Leçons du Bangladesh

Plus de 1000 travailleurs ont péri dans de tragiques catastrophes d’usine au Bangladesh. Faut-il appliquer les normes de sécurité internationales aux fabricants des pays en développement ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Leçons du Bangladesh

Publié le 29 mai 2013
- A +

Plus de 1000 travailleurs ont péri dans de tragiques catastrophes d’usine au Bangladesh. Faut-il appliquer les normes de sécurité internationales aux fabricants des pays en développement ?

Par Sheldon Richman.
Un article de Libre Afrique.

Depuis novembre, plus d’un millier de travailleurs du secteur du vêtement au Bangladesh ont péri dans deux tragiques catastrophes d’usine : un incendie à Tazreen et l’effondrement d’un immeuble à Savar, en dehors de la capitale, Dhaka. Le Bangladesh est un exportateur majeur de vêtements vers l’occident et « est en passe de devenir le plus grand exportateur de vêtements dans le monde au cours des prochaines années », indique le célèbre magazine The Economist. Les salaires y sont plus bas que dans la plupart d’autres pays, y compris la Chine, et les femmes représentent une proportion importante des 4 millions de travailleurs du vêtement.

Les usines dangereuses sont-elles le prix du progrès ? Un débat passionné fait rage quant à savoir si les normes de sécurité internationales doivent être appliquées aux fabricants des pays en développement et leurs entreprises clientes en occident. Les partisans de normes soutiennent que les coûts seraient faibles et les avantages importants. Un Accord sur la Sécurité Incendie et du Bâtiment a été signé par les principaux détaillants en Europe et quelques-uns en Amérique du Nord, mais le Huffington Post affirme que 14 autres détaillants nord-américains ont refusé de le promouvoir. « Certains détaillants, comme Wal-Mart, affirment qu’ils travaillent sur des initiatives indépendantes pour améliorer les conditions et la sécurité de travail au Bangladesh », selon la publication en ligne, mais cette déclaration a été accueillie avec scepticisme.

Les opposants à la réglementation estiment que relever artificiellement les coûts de fabrication dans les pays pauvres nuirait aux bénéficiaires supposés, en détruisant des emplois. Dans ce cas, les travailleurs seraient alors confrontés à des options pires, y compris la vie dans la rue et la prostitution.

Malheureusement, le débat est inutilement rendu étroit. Ce dont il faut discuter, et ce qu’il faut radicalement changer, c’est le système politico-économique du pays, qui profite aux élites tout en maintenant la majorité à l’écart. Les économistes ont sans doute raison de rappeler que, dans le cadre du statu quo, imposer des normes de sécurité augmenterait les coûts, provoquerait le chômage et aggraverait la pauvreté. Mais nous ne pouvons pas en rester là. Nous devons continuer à examiner la manière dont le système politico-économique réduit les opportunités d’emploi des gens, y compris l’auto-entrepreneuriat, et étouffe leurs efforts à améliorer leur vie. Ainsi, un débat pour savoir si les usines de vêtements devraient être soumises à des règles de sécurité, alors que le statu quo serait préservé, n’est vraiment pas la question.

Selon un rapport rédigé pour le ministère néerlandais des affaires étrangères, la plupart des Bangladais, sans surprise, sont victimes d’un système foncier qui a longtemps profité aux élites urbaines et rurales. « L’accaparement des terres rurales et urbaines par des acteurs nationaux est un problème au Bangladesh », indique le rapport.

Les gens riches et influents ont empiété sur les terres publiques (…), souvent avec l’aide des fonctionnaires de l’administration du territoire et des services de gestion. Parmi d’autres exemples, des centaines de sociétés immobilières dans les zones urbaines ont commencé à délimiter leur zone de projet à l’aide de piquets et de pancartes avant de recevoir les titres de propriété. Ils utilisent des gros bras locaux bien armés et occupent des administrations locales, y compris la police. La plupart du temps, les propriétaires fonciers se sentent obligés de vendre leurs ressources productives à ces sociétés à un prix inférieur à leur valeur marchande. Les fonctionnaires au sein de l’État soutiennent ces entreprises et reçoivent des parcelles de terrain en échange.

Les femmes sont celles qui souffrent le plus du fait du patriarcat soutenu par le système politique. « Les femmes du Bangladesh bénéficient rarement d’un accès égal aux droits de propriété et détiennent rarement un titre foncier », note le rapport. « Les pratiques sociales et coutumières ont pour effet d’exclure les femmes de l’accès direct à la terre ».

En conséquence,

Beaucoup de pauvres ruraux au Bangladesh sont des paysans sans terre, ont seulement de petites parcelles de terre et dépendent de la location ou du métayage. En outre, l’insécurité foncière est élevée en raison de lois et de politiques dépassées et injustes (…). Ces inégalités et cette instabilité rurales croissantes génèrent également la migration vers les villes et l’augmentation du taux de pauvreté en milieu urbain.

La migration urbaine gonfle les rangs des travailleurs, permettant aux employeurs de profiter d’eux. Puisque le Bangladesh n’a pas une économie de libre marché, la création d’entreprise est rendue infernale par la paperasserie réglementaire – et pire encore, comme une loi sur la « propriété intellectuelle » qui profite en réalité à l’élite tout en étouffant la possibilité pour les pauvres de trouver des alternatives au travail en usine. Le propriétaire de l’usine de Savar, Mohammed Sohel Rana, s’est enrichi dans un système où, comme l’écrit The Guardian : « la politique et les affaires sont étroitement liées, la corruption est monnaie courante, et l’écart entre riches et pauvres ne cesse de croître ». De plus, jusqu’à l’effondrement de l’usine, les travailleurs du vêtement ne pouvaient pas s’organiser sans l’autorisation de l’employeur.

Le capitalisme de copinage prive les Bangladais de droits de propriété, de la liberté d’échange et d’alternatives d’emploi. Le populations n’ont besoin ni du statu quo corporatiste ni de la condescendance occidentale. Ils ont besoin d’une réforme foncière radicale et de marchés libérés.


Cet article a paru originellement en anglais sur le site de la Future of Freedom Foundation. Traduction : Libre Afrique.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • La sempiternelle référence à l’augmentation de l’écart entre riches et pauvres n’indique pas que les pauvres s’appauvrissent.
    Les accidents industriels diminuent et tendent à disparaitre avec les avancées technologiques. Les mines ne produisent plus de catastrophes comme celle de Courrière il y a 100 ans.

  • Éric Valatini, trader à Bombay : boycotter le Bangladesh fera mourir leurs enfants :
    –>

  • Typique des gouvernements socialistes, qui s’accaparent toutes les commandes,bloquent les initiatives et font leur beurre en affamant des « autres ».

    Ce n’est pas d’une réforme foncière dont il est besoin, mais d’un changement radical de politique.

  • Ce serait tuer leur économie naissante, AMHA.

    N’oublions pas que le Bangladesh a longtemps été l’état le plus pauvre (par habitant) du globe depuis sa scission d’avec le Pakistan.

    On arrive déjà efficacement à tuer nos pompistes artisanaux à coup de normalisations européennes, qu’en serait-ils de ces pays…

    C’est comme de s’outrer du manque de démocratie et du système des castes en Indes, mais flute de zut de crotte : c’est LEUR société, pas la nôtre !

    Un milliers de morts, pour un occidental est inacceptable, soit, mais pour des Bangladais, c’est un fait divers (±153.000.000 d’habitants, soit 1/153.000 (0,00065%) morts/blessés ou disparus). Je sais, c’est froid, c’est stalinien, c’est tout ce qu’on voudra, je suis navré pour les familles touchées mais c’est d’un point de vue occidental : si on arrête de faire fabriquer nos tissus là-bas, c’est ruiner un peu plus leur économie. Tout ça pour de vrais faux-bons sentiments.

    Ça me rappelle les *13* morts dans une mine de charbon chinoise (coup de grisou il y a un ou deux ans). Faut vraiment meubler le temps d’antenne des merdias télévisés.

    • La sécurité des travailleurs a toujours évoluées suite à une volonté et des règlementations à appliquer.

      • Oups « évolué »

        M.Shadok, C’est le même fatalisme qui veut que les grands patrons des ces groupes textiles aient des salaires de Pacha.

        Ce n’est que la sainte ou saine volonté du marché. Amen.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
guerre commerciale Trade source https://unsplash.com/photos/kyCNGGKCvyw
1
Sauvegarder cet article

Depuis le 1er janvier, la France assure la présidence du Conseil de l'Union européenne.

Elle ne se contente pas de faire obstacle à l'avancement des accords commerciaux que l'UE négocie actuellement. Selon Politico, elle souhaite introduire des mesures miroir dans tous les futurs accords commerciaux, ce qui signifie que les partenaires commerciaux s'engageraient à respecter les normes de production de l'union européenne.

... Poursuivre la lecture

Par Sébastien Laye, Barthelemy Blanc[1.Barthelemy Blanc est financier à la BERD.] et Adrien Faure[2. Adrien Faure est étudiant en théorie politique et philosophie à l’Université de Genève.].

Cet article est l'analyse originale qui a servi de fondement à un article paru dans l’Opinion le 13 mars 2017  (« Pour un libéralisme populaire ») par les mêmes auteurs.

Beaucoup de points de vue s’élèvent aujourd’hui pour faire émerger un libéralisme qui se veut populaire. C’est-à-dire une pensée de la liberté qui ne serait pas vue comme un... Poursuivre la lecture

Par Raphaël Roger.

L’État de droit sous-tend que l’administration, le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif doivent être limités. C’est, nous l’avons vu, le principe de légalité étendue depuis au contrôle de constitutionnalité des lois. L’idée est donc de limiter le pouvoir. Cette limitation du pouvoir est opérée par le contrôle juridictionnel, par l’établissement d’un domaine réservé de compétence, l’assujettissement à la nation et le règne du droit sur la discrétion.

Tout cela doit être formalisé dans une structure juridiq... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles