Comme Sarkozy, Hollande adore la Lanterne

Lorsque Sarkozy s'était approprié ce lieu traditionnellement dévolu aux Premiers Ministres, cela avait créé une polémique...
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
La Lanterne.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comme Sarkozy, Hollande adore la Lanterne

Publié le 23 juillet 2013
- A +

Lorsque Sarkozy s’était approprié ce lieu traditionnellement dévolu aux Premiers Ministres, cela avait créé une polémique…

Par le Parisien libéral.

La Lanterne.

D’après le JDD de ce dimanche, le Président Hollande conserve l’usage du pavillon de la Lanterne, cet été. Le Président a bien raison : la Lanterne est apparemment un bel endroit, suffisamment loin de Trappes et de Bretigny.

D’après Wikipedia, la Lanterne est un pavillon de chasse situé à Versailles, utilisé à l’heure actuelle comme résidence d’État de la République française. Résidence secondaire sous la Ve République, mise à la disposition du Premier ministre de la République française, elle est depuis la mandature de Nicolas Sarkozy devenue celle de la présidence de la République.

Hollande confirme donc une décision entérinée l’année dernière, suite à son élection (cf. Libération du 29 mai 2012 : Hollande garde la Lanterne : tout un symbole), sans plus de cérémonies.

On se rappelle pourtant très clairement de la polémique soulevée par les médias quand Sarkozy s’était approprié ce lieu traditionnellement dévolu aux Premiers Ministres :

Le Président Hollande se demande, semble t-il, ce qui peut causer son impopularité. Peut-être que le manque de différences, de forme, entre sa famille et celle de son prédécesseur, contribuent à ce désamour, pour celles et ceux, à gauche notamment, qui ont pu croire en son coté « différent ».

Dans son dernier numéro, le magazine people Voici ironise sur le train de vie du fils du Président.

L’enjeu n’est pas de stigmatiser des personnes. On sait bien qu’à la place de François Hollande, chacun en ferait autant. L’objet, c’est bien le rapport aux gens et le type de communication employé pour être élu.

Quant au fond, c’est-à-dire aux décisions politiques, no comment. On finirait presque par donner raison à Sarkozy quand il traitait son adversaire de menteur – pensons au traité européen, au budget, aux impôts, etc.


Sur le web.

Lire aussi : François Hollande devrait-il démissionner ?

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Imaginez un candidat d’extrême gauche expliquer qu’il a très envie d’emm… les 700 000 millionnaires hexagonaux. Admettons que l’exemple est mal choisi tant celui-ci risquerait d'être élu lorsqu’on se souvient de l’effet d’un « mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance » sur l’opinion française.

Prenons un exemple plus parlant : imaginez une France alternative dans laquelle un candidat d’extrême droite déclarerait qu’il a très envie de faire la même chose aux 6 millions de musulmans de ce pays. Quel tollé profondément légit... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Robert.

Hollande et Macron ont tous deux polarisé la vie politique à leur manière. Comme leur maître Mitterrand, ils ont su casser le jeu politique, le retourner à leur avantage en imposant des règles défavorables à leurs adversaires.

Surtout, ils l’ont fait en s’appuyant sur des ressorts affectifs, au détriment bien sûr de la transparence démocratique. Ils l’ont fait dans un seul but, celui d’accéder au pouvoir suprême.

Une fois installés à l’Élysée, ils ont continué d’abuser de cette technique pour à la fois ... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Présidentielle 2022, c’est parti ! Après Jean-Luc Mélenchon pour la France Insoumise, Marine Le Pen pour le Rassemblement national et Fabien Roussel pour le Parti communiste, Xavier Bertrand a officialisé sa candidature « de droite sociale et populaire » cette semaine, sans même attendre de savoir s’il sera réélu en juin dans sa région des Hauts-de-France.

Mais un nouveau nom commence à affoler les compteurs médiatiques, celui de l’actuel maire du Havre qui se trouve être aussi un ancien membre très actif ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles