Steinbrück, candidat du SPD au poste de chancelier, veut un axe Paris-Berlin-Varsovie

Le principal opposant d’Angela Merkel aux prochaines élections de septembre a dévoilé son projet de politique étrangère.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Peer Steinbrück (Crédits SPD Schleswig Holstein, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Steinbrück, candidat du SPD au poste de chancelier, veut un axe Paris-Berlin-Varsovie

Publié le 7 juin 2013
- A +

Le principal opposant d’Angela Merkel aux prochaines élections de septembre a dévoilé son projet de politique étrangère.

Un article d’Open Europe.

Peer Steinbrück a dévoilé son programme de politique étrangère lors d’un discours à l’université libre de Berlin.

Peer Steinbrück, leader du parti de centre-gauche allemand SPD et principal opposant d’Angela Merkel aux prochaines élections de septembre a dévoilé son projet de politique étrangère à l’occasion d’un discours donné le 4 juin dernier. Cela aurait pu être un « non-événement ». On ne peut pas imaginer que la politique européenne de l’Allemagne puisse changer sur le fond, que Steinbrück remplace ou pas Merkel au poste de Chancelier en septembre prochain.

Bien que Steinbrück critique certains éléments de la vision de l’Europe de Merkel, il est plutôt d’accord sur l’ensemble du projet. Cela s’explique par le fait que le conservatisme de l’opinion publique allemande est plus profondément enraciné que son élan occasionnel pour les grandes réformes.

Dans ce contexte, nous nous attendions à beaucoup de rhétorique, mais pas de grande révélation. Et puis, Steinbrück a dit quelque chose d’intéressant.

Discutant du rôle de l’Europe dans le monde, il a appelé à un axe Paris-Berlin-Varsovie pour façonner son avenir. « Cette triade constituée de l’Allemagne, de la France et de la Pologne doit prendre l’initiative pour un nouveau départ des politiques étrangère et de sécurité européennes », a déclaré Steinbrück.

Le premier point à noter ici c’est que si l’alliance franco-allemande dans les affaires européennes n’est pas une nouveauté (même si ce partenariat connaît des tensions en ce moment), l’allusion à la Pologne en tant que leader européen sur la scène internationale en est une – et une nouveauté qui fera plaisir à un certain ministre polonais des affaires étrangères.

Cependant, le point le plus intéressant du discours de Steinbrück est à trouver dans le pays qu’il n’a pas mentionné quand il parlait du rôle de l’Europe dans le monde : le Royaume-Uni.

Alors qu’Angela Merkel souligne avec insistance qu’il est important que le Royaume-Uni joue un rôle de premier plan en Europe, Steinbrück dit que l’avenir réside dans un axe Berlin-Paris-Varsovie. Un signal adressé à Londres et David Cameron alors que les conservateurs cherchent de nouvelles conditions d’adhésion à l’UE ? Peut-être.

Comme nous l’avons dit précédemment, si Steinbrück devient le prochain chancelier allemand, l’orientation générale de la politique allemande concernant la zone euro ne changera probablement pas. Ce n’est pas un scoop. L’importance d’une coalition allemande de centre-gauche après les élections de septembre pour l’avenir de l’Europe pourrait bien être que l’Allemagne serait bien moins intéressée de trouver un nouveau terrain d’entente anglo-allemand.

Nous pensons deviner que le 10 Downing street n’est sûrement pas très content de la déclaration de Steinbrück.


Sur le web. Traduction : Laurett pour Contrepoints.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture
législatives 2022
4
Sauvegarder cet article

Lorsqu’ils ont visité Kiev la semaine dernière, les dirigeants européens Emmanuel Macron, Mario Draghi, et Olaf Scholz connaissaient parfaitement la situation militairement compliquée dans laquelle se trouve l’Ukraine. Selon un fonctionnaire ukrainien, leurs victimes militaires (morts ou blessés) se comptent maintenant au rythme de 30 000 par mois : une énorme tragédie.

Comme beaucoup d’experts militaires occidentaux retraités confirment depuis plusieurs mois, et comme l’a reconnu le général Twitty (aussi retraité) dans un débat organi... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles