Tragédie de Lac-Mégantic : transport du pétrole, la sécurité d’abord !

Tragédie de Lac-Mégantic : l’explosion des wagons-citernes a fait quinze morts. Quelles solutions pour éviter que cela se reproduise ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Une spectaculaire et tragique explosion a bouleversé Lac-Mégantic. (Crédit photo : Twitter)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Tragédie de Lac-Mégantic : transport du pétrole, la sécurité d’abord !

Publié le 11 juillet 2013
- A +

Le 6 juillet à une heure du matin, un train convoyant du pétrole brut déraille dans le centre de Lac-Mégantic, au Québec. L’explosion des wagons-citernes a fait quinze morts ; une quarantaine de personnes sont portées disparues. Quelles solutions pour éviter que cela se reproduise ?

Par Michel Kelly-Gagnon, depuis Montréal, Québec.

Une spectaculaire et tragique explosion a bouleversé Lac-Mégantic. (Crédit photo : Twitter)

Comme la plupart des Québécois, je me suis senti directement touché quand j’ai appris la nouvelle de l’accident ferroviaire à Lac-Mégantic. J’ai plusieurs fois visité cette charmante petite ville au mois d’août à l’occasion d’une visite à l’Observatoire du Mont-Mégantic pour y observer les Perséides.

Le fait que cette tragédie nous touche de si près devrait d’autant plus nous motiver à trouver des solutions pour éviter que cela se reproduise, que ce soit chez nous ou ailleurs en Amérique du Nord. Et justement, nous sommes depuis plusieurs mois au cœur d’un important débat continental sur l’opportunité de construire de nouveaux pipelines.

Pour le militant écologiste Steven Guilbeault, il serait déplacé de discuter de ce genre de question alors qu’on compte encore les victimes. M. Guilbeault ne se gêne pourtant pas dans le même article pour faire de façon opportuniste la promotion de sa « solution » à lui au problème de sécurité que pose le transport du pétrole. Il propose, sans grande surprise, de « nous libérer de notre dépendance au pétrole ».

Pour ma part, ce que je trouve déplacé, c’est de pelleter des nuages alors que nous sommes confrontés à une problématique bien réelle qui nécessite des solutions à court et moyen terme. Et cela, pour assurer non seulement notre sécurité énergétique, mais aussi notre sécurité sur le plan environnemental et notre sécurité physique tout court.

La réalité est que même au Québec, paradis de l’hydro-électricité, où 40% de nos besoins énergétiques sont comblés par l’électricité, le pétrole remplit des besoins pratiquement aussi importants à 39%. Même si tous les Québécois, pour qui c’est possible de le faire, se mettaient à prendre l’autobus et le métro, à pratiquer le covoiturage ou à conduire une voiture électrique, il faudrait toujours importer des quantités considérables de pétrole pour faire fonctionner notre économie.

Il ne faut d’ailleurs pas oublier que la consommation d’essence pour les voitures ne représente que 43% des produits pétroliers raffinés au Canada. Le diesel, qui sert par exemple à faire fonctionner la machinerie agricole ou minière, compte pour un autre 27%, le kérosène qu’on met dans les avions pour 6% et l’huile à chauffage pour 4% (ministère des Ressources naturelles du Canada, p. 21).

De plus, il serait carrément impossible de se «libérer de notre dépendance au pétrole» sans se passer de ces objets de la vie quotidienne. Les fibres synthétiques, le plastique et les nombreux types de polymères fabriqués à partir de pétrole sont littéralement partout, des iPhone aux verres de contact, en passant par les jouets d’enfants, les vêtements en polyester, nylon et acrylique, les bouteilles en plastiques et le dentifrice. Même le vélo de Steven Guilbeault roule sur des pneus dont la fabrication nécessite plusieurs litres de pétrole !

À court et moyen terme, le pétrole va donc continuer de faire partie de nos vies. Le transport du pétrole va toujours se faire de diverses façons (par train, par bateau, par camion-citerne, etc.) et ce, avec ou sans l’autorisation des controversés oléoducs. Tous les modes de transport du pétrole vont demeurer pertinents et nécessaires pour encore un certain temps.

Les oléoducs ont toutefois l’avantage d’être de loin le mode de transport le plus sécuritaire. Diana Furchtgott-Roth, une spécialiste américaine de la question, a rappelé les chiffres officiels de l’organisme responsable de la sécurité au ministère américain du Transport dans un article du Globe and Mail paru au lendemain de la tragédie de Lac-Mégantic.

Les dernières données disponibles montrent qu’entre 2005 et 2009, c’est le transport routier qui a connu le plus haut taux d’incidents sérieux aux États-Unis, avec 19,95 par milliards de tonnes-milles (c’est-à-dire des tonnes de fret transportées sur une distance d’un mille). Le transport par train arrive en deuxième place avec 2,08 incidents, alors que le transport par pipeline ne connaît que 0,58 incident par milliards de tonnes-milles.

Le nombre de blessures et de décès montre une tendance similaire. Le transport par train était 37 fois plus susceptible de mener à des blessures, et 25 fois plus susceptible de mener à des décès que le transport par pipeline. Quant au transport routier, il était 143 fois plus susceptible de mener à des blessures et 70 fois plus susceptible de mener à des décès que le transport par pipeline.

On le voit, le niveau de sécurité est considérablement plus élevé lorsqu’on transporte du pétrole par pipeline que par les autres modes de transport. Tous les moyens de transport ont évidemment leurs coûts et leurs inconvénients, y compris les oléoducs, mais ces derniers sont beaucoup moins susceptibles de mener à des accidents sérieux comme celui des derniers jours.

C’est ce genre de données qu’il faudra garder en tête lorsque viendra le temps de décider si les projets comme ceux d’Enbridge et de TransCanada devraient être approuvés ou non.


Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Je ne suis pas sur que mon information soit bonne mais j’ai cru lire ou entendre que de train s’était débloqué suite à une coupure de courant.

    Partir d’un problème de frein à main mal serré pour refaire le monde!!!

    • Ben, y a pas de frein à main dans un pipeline !

    • Les informations se contredisent, les trains ont des freins fail-safe comme sur les camions (qui freinent avec un ressort et l’air les debloques.

      Alors pourquoi une perte d’alimentation à causé ça, je ne sais pas. Les médias sont aussi très biaisé et aime se lancer sur la moindre rumeur alors pour l’instant aucune info fiable.

      • @Bobjack,

        Oui, les feins dits Westinghouse à sécurité intrinsèque en quelque sorte.

        Sans pression d’air, sans énergie ils sont serrés.
        C’est pas comme sur les camions, c’est plutôt sur les camions que c’est comme sur les trains, les seconds et leur frein précédents les premiers.
        Ce qui intéresse les journalistes c’est les morts, pas la précision de l’information.
        Comme le frein Westinghouse, le journaliste débloque et ne manque pas d’air.

  • Excellent comme article.

    • @Mysoft, c’est juste un article qui dit qu’on peut faire autrement.
      Bien sur, si on mettait bout à bout tout les conteneurs cylindriques on appellerai ça un tuyau.

  • [TROLL]
    Comme quoi le transport de pétrole est dangereux ; pourtant, on ne voit jamais de gens de chez GREENPEACE enchainés aux rails devant ces convois.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Dans un article publié sur Atlantico en décembre dernier, Damien Ernst s’efforce de montrer que l’affirmation de Jean-Marc Jancovici selon laquelle la disparition du pétrole condamne l’avion n’est pas fondée.

Hélas, un examen rationnel et lucide des conséquences de cette disparition ne peut déboucher sur une autre conclusion. Aussi, professer que le seul moyen de contrarier la marche funeste du climat est de sevrer l’économie de sa nourriture principale fait-il courir un risque considérable aux sociétés humaines.

Pour Damien Ern... Poursuivre la lecture

Par Raphaël Chauvancy. Un article de Conflits.

Les velléités expansionnistes chinoises puis l’invasion russe de l’Ukraine ont initié une réinitialisation des architectures sécuritaires. L’idéal d’une régulation des conflits par le dialogue et le respect du droit international s’effacent devant le pragmatisme des rapports de force, l’équilibre de la terreur nucléaire, la solidité des principes de sécurité collective et entraînent la redéfinition de la notion de souveraineté militaire.

Vieil État-nation, la France place naturellem... Poursuivre la lecture

chemin de fer
0
Sauvegarder cet article

Un article de Human Progress

 

Notre vingt-cinquième Centre du progrès est Chicago à l'ère de la vapeur. Chicago a joué un rôle central dans la popularisation du transport ferroviaire et est aujourd'hui le plus important centre ferroviaire d'Amérique du Nord.

Avec environ 2,7 millions d'habitants, Chicago est la troisième ville la plus peuplée des États-Unis. C'est une importante plaque tournante du commerce, dotée d'une économie diversifiée. En tant que ville ayant érigé le premier gratte-ciel moderne en 1885, Chica... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles