C’est la Fête d’une certaine Nature

À partir du 22 mail, c’est la fête d’une certaine Nature. La gentille. La méchante, qui tue des gens, elle n’existe pas.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
nature.jpg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est la Fête d’une certaine Nature

Publié le 21 mai 2013
- A +

Vous ne le savez pas encore (parce que vous, lecteurs, êtes de ces gens bien qui ne se vautrent pas dans la propagande écobisou du pays), mais demain, le 22 mai, sera le début de la Fête de la Nature qui s’étalera mollement jusqu’au 26 mai dans tous les coins et recoins de France. La tempête d’écogluanteries va donc se déchaîner. Vous ne pourrez y échapper. Désolé.

En quoi consiste cette nouvelle démonstration de pensée correctement orientée et de quelle façon aussi inutile que ridicule certaines autorités autoproclamées ont décidé de cramer votre argent ? Pour répondre à cette question, il suffit de se rendre sur l’incontournable site web développé à grands frais exprès pour cette occasion. Dans l’habituel et prévisible débordement de couleurs acidulées qui préside à tout événement qu’on voudra citoyen, festif et destiné à toucher, avant tout, le subconscient enfantin des contribuables pour calmer leurs éventuelles protestations, le site présente quelques rubriques permettant de donner un peu de corps à cette célébration d’une Gaïa généreuse, terriblement gentille et agressivement niaise.

logo fête de la natureRien que le logo « Fête de la Nature », par exemple, permet de bien comprendre que le site s’adresse aux gamins qu’on endoctrine actuellement dans les usines à analphabètes de l’Édulcoration Nationale, et, dans le même temps, à ceux qui sommeillent dans l’adulte consentant qui paye pour tout ce bazar. Notez la calligraphie espiègle et bondissante, les polices multiples et insoumises, les couleurs bigarrées : avec de tels procédés, n’importe quel slogan, n’importe quelle activité, même abominable, devient amusante et peut se targuer d’intéresser les plus petits et se parer des parfums de l’aventure, de la découverte, de l’espièglerie. Il suffit de faire un essai pour s’en convaincre :

logo idiot chaton énucléé

À partir de là, tout s’enchaîne naturellement : de l’orange, du vert, des jolies photos de coléoptères aux élytres chamarrées, des petites gerboises qui grignotent un épi de blé, un escargot qui indique le sens de la visite, tout est fait pour que le citoyen, éco-conscient mais terriblement citadin et, on peut le dire, un peu pollueur sur les bords, avec une ouverture d’esprit minimale sur les bestioles et les plantes qui l’entourent pourtant, tout est fait, donc, pour qu’il se sente à l’aise dans cette nouvelle célébration païenne d’une déesse capricieuse mais représentée avec douceur, bonté et générosité.

Bien évidemment, une fête, aussi coûteuse de l’argent des autres soit-elle, ne serait pas vraiment une fête s’il ne s’agissait pas de mouiller par un greenwashing écoblanchiment actif aux enzymes gloutonnes quelques belles entreprises qui largueront des milliers d’euros pour s’acheter une conscience comme jadis les bourgeois une charge de noblesse. On retrouvera sans surprise quelques fleurons de notre service public national représenté sous une forme ou une autre (mais toujours festive) et quelques sociétés dont l’ancienne nationalisation oblige à participation.

On le comprend : avec une telle manne et une telle implication de toutes les strates de la société (i.e. : les collectivités, les entreprises nationales ou assimilées, les associations subventionnées), il ne manquera jamais d’argent pour faire de jolis sites, de belles manifestations et de grandioses réalisations bio-compatibles, avec le soutien forcé et heureux d’une population à laquelle la facture ne sera jamais présentée de front, mais par petites mensualités indolores, réparties sur les 50 prochaines années. Ainsi, cette année, la ♥ Fête ♫ de ♡ la ♫ Nature ♪ se concentre sur les insectes, les vers de terre et les lézards et vous propose de relever le défi de créer, je cite tel quel, « 5000 véritables mini-coins de nature un peu partout dans les jardins et sur les balcons ou rebords de fenêtres, afin de permettre la reproduction, la nidification, l’abri, la dispersion de toute cette petite faune sauvage incontournable. »

Ici, on insistera sans mal sur « petite faune », le but n’étant pas d’élever son varan de Komodo dans un bac à fleur. Bien évidemment, le détail des festivités continue avec « 5 jours de manifestations gratuites » (c’est-à-dire payées par les autres), le tout soi-disant « au contact direct de la nature ».

Et là, mes petits amis, je dis attention ! Le contact avec la nature tel que l’entendent nos gentils écolos des villes, subventionnés par vos impôts, ce n’est pas n’importe quel contact avec n’importe quelle nature. C’est le contact bobo-compatible, c’est-à-dire celui qui permet de conserver une position agréable d’observateur sans danger. C’est précisément ce contact policé que l’humanité s’est employée à mettre en place sur les 5000 précédentes années afin d’éviter de crever de faim ou de se faire bouffer tout cru au détour d’un bois.

Parce qu’il faut bien se rendre à l’évidence que cette « Fête de la Nature » rentre dans les canons habituels de la mièvrerie gentille et cotonneuse qui prévaut pour que chacun largue une petite partie du fruit de son travail sans couiner. Cette Fête-là sera bien celle des petits oiseaux, dont l’envergure et l’absence de serres ne permet pas d’agripper un nouveau-né pour l’emmener et le manger plus tard. Ce sera la Fête des petits lapins propres et en bonne santé, pas des myxomateux qui seront un tantinet discriminés. Pourtant, le virus fait bien partie de cette petite faune sauvage incontournable… Ce sera la Fête des arbres en fleur (si le temps le permet, ce réchauffement climatique qui n’en finit pas de ne pas venir tarde à faire éclore certains arbres), mais pas des orages de grêle.

Mais il n’y aura pas de fête des milieux naturels alternatifs comme les marécages infestés de moustiques, les sables mouvants ou les déserts de sable chaud. Ce ne sera pas la fête du tétanos ou des nuages de criquets pèlerins. Il n’y aura pas de célébration bondissante des cuboméduses dont le venin peut tuer un homme adulte. Ce sera la fête des fleurs et des brins d’herbe, mais pas des ronces et des orties…

Faudrait pas casser l’ambiance.

méchantes fleurs
—-
Sur le web

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Bravo, c’est somptueux. J’en ris aux larmes ! merci ma journée est réussie

  • TB article en effet. Toujours aussi caustique H16 !

    Petite compil greenwashing ici
    http://uplib.fr/wiki/Greenwashing

    (à compléter si vous avez des infos)

  • Ridiculement imbécile, cynique, borné, outrancier et vide (excepté d’un humour douteux).

    • A l’image de notre pays.

      (C’est une question d’égalité, voyez)

    • Gentil petit écolo outré…

      • N’importe quoi. Je ne me laisse pas emporter par cette vindicte démago’ et je suis instantanément classé en tant qu’écolo ?

        L’article n’expose rien, à part un ramassis de plaisanteries décalées de la réalité et une caricature facile.

        Sur Contrepoints, il est une coutume misérabiliste tendant à l’apitoiement sur soi-même : « Tout le monde en France il dit que le libéralisme c’est méchant, mais en fait c’est faux ». Les libéraux de ce site cherchent sans cesse à démontrer à un public de convertis que le libéralisme n’est pas la caricature que certains ont à l’esprit.

        Rien de plus logique jusque-là.

        Mais quand l’argumentaire de ces mêmes pleurnichards virent au même travers que celui qu’ils dénoncent, on frise le ridicule achevé.

        • J’y suis ! C’est la calligraphie espiègle et bondissante aux couleurs bigarrées « chaton énuclée » qui a fait bondir la lince ! Y a pas que les félins dans la nature, il y a les araignées aussi.

          Saviez-vous que les araignées jouent un rôle majeur dans la régulation des populations d’insectes ?

          Du coup, lorsque je marche sur l’une d’entre elles, je me dis que je contribue à une dérégulation des populations d’insectes. Parce que sinon ma brave dame, qui va s’intéresser aux droits des insectes ? Personne, tout le monde s’en fout.

          Les insectes sont nos amis, il faut les aimer aussi, comme nous ils ont une âme comme morbac et moucham.

          Après si y en a trop, on peut toujours mettre un ptit coup de baygon.

        • 4000 ans de persécutions :'(

          Plus sérieusement, c’est un édito, et pas un article. Peut être que ma conception de l’édito est fausse, mais pour moi sa vocation est plus un billet d’humeur traitant de l’actualité qu’un réel article de profondeur.

          Ensuite on aime ou on aime pas, chacun fait ce qu’il veut.

        • Lalince : Vous ne comprenez rien.

          Sous ses allures de taverne, il se joue un combat idéologique d’envergure dans ce fil. Ici, on frappe l’ennemi au coeur, grâce à la force de l’humour techno-anarcapiste. Et sur un champ de bataille, on ne chipote pas. On choisit son camp. On rit, on abonde, ou on trahit.

          Moi, mon cas est perdu, je suis étiqueté « ennemi de la liberté » depuis belle lurette. Mais vous qui n’êtes pas encore totalement tombé du côté obscur, prenez garde.

          • FabriceM: « Ici, on frappe l’ennemi au coeur, grâce à la force de l’humour techno-anarcapiste. »

            Arrête un peu ton char ben-hur, la dérision était enseignée dans les écoles de rhétorique Grec et romaine. Cicéron a laissé de bon mots assassins qui ont mieux traversés l’histoire que ses discours.

            Toute la politique française est quasi basée sur les bon mots d’ailleurs parce que c’est efficace, bien plus efficace que des articles arides remplis de chiffre que pas un seul neuneu ne va lire. H16 attaque au cœur en reprenant leurs méthode parce que justement les longs articles documentés ne sont pas lu.

            FabriceM: « Moi, mon cas est perdu, je suis étiqueté « ennemi de la liberté » depuis belle lurette. »

            Non, toi tu es passé du niveau troll de compétition à tes débuts à type tout a fait fréquentable même si on n’est pas forcément d’accord sur tout. (Nonobstant ta petite allergie à la rhétorique)

          • Ilmryn

            Sur le côté troll, passons. Rétrospectivement, je peux comprendre ce jugement, même si je ne rejette presque aucune affirmation que j’ai tenue ici, et que je les assume toutes (sans honte).

            Sur l’humour, on en a déjà parlé, on ne se refera pas. A la limite, quand tu dis « Toute la politique française est quasi basée sur les bon mots d’ailleurs parce que c’est efficace », je serais presque d’accord. Mais seulement, le prototype du bon mot particulièrement puissant qui me vient en tête, c’est le « vous n’avez pas le monopole du coeur » de Giscard, qui a réellement marqué les esprits. Mais justement, il s’agissait d’une discussion entre, deux personnes en chair et en os, qui ont accepté le débat, et où les effets de manche étaient sensés être proscrits. Ce qui a marqué, c’est le retour de flamme. Ici, on assiste à la diffusion en différé du numéro d’un gars masqué, dont on sait seulement qu’il a quitté le pays, qui arrose frénétiquement de napalm des représentations en carton du pouvoir, dans une adaptation 2.0 et libertarienne de la scène du drapeau national brûlé.

            Et si je ne connais pas bien (du tout tout du tout du tout) Cicéron, je le vois plus délivrer ses bons mots dans la première position que dans la deuxième ….

    • Vous êtes passé à côté de l’information principale : il parait que la fête de la nature, c’est « gratuit ». Voyez. Et tout part de là. Votre argent, le mien, que vous soyez d’accord ou pas, part dans ce genre d’animation citoyenne. C’est là que vous pouvez balancer vos qualificatifs.

  • Sur la forme, tout de même, on trouvera difficilement une fête de « mention au choix » dans laquelle on s’appesantirait longuement sur les méfaits du truc ainsi fêté, et ou toutes les productions papiers seraient tapées sur KEdit.

    Genre une fête de la bière avec la moitié des stands occupés par des médecins éduquant aux méfaits de l’alcoolisme et faisant peser lourdement la menace de la gueule de bois.

    Une fête de la saucisse avec des serviettes, des affiches, et des messages sonores récurrents rappelant les conseils de santé publique sur la nutrition.

    Une fête du printemps où on se lamenterait de ne plus pouvoir manger de poireaux et de choux fleur locaux pendant des mois !

    Etc. A moins de considérer que « la nature » soit une thématique aussi festive que .. mettons .. « les médicaments ». Ce qui peut se défendre.

    Sur le fond, ce ne sont clairement pas aux pouvoirs publics d’organiser et payer ce genre de manifestations, quand bien même on ne serait pas choqué par le contenu.

    • FabriceM: « Genre une fête de la bière avec la moitié des stands occupés par des médecins éduquant aux méfaits de l’alcoolisme et faisant peser lourdement la menace de la gueule de bois. »

      Je comprend ton point de vue mais l’ENÔÔRME différence c’est qu’après t’avoir vanté sans aucun recul les merveilleuses propriétés de la bière ils n’envoient pas une facture obligatoire à toute la population pour payer des machins inutiles voir néfaste.

  • Excellent l’humour j’aime !

  • Très festif, j’ai bien ris en tout cas !

    Je peux payer par carte bancaire ?
    Comment ? c’est gratuit !? La tradition se perd dans notre république.

  • Elytre est un nom masculin.
    A part ça, pour une fête de la nature citoyenne et festive et vraiment gratuite, je propose que tout le monde aille bosser à poil!

  • « Parce qu’il faut bien se rendre à l’évidence que cette « Fête de la Nature » rentre dans les canons habituels de la mièvrerie gentille et cotonneuse qui prévaut pour que chacun largue une petite partie du fruit de son travail sans couiner. »

    Que ne ferait-on pas en effet pour mettre en œuvre les enseignements de Colbert :

    « L’art de l’imposition consiste à plumer l’oie pour obtenir le plus possible de plumes avec le moins possible de cris ».

  • Le varan du komodo, il viendrait pas du jeu farcry 3 ?
    Tres bon texte. Aimer la nature sans cramer l’argent des autres est aussi possible….mais c’est très vilain et egoiste comme comportement ! Et puis tout nu au milieu de la foret peut être fatal. Surtout là où j’habite : il y a des Elans…..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Russie vient en aide au Sri Lanka, selon Bloomberg :

Le Sri Lanka reçoit du pétrole brut de Russie, qui lui permettra de produire les carburants dont a besoin ce pays en situation de faillite, qui fait face à des pénuries de gasoil et d’essence. Le pétrole [russe] permettra de redémarrer pour la première fois en deux mois [son unique raffinerie,] à Sapugaskanda. Le Sri Lanka fait face à la pire crise financière de son histoire en tant que pays indépendant, avec des pénuries allant du pétrole à la nourriture. Les réserves de carburan... Poursuivre la lecture

Simple opération « quart d’heure de célébrité » (seize minutes en l’occurrence) ou pavé bienvenu lancé dans le discours quasi religieux que toute entreprise se doit de tenir dorénavant sur la profondeur de ses engagements sociaux et environnementaux ?

Invité à s’exprimer lors de la conférence Moral Money organisée par le Financial Times (FT) la semaine dernière, le patron mondial des investissements responsables de la banque britannique HSBC Stuart Kirk a créé la surprise et soulevé beaucoup d’indignation en axant son discours sur le t... Poursuivre la lecture

Quel suspense insoutenable cela fut. Alors que depuis deux mois, le nom d’Élisabeth Borne était susurré dans la presse, elle a évidement été nommée à Matignon. Bien qu’elle constitue un formidable symbole pour l’égalité des sexes, elle incarne en réalité la gauche technocrate dont est issu le chef de l’État.

Sa nomination illustre très bien la tonalité générale du gouvernement annoncé vendredi après-midi : technocrate et vaguement saupoudré d’écologie et de wokisme pour marquer le ton de la campagne législative.

Car ce gouvernem... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles