Subventions aux entreprises : 100 milliards $ par an

Y a-t-il pire dépense publique que les subventions aux entreprises ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Besancenot subventions entreprises

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Subventions aux entreprises : 100 milliards $ par an

Publié le 10 juin 2013
- A +

Y a-t-il pire dépense publique que les subventions aux entreprises ?

Par A. Barton Hinkle, depuis les États-Unis. 
Un article de Reason.

Aucune discussion sur la redistribution ne serait complète sans parler d’une des pires qui existe : la redistribution envers les entreprises.

Peu importe le biais politique qui la soutienne, l’aide sociale aux personnes a au moins une noble cause : réduire la souffrance. Ce n’est pas le cas de celle envers les entreprises, qui a tous les inconvénients mais aucun avantage.

La seule qualité, s’il en est, de l’aide aux entreprises est sa relative petite taille. Washington dépense en un an environ 100 milliards de dollars de subsides pour les riches peu méritants. C’est une fraction négligeable de la dépense sociale fédérale (Medicare à lui seul coûte plus de 670 milliards de dollars cette année) mais c’est toujours 100 milliards de trop.

C’est trop à cause des multiples vices cachés du système. Un exemple typique de ces défauts nous provient de l’administration Obama à travers Solyndra, une entreprise que The Washington Post définit comme « le projet-phare du Président Obama pour aider à la création d’emplois verts. » L’idée principale, autre que venir en aide aux principaux créanciers de Solyndra qui ont donné de grosses sommes d’argent pour favoriser l’élection d’Obama, était d’utiliser le pouvoir gouvernemental pour compenser les « défaillances du marché » qui signifie en langage démocrate « les choix fait par d’autres qui ne nous conviennent pas. » La véritable faillite se révéla être Solyndra.

Les défenseurs de l’administration Obama disent qu’ils (les membres de l’administration Obama) ne peuvent être blâmés parce que personne n’a vu venir l’excès de production de panneaux solaires ou la chute des prix du silicium, Solyndra ayant aussi fait un mauvais pari sur le type de panneaux solaires à produire, etc, etc.

Les pragmatiques économiques diront que le problème réside bien là : les personnes au gouvernement ne possèdent pas de dons magiques qui leur permettraient de voir mieux et plus loin que les individus travaillant dans le privé et pourtant, ils agissent comme si c’était le cas.

Et pendant que les républicains ont passé un bon moment à rire de la débâcle de Solyndra, l’aide aux entreprises reste un problème bipartisan. Pour des raisons évidentes, elle trouve soutien auprès des grands patrons républicains et des Chambres de Commerce qui sont parfois aussi réfractaires au marché libre que l’étudiant trotskiste moyen. Les chefs d’entreprise n’aiment parfois rien de plus qu’un coup de pouce du gouvernement pour écraser les concurrents.

Les républicains sont toujours prêts à rendre service. Par exemple, le gouverneur de Virginie, Bob McDonnell, a distribué de l’argent et a aidé un tas d’entreprises, grandes comme petites : Backcountry.com, un site internet de e-commerce, a reçu 300 000$ l’année dernière. General Electric a reçu le même montant pour recruter et former des travailleurs pour son centre informatique à Henrico. La Virginie a dépensé des millions pour que Microsoft installe un centre de traitement données à Mecklenberg, et encore quelques millions pour que le réalisateur milliardaire Steven Spielberg y tourne son biopic sur Lincoln.

Quand il supprime les subventions à l’audiovisuel public, McDonnell insiste sur le fait que « nous devons être sérieux au sujet des dépenses gouvernementales, c’est-à-dire nous concentrer sur nos fonctions régaliennes et éliminer toutes dépenses pour des programmes et des services qui peuvent être laissés au secteur privé. » Recruter et former des travailleurs pour General Electric fait-il partie de ces fonctions ?

Les républicains aiment se moquer de l’aide fédérale aux énergies vertes mais en même temps, les compagnies pétrolières vont recevoir 1,4 milliard d’aides aux entreprises pour cette année fiscale. Les petites entreprises en auront, elles, plus de 3 milliards. Vous n’entendez pas beaucoup de conservateurs s’en plaindre.

Si nous prenons en compte les aides indirectes, l’étendue de l’aide aux entreprises semble encore plus grande. Prenez, par exemple, le programme fédéral sur le sucre qui coûte aux citoyens américains plus de 3 milliards de dollars par an.

Ce coût n’est pas entièrement imposé par un système de taxes. En fait, le gouvernement fédéral a mis en place un prix minimum du sucre qui n’induit pas seulement une hausse du prix du sucre (qui est 50% supérieur aux États-Unis) mais aussi, du prix des produits contenant du sucre. De plus, des quotas d’importations limitent la quantité de sucre qui peut venir de l’étranger. C’est une des raisons pour lesquelles il y a autant de sirop de glucose dans la nourriture industrielle : c’est un substitut bon marché rendu encore plus abordable par les subventions aux exploitations agricoles de maïs.

Ce serait plaisant de penser supprimer l’aide aux entreprises et de ne laisser en place que les programmes d’aides sociales qui viennent en aides aux plus démunis mais comme le note Tad DeHaven du Cato Institute : « le pouvoir politique nécessaire pour redistribuer les revenus vers les pauvres est un pouvoir qui peut aussi être utilisé pour les transférer vers les riches, et les riches sont habituellement mieux organisés politiquement et plus à même d’utiliser la force politique pour leurs intérêts. »

Pour faire simple, un gouvernement suffisamment gros pour faire tout ce que vous voulez est aussi suffisamment gros pour faire tout ce que vous ne voulez pas.


Article original – Traduction Xelectro/Contrepoints

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Petite coquille:
    « un gouvernement suffisamment gros pour faire tout ce que vous voulez est aussi suffisamment gros pour faire tout ce que vous ne voulez pas. »

    « est aussi suffisament » et non pas « et »…

  • Il me semblait qu’ils avaient retenu la leçon ?
    De jeunes chercheurs américains se présentent au ministère de l’industrie et annonce qu’ils sont sur le point de mettre au point un éclairage 5 fois plus puissant, 10 fois plus résistant qu’une ampoule filament et consommant 3 fois moins (j’invente les avantages pour la l’anecdote). Le business plan est un lingot Good delivery ! Les particuliers comme les entreprises vont se précipiter sur l’opportunité, du jour au lendemain des milliards d’ampoules vont être remplacées. Entre-temps il faut beaucoup de capital pour construire ne serait-ce que le proto pour faire le vide, peu importe tout le monde a la tête dans le guidon, il faut construire les usines au plus vite. Enfin l’offre grand public, le grand jour. L’accueil ? ouais bof, c’est dégueulasse comme lumière ! c’est blafard ! c’est froid ! ça ferait bien dans une morgue ! c’était le tube néon qui devait remplacer l’ampoule.
    Je ne sais pas si c’est un complot mais ils auraient trouvé un moyen efficace qui ne coûte quasiment rien. Exemple, les ampoules basse consommation – le ministère attend le feu vert des entreprises sur la mise au point technologique du produit et de manière très surprenante survient une législation interdisant l’ancienne technologie pour des motifs fallacieux.

  • Les américains ont été contaminés par nos socialistes, ils sont eux aussi sur la route de la servitude en élisant un démocrate. Il n’y a plus qu’à exporter nos cégétistes en Chine!

  • Vous n’avez pas aimé le plan calcul, le France, le Concorde, et autres gouffres budgétivores étatiques?

  • Quand Montebourg s’élève contre le rachat d’Alstom par General Electric, il est la risée de la droite française et du patronat. Dans le même temps, les USA subventionnent à hauteur de 300 milliards de dollars par an les entreprises américaines. Ou la Chine subventionne son industrie solaire à hauteur de … 300 milliards $.
    La France n’aura pas le droit de mettre un euros dans Alstom. Règles européennes obligent.
    Etrange, n’est-il pas ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pascale Déry. Un article de l'Institut économique de Montréal

Nous, contribuables québécois, subventionnons depuis 20 ans le géant français du jeu vidéo Ubisoft. Et malgré les millions de dollars en crédit d’impôt reçus du gouvernement du Québec, la maison-mère basée en France n’a engrangé au cours des six premiers mois de l’année qu’un maigre bénéfice de 1,3 million de dollars sur des revenus de plus d’un milliard.

Entre 2013 et 2017, l’entreprise a généré des profits nets de 634 millions alors qu’elle recevait 615 millions... Poursuivre la lecture

Par James Peron. Un article de Libre Afrique

Le dicton humoristique : « La folie, c’est de faire toujours la même chose et s'attendre à un résultat différent. », est souvent attribué à Albert Einstein, mais ce n’est pas lui qui l’a dit. Ce n’est pas non plus la définition de la folie, mais elle décrit un trait que nous pourrions appeler fou. Nous avons tendance à répéter les erreurs du passé en espérant que cette fois-ci nos «bonnes intentions» suffiront à changer les résultats.

La spirale de la dette infructueuse

Ce dicton décr... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Mathieu Bédard. Un article de l'Institut économique de Montréal

Une récente controverse touche le nombre de cadres chez Investissement Québec, qui aurait fortement augmenté alors que le nombre d’employés est resté le même. Pourtant, la véritable controverse devrait toucher la mission même d’Investissement Québec.

Par l’entremise d’organismes comme Investissement Québec, l’État tente d’encourager l’entrepreneuriat par des programmes de subventions et des garanties de prêts pour jeunes entrepreneurs, entre autres. En tout, il ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles