Face à la crise, le cercle des antilibéraux : drame et mélodrame

La France vit en grande partie dans un système capitaliste, selon des règles libérales, mais ne veut pas le reconnaître.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013857 hollande libéral

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Face à la crise, le cercle des antilibéraux : drame et mélodrame

Publié le 31 mai 2013
- A +

La France vit en grande partie dans un système capitaliste, selon des règles libérales, mais ne veut pas le reconnaître.

Un billet d’humeur de Gérard Gelé, de l’Association des contribuables de l’Intercommunalité d’Aubagne.

Dans la famille républicaine, il y a certaines choses que l’on fait mais dont on ne parle pas. Il en va ainsi du libéralisme dans notre belle et déclinante France. Notre classe politique est issue en grande partie de la « Bourgeoisie d’État ». Ils nous expliquent leur programme face à la crise financière : annonce de nouvelles « régulations », création d’un collectif mondial pour encadrer les dérives du capitaliste financier, lutte contre les paradis fiscaux, contre la fraude fiscale… Vaste programme ! La mondialisation fiscale ? En opposition à la mondialisation économique…

Quand on sait que les politiques monétaires des États portent la responsabilité des origines de la crise !

Pour le moment, pas de remise en cause sérieuse de nos folles dépenses, de notre politique d’assistanat à crédit ! À l’exemple du RSA qui risque de devenir à terme un Revenu Supplémentaire d’Assistance ! Avec en plus la survie inexplicable de nos nombreuses structures très coûteuses et souvent inutiles. Pourquoi cet immobilisme de nos élus ? Parce qu’ils vivent (bien) du système, dans le système, par le système, car issus majoritairement des secteurs étatiques, perclus de privilèges, d’exonérations, de statuts dérogatoires aux coûts pharaoniques. Le psychodrame de la dette c’est la faillite d’un système : économie administrée, État-providence !

La France de 1789 ! Notre révolution ! C’est pourtant un projet libéral qui avait conçu les Droits de l’Homme, aboli l’esclavage et les privilèges féodaux, dissous les corporations, établi la liberté de pensée et la laïcité. Depuis 1945, sous la pression communiste, le bras protecteur de l’État-providence a rétabli les privilèges, les corporatismes, les inégalités, la dictature fiscale, avec une nouvelle noblesse d’État. Une France à deux vitesses où les inégalités se creusent entre le privé et le public !

Notamment par le chômage, car pour vivre dans notre société la condition bien sûr c’est d’avoir un emploi ou de bénéficier d’un système économique capable d’en générer. C’est bien là que le bât blesse en France. Nos marges de manœuvres étant nulles, faute de réformes de structures sérieuses, ce qui nourrit nos déficits, puis notre endettement, et pour finir le déclin lent mais régulier de notre pays.

Au quotidien, la France vit dans le système capitaliste, selon des règles libérales mais ne veut pas le reconnaître. C’est une schizophrénie, source de peur et de souffrance. Source d’immobilisme, d’appauvrissement, d’affaiblissement démocratique, c’est notre exception française. Que le monde entier nous envie. Mais ne copie pas.

Nous supportons les inconvénients et les abus du système financier mondial mal régulé. Notamment par les concurrences fiscales des pays d’Europe qui réforment avec succès. Avec pour résultats, l’émigration des forces vives, futurs entrepreneurs formés à grand frais. Puis de nos riches exilés fiscaux partis avec leurs capitaux, ce qui participe à la création d’emplois dans les pays à l’économie plus libre.

Nous conservons une économie étatique de socialisme rampant, d’assistanat, avec des taxes et des impôts spoliateurs. Notre pays fait la chasse aux riches aux « patrons », aux investisseurs et s’étonne de voir fuir le gibier !


Sur le web.

L’enfer libéral où nous vivons : et si on reprenait nos vies ?

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • La France d’aujourd’hui n’est pas issue de 1789 mais de 1792…
    1789 n’a pas aboli les privilèges, c’était déjà fait ! Une rumeur fondée attribuait à Babeuf (géomètre de son état) une mission d’Orléans pour a priori et peut-être un rétablissement des droits féodaux quand il aurait pris le pouvoir.

  • « la France vit dans le système capitaliste, selon des règles libérales » ; « Nous conservons une économie étatique de socialisme ». Heuu non, la France est socialiste ou libéral mais elle ne peut pas être les deux. Le « libéralisme » à la Française c’est ce qu’a trouver le socialisme pour exister à travers les grandes entreprises. Ces grandes entreprises sont publiques, semi-publique ou bien proche de l’Etat.
    Sinon ce serait dire que la Corée du Nord est libérale parce qu’elle continue de vendre des armes et d’importer des biens. Mais si le système profite à l’Etat en premier et non au peuple, ce système est socialiste voire communiste. Et oui, UMP et FN sont des partis de la droite socialiste.

  • Titre mal choisi !
    « Au quotidien, la France vit dans le système capitaliste, selon des règles libérales »
    Oh que non ! Car c’est en totale contradiction avec cette autre phrase, quelques lignes plus loin :
    « Nous conservons une économie étatique de socialisme rampant, d’assistanat, avec des taxes et des impôts spoliateurs. »
    Hélas, oui !

  • Vraiment,Vous faites plutôt le portrait de l’ex Union soviétique en 1989 juste avant sa chute finale sous la glasnost de Hollandebachev!J’espère que nous ne vivrons pas les malheurs qu’ont vécus les Russes par la suite…

  • Tiens, l’économiste Pascal Salin remet à sa place en 3 minutes le journaleux néo-socialo-étatiste JF Kahn :
    –>

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
calepin et stylo
6
Sauvegarder cet article

Par Tonvoisin.

 

"Mon cœur s'est noyé dans l'océan de tes rêves !

Au loin, le temps, la vie des vagues silencieuses,

se brisait en cadence sur l'absence de trêve

Et le monde riait ! La folie est joyeuse !

 

J'aurais vécu pour rire dans un monde à pleurer

sans mépriser mes juges de ma peine cruelle

Enfant je suis, enfant je meurs. Me faut-il expliquer ?

La tristesse des autres est ma seule étincelle !

 

Je me croyais vivant et soudain je suis mor... Poursuivre la lecture

Il y a trois ans et demi, le New York Times Magazine publiait "The 1619 Project".

Il y était affirmé que 1619, l'année où le premier navire négrier serait arrivé dans ce qui est aujourd'hui les États-Unis, était aussi fondamentale pour l'Amérique que l'année 1776, et que l'héritage de l'esclavage façonne toujours notre société. La créatrice du projet 1619, Nikole Hannah-Jones, a donné une interview au New York Times le 16 janvier, dans laquelle elle déclarait que "le capitalisme aux États-Unis a été largement façonné par l'esclavage".<... Poursuivre la lecture

Si vous défendez en France le libéralisme classique vous êtes rapidement soumis à un exercice pénible. Face à l’ignorance de votre auditoire, vous êtes contraint d’expliquer les « droits naturels », de remonter à l’humanisme et à l’école de Salamanque, de justifier laborieusement que le libéralisme n’est pas que le marché et la concurrence loyale. Ni le capitalisme de connivence.

Définir facilement le libéralisme est si malaisé que beaucoup commencent par expliquer « ce qu’il n’est pas ».

Bref, en invoquant le libéralisme, vous ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles