Femen : au-delà de la poitrine

En choquant les gens, les Femen desservent-elles vraiment leur cause ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Femen : au-delà de la poitrine

Publié le 22 mai 2013
- A +

En choquant les gens, les Femen desservent-elles vraiment leur cause ?

Par Anthony Végat

Insultes, mépris, ou tout du moins incompréhension : l’accueil réservé en France aux Femen reste plutôt frais.

Lorsqu’elles exhibent leur poitrine, les Femen suscitent chez certains observateurs des réflexes de rejet parfois étonnamment violents. T-shirt baissé : l’observateur semble placide. T-shirt levé : il vocifère, lève le point. T-shirt baissé : il se calme à nouveau.

Ces Femen semblent ainsi détenir un pouvoir surprenant. Elles arrivent avec leur poitrine à influencer fortement le comportement de leurs observateurs, les faisant sombrer à leur guise dans des colères plus ou moins noires, selon la capacité de ces observateurs à supporter la poitrine exhibée.

Au-delà des réflexes pavloviens d’agités d’extrême droite, la désapprobation apparait comme très répandue. Les Femen semblent le plus souvent restreintes à une image de provocatrices qui montrent leurs seins pour le plaisir de choquer et qui n’ont par ailleurs aucun message à faire passer. Si l’on daigne prêter attention à l’ensemble d’une prestation Femen sans se limiter à la paire de seins qui s’agite, il est évident que ces happenings sont riches de sens et fermement revendicatifs, comme nous le verrons ci-dessous.

S’il y a un tel rejet en bloc et de façon réflexe chez certains, c’est que les Femen arrivent à toucher les individus dans ce qu’ils ont de plus enfoui. Symboliquement, la mise à nu de la poitrine est un acte de pure liberté. La Femen fait fi d’une interdiction sociale forte, elle décide pour elle-même comment son corps s’offre au vent, à la lumière, au regard. Ce shot de liberté suscite une frustration inconsciente chez les personnes qui se disent choquées. Elles qui se donnent tant de mal à respecter les codes, quoi que cela leur en coûte, elles constatent, dépitées, que certaines femmes s’affranchissent de ces carcans.

Voir que d’autres saisissent une liberté dont elles sont elles-mêmes incapables, provoque chez ces personnes choquées un sentiment de colère envers elles-mêmes. Elles extériorisent alors ce rejet d’elles-mêmes sur celles-là même qui sont capables d’exercer cette liberté.

Cette agressivité envers celui qui assume sa liberté est classique chez celui qui étouffe ses propres aspirations. De la même façon, ce sont souvent les homos refoulés qui sont les homophobes les plus virulents.

Qu’en est-il du « message » des Femen, que d’aucuns prétendent inexistant ? D’après ce que l’on en voit, les Femen expriment avant tout une volonté de reconquérir pleinement la liberté des femmes.

Les femmes n’ont socialement pas le droit de se montrer torse nu alors que les hommes oui. Les seins nus sont un symbole de toutes les interdictions, de toutes les inégalités plus ou moins fortes dont sont victimes les femmes. Certes le « droit de montrer ses seins » semble anecdotique mais il a l’avantage d’être très visible et de jouer le rôle de caisse de résonance pour hurler au monde que la femme est souveraine sur son corps, sur elle-même, qu’elle refuse toute inégalité, tout assujettissement.

Cette affirmation de la souveraineté de la femme – et plus largement de l’individu – sur elle-même se décline de façon spécifique au fil de leurs actions. Elles s’invitent à un rassemblement d’extrême droite pour dénoncer combien l’idéologie traditionaliste, conservatrice, xénophobe est porteuse d’oppression contre la femme et l’individu en général. Elles perturbent la venue de Vladimir Poutine au Parlement Européen pour dénoncer les violations répétées des droits de l’homme et de la femme en Russie. Elles investissent Notre-Dame de Paris pour rappeler à quel point la religion peut maltraiter la femme et l’individu en général. Pour les Femen, l’Église, représente le paroxysme de la relégation de la femme au second plan. L’Église en effet institutionnalise cette relégation en bannissant les femmes de toute la chaîne hiérarchique qui va du curé au pape. C’est aussi la place qu’elle assigne à la femme dans la société qui est également dénoncée et plus largement le rôle oppresseur vis-à-vis de l’individu que peuvent jouer les religions.

C’est sans doute pour ces raisons que les attaques des Femen se concentrent souvent sur la religion, au risque d’offenser nombre de croyants.

Là encore, ce qui choque les croyants, c’est le contraste entre ce symbole de liberté – la femme torse nu – dans un lieu autoritaire – l’univers religieux.

D’aucuns s’interrogeront : pourquoi utiliser ce mode d’action qui aura tendance à cliver, à couper le dialogue ? Pourquoi ne pas créer une association qui va dialoguer avec les pouvoirs publics, les Églises, les entreprises, pour promouvoir la liberté et l’égalité de la femme ? Est-ce qu’en choquant les gens, les Femen ne desservent finalement pas leur cause ?

L’action classique des associations féministes est déjà largement pratiquée. Le mode d’action des Femen introduit de la diversité pour porter le message. Les cibles, les effets des actions des Femen viendront s’ajouter à ceux des autres associations.

Ces actions coup de poing purement féminines ont également une valeur d’exemple. Les Femen ancrent ainsi un référent féminin dans l’espace médiatique. Chaque femme, chaque jeune femme sait que d’autres femmes peuvent se permettre de se mettre seins nus, de s’opposer à la religion, à Vladimir Poutine ou à n’importe quelle forme d’oppression. Même si ce n’est pas pour mettre en œuvre des comportements identiques, des femmes pourront se sentir confortées dans leur souhait de s’émanciper, quelle que soit la manière employée.

Ces apparitions de seins nus vindicatives vont également devenir habituelles. Ce qui était choquant deviendra banal. Ainsi les Femen libèrent symboliquement de l’espace de liberté derrière elles. L’objectif n’est pas spécialement d’offrir à toutes les femmes la liberté de se promener torse nu. Mais en repoussant la limite de ce qui est accepté, elles rendent plus acceptables d’autres comportements plus courants allant dans le sens de l’émancipation des femmes.

Par ailleurs, les Femen introduisent une radicalité. Aujourd’hui, peu de groupes d’individus profèrent haut et fort que la religion est fondamentalement asservissante. Dans l’imaginaire collectif, la place de la religion a fortement décru et ne constitue donc en aucun cas une menace. Le regain du fait religieux à tous les niveaux et son influence sur les débats de société prouvent le contraire.

Ainsi, le mode d’action des Femen n’apparait pas comme un simple artifice vide de sens mais au contraire il apparait comme nécessaire à leur action et consubstantiel à leur message.

Voir les commentaires (60)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (60)
  • Mouais… Sceptique, il me semble que sur les plages, il y a quand même un certain nombre de femmes seins nues.

    Après elles font ce qu’elles veulent, et leurs causes sont surement très louable, mais je ne vois pas le rapport qu’elles ont avec la femme ou le féminisme de manière générale.

    « Elles s’invitent à un rassemblement d’extrême droite pour dénoncer combien l’idéologie traditionaliste, conservatrice, xénophobe est porteuse d’oppression contre la femme et l’individu en général. Elles perturbent la venue de Vladimir Poutine au Parlement Européen pour dénoncer les violations répétées des droits de l’homme et de la femme en Russie. Elles investissent Notre-Dame de Paris pour rappeler à quel point la religion peut maltraiter la femme et l’individu en général.  »
    Qu’on soit d’accord ou non ce n’est pas la question, mais là ce sont des causes « mixtes ».
    De plus je trouve qu’il y a un sacré paradoxe, elles revendiquent leurs libertés, c’est bien, mais elles cherchent à l’imposer aux autres (notamment dans les attaques contre l’église), donc lutte contre la liberté de choix d’autres femmes.

    Il y a ce côté, émancipation féminine, que j’aime bien, et de l’autre, la dérive idéologique quasi totalitaire, qui pousse à vouloir que tout le monde pensent et fassent comme soit, dérive très présente dans le « féminisme » aujourd’hui.

    • Et ce faisant, je me demande si, sans le vouloir, elles ne renforcent pas l’enfermement des femmes d’autres religions sous des voiles de plus en plus épais type burka, abaya, etc.

      • Exactement. Et une fois de plus une intolérence qui ressemble à celle des escrologistes!

      • L’exercice de la liberté c’est l’exercice de la liberté. L’idée de contraindre sa propre liberté afin d’affaiblir les contraintes sur la liberté ailleurs a été plusieurs fois essayée, ça n’a jamais marché.
        On peut tout à fait considérer que ce genre de manifestations des Femen durcira les phénomènes réactionnaires, mais seulement pendant un temps, et sur une minorité qui s’affaiblit de plus en plus à mesure que l’exercice de la liberté se fera sans risque pour la majorité. Il s’agit quand même aussi de phénomènes générationnels, d’affrontement ou de dépassement d’une humiliation (ressentie, peu importe qu’elle soit vraie ou fausse).

        • Le danger est autre à mon avis: Elles s’inscrivent dans le socialisme, c’est-à-dire l’idée que le progrès est imposé par une élite éclairée.

          Le statut de la femme en Occident chrétien n’a pas changé à cause des combats de la gauche éclairée contre la droite rétrograde, mais à cause des inventions permises par le libéralisme.
          Le statut de la femme y était le meilleur au monde, il n’était limité que par les nécessités. Lorsque les nécessités sont devenues moins exigeantes, le statut de la femme a progressé.
          Les socialistes ne tiennent pas compte des nécessités, ils croient que le progrès c’est eux, et qu’il est de leur devoir de conquérir le pouvoir pour l’imposer par tous les moyens.
          Les Femen s’inscrivent exactement dans cette ligne ignare, inepte et stupide.

          • Il s’agit justement de remarquer qu’un bon nombre de nécessités ont disparu (je pense que c’est compatible avec ce que j’appellerais émergence de nouveaux moyens de gestion des contingences matérielles, est-ce que vous êtes d’accord ou je n’ai pas compris ?) et que par conséquent les rôles sociaux des hommes et des femmes ont changé. De même le couple et la famille ne sont plus des conditions nécessaires à la viabilité du foyer.
            Encore une fois je comprends le mouvement des femen justement comme une démonstration de la disparition de ces nécessités, les revendications sont anecdotiques. Le côté « provocateur » c’est que cette démonstration, concrète, empêche de croire certains que ces nécessités persisteraient. Alors après elles sont peut-être ignares et stupides hein, ça n’empêche aucun fait, à la rigueur ce serait même le contraire : leur démonstration aurait pu tenir à leur talent, mais si elles en sont dépourvu…

            Bon, relativement à ce que vous dites, c’est à dire qu’il y aurait un lien entre statut social et nécessité, je n’arrive pas à comprendre comment vous arrivez à y associer un jugement de valeur pour dire que nous (l’occident chrétien) serions d’une manière ou d’une autre les meilleurs… j’en aurais plutôt déduit l’invalidité de l’approche morale. Il y a là quelque chose qui m’a échappé.

  • Il me semble que l’auteur oublie un peu vite plusieurs éléments relatifs au mouvement FEMEN, expliquant bien plus les réactions vives que le simple biais du « carcan social que l’on se foule à respecter alors on est très très en colère quand on voit quelqu’un s’en affranchir ».
    Loin du message que la jeune femme sur la photo illustrant cet article porte sur son corps, les messages véhiculés par les FEMEN sont souvent très agressifs : fuck god et j’en passe, présentés dans un cadre religieux (curieusement pas dans une synagogue ou une mosquée…), ça peut piquer les yeux des croyants et amener à quelques mouvements d’humeur, et ce même lorsque lesdits croyants seraient plutôt favorables à la « cause » FEMEN.
    La réalité de ce mouvement n’est pas celle décrite au sein de cet article, l’auteur soit se trompe soit cherche à dissimuler la réalité derrière une présentation fallacieuse. Les FEMEN privilégient la forme sur le fond. Sous prétexte de porter un mouvement d’émancipation par le biais d’une exhibition, elles ne veulent que choquer.
    L’approche libérale ne peut à mon sens que condamner ce type de mouvement : si les moyens sont libéraux (chacun est propriétaire de son propre corps), si le but présenté est libéral (militer pour faire reconnaître ce droit aux femmes partout dans le monde), le but réel poursuivi et la violence des messages véhiculés heurtent trop la liberté des personnes visées pour être à mon sens acceptables.
    J’ajouterais que, fervent adepte de la discussion et du débat, je suis profondément agacé par ce genre de mouvement, qui ne fait que radicaliser ceux qui y participent ou en sont la cible. Or, il est impossible de persuader une personne qui s’est radicalisée…
    En bref, ce mouvement se tire une balle dans le pied…reste à déterminer qui, dans cette mouvance, sont les idiots utiles.

  • Mais en France, on en voit partout des seins: sur les abris-bus, sur les devantures de pharmacies. On nous présente des seins pour vendre une voiture, un pot de yaourg. Nous les femmes en avons peut-être justement un peu marre d’être représentées par des seins.
    Et puis ces femen sont très violentes. Vous avez vu sur leur site, l’affiche où il y a une femen qui brandit d’une main une faucille ensanglantée et de l’autre une paire de testicules !!!!!
    En tant que femme, je refuse ce soit-disant féminisme. Elles propose le matriarcat, la domination de la femme sur l’homme. Je n’en veux pas. J’aime bien les hommes, moi.

    • La représentation du corps nu de la femme sous forme agressive ne peut être comprise que par rapport à la représentation traditionnelle de ce même corps relativement au désir.
      J’ai vu un article il n’y a pas longtemps qui s’amusait à montrer plusieurs publicités qui faisaient des références à des scènes de viols collectifs, de rapports sexuels violents… où la femme était toujours objet et l’homme toujours sujet de désir. Puis ils se sont amusés à transposer les publicités en sens inverse. Alors évidemment on voit moins de telles publicités (il y en a quelques unes, mais elles sont toujours assez soft), alors qu’en fait elles pourraient tout à fait fonctionner à mon avis.
      De ce que j’ai compris elles ne proposent pas du tout le matriarcat mais s’occupe purement de l’image et de la représentation… on pourrait presque parler de mouvement artistique puisque la question de la forme est au centre du discours.

  • Grande nouvelle, une société a des conventions de bienséance. Comment alllons nous arriver à nous remettre d’une telle révélation ? Une deuxième chose : en quoi la religion est-elle fondamentalement asservissante ?

    • Tout à fait d’accord avec ces deux remarques.
      L’auteur se serait bien entendu avec Voltaire.
      Et dire que manifester seins nus est libéral est aussi intelligent qu’assimiler faire ses courses à pied à un mouvement de protestation contre les moteurs à explosion. Il y a à mon sens un saut lacantique quelque part que je situerai au moment où l’auteur fait entrer Pavlov dans la danse.
      J’aime bien la forme (le style) mais la réflexion est décousue et partiale (la religion intrinsèquement asservissante). Conséquence : je ne suis pas d’accord avec la conclusion.

  • En fait, le message pathétique de ces pauvres femelles se limite à se faire remarquer en choquant, exactement comme le petit de deux ans sort des gros mots pour effarer ses parents. Le niveau mental de ces passionnarias n’excède pas celui d’un gosse de pré-gardiennes.

    Autre aspect de leur trouble de personnalité, se sentir « autre » selon leurs vêtements ou leur absence. Quand le « moi profond » est conditionné par le genre de liquette, ça craint.

    Pauvres petites ratée dans la joyeuse effervescence de leur recherche d’image, elles n’inspirent que de la pitié avec leurs « transgressions » peu originales, puisque des seins nus, on en trouve en surabondance (et parfois fort jolis) sur toutes nos plages, ne revendiquant, eux, que les caresses du soleil.

  • Agressives et bas du plafond.

  • Soyons serieux, s’il y a bien des femmes aliénées en ce bas monde ce sont les femen, elles doivent être bien rémunérées et on leur donne des cartes de presse pour qu’elles approchent qui elles veulent approcher. Personnellement je m’en fous un peu, elles sont dans leur droit le plus strict, mais elles ne choquent personne et sont juste un symptome. Qu’elles montent des entreprises, réussissent et montrent que les femmes peuvent s’affranchir des contraintes sociales au lieu de faire exactement ce que les biens pensants attendent d’elles.

    .Peu d’individus proclament que la religion est asservissantes ?? Est ce une blague ? L’anti religion est inscrit dans le quotidien médiatique et politique des français sous pretexte de laicité et de liberté d’expression. Il faut se mettre à la page, croire par exemple que le christianisme est une forme d’oppression (ce qui déjà est intrinsèquement faux à la base mais passons) en France, je crois que vous vous êtes trompé de siècle.

  • Pourquoi pas ! Je pourrais aussi me balader les bonbons à l’air. C’est la même chose, non ? Les stars de Cannes ne portent plus de culottes et laissent à loisir les photographes s’amuser. Bon, après tout si on veut bien laisser tomber un pouvoir : celui du sexe, c’est peut être pas mal. Il en reste plus que 2 après….et après ça fait quoi ? Le point le plus important : les Femen doivent avoir de beaux seins, sinon c’est de la pub mensongère…

  • L’auteur écrit que :
    « Elles investissent Notre-Dame de Paris pour rappeler à quel point la religion peut maltraiter la femme et l’individu en général. Pour les Femen, l’Église, représente le paroxysme de la relégation de la femme au second plan. »
    Je me demande si l’auteur a fumé de la moquette (synthétique), s’il a été nourri à l’Edulcoration Nationale republicano-athée ou les deux, pour écrire de pareilles âneries !

    En quoi la religion chétienne (Femen à Notre Dame de Paris , Pussy-Riot à Moscou) maltraitent la femme et l’individu en général ?
    Je n’ai pas encore vu les Femen montrer leurs nichons dans les mosquées d’Arabie Saoudite ou d’Iran. Ce serait d’ailleurs une bonne idée car on serait débarrassés de ces abrouties connaissant la tolérance des islamistes vis-à-vis de ce type de manifestations …

    • L’une d’entre elles a « montré ses nichons » en Turquie. Elle a ensuite été séquestrée/protégée par sa famille, s’est enfui et … plus de nouvelles.

      Il est vrai que l’Occident est nettement plus libre mais ce n’est pas grâce à l’Eglise catholique où, finalement, on compte assez peu d’évêques ou de cardinaux féminins.

      D’autre part, si l’Eglise catholique consacre le mariage pourquoi y a-t-il si peu de prêtres mariés ? Si la famille est sacrée, pourquoi ne créent-ils pas une famille ?

      Votre colère vous a, semble-t-il, empêché de lire tout le texte où l’on pouvait lire : « Voir que d’autres saisissent une liberté dont elles sont elles-mêmes incapables, provoque chez ces personnes choquées un sentiment de colère envers elles-mêmes. »

      • « D’autre part, si l’Eglise catholique consacre le mariage pourquoi y a-t-il si peu de prêtres mariés ? Si la famille est sacrée, pourquoi ne créent-ils pas une famille ? »
        Le célibat des prêtres permettait, au début de l’église moderne, de s’assurer que les diocèses ne deviendraient pas des fiefs transmissible de père en fils.
        Cela a relativement bien marché à travers l’histoire.

        « Il est vrai que l’Occident est nettement plus libre mais ce n’est pas grâce à l’Eglise catholique où, finalement, on compte assez peu d’évêques ou de cardinaux féminins. » Votre argument est donc le suivant : il n’y a pas de prêtres femmes, donc l’église est contre l’égalité des sexes.
        En utilisant le même argument, je montre qu’un gay est macho, puisqu’il va considérer les femmes de manières inférieurs en clamant qu’une femme ne peut le satisfaire émotionnellement.
        Une église n’est rien sinon des traditions, accuser une religion de traditionalisme est une lapalissade …

      • L’Eglise était parmi les rares opposants aux totalitarismes en Europe en tout cas, pas les femmes aux seins nues. On peut continuer de faire un concour de qui a fait le plus pour la liberté mais ça me parait assez peu interessant.

        « D’autre part, si l’Eglise catholique consacre le mariage pourquoi y a-t-il si peu de prêtres mariés ? Si la famille est sacrée, pourquoi ne créent-ils pas une famille ? »

        trolilolilol, il faut lire Chateaubriand et revenir.

        • @Fergunil : « Cela a relativement bien marché à travers l’histoire. »
          @Sal : « trolilolilol, il faut lire Chateaubriand et revenir. »

          Auriez-vous, par le plus grand des hasards, un avis personnel ou devez-vous absolument puiser dans les textes et auteurs du passé pour émettre une « idée » ?

          Vivez dans les siècles passés si vous le voulez, je leur préfère le 21 ème.

          @Fergunil : « En utilisant le même argument, je montre qu’un gay est macho, puisqu’il va considérer les femmes de manières inférieurs en clamant qu’une femme ne peut le satisfaire émotionnellement. »

          Diable ! Vous avez changé de sujet, glissé sur une peau de banane, parti en freestyle

          @Sal : « On peut continuer de faire un concour de qui a fait le plus pour la liberté mais ça me parait assez peu interessant. »

          C’est pourtant la substance du texte : « Ainsi les Femen libèrent symboliquement de l’espace de liberté derrière elles. L’objectif n’est pas spécialement d’offrir à toutes les femmes la liberté de se promener torse nu. Mais en repoussant la limite de ce qui est accepté, elles rendent plus acceptables d’autres comportements plus courants allant dans le sens de l’émancipation des femmes. »

          • Sauf que suivre un mouvement est souvent contraire à l’idée d’émancipation.

            Après, et là c’est plus personnelle, je suis plus favorable à l’idée chez la femme d’une émancipation de sa condition féminine, de son corps, pour devenir tout simplement un individu (en quelque sorte asexué) avec ses qualités (et ses défauts) et un réel potentiel intellectuelle.
            Ce n’est que mon avis, je suppose que certain(e)s son plus dans une logique d’acception et donc de revendication du corps (féminin, et donc différent). C’est une façon de voir les choses.

          • Je suis épaté d’ avoir trouvé à travers vous , quelqu’un capable de créer sa pensée ex-nihilo.

            Bref, concernant les grandes libératrices aux petits seins, l’ intelligence , dans un débat de société, consiste entre autres à avoir une feille de route en maîtreisant les conséquences des actes qui la jalonnent.
            Le peu d’ interventions télévisées où elles ont eu l’ occasion d’ exposer calmement leur stratégie et leur but n’ ont apprté que des éructations et la vision de stratèges myopes.
            Elles ne sont qu’ un pet foireux dans l’ histoire de l’ humanité.

  • Tout est dit et fort bien dit – excellent texte

  • C’est quoi ce discours à deux balles?
    Si je ne me trompe pas, les Femen ont bien choisi sans contrainte leur mode d’expression, non?
    Que vous puissiez expliquer qu’elles sont de fait victimes d’avoir choisi un moyen d’attirer l’attention qui ensuite les empêche de faire passer leur message est un peu gros me semble-t-il.
    Si la majorité des gens ne veut aller au delà de leur provocation, qu’elles changent leur stratégie et adoptent un autre moyen d’attirer l’attention sur leur message.
    En d’autres termes, qu’elles assument les conséquences de leurs choix. Mais de cela il n’est évidemment nullement question puisque leur combat est celui du Bien, n’est-ce pas?
    Ce que vous ne dites pas mais qu’implique de fait votre raisonnement, c’est que la majorité dont vous parlez, devrait mettre de côté sa propre liberté pour faire place à la leur.
    La vérité n’est donc pas dans une prétendue insupportable démonstration de liberté qui viendrait heurter le âmes sensibles, mais bien dans le fait qu’elles utilisent celle-ci pour violer en toute impunité celle des autres, et en particulier celle qui consiste à ce qu’on nous laisse tranquille, comme le disent si bien les américains amoureux de leur liberté.
    Et à ce titre, je suppose que les gens que vous vilipendez en creux de ne pas être assez ouverts d’esprit pour aller au delà de la provocation, n’ont que faire sentences à deux balles comme « Si l’on daigne prêter attention à l’ensemble d’une prestation Femen » pour guider leur sens du respect des autres.
    Prestation dites-vous? Mais qui a demandé à la recevoir?
    Vous me faites penser à ces gens qui veulent vous imposer un spectacle indigeste et militant au prétexte qu’il serait gratuit, entendez par là payé par les deniers qu’on vous a confisqués.

  • Je persiste pour ma part à croire que leur action est complètement vide de sens et qu’elle ne crée aucun espace de liberté, en tout cas dans l’acception d’une liberté qui n’est pas la licence.
    => http://www.contrepoints.org/2013/04/26/122762-libre-oui-faire-ce-que-je-veux-non
    bon après-midi, phb

    • N’importe quel homme pourrait leur mettre une pêche pour les faire taire voire plus si affinités. Leur action demande donc tout de même un courage certain d’autant qu’elles n’agissent pas seulement lorsque le temps s’y prête. Bien au contraire, il serait plus agréable pour elles de rester au coins du feu en train de caresser son labrador en regardant question pour un champignon.

      Bon, il est vrai que la manière peut être discutable ; Je prends cela comme une manifestation théâtrale, un spectacle dont le but est d’attirer l’attention sur l’égalité des genres et provoquer la discussion. Apparemment, cela fonctionne.

      Et puis, finalement, elles ne cassent pas les vitrines des commerces, ne taxent personne à 75%, n’attaquent pas les gens qui veulent se marier.

      Alors, on ne va tout de même pas en faire un fromage.

      • « N’importe quel homme pourrait leur mettre une pêche pour les faire taire voire plus si affinités. »

        Je ne vois pas ce que ça prouve. On peut faire taire n’importe qui avec une pêche. Que les femmes soient moins forte physiquement que les hommes ne suffit pas à rendre vraie toutes les revendications de toutes les femmes.

        J’avoue que je ne comprend pas les réactions qu’elles arrivent à susciter. Certains doivent vraiment être coincés pour qu’il suffise de leur montrer une paire de seins pour les enrager.

        Tout ce que cela devrait provoquer est une indiférence polie et éventuellement quelques petites éréctions devent certaines d’entre elles. Qu’il n’en soit pas ainsi est étrange.

  • L’univers religieux, autoritaire ?

    Le christianisme est pourtant à l’origine de la vraie laïcité, celle qui interdit d’employer la force pour imposer une vision de la morale.

    À l’opposé du socialisme, pourtant athée…

    Donc non, la religion n’est pas autoritaire.
    Certaines le sont, d’autres non.

    Relayer ce discours pour un libéral est incohérent.
    EN effet c’est cautionner le discours socialiste du progrès imposé par l’élite éclairée au peuple borné.

    La réalité est que l’Occident chrétien a permis, par le libéralisme, des progrès des sciences et techniques qui ont soulagé l’homme de bien des servitudes (je dis bien le libéralisme et non l’État, les progrès ont toujours provenu d’individus hors système).

    Ces progrès ont changé les contraintes, et les usages se sont adaptés. L’élite éclairée qui mène le peuple vers son bonheur contre son gré, c’est une c..rie.
    Le socialisme est foncièrement misanthrope.

    Résumons-nous: La baisse de mortalité infantile et en couche divise par 3 le nombre d’enfants moyen par femme requis pour la survie de la société. Les machines domestiques s’y ajoutent pour dégager du temps aux femmes et leur rendre bien des tâches accessibles malgré leur relative faiblesse physique et leurs périodes d’indisponibilité dues aux grossesses et allaitement.

    Il n’en fallait pas plus pour que, en Occident chrétien, elles soient libérées de contraintes auparavant imposées par les faits et non par la méchanceté de quiconque croit en Dieu (les athées étant évidemment gentils et ouverts, cf Pol Pot ou Staline…)

    • Je sens que je vais me répéter mais le socialiusme, comme le communisme n’est pas Athée. Qu’il le crient sur tous les toits ne suffit pas à faire que se soit vrai.

      D’ailleur ils crient bien partout qu’ils sont le camp du bien…

      Et faire du libéralisme le fils spirituel du Christianisme est quand même plutôt gros. Il faut par exemple oublier que les nordiques, les Irlandais et même les Germains et les Romains pendant une partie de leur histoire ont eu des système qui se rapprochaient pas mal du libéralisme.

      Vos sorties sur les Athées sont purement gratuites et mesquines. Assimiler les Athées aux communistes est carrément malhonnête.

      • Certains ici n’aiment pas l’Histoire, tant pis pour eux.

        Avant Mahomet, les prostituées étaient obligées de se promener les seins nus. C’est donc par émancipation que le Prophète les autorise à se couvrir …

        Seuls ceux qui ignorent l’Histoire se condamnent à la revivre 🙂

      • « Je sens que je vais me répéter mais le socialisme, comme le communisme n’est pas Athée. Qu’il le crient sur tous les toits ne suffit pas à faire que se soit vrai. »

        Si.
        Mais si votre propos est de les classer parmi les religions, je vous rejoins.

        « D’ailleurs ils crient bien partout qu’ils sont le camp du bien… »

        Leur but est de conquérir le pouvoir pour imposer leur vision du Bien.
        Ce qui est selon moi précisément le contraire de la laïcité.
        Le socialisme est donc l’archétype de la religion antilaïque.

        Il a dévoyé la laïcité pour en faire une doctrine sectaire qui interdit de se prononcer sur quoi que ce soit quiconque croit en Dieu.
        La pseudo-laïcité socialiste est en fait de la pure intolérance religieuse.

        « Assimiler les Athées aux communistes est carrément malhonnête. »

        C’est aussi mon avis, et vous avez déformé mes propos.
        Je dis que le socialisme est athée, puisqu’il n’a pas de référence à Dieu et intime le silence à quiconque croit en Dieu.
        Il existe néanmoins des chrétiens socialistes, mais ils sont incohérents.

        Je prétends que le libéralisme est associé au christianisme:
        – Par ses origines, ses concepteurs étaient chrétiens et non athées
        – Par nécessité, n’étant pas compatibles avec les religions totalitaires telles l’islam ou la socialisme, et l’athéisme semblant entraîner une dérive vers le socialisme.

        Je ne prétends pas qu’il faille être chrétien pour être libéral.

        Je suis d’ailleurs plus sévère avec les chrétiens socialistes, que j’accuse d’incohérence, qu’avec les athées libéraux, que je n’accuse de rien.

        J’affirme que le christianisme propage une anthropologie de la responsabilité individuelle qui conduit au libéralisme, et je crois observer que la tendance naturelle et paresseuse semble être à la pseudo anthropologie socialiste de la lutte contre la responsabilité, antinomique du libéralisme – mais c’est une observation de nature statistique.

        « […] les nordiques, les Irlandais et même les Germains et les Romains pendant une partie de leur histoire ont eu des système qui se rapprochaient pas mal du libéralisme. »

        Vraiment ? Bastiat citait Rome comme contre-exemple…
        Nous sommes certes héritiers de Rome à bien des égards, mais quant aux grands principes libéraux c’est au christianisme qu’ils remontent:
        – Laïcité (refus de la force pour imposer une vision de la morale)
        – Universalisme (tous les hommes ont les mêmes droits)
        – Primauté de l’individu

        • « Mais si votre propos est de les classer parmi les religions, je vous rejoins. »

          Un athée cohérent fait plus que rejeter la simple figure de DIeux… Le problème étant qu’avec votre définition, on peut considérer les Boudistes comme des Athées, ce qui est un peu fort, vous me l’accorderez.

          «  »Assimiler les Athées aux communistes est carrément malhonnête. »

          C’est aussi mon avis, et vous avez déformé mes propos. »

          Mais un peu plus loin:

          « – Par nécessité, n’étant pas compatibles avec les religions totalitaires telles l’islam ou la socialisme, et l’athéisme semblant entraîner une dérive vers le socialisme. »

          Ce qu’il faut bien comprendre, C’est que pas plus l’athéisme que le christianisme ne présuppose d’un orientation politique.

          Ceci-dit, de la même façon que vous affirmez qu’un chrétien communiste est incohérent, je prétend qu’un athée communiste l’est au moins autant. L’athéisme ne fait pas que rejeter la figure de Dieu. Il rejette aussi l’idée de la transcendance, ce qui est difficilement compatible avec la marche de l’histoire de Marx, par exemple, et constitut surtout une invitation à découvrir sois-même le sens de sa vie, ce qui ne cadre pas du tout avec l’uniformisation que produisent le communisme et ses variantes.

           » et je crois observer que la tendance naturelle et paresseuse semble être à la pseudo anthropologie socialiste de la lutte contre la responsabilité, antinomique du libéralisme »

          Je vous rejoint la-dessus. Et cela est tout aussi antinomique de l’athéisme.

          « Vraiment ? Bastiat citait Rome comme contre-exemple…
          Nous sommes certes héritiers de Rome à bien des égards, mais quant aux grands principes libéraux c’est au christianisme qu’ils remontent:
          – Laïcité (refus de la force pour imposer une vision de la morale)
          – Universalisme (tous les hommes ont les mêmes droits)
          – Primauté de l’individu »

          Tout dépend de la période de Rome. Ensuite je n’ai pas dit que Rome était libérale, j’ai dis que le système s’en approchait pas mal à un certain moment.

          « Je prétends que le libéralisme est associé au christianisme:
          – Par ses origines, ses concepteurs étaient chrétiens et non athées »

          Pas vraiment concluant. A l’époque, tout le monde était chrétien dans nos pays, pour la bonne raison que l’église n’aimait vraiment, vraiment pas qu’on soit autre chôse.

          « Je dis que le socialisme est athée, puisqu’il n’a pas de référence à Dieu… »

          Si pour être Athée il suffit de ne pas croire en Dieu tout puissant, alors nous sommes nettement plus nombreux que ce que j’imaginais…

          « … et intime le silence à quiconque croit en Dieu. »

          C’est assez souvent ce qui arrive, quoique pas toujours, quand une religion entre en contact avec une concurrente. On demande à l’autre camp de renoncer à ses croyances et d’adopter les siennes.

  • Nous sommes là, en phase totale avec la théorie du « Gestell » développé par Heidegger. Peut-être seriez-vous surpris d’apprendre que ces féministes hystériques sont financées par un magnat américain ? Quel est l’objet de cette manipulation, cela reste la question…

  • Les FEMEN qui vont dans la rue pour crier leur message, ok, mais quand elle rentre dans une Eglise seins nus pour crier, ou quand elles viennent asperger de lacrymo (même inoffensif) des familles qui manifestent pacifiquement avec leurs enfants… là je dis non et c’est totalement contre-productif de mon point de vue, ça ne fait que plaisir à leur fan club, ça ne leurs apportent pas à mon avis la sympathie du peuple, surtout rural et agé, qui sont encore attachés a certaines valeurs, à un certain respect et à une certaine pudeur.

  • Les femen sont un mouvement vain, purement publicitaire, extrêmement conformiste intellectuellement tout en jouant la provocation facile : insulter et agresser les gens provoquent des réactions hostiles, la belle découverte, mais je vois mal ce qu’on peut en tirer, ni les réflexions que cela peut susciter. Comme les indiniais il y a deux ans, OWS il y a un an, elles retomberont rapidement dans le néant qui est leur milieu naturel. Maintenant on pourrait peut-être arrêter d’écrire des articles et des dizaines de commentaires en se triturant la nouille pour interpréter les slogans écrits sur leurs nibards.

  • Et vous osez écrire ça le jour où une Femen a craché sur la mémoire de Dominique Venner, un homme d’honneur…
    Il n’y a qu’un gauchiste de Rue 89 ou de Libé pour ricaner du suicide d’un homme, ou même encenser les ricaneurs.
    De toute façon, les « libertaires » des Femen sont clairement protégées par la police, on voit clairement que les policiers la laissent se déshabiller à la 15e seconde de la vidéo, ici: http://www.lemonde.fr/societe/video/2013/05/22/notre-dame-de-paris-une-femen-mime-le-suicide-de-dominique-venner_3415577_3224.html
    Des ordres ont donc été donnés.
    Voilà, donc étant donné la complicité policière évidente, votre article est minable, sans valeur, vous devriez renommer votre site en « Contrepoints89 ».

    • Tu craches sur un mort, ancien combattant, qui a combattu les communistes avec ses poings à un âge où tu étais encore puceau vivant chez ta mère.
      Tu es du même niveau que les commentaires sur le site de Bellaciao (stalinien), où tout le monde use les même mots que toi (« facho »).

      • Bien, les insultes scatophiles à présent… Aussi crade que Mélanchon, qui insultait également Margaret Tatcher le jour même de sa mort.. Tu as autant de classe que ce porc.

        Ma réaction, comme tu n’as pas lu mon message, est due au fait que cet article est rédigé le jour même de cette action..

        Quant à Venner, sur le cadavre duquel tu craches (insulter un mort, quel courage ! Tu mérites la médaille de la Résistance !), il était païen, pas chrétien. Son geste est infiniment plus beau que la simple présence de ces curés communistes dans nos églises.

      • Caca nerveux une insulte scatophyle? Sans déconner?

        J’ai pas grand chose à dire sur Dominique Venner, si ce n’est que son geste restera probablement vain. Il y’a un moment déja que le suicide ne sert plus à rien, politiquement.

        Holande et Valls ont lacher la larme d’usage devent les cameras, et c’est tout. ça n’ira pas plus loin que a.

      • Ancient combattant : argument d’autorité ultime. Et alors ?

        • Théo31

          C’est sûr qu’en France, il est devenu plus valorisant d’avoir été pédophile comme Cohn-Bendit qu’avoir été combattant (qui est presque une tare, dirait-on).
          Au Etats-Unis, le débat public est plus sain dans la mesure où personne ne peut ouvrir la bouche s’il a été déserteur sans se prendre des tomates ou susciter l’indignation générale à l’évocation même de son nom.
          Ron Paul a toujours été intouchables dans ses positions à l’international, dans la mesure où il est parti défendre son pays.

          Question de valeurs..

        • Quelle répartie décidément ce h16 ! Dommage de mettre son extraordinaire talent dans la défense d’un texte qui aurait toute sa place sur le site de Caroline Fourest.

          • Oh, comme c’est étrange, tu ne reviens pas sur l’évidence : le texte (aussi nul soit-il) a été écrit avant le suicide de l’autre, ce qui fait que tu racontes n’importe quoi.

            Allez. Tu peux t’excuser platement, va.

        • « Aller casser de l’Arabe en Algérie, c’est pas être un ancien combattant.  »

          Ah ouais d’accord, tout est dit. Le million d’appelés venus en Algérie sous l’ordre des gouvernements Mendès-France et autres (ben oui, ce sont les gouvernements SFIO qui a fait cette guerre, pas le maréchal Pétain), ils venaient pour « casser de l’Arabe ».
          L’ALN n’a pas été une organisation terroriste qui mettait des bombes dans les boites de nuits, les gares… et les églises (!) Non, bien sûr, toute cette guerre, c’est juste une histoire entre les gentils et les méchants, et les méchants c’étaient des nazis qui venaient pour « casser de l’Arabe », et rien de plus.
          Merci docteur, tout s’éclaire maintenant.

          • Blablabla.

            En attendant, tu n’as toujours pas présenté la moindre excuse pour avoir dit des conneries.
            Couard.

        • Bon. Tu t’excuses ou pas d’avoir raconté des conneries ?
          Toujours pas ?
          Pleutre.

        • @ la mouche du coche H16

          Je reconnais que mon lecteur RSS n’a été actualisé que le lendemain.
          Ca n’empêche pas la nullité de l’article, qui en indiquant que le message des Femen « est nécessaire à leur action et consubstantiel à leur message », ce qui valide a priori cette action de mauvais goût.

          Mais bon, je me doute bien qu’avec le rythme délirant de la société, les Femen qui scient des crucifix à la tronçonneuse seront bientôt ringardisées ; dans 20 ans on enseignera aux enfants des écoles comment se servir d’un gode à clous. Ca sera ça, être « républicain ».
          Et on trouvera bien un zozo pour s’en réjouir sur Contrepoints89, et des commentaires de H16 du type « mouche du coche » pour se réjouir de ces immondices.

        • H16 n’a jamais défendu ce texte, il a juste dit que tu devais être une truie stalinienne. Faudrait lire correctement l’article avant de commenter.

          • Plus précisément, j’ai dit qu’il racontait des conneries, ce qui est maintenant une évidence. Il a fallu lui courir un peu après pour qu’il l’admette, parce que c’est un petit faux-jeton, mais il a fini par cracher le morceau. Pour le reste, je le laisse à ses petits commentaires sans intérêt.

        • @ h16
          C’est à dire que j’ai au moins, commenté un minimum sur l’action des Femens, alors que vous vous contentez de, comme on dit, « sodomiser les diptères ». Mais je me doute bien que dans la sodomie, vous aimez surtout tenir le rôle de l’enculé 🙂

  • Femen est simplement un métier pour certaines femmes, probablement bien rémunéré par un vieux riche russe qui veut juste s’amuser. Elle servent accessoirement à faire parler les gens.

  • Franchement, faire tout un fromage et donner tant de sens à une poitrine féminine, bravo pour la création ! Hormis le fait que ces Femen ne sont pas très attirantes et ne suscitent certainement pas un rut insurmontable chez les mâles, leur message, si simple qu’il soit, est provocateur, agressif, basique, violent et sans intérêt. Si elles veulent revendiquer par ces méthodes la liberté et la place de la femme, elles font fausse route. Je ne crois pas que beaucoup de femmes se reconnaîtront en elles. Elles me font plutôt penser aux féministes des années 60, toutes plus laides les unes que les autres et toutes attachées à marquer leurs différences avec le mâle (bien content de son côté d’être « snobé » par ces mégères). Que n’ont-elles suscité de quolibets et de moqueries par leurs attitudes revêches, affirmées et tout sauf féminines. Les Femen sont pires car elles arrivent au niveau de l’iconoclastie, de la destruction des valeurs profondes, d’un irrespect profond et violent. Encore des refoulées qui cherchent une reconnaissance ! Quand je pense à toutes les femmes « normales » qui ne demandent rien, qui ne réclament rien, qui vivent leur vie de femme comme il se doit, avec les contraintes mais aussi les plaisirs que cette vie apporte, qui travaillent sans se plaindre, qui tiennent leur maison et élèvent leurs enfants du mieux qu’elles le peuvent, qui aiment leur famille et leur mari (ou leur homme), etc… je trouve ça formidable et je pense que c’est la vie. Tout ce que ces femelles réclament en fait c’est le droit de vivre comme les hommes, de ne pas avoir de contraintes, de ne pas avoir de responsabilités, de se « réaliser » : grand mot qui ne veux rien dire car pour elles, se réaliser, c’est sortir, s’amuser, draguer, coucher, ne pas être asservies à un homme ou à des enfants, et surtout PARAITRE, se montrer….. Pauvres dindes qui n’ont même pas le QI qu’il faut pour se rendre compte de la vanité de leur recherchen les carriéristes qui n’ont pas l’envergure des hommes mais se montrent plus masculines qu’eux pour arriver à les égaler.
    Toutes ces féministes nient la beauté, ne veulent pas se laisser asservir par la mode, le maquillage, etc… mais qui ne rêvent que de passer à la télé coiffées, pomponnées, maquillées, et paradant comme des oies dans une ferme en piaillant des insanités.
    Je hais ces femmes qui nient la nature humaine. Non seulement elles dénaturent le rôle de la femme, mais surtout celui de la mère, le rôle humain le plus beau et le plus riche.
    Si Dante réécrivait son Enfer, il ajouterait un niveau où toutes ces hyènes se retrouveraient pour brûler de tous leurs feux/

    • J’ai fait une recherche sur Google, il y a beaucoup de Femen très jolies. Le reste de votre commentaire me semble tout aussi gratuit, si ce n’est l’agressivité, mais du coup on se demande si ce n’est pas par hasard que vous êtes pertinent sur ce sujet.

  • Enlever le haut est assez banal, ce n’est pas donné à toutes les femmes de montrer sa platitude.

    Bref et quand est-ce qu’elles enlevront le reste ?

  • Autant cet article est choquant, autant il y a vraiment à boire et à manger dans tous ces commentaires.

    Je trouve assez hallucinant de défendre des actes empêchant les croyants de vivre librement leur spiritualité (chacun est libre d’entrer dans Notre Dame, ou de ne pas y entrer, il me semble) au prétexte de la liberté. Un peu comme si on défendait un suicide d’un adulte dans une école au nom de la liberté de chacun sur sa propre vie: quand on met son gamin dans une école, c’est pour espérer qu’il y apprenne d’autres choses que comment mettre fin à sa vie.
    Il me semble que cet article oublie le vieux dicton « la liberté de chacun finit là où commence celle d’autrui… »

    Et puis qu’est-ce que c’est que ce discours à la mors-moi-le-noeud selon lequel « chaque jeune femme sait que d’autres femmes peuvent se permettre de se mettre seins nus, de s’opposer à la religion, à Vladimir Poutine ou à n’importe quelle forme d’oppression ».
    Qu’est-ce que Notre Dame de Paris (lieu devenu bien plus souvent touristique que religieux d’ailleurs) a à voir avec le président de la « Grande Démocratie » vantée par notre Gégé ex-national?

    La religion catholique repose sur la Liberté puisqu’elle veut que chacun soit libre, et ce à chaque instant, de Croire, ou de choisir une autre voie. Les autres religions, je ne sais pas.

    Quant à la structure « patriarcale » de l’Eglise, je suis épaté de voir qu’elle est systématiquement contestée par des non-croyants / non-pratiquants: mais de quoi je me mêle! au nom de quelle liberté prendre position sur quelque chose qui n’a aucune influence sur son propre quotidien?
    Pensez-vous que Mère Theresa aurait fait plus de biens pour les pauvres si elle avait pu être prêtre? Ne pensez-vous pas que s’il s’agissait d’un réel problème pour l’Eglise, elle n’aurait pas défendu cette position bec et ongles auprès de Jean-Paul II auprès de qui elle avait tant d’influence?

    Enfin, un merci tout spécial à Contrepoints, que j’ai découvert avec joie il y a 3 semaines, et auquel je suis devenu totalement accro.

  • A l’attention de l’auteur de l’article :Merci pour ce bel article , intelligent éclairant , avisé et bien écrit cependant je note un point très facheux et irritant vous employé le terme La femme aussi si le credo du site est le nivellement par le haut voici à votre attention un petit ajout que vous jugerez intérressant et instructif je l espère…Ainsi :
    « Comme le dit Olympe:
    « Rien à faire, la plupart de ceux qui organisent quelque chose parlent de la journée de LA femme, comme si nous étions toutes résumables au fait d’être femme. »
    C’est aussi comme si toutes les femmes n’étaient en fait qu’une espèce d’entité singulière répondant à des vertus qui lui sont spécifiques.
    Et c’est précisément le contraire.
    Les femmes ne sont pas UNE mais DES femmes. Toutes différentes, avec des luttes plus ou moins avancées selon les pays, selon le contexte.

    Les femmes sont multiples.
    Exactement comme le sont les hommes.

    User de l’archétype singulier « LA femme », c’est nier cette multiplicité.

    Les Droits de l’Homme sont ceux du genre humain qui inclut hommes et femmes dans leur multiplicité. L’usage du singulier ne pose donc absolument aucun problème linguistique ou sémantique. On parle d’ailleurs de Human Rights en anglais et non pas de Men’s Rights pour désigner ce que nous, nous appelons les Droits de l’Homme.

    Mais, il va de soi que si « une journée (des droits) des hommes » existait, il ne nous viendrait pas à l’esprit de parler de la « journée des droits de l’homme » car tout le monde assimilerait – à juste titre – cette journée à celle des Human Rights.

    Je sens déjà poindre les commentaires de mes lecteurs réacs qui vont me dire qu’il faut pétitionner pour « une journée (des droits) des hommes » et je leur répondrai qu’ils en ont déjà 364, sans compter les siècles passés.
    Bref.

    Donc si on suit cette logique, il n’y a aucune raison valable pour singulariser cette journée en la réduisant à LA femme, un peu comme à une époque pas si lointaine où Moulinex libérait LA femme.

    De même qu’il ne nous viendrait pas à l’esprit de parler des droits:
    DU handicapé
    DE L’étudiant
    DE L’homosexuel
    DE L’immigré
    DU Noir, DE L’Arabe, DU Juif
    DU sénior
    …etc.

    Alors même si la langue française a officialisé l’usage du singulier pour la journée du 8 mars, on ne peut que regretter une lourde maladresse de traduction car ce que l’ONU ou l’UNESCO appellent « International Women’s Day » est bien la Journée Internationale DES femmes et non pas de la femme.

    Et pas besoin d’être un crack en anglais pour savoir que WOMEN veut dire FEMMES au pluriel.

    Quant à l’Histoire de cette journée, l’idée est née à Copenhague en 1910 à la deuxième conférence de l’Internationale Socialiste des Femmes, et on parlait alors bien d’une « journée internationale des femmes ».

    Et quand on va sur Wikipédia, on remarque que l’expression est toujours au pluriel sauf:
    dans le titre
    dans la section « thème des journées » où subitement entre 2011 et 2012 on passe du pluriel au singulier.
    dans le paragraphe qui explique l’internationalisation et l’officialisation de la journée
    Et dans ce dernier passage, on peut lire:
    « Le 8 mars 1947, Léon Blum salue la place importante des femmes dans la Résistance. Dans les années 1960, les avancées du féminisme et la révolution sexuelle aidant, l’image des femmes change à l’Ouest, la journée de Droits des Femmes plutôt que celle de la Mère fait son chemin et rend largement acceptable […] la célébration de l’égalité des droits hommes-femmes. […] Le 8 mars 1977, l’Organisation des Nations unies adopte une résolution enjoignant ses pays membres à célébrer une « Journée des Nations unies pour les droits de la femme et la paix internationale » plus communément appelée par l’ONU « Journée internationale de la femme ».
    « Le passage du pluriel au singulier est révélateur des divergences entre la conception socialiste-féministe et la conception onusienne. En faisant disparaître les femmes en tant que groupe social au profit de la femme comme genre, l’organisation internationale tente de gommer la dimension conflictuelle de l’événement d’origine. Le 8 mars 1982, le gouvernement socialiste de François Mitterrand donne un statut officiel à la journée en France ».
    Conception socialiste des femmes = groupe social.
    Conception onusienne des femmes = sexe biologique.  »
    Extrait du blog affichage libre.

  • petit ajout à mon précédent message: l’extrait du blog traite de la question eu égard à la journée des femmes (et non de la ) vous comprendrez cependant bien que cela est aussi applicable d une façon générale….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles