante indépendantiste radicale jusqu’au début des années 1980, elle se caractérisait pourtant dans les années 1990 par un radicalisme de gauche bon teint qui était loin de verser dans l’extrémisme. En 1993, elle vote la confiance à Édouard Balladur.<... Poursuivre la lecture

Quel pataquès ! Une gauche éclatée réduite à un petit 25 % des intentions de vote ; des candidats favorables à l'union à condition qu'elle se fasse sur leur nom ; une primaire populaire spécialement organisée pour obtenir le rassemblement mais dont la plupart des "candidats", Mélenchon, Roussel, Jadot, Hidalgo, enrôlés sans leur consentement, récusent tour à tour la légitimité ; des militants en grève de la faim pour inciter les têtes de liste à se rallier à cette primaire - bref, la gauche est en pleine crise de nerfs et c'est le moment que ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles