Socialisme : tout le plaisir est dans l’attente

Le socialisme doit son succès à sa capacité à faire naître l’espoir et entretenir l’attente. Malheureusement, l’opération ne laisse pas le patient indemne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Socialisme : tout le plaisir est dans l’attente

Publié le 11 juillet 2013
- A +

Le changement, c’est maintenant ; mais les lendemains qui chantent, c’est demain.

Imaginez que vous soyez au gouvernement, dans une situation économique difficile, et sans réellement comprendre d’où viennent vos problèmes ni pourquoi les efforts déployés par vos prédécesseurs et vous-mêmes ne fonctionnent pas. Évidemment, aucune personne sensée ne chercherait ou n’accepterait de faire partie d’un gouvernement sans rien comprendre à l’économie, mais nous sommes dans une situation de fiction, ne l’oublions pas. Et dans l’histoire, ce cas de figure s’est souvent répété, de l’U.R.S.S à la France de 2013.

Le plus simple, c’est d’expliquer que c’est de la faute de vos prédécesseurs. Mais c’est pour les remplacer que vous avez été élu ou avez saisi le pouvoir, en promettant d’améliorer la situation ; ça ne marchera qu’un temps.

En expliquant que la situation est difficile, on pourra aussi gagner du temps. Mais c’est pour la régler que vous êtes au pouvoir ; ça non plus, ça ne prendra pas.

Si ça ne marche pas, c’est parce qu’on vous place des bâtons dans les roues : quelques boucs émissaires, ennemis de l’intérieur ou de l’extérieur, vous donneront aisément un peu de répit, à condition de bien les choisir. L’U.R.S.S a tenu plus de 60 ans là-dessus, à grand renfort de purges même au sein du Parti.

Une fois qu’on a fait le tour de ces trois options, il faut se creuser un peu la tête. Mais le gouvernement actuel, à l’instar du parti soviétique, a trouvé la clé.

Tout le plaisir est dans l’attente. (Georges Clémenceau)

L’espoir fait vivre, surtout en politique. Avant d’être élu, il faut promettre ; une fois qu’on l’est, il faut nourrir l’espoir. Pas avec des résultats, même partiels, mais avec des formules et de jolies déclarations.

Renverser la courbe du chômage, par exemple. Certes, le nombre de demandeurs d’emploi va continuer à grimper, mais seulement pendant un temps ; ensuite, il va diminuer progressivement. Ça va arriver, sans doute fin 2013, parce qu’on va renouer avec la croissance. Comment ? Bonne question, on y travaille.

C’était plus facile sous l’ère soviétique. On pouvait promettre la conquête spatiale, la mécanisation de l’agriculture, l’union des forces vives de la nation dans un grand élan de productivité stakhanoviste. Aujourd’hui, on a déjà des pistes : une nouvelle révolution industrielle provoquée par l’impression 3D, les appareils connectés, la robotisation, les voitures sans conducteur…

Avant d’évoquer ces grands bouleversements que le capitalisme apporte et que le socialisme exploite – depuis 4000 ans, le capitalisme nourrit les autres -ismes – on peut déjà préparer des plans de communication. La communication, c’est important, surtout quand on n’a rien de bon à annoncer. À défaut d’impacter positivement le présent, on prépare l’avenir, on favorise l’innovation. Mais toujours dans un souci de justice, de respect des valeurs et des traditions. La rupture, dans la continuité.

Le colbertisme 2.0, c’est tendance. La robotisation, on investit. Et comme la high-tech, c’est vraiment super chouette, on prépare une Silicon Valley à la française. Nul doute qu’ensuite, les entreprises high-tech vont s’y développer à foison et faire de la France un pays à la pointe.

Sur le plan social, tout va bien. L’économie sociale et solidaire est pleine de promesses, elle permet de dépasser les limites du capitalisme qu’on a de toute façon usé jusqu’à la corde. Mettons toutes les chances de notre côté en relançant d’une paire d’emplois verts, avec la révolution verte et la transition énergétique.

Les mauvaises langues diront que ce n’est que de la rhétorique, et elles auront tort. Ce dont une société a besoin pour que l’économie prospère, c’est d’initiative privée. Les hommes politiques ne font pas que parler, ils agissent. Leurs investissements peu avisés, ils les font au détriment de l’investissement privé. La protection des industries mourantes se fait au détriment des industries naissantes.

Pour qu’une révolution industrielle ait des chances de survenir, il faudra d’abord une révolution idéologique : qu’on laisse enfin faire les hommes, qu’on laisse enfin passer les marchandises, qu’on laisse enfin en paix le capitalisme. Nous avons déjà attendu bien trop longtemps.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • « Tout le plaisir est dans l’attente. »

    Serait-ce de la même veine que « et le désir s’accroît quand l’effet se recule » ?

    Ce qui expliquerait, en effet, une bonne part des réussites actuelles.

  • En cette période de camping, tout le plaisir est dans la tente !

  • Nos amis libéraux ne cessent de raconter des inepties pour mieux cacher l’échec patent du capitalisme libéral. Bref, un article sans aucun intérêt basé sur du vent !

    • Seriez-vous le troll de la journée ?

    • Le plaisir est dans l’attente d’entendre vos arguments!

    • « pour mieux cacher l’échec patent du capitalisme libéral »

      Dommage pour toi, ami troll, les meilleurs pays du monde sont les plus libéraux et les plus capitalistes. Dans les autres c’est très moyen, voir la merde, ou l’ultra-merde pour les moins libéraux:

      Classement mondial des liberté économique: (oh zut 🙂 )
      http://www.heritage.org/index/ranking

    • Voyager vous ferait le plus grand bien. Encore faut il avoir les yeux ouverts et accepter la réalité telle qu’elle est et non telle que l’on voudrait qu’elle soit.
      Allez par exemple voir le Canada et la Nouvelle Zélande (ce dernier étant un magnifique exemple de pays qui a osé passer du socialisme au libéralisme volontairement … et vous verrez comme ils sont malheureux car pas sociaux … oui là bas c’est fou, il n’y a pas de gens dans la rue car les humains s’en occupent eux mêmes sans l’aide de l’Etat nounou … impossible !!! Oui les gens sont libres d’investir et d’entreprendre sans l’aide du Gosplan et ils sont mêmes responsables et personne ne les prend pour trop imbéciles pour décider eux mêmes de leur vie … non c’est trop …). Puis vous irez en Argentine et au Venezuela, les deux pays d’amérique latine qui ont le moins progressé par rapport à leurs collègues, vous verrez la presse et la justice muselée, les arrestations pour délit d’opinion, le faste de la nomenklatura et la misère du peuple qui paye. Là bas, ce bas peuple est considéré comme incapable de subvenir à ses propres besoins et il lui faut un pouvoir fort pour décider à sa place. Evidemment, si vous deviez choisir vous iriez directement vivre dans ces derniers pays…
      Mon expérience n’est pas forcément représentative mais je n’ai jamais vu un seul socialiste dans mon entourage partir dans un pays moins libre que le sien. Bizarre.

  • Vous avez omis la procession obligatoire au temple Bercy, dépôt ordinaire des sacrifices.

  • On se souvient de l’inénarrable Nikita qui avait promis que les Soviétiques vivraient sous le communisme en 1980.

  • Fine analyse, qu’on peut encore agrémenter de quelques bonnes recettes pour durer : la culpabilisation générale, et la chasse au riche, ces sales gros types dont on sait qu’ils ne fondent leurs moyens que sur l’exploitation des autres.

    Ca, c’est fun et chic, comme une chasse en Sologne, et ça occupe …

  • Je recommande la lecture de « l’économie ne ment pas » de Guy SORMAN, livre du quel j’ai retenu que LISSENKO tordait le coup à la science pour la faire coller avec l’idéologie stalinienne.
    Le parallèle avec la situation actuelle est saisissant.
    Y a juste à remplacer LISSENKO par lissenkologistes.

  • Et pour avancer plus vite (vers le gouffre), nous voilà promu à être le pays le plus écologique (ie. immergent) de la planète. Avec notre bon ambassadeur prosélyte Hulot (100% made in France) et le salon de l’environnement du Machin à Paris l’année prochaine :

    Vive nous, les meilleurs du monde en tout !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
l'histoire
0
Sauvegarder cet article

Harold Innis est sans doute le principal théoricien canadien de la communication même si son nom est moins connu de nos jours que celui de son compatriote Marshall McLuhan. La profondeur de ses analyses fait que sa réflexion sur les médias a traversé le temps pour garder toute son actualité.

Pouvoir et connaissance au cœur de la communication

Si McLuhan et Innis assument tous deux la centralité de la technologie de communication, ils en déduisent des implications différentes.

Alors que McLuhan considère que les technologies de l... Poursuivre la lecture

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Par Robert Guiscard.

Le Club de l'économie du Monde se propose de faire débattre décideurs et "experts" sur les grandes mutations économiques. Quels traits constitutifs se dégagent de leur Cité idéale ?

Trois aspects semblent se dessiner : la souveraineté européenne et numérique, la transition écologique et enfin des conceptions économiques originales sur la dette, l’inflation ou la dépense publique que je regroupe sous le terme de nouveaux économistes.

Malheurs de la souveraineté : l'autarcie et la citadelle assiégée

Sur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles