Faillite de Détroit : aucune ville n’est Too Big To Fail

La ville de Détroit (Michigan) s’est déclarée en faillite. Une décision choc qui n’est pourtant pas vraiment une surprise.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Skyline de Detroit (Crédits : Shawn Wilson, Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Faillite de Détroit : aucune ville n’est Too Big To Fail

Publié le 21 juillet 2013
- A +

La ville de Détroit (Michigan) s’est déclarée en faillite. Une décision choc qui n’est pourtant pas vraiment une surprise.

Par Stéphane Montabert, depuis la Suisse.

Skyline de Detroit (Crédits : Shawn Wilson, Creative Commons)

La ville de Détroit, dans le Michigan, s’est mise en faillite jeudi.

L’effet d’annonce est très fort, mais il n’y a pourtant rien de nouveau. Les difficultés de Détroit remontent à des décennies, même si elles se sont récemment aggravées, crise financière aidant. En mars, l’État fédéral du Michigan recruta Kevyn Orr pour tenter de redresser la situation financière de la ville à travers un processus de restructuration de la dette de gré à gré avec les créanciers. Face à leurs refus, la mise de la ville sous la protection du Chapitre 9 devint la seule option envisageable pour éviter qu’ils ne s’emparent des biens communaux.

Techniquement, Détroit n’est pas encore réellement en faillite : il faudra trois mois et l’accord d’un juge pour que la ville renégocie ses engagements auprès de ses créanciers dans un cadre légal formel. Mais avec une dette de plus de 18 milliards de dollars et qui se creuse de plusieurs centaines de millions chaque année, on voit mal comment la ville pourrait résorber sa dette. Détroit est depuis plusieurs années à la dérive : 40% de l’éclairage public est à l’arrêt, seulement un tiers des ambulances fonctionnent, 80 000 maisons sont abandonnées, et là où l’Américain attend en moyenne 10 minutes pour un appel d’urgence (police ou médical), à Détroit, il doit patienter une heure… Mais les citoyens s’organisent.

Médiatiquement, les analyses se suivent et se ressemblent : Détroit s’est appauvrie au cours des ans, entre crise économique, délocalisation de la production automobile et perte de population, et tout cela est bien malheureux. Et bien simpliste.

La population de Détroit comportait 1,8 million d’habitants en 1950, contre 700 000 aujourd’hui. Rien n’empêche pourtant une « petite » ville de cette taille d’être convenablement gérée, par exemple en redimensionnant les services publics au nombre d’habitants. Mais justifier les déboires de Détroit par son dépeuplement ne suscite que davantage de questions alors que les États-Unis passaient de 150 à 316 millions d’habitants sur la même période.

Qui est parti ? Les plus entreprenants, les plus talentueux, et ceux qui en avaient les moyens. L’examen des personnes restantes est politiquement incorrect. L’ancienne Motor Town est peuplée à 80 % de noirs, la plupart du temps pauvres. Quant à savoir pourquoi ceux qui sont partis ont décidé de le faire, il y a probablement autant d’explications que d’individus, mais les journalistes prendront bien soin de ne pas rappeler dans leurs reportages que la ville est sous domination démocrate depuis 1962. Il faut bien couvrir les copains…

La mise en faillite est probablement vue avec malice par certains comme un joli tour joué aux banquiers et aux investisseurs. Il est de bon ton de les détester de ce côté de l’Atlantique. Les créanciers prélèvent 42 % du budget annuel de la ville au titre des intérêts sur la dette ; pourtant, les deux principaux d’entre eux (qui sont par leur intransigeance directement responsables de la mise en faillite de la ville) se trouvent être des fonds de pension chargé des retraites… des employés municipaux de Détroit ! C’est le serpent qui se mord la queue. La dispute pour les meilleurs morceaux du cadavre est la conséquence directe de promesses de prestations sociales tenues depuis des décennies, promesses toujours payées par le voisin, ce cochon de payeur. Mais le voisin n’est pas si bête, il a mis les voiles depuis longtemps.

Les autres grandes municipalités américaines dépensent en moyenne 20% de leur budget au service de la dette. Elles prennent donc le même chemin. Détroit les fera accélérer : la mise en faillite de la ville pourrait provoquer une onde de choc sur l’ensemble du marché des obligations municipales et les 3 700 milliards de dollars qu’il représente. Kevyn Orr réfute les garanties contenues dans les General Obligations, des engagements qu’on estimait « protégés du risque » parce que l’emprunteur, pensait-on, serait toujours en mesure d’augmenter les impôts pour honorer ses échéances. Au vu de la richesse moyenne de la population de Detroit et de ses taxes déjà les plus élevées du Michigan, cette approche est absurde. La gestion de la faillite de Détroit fera donc jurisprudence et pourrait bien redéfinir les niveaux de risque communément admis, renchérissant le coût de financement de toutes les municipalités américaines.

Rappelons enfin qu’on ne connaîtra les tenants et aboutissants de la faillite que lorsqu’elle aura été formellement prononcée et la structure de la dette mise à plat. On parle déjà d’une ardoise de plus d’un milliard d’euros pour les banques européennes. Les États-Unis ne sont plus si loin, tout d’un coup…

Après Stockton, Mammoth Lakes, San Bernardino, Harrisburg et bien d’autres communes et comtés, la crise de la dette atteint désormais des villes de premier plan. On s’efforce de présenter l’effondrement financier de Detroit comme une sorte de cas particulier, mais l’ancienne capitale du Michigan ne sera pas la dernière commune de cette importance à faire faillite, et pas qu’aux États-Unis.

Lire aussi :

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Mais enfin Mr. Montabert, vous n’y pensez pas. Ca n’arrivera jamais ailleurs… jamais ! D’ailleurs a Chicago ou je suis en visite depuis 3 jours, il y avait un article dans le Chicago Sun Times (page 9) Dimanche 21 Juillet qui disait « Pourquoi Chicago n’est pas le prochain Detroit’ (why Chicago isn’t the next Detroit).
    On rassure la populace comme on peut, que voulez vous – tout en continuant de depenser bien sur – alors meme que le credit-rating de Chicago vient d’etre devalue. Vous n’allez pas insinuer que les politiques gauchistes et corrompues des grandes villes du nord Americain nous enmeneront a notre perte – n’est-ce pas ? Car vous voyez, le Messie de Southside Chicago est a la Maison Blanche, et nous avons huile ses pieds.
    (Je n’aurai jamais cru que mon people americain aurait pu tomber aussi bas.)
    Thanks for a good article

  • La faillite de la ville de Détroit aux Etats-Unis : triomphe et déclin

    La ville de Détroit s’est récemment déclarée en état de faillite. La situation actuelle s’explique par un long déclin enclenché dans les années 60. Au final, d’un problème de finances locales, la situation pourrait se transformer en problème financier national.

    http://www.leconomiste.eu/decryptage-economie/71-la-faillite-de-la-ville-de-detroit-aux-etats-unis-triomphe-et-declin.html

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Yves Bouffet. Un article de Conflits

Les détroits turcs, à savoir le Bosphore et les Dardanelles, sont stratégiques pour l’accès à la mer Noire. Leur statut est régi par la convention de Montreux signée en 1936, qui reconnaît la libre circulation pour le trafic civil, tout en permettant des restrictions pour les bâtiments militaires, parmi lesquelles l’interdiction de passage pour ceux-ci en cas de conflit. Sa mise en œuvre récente par Ankara est l’occasion de revenir sur l’historique et sur les conséquences concrètes de cette... Poursuivre la lecture

Geert Noels est ce qu’il est convenu d’appeler en Flandre, een bekende Vlaming, un Flamand influent. Licencié en sciences économiques appliquées de la Haute École de Commerce d’Anvers et titulaire d’un MBA de la K.U. Leuven (la section flamande de l’Université catholique de Louvain), en 2009, à la suite de la crise, il a fondé et dirige la société de gestion de patrimoine Econopolis. Il s’est fait connaître du public grâce à un premier livre, Econochoc, vendu à plus de 100 000 exemplaires, et en tant que leader d’opinion dans différents média... Poursuivre la lecture

Par Daniel Florentin. Un article de The Conversation

Ce texte est extrait de la récente édition de la revue « FACTS Reports », une publication de l’Institut Veolia, consacrée aux villes résilientes.

Longtemps, l’idée a prévalu parmi les décideurs urbains que la trajectoire d’évolution d’une ville ne pouvait et ne devait être marquée que du sceau de la croissance, qu’elle soit économique ou démographique. C’est ce qu’évoquait le sociologue Harvey Molotch en parlant de l’urban growth machine : les aires urbaines ont été historiqu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles