Des Gaulois aux Carolingiens

Les PUF lancent une nouvelle collection dédiée à l’histoire de France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Dumézil-Gaulois

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des Gaulois aux Carolingiens

Publié le 11 juillet 2013
- A +

Les PUF lancent une nouvelle collection dédiée à l’histoire de France.

Par Jean-Baptiste Noé.

Les PUF lancent une nouvelle collection dédiée à l’histoire de France. En 7 volumes, paraissant de mars 2013 à 2014, l’histoire du pays est abordée par six historiens, chacun spécialiste de son domaine. La collection est placée sous la direction de Claude Gauvard, médiéviste et Professeur émérite à Paris I Sorbonne, qui a rédigé deux volumes.

Les livres sont brefs, 220 pages environ, et s’adressent à un public qui veut connaître l’histoire du pays, écrite par des historiens spécialisés. Il n’y a ni note de bas de page, ni bibliographie volumineuse. Les ouvrages sont en revanche illustrée de belles cartes, nécessaire à la compréhension des phénomènes, et d’une chronologie. Ils ne s’adressent pas aux spécialistes, mais à un public d’honnête homme, un peu dans la lignée de la collection Que sais-je.

Le premier de la série est rédigé par Bruno Dumézil, professeur à Paris X La Défense, spécialiste des premiers temps de la France, des Mérovingiens et des barbares. Si la collection se veut « une histoire personnelle de la France », et si l’auteur prend quelques libertés stylistiques par rapport à un ouvrage savant, la rigueur intellectuelle est de mise. Cette époque des invasions barbares et de la prise du pouvoir par les Francs est tellement mal connue, car emplie d’a priori, que cet ouvrage est salutaire.

L’auteur démonte le mythe des barbares germains, des grandes invasions, de la destruction de l’Empire romain. S’appuyant sur les recherches récentes des historiens, il montre comment l’Empire romain n’a cessé de vivre en Occident, même si sa structure politique a pu se modifier. Il démontre que les Mérovingiens, bien loin d’être des Germains, étaient des Gallo-romains, donc pleinement romanisés. Il s’attache aussi à démontrer les continuités de Rome à l’œuvre dans ces premiers rois, et notamment comment le droit romain a perduré.

Pour les plus curieux, c’est une invitation à aller plus loin. Pour les autres, c’est déjà une bonne base de compréhension. Il est remarquable que des universitaires aient accepté de jouer le jeu de ce pari éditorial. C’est l’exemple réussi d’une saine et droite vulgarisation.

— Bruno Dumézil, Des Gaulois aux Carolingiens, PUF, 232 pages, 2013.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Benoît Malbranque Un article de l'Institut Coppet

Les origines intellectuelles de la Révolution française ont occupé bien des volumes, et c’est avec une certaine appréhension que nous osons ici aborder ce grand thème. Nous ne le faisons que pour étudier en détail la contribution des économistes français que l’Histoire a regroupés sous le nom de Physiocrates.

Cette tâche n’est pas aisée, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les Physiocrates ont défendu des principes qu’on range dans diverses catégories, selon que l’on ... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

18 octobre 1685 : révocation de l’Édit de Nantes, épiphénomène pour certains, satisfaction pour bien d’autres et surtout début d’une saignée qui pénalisera le royaume de France pendant de longues décennies, amorçant en un temps relativement bref le déclin du règne du Roi Soleil Louis XIV et le renforcement perdurable de ses ennemis.

L’ablation de la part la plus riche et industrieuse du royaume

C’est en effet au faîte de sa puissance que le roi Louis XIV (1643-1715), auréolé du titre de souverain du royaume d... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

Pour William Doyle, la Révolution française n’a pas commencé le 14 juillet 1789 car à cette date « l’Ancien Régime était déjà en ruine, au-delà de tout espoir de reconstruction ».

Le point de départ remonte au 20 août 1786, le jour où le Contrôleur général des Finances, Calonne, avouait à Louis XVI le désastre financier. Même si l’administration royale, par son fonctionnement très particulier[1. Il n’y avait pas d’administration centrale, les finances étaient administrées par des financiers indépendan... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles