Parité : imposer aux pères un congé parental ?

Congé parental

Au nom de la parité, certains veulent imposer aux pères de prendre un congé parental.

Au nom de la parité, certains veulent imposer aux pères de prendre un congé parental.

Par Michel de Poncins.

Coucou, revoilà la parité, elle fait partie des chimères que les pouvoirs  successifs tant de la fausse droite que de la vraie gauche gardent sur le feu. Plusieurs opportunités la font resurgir ces jours-ci en pleine lumière.

Le pouvoir actuel a  décidé dans sa non sagesse que  les pères devraient prendre aussi souvent le  congé parental que les mères. Le tam-tam médiatique accompagnateur et co-détenteur du pouvoir fait chorus. Pour encourager les pères récalcitrants  une usine à gaz sera imaginée avec des mécanismes ruinant et les pères et les mères. En fait c’est contraire à l’intérêt direct des enfants. Ceux-ci ont le droit absolu d’être élevés dans leur petite enfance par la tendresse d’une mère. En corrélation, les mères ont le droit et le devoir d’élever leurs nouveaux-nés. Si des pères prétendent ne pas comprendre, c’est tout simplement qu’ils sont victimes parfois à leur insu de l’idéologie ambiante.

Autre manifestation de la chimère : les municipales de 2 014 à la préparation desquelles chacun s’active. Dans une petite commune de trente mille habitants il faut que chaque liste comporte 52 noms et qu’elle respecte la parité. Ridicule et insupportable. Les partis importants financés par les impôts n’ont pas de problèmes ; les autres perdent un temps considérable et de l’argent : le barrage aux nouveaux est bien organisé. En plus, le socialisme, dont la parité est un fruit,  conduit de la sorte à une véritable expropriation du temps privé ce qui est un signe de paupérisation.

Pourquoi la chimère ?

Une chimère naît toujours avec un motif apparent de vérité ; ici, c’est l’égalité hommes-femmes. Une fois lancée et l’orchestre médiatique aidant, elle rencontre d’autres chimères plus ou moins voisines et, bientôt, l’ensemble devient comme du béton, personne ne se souvenant des origines douteuse de l’ensemble. La correction par la violence étatique de toute forme d’inégalité est l’une de ces chimères accompagnatrices.

Il est clair que vouloir l’égalité des hommes et des femmes est contraire à la nature des choses. Le livre de la Genèse nous dit que  Dieu nous créa homme ou femme chacun avec ses qualités propres. L’une des applications les plus néfastes de la  parité est la recherche de l’égalité des salaires, car c’est une atteinte grave à la liberté absolue des salaires que doit connaître l’entreprise. Le fait que le monstrueux code du travail limite fortement cette liberté explique sans l’excuser le dérapage vers la parité. Ce dérapage conduit à des moyennes de moyennes dans des nuages de statistiques avec comparaisons internationales. Chacun y trouve  toutes sortes d’interprétations.

Une autre manifestation se situe au niveau des conseils d’administration.  La tendance est si forte que des consultants spécialisés recherchent activement des dames pour les organismes dirigeants. C’est bien plus grave qu’au niveau des salaires car la prospérité d’une entreprise repose beaucoup sur ses choix fondamentaux, leur pertinence et leur continuité ; le sexe des dirigeants ne devrait pas entrer en ligne de compte sauf cas particulier.

Un ministère ?

Il y eut plusieurs fois dans un passé récent un ministère de la parité. Dans la liste des ministres du gouvernement Ayrault et sauf erreur il n’y en a pas. Toutefois les attributions ridicules de plusieurs d’entre eux montrent que le sujet doit être largement couvert. Cela veut dire cabinets, bureaux, subventions, parlottes, etc. Le tout se développe au niveau régional, départemental et bien au-delà. Les  coûts sont considérables. Ajoutés  à l’activité de tout ce monde, ils  ruinent les hommes et les femmes les empêchant d’atteindre librement leurs objectifs personnels.

Pour finir, rappelons que la chimère est mondiale. Son réveil occasionnel en France n’a rien d’exceptionnel. Le pouvoir en place sort des urnes et celles-ci ne peuvent que refléter l’idéologie mondialiste. Par relais successifs dont l’Europe, c’est l’Onucratie qui est au centre de toutes les chimères internationales. Nous nous trouvons devant un super Mammouth avec des milliers d’organismes divers.

Ce sont des faits  que les évolutions récentes en France ont permis de mettre en lumière.