Parité : imposer aux pères un congé parental ?

Au nom de la parité, certains veulent imposer aux pères de prendre un congé parental.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Congé parental

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Parité : imposer aux pères un congé parental ?

Publié le 1 juillet 2013
- A +

Au nom de la parité, certains veulent imposer aux pères de prendre un congé parental.

Par Michel de Poncins.

Coucou, revoilà la parité, elle fait partie des chimères que les pouvoirs  successifs tant de la fausse droite que de la vraie gauche gardent sur le feu. Plusieurs opportunités la font resurgir ces jours-ci en pleine lumière.

Le pouvoir actuel a  décidé dans sa non sagesse que  les pères devraient prendre aussi souvent le  congé parental que les mères. Le tam-tam médiatique accompagnateur et co-détenteur du pouvoir fait chorus. Pour encourager les pères récalcitrants  une usine à gaz sera imaginée avec des mécanismes ruinant et les pères et les mères. En fait c’est contraire à l’intérêt direct des enfants. Ceux-ci ont le droit absolu d’être élevés dans leur petite enfance par la tendresse d’une mère. En corrélation, les mères ont le droit et le devoir d’élever leurs nouveaux-nés. Si des pères prétendent ne pas comprendre, c’est tout simplement qu’ils sont victimes parfois à leur insu de l’idéologie ambiante.

Autre manifestation de la chimère : les municipales de 2 014 à la préparation desquelles chacun s’active. Dans une petite commune de trente mille habitants il faut que chaque liste comporte 52 noms et qu’elle respecte la parité. Ridicule et insupportable. Les partis importants financés par les impôts n’ont pas de problèmes ; les autres perdent un temps considérable et de l’argent : le barrage aux nouveaux est bien organisé. En plus, le socialisme, dont la parité est un fruit,  conduit de la sorte à une véritable expropriation du temps privé ce qui est un signe de paupérisation.

Pourquoi la chimère ?

Une chimère naît toujours avec un motif apparent de vérité ; ici, c’est l’égalité hommes-femmes. Une fois lancée et l’orchestre médiatique aidant, elle rencontre d’autres chimères plus ou moins voisines et, bientôt, l’ensemble devient comme du béton, personne ne se souvenant des origines douteuse de l’ensemble. La correction par la violence étatique de toute forme d’inégalité est l’une de ces chimères accompagnatrices.

Il est clair que vouloir l’égalité des hommes et des femmes est contraire à la nature des choses. Le livre de la Genèse nous dit que  Dieu nous créa homme ou femme chacun avec ses qualités propres. L’une des applications les plus néfastes de la  parité est la recherche de l’égalité des salaires, car c’est une atteinte grave à la liberté absolue des salaires que doit connaître l’entreprise. Le fait que le monstrueux code du travail limite fortement cette liberté explique sans l’excuser le dérapage vers la parité. Ce dérapage conduit à des moyennes de moyennes dans des nuages de statistiques avec comparaisons internationales. Chacun y trouve  toutes sortes d’interprétations.

Une autre manifestation se situe au niveau des conseils d’administration.  La tendance est si forte que des consultants spécialisés recherchent activement des dames pour les organismes dirigeants. C’est bien plus grave qu’au niveau des salaires car la prospérité d’une entreprise repose beaucoup sur ses choix fondamentaux, leur pertinence et leur continuité ; le sexe des dirigeants ne devrait pas entrer en ligne de compte sauf cas particulier.

Un ministère ?

Il y eut plusieurs fois dans un passé récent un ministère de la parité. Dans la liste des ministres du gouvernement Ayrault et sauf erreur il n’y en a pas. Toutefois les attributions ridicules de plusieurs d’entre eux montrent que le sujet doit être largement couvert. Cela veut dire cabinets, bureaux, subventions, parlottes, etc. Le tout se développe au niveau régional, départemental et bien au-delà. Les  coûts sont considérables. Ajoutés  à l’activité de tout ce monde, ils  ruinent les hommes et les femmes les empêchant d’atteindre librement leurs objectifs personnels.

Pour finir, rappelons que la chimère est mondiale. Son réveil occasionnel en France n’a rien d’exceptionnel. Le pouvoir en place sort des urnes et celles-ci ne peuvent que refléter l’idéologie mondialiste. Par relais successifs dont l’Europe, c’est l’Onucratie qui est au centre de toutes les chimères internationales. Nous nous trouvons devant un super Mammouth avec des milliers d’organismes divers.

Ce sont des faits  que les évolutions récentes en France ont permis de mettre en lumière.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • « Il est clair que vouloir l’égalité des hommes et des femmes est contraire à la nature des choses. Le livre de la Genèse nous dit que Dieu nous créa homme ou femme chacun avec ses qualités propres. »

    Waow, l’argument me laisse sans voix. Que vous souhaitiez reprendre les propositions économiques des Républicains, je peux comprendre, mais par pitié, laissons les argumentaires bibliques plus que foireux aux chrétiens intégristes d’outre-Atlantique…

    • Mais sans guide spirituel et moral, il n’y a pas de loi valable. Pourquoi ne faut-il pas voler ou tuer ? Pourquoi ne pourrait-on pas faire voter que Ted devrait donner 100 euros à chaque Français ? Toute politique se base sur des valeurs morales, fausse pour ce qui est de la laïcité (égalité de vocation ente homme et femme, Mariage homo, Homosexualité et avortement passés en bonnes mœurs, peine de mort et fessée interdite, interdiction de discriminer sur les races, la théorie de l’évolution remplaçant la création, le loup et l’ours ne sont pas nuisibles, interdiction de se servir de la sagesse biblique dans les discours officiel, Histoire de France et de l’antiquité réécrites, La drogue = l’alcool, etc…) , mais valeurs quand même pour un temps donné.
      Il apparaît donc que les argumentaires bibliques ont toute leurs places pour la bataille des valeurs morales, historiques, scientifiques pour lutter contre les nouvelles valeurs laïques qui nous sont imposées alors que non étayées par l’observation de la nature, de l’histoire et des aspirations des peuples.

    • Il ne vous aura pas échappé que Michel de Poncins est catholique.

  • Sur l’égalité des salaires entre hommes et femmes, j’ai d’autres idées , utopistes et stupides surement, mais je me permets de vous en dire 2 mots. Selon un principe parallèle à ‘ les pollueurs sont les payeurs ‘ ou encore, ‘ qui en retire le profit, doit pouvoir supporter la dette, voir les banques..’ ( mais ça c’est un autre chapitre), il faudrait qu’au départ les femmes ne subissent pas le ‘handicap’ de devoir interrompre leur carrière pour cause de grossesse. Ainsi par exemple , les charges sur les entrepreneurs devraient être plus avantageuse ,pour rétablir l’équilibre. Pour moi toutes ces dispositions garantissant l’emploi , payant les absences, etc.. aux frais de l’employeur, sont ABSOLUMENT contre productives…Ce qui n’est certes pas pensable dans ces temps de déficit boulimique., mais néanmoins acceptable à mon point de vue, car ces naissances sont nécessaires au pays, donc un vrai investissement. Passé 40 ans , après une carrière chahutée, et souvent encore bien des obligations privées,, de nombreuses femmes ont peine à trouver un emploi bien rétribué, :leur diplômes ou savoir-faire sont devenus caduques et le haut taux de chômage ne les aide guère., Elles pourraient bénéficier d’aide à une véritable requalification ( les enseignement à distance sur le web sont une vraie opportunité à soutenir, me semble-t-i,, avec, en bonus, des coûts relativement bas) et là encore , une taxation raisonnable serait plus utile que de voir une femme mal préparée siéger dans quelque niveau du mille-feuille administratif

    • Vous répondez à un non problème, il n’y a pas d’écart salarial homme-femme.
      http://www.contrepoints.org/2011/04/13/21197-il-ny-a-pas-decart-salarial-hommes-femmes
      Il n’y a pas de « profiteur », sinon les entreprises qui embauchent des femmes seraient avantagés par leur productivité.
      Les naissances nécessaires au pays c’est simplement du constructivisme….
      Effectivement, les diplômes et les savoirs faire sont caducs rapidement, pour tout le monde, et tout le monde peut DEJA se requalifier, par correspondance, formations etc…

      S’il n’y a pas de problème, il n’y a pas de solution!

  • Les dieux sont tsur la tête ! Un micro-chirurgien va-t-il perdre la main à pouponner, pour que son épouse si égale puisse aller poser des bigoudis dans un salon de coiffure ?
    Va-t-il donner le sein ?
    Que fait-on du lien fusionnel entre mère et enfant ? Interchangeable ?

    Big Brother doit aller plus loin dans son ingérence :
    il faut légiférer sur qui donne le bain, qui raconte la petite histoire, qui rape le gateau de fruit, qui change les couches, etc.

    Qu’attendez-vous pour virer à coups de pied dans les « fondements » cette bande de ****

  • J’en profite pour faire part de mon expérience personnelle qui n’est probablement loin d’être unique. Après un divorce, je me suis retrouvé avec mes trois enfants, à ma charge, dans une maison qu’ils n’avaient pas voulu quitter. Lorsque j’ai fait valoir mes droits à la retraite, j’ai réclamé le nombre de trimestres supplémentaires, les mêmes que ceux accordés aux mères de famille. On m’a répondu que je n’avais pas droit à cette bonification car je n’avais pas pris de congé parental durant la période où mes trois enfants vivaient sous mon toit et sous ma responsabilité financière. Un décret venait en effet d’être publié un 31 décembre, de je ne sais plus quelle année c’est déjà loin, précisant ce point. Mes démarches auprès du tribunal administratif furent vaines malgré l’argument que je mis en avant à savoir comment j’aurais pu nourrir mes trois enfants en prenant un congé parental non rémunéré. Voilà la parité telle qu’elle s’exerce dans les faits. Peut-être que la situation a changé mais pas le fait que le père n’a pas d’utérus !

  • Ça risque de se compliquer avec les familles mono sexuelle.

  • « En corrélation, les mères ont le droit et le devoir d’élever leurs nouveaux-nés. »

    Non Mr de Poncins: ce sont les parents qui ont le devoir d’élever leurs enfants et pas la mère seule. Je ne vois pas en quoi un père n’est pas apte à changer des couches, laver son enfant, etc…

    Je vous signifierais aussi qu’une mère à aussi la liberté de s’épanouir comme elle le souhaite et ce éventuellement par son activité professionnelle.

    Je trouve qu’imposer un congé parental est une intrusion du gouvernement dans l’intimité du couple, mais je suis aussi sincérement contre tous ces jugement à l’ancienne que la mère doit rester au foyer.

  • Quelle bêtise d’écrire que « En fait c’est contraire à l’intérêt direct des enfants. Ceux-ci ont le droit absolu d’être élevés dans leur petite enfance par la tendresse d’une mère. »

    Ah bon les pères ne peuvent pas apportés autant de tendresse à leurs enfants ! Vous sortez d’où avec tant d’archaïsme !

    Le problème n’est pas l’égalité en soi que le gouvernement veut imposer mais justement cette obligation en soi.

    Prenons deux exemples:
    1) madame est cadre supérieur dans une grande société et monsieur fonctionnaire. Madame gagne 1000€ de plus par mois que monsieur. Cela m’étonnerait que ce soit madame qui prenne les 3 ans (2 ans et demi avec leur volonté stupide) de congé parental. Arrivé aux deux ans et demi de l’enfant, que vont ils faire ? mettre l’enfant à l’école ou plutôt devrions nous dire dans cette superbe garderie peilloniste ? Est ce là l’intérêt de l’enfant ? Pour moi, la réponse est non à cette dernière question. Quant à l’enfant, il faudra trouver une solution.

    2) Monsieur est avocat et madame fonctionnaire catégorie B. Monsieur gagne bien mieux sa vie que madame. Croyez vous que monsieur prendra ses 6 mois de congé parental ? J’en doute. Madame sera obligé soit de démissionner, soit de prendre un congé sans solde, soit de trouver une solution pour l’enfant mais ou est son intérêt à lui dans la proposition du nouveau congé parental ? Je la cherche encore.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Nous sommes au XXIe siècle et le monde persiste à être extrêmement mal fait. Les femmes continuent à subir l’intégralité de la charge de l’accouchement, de la grossesse et de l’allaitement, sans compter l’odieuse charge mentale de toute l’organisation familiale.

Résultat : à la maison, les hommes ne font rien et au travail, ils accaparent les postes en vue et les meilleurs salaires. C’est parfaitement scandaleux. Ce modèle patriarcal ne peut plus durer !

J’ironise, naturellement, mais il n’empêche q... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

S’il est une chose que le Coronavirus ne parviendra pas à tuer, c’est bien la sacro-sainte égalité entre les hommes et les femmes érigée en grande cause du quinquennat par Emmanuel Macron lui-même !

Marlène Schiappa s’y engage, qui a missionné dimanche 5 avril dernier la député LREM Céline Calvez afin qu’elle fasse des propositions pour assurer à la virgule près « la place des femmes dans les médias en période de crise ».

Place des femmes dans les médias en période de crise: je ... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l'Iref-Europe

Psychodrame au plus haut sommet de l’État.

Le 30 janvier 2020, un amendement déposé par le député du groupe UDI-Agir Guy Bricout et prévoyant de faire passer de cinq à douze jours le congé d’un salarié lorsqu’il perd un enfant mineur, est rejeté par l’Assemblée nationale.

L’affaire fait grand bruit.

Toute l’opposition – de la France insoumise aux Républicains, en passant par les socialistes, les communistes et les élus du Rassemblement national – s’est offusquée. Mêm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles