L’Allemagne a accueilli 1 million d’immigrés en 2012

Grecs, Portugais, Espagnols, Italiens et Polonais se pressent en Allemagne pour y trouver un emploi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
emploi-allemagne-agence

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Allemagne a accueilli 1 million d’immigrés en 2012

Publié le 24 mai 2013
- A +

Grecs, Portugais, Espagnols, Italiens et Polonais se pressent en Allemagne pour y trouver un emploi.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

La langue allemande s’impose comme la plus pratiquée en Europe

Lorsque votre enfant arrive en quatrième, se pose la question de la seconde langue. Le système scolaire, toujours à la pointe du progrès d’avant-hier, l’incite à choisir l’espagnol, seconde langue présente dans tous les établissements scolaires français. Les arguments, tous plus fallacieux les uns que les autres, tournent toujours autour des deux mêmes thèmes : l’espagnol, c’est plus facile pour nous latins, l’espagnol est parlé par plus de populations dans le monde…

Les petits veinards qui sont dans des établissements un petit peu moins archaïques que la majorité (tiens, au fait, et la notion d’égalité, elle est où lorsque des établissements publics n’offrent pas la possibilité à tous les élèves d’accéder aux mêmes connaissances…) ont la possibilité de choisir mandarin ou russe ou arabe.

Dans tous les cas, il est une langue que jamais on ne favorise ni ne valorise, une langue que, pourtant, survivance d’une époque révolue, on enseigne dans tous les établissements de France, l’allemand. Pour quoi faire, disent nos pédagogues, l’allemand n’est parlé par personne dans le monde, et de toute manière les Allemands apprennent l’anglais, alors pourquoi s’embêter avec une langue difficile, des déclinaisons, alors que de toute manière on ne s’en servira pas.

« MittleEuropa » ist da

La vidéo ci dessous illustre une vérité économique dont nous devons tenir compte dans les choix qui s’offrent à nos enfants :

– L’Allemagne est le second exportateur au monde, juste derrière la Chine. Bien sûr que vous pouvez toujours négocier en anglais, nos voisins d’outre Rhin maîtrisent cette langue en général mieux que nous. Mais tous ceux qui ont eu à faire aux Allemands vous le confirmeront, ceux-ci sont particulièrement « sensibles » au fait que vous parliez leur langue.

– L’Allemagne de Madame Merkel est en train de réussir le projet de MittleEuropa qui anime tant les pangermanistes depuis plus d’un siècle. Elle domine politiquement, économiquement et culturellement l’Europe centrale et les pays baltes. Avec maintenant les Grecs, les Portugais, les Polonais et les Hongrois qui viennent travailler en Allemagne, l’Allemagne va aussi dominer l’Europe sur le plan linguistique.

Source : Libertarien TV.

Une immigration de travail et choisie

Sur un tout autre plan que linguistique, cette vidéo appelle aussi trois commentaires :

– Une politique de plein emploi est possible en Europe aujourd’hui. Que les quelques incultes qui ne cessent de nous dire que les salaires allemands sont faibles prennent le temps de consulter les statistiques de consommation des ménages allemands et les comparent à celles des ménages français. Le niveau de vie en Allemagne est supérieur à celui de la France et ce pour toutes les catégories professionnelles sans exception.

– L’argument, valable en France, de l’immigration outil du patronat pour peser sur les salaires a beaucoup moins de portée en Allemagne, car le plein emploi est la norme et il n’est donc pas possible de pratiquer un chantage au chômage comme en France. L’autre raison qui limite ce rapport de force, c’est l’attitude des syndicats allemands qui ont toujours considéré la défense de l’emploi « allemand » comme prioritaire.

– La nature de l’immigration. Une immigration à 90% européenne et, ce qui n’est pas précisé dans le reportage, une immigration de travail et non de peuplement. Les Allemands, sans l’avouer, ont tiré les enseignements de la vague d’immigration musulmane et choisissent désormais des travailleurs culturellement assimilables et d’un niveau de qualification plus élevé.


Sur le web.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • La nature de l’immigration. Une immigration à 90% européenne et, ce qui n’est pas précisé dans le reportage, une immigration de travail et non de peuplement. Les Allemands, sans l’avouer, ont tiré les enseignements de la vague d’immigration musulmane et choisissent désormais des travailleurs culturellement assimilables et d’un niveau de qualification plus élevé.

    Tout est dit.

    • Presque tout !

      En effet, cette immigration est aussi un bon gros concombre planté dans le fondement des prophètes crétins qui anticipaient la fin de l’Allemagne à cause de sa démographie, contrastant avec une France fantasmée dynamique parce que dotée de sa merveilleuse politique familiale (vaste entreprise de subvention de parasites).

      Résultat après quelques décennies : les jeunes européens productifs s’installent en masse dans l’Allemagne du travail et fuient la France des subventions (et des émeutes). Eh oui, ces jeunes ont compris que les subventions, c’est eux, et personne d’autre, qui doivent les financer.

      Encore une grande réussite des collectivistes aveugles et obtus qui nous gouvernent !

      • J’abonde totalement dans votre commentaire (en tant que « jeune Européen productif » précisément). J’aurais pu payer 8% de mon net imposable en IRPP dès la première année si j’étais resté en France, basé sur le salaire que l’on me proposait. J’ai choisi un autre pays européen, les allocations familiales, c’est niet pour moi. Si je veux un jour avoir des enfants, je ne demanderai pas à autrui d’assumer la conséquence du choix de mon couple.

  • Monsieur Doidy de Kerguelen devrait voir la compétition au niveau mondial et savoir que l’espagnol se pratique aussi dans bien des Etats des USA et dans toute l’Amérique latine où certains pays sont en pleine émergence.
    Bref, aucune comparaison possible, l’espagnol assure bien plus de débouchés que l’allemand.

    • l’émergence de l’Amérique latine, bof bof… Clemenceau disait déjà : »j’ai entendu toute ma vie que le Brésil était un pays d’avenir, et il le restera longtemps » et il disait cela il y a plus d’un siècle…

  • Bien le dernier commentaire, l’extralucide là, résumant grosso modo que les musulmans sont des suceurs et que les autres sont des chouettes ! Garde la pêche !

  • « Une immigration de travail et choisie »

    On dit toujours ça quand ça se passe…
    puis on se réveille avec la gueule de bois.

    De plus, eux ont un problème démographique, nous clairement non. J’espère vivement que nous baisserons l’immigration vers la France, que nous durcirons les critères, et que nous choisirons mieux nous-même (notamment en privilégiant désormais l’immigration d’origine occidentale et asiatique, avant que la France connaisse le sort du Liban). L’immigration est une formidable chance quand on la choisit, s’ouvrir aux étudiants universitaires, entrepreneurs etc, le reste nous n’en avons plus besoin, bien au contraire, sous peine de voir ce pays éclater d’une façon qu’on imagine pas encore.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
immigration xénophobie conservateurs
1
Sauvegarder cet article

Pour une raison que j’ignore, on ne cesse de me classer comme un conservateur et un partisan de Trump à cause de certaines similarités idéologiques comme la défense du port d’arme et la diminution des impôts. Ces similitudes sont purement circonstancielles. Je milite toujours pour une limitation du gouvernement, peu importe qui est au pouvoir.

Cette divergence ne pourrait être plus évidente que sur la question de l’immigration.

Récemment, un commentateur controversé a régurgité ses inepties habituelles sur la théorie conspiratio... Poursuivre la lecture

Allons-nous vers une Europe fédérale resserrée autour de l’Allemagne ? Dans un article pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, le chancelier social-démocrate allemand Olaf Scholz vient de décrire sa vision de l’Europe. Il y défend une approche centralisatrice de l’Union européenne et appelle à la fin des veto nationaux afin d’assurer un plus grand poids sur la scène internationale. Mais les politiques écologiques et de défense allemandes passées et présentes montrent que la méfiance doit être de mise.

 

Fin des veto nationaux ... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

To be, or not to be, that is the question : en quelques mots, Shakespeare a fait dire à son prince Hamlet la question existentielle d’être, quitte à souffrir, ou de ne plus être en se rebellant et en risquant la mort. Les Allemands vivent ces jours-ci ce refrain universel du doute : vivre avec le gaz russe ou mourir économiquement sans le gaz russe, telle est la question.

 

Les centrales électriques ne peuvent pas grand-chose

Un vent de panique semble désormais souffler sur l’Allemagne. Alors q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles