La France en récession, ce n’est pas une surprise

La France est entrée en récession le 15 mai officiellement. Nos lecteurs l’ont su une fois de plus à l’avance, avant le FMI et le Haut Conseil des Finances.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013817 croissance

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La France en récession, ce n’est pas une surprise

Publié le 18 mai 2013
- A +

La France est entrée en récession le 15 mai officiellement. Nos lecteurs l’ont su une fois de plus à l’avance, avant le FMI et le Haut Conseil des Finances.

Un article de l’Aleps.

Il y a quelques semaines (Nouvelle Lettre n° 1137 du samedi 24 novembre 2012), Jean-Yves Naudet intitulait sa chronique de conjoncture « récession ». Au vu des statistiques officielles auxquelles tout le monde avait eu accès, il affirmait que la France était réellement en récession, même si d’adroites manipulations de l’INSEE permettaient de masquer la situation. Aujourd’hui, le doute n’est plus permis et il n’y a plus que Bercy, aux ordres du gouvernement, pour croire encore que la France a toujours un souffle de croissance, alors que le Produit Intérieur Brut a déjà décliné. Le FMI et le Haut Conseil des Finances, issu de la Cour des Comptes, présidée par Didier Migaud (naguère socialiste) et créé par François Hollande en mars dernier, contestent l’optimisme officiel de la croissance.

Double leçon de cette affaire. La première c’est qu’il faut toujours un certain temps à de nobles institutions pour se rendre à la réalité. Milton Friedman avait d’ailleurs condamné les politiques conjoncturelles « discrétionnaires » (laissées à la discrétion de l’État) avec sa théorie des décalages (lags) : il y a toujours un retard entre les fluctuations de l’activité économique et leur prise de conscience par les décideurs politiques.

La deuxième leçon, c’est qu’un bon économiste s’intéresse non seulement à constater les faits en temps voulu, mais aussi à expliquer pourquoi ils se produisent. C’est ce que faisait Jean-Yves Naudet en concluant : « Moins d’État, moins d’impôts, moins de dépenses publiques, moins d’entreprises publiques, moins de réglementations, plus de liberté et de responsabilité, voilà le seul moyen efficace de combattre la récession et la morosité. »

À lire aussi :

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • quand on arrêtera de tout procéduriser, formulariser, rendre chaque travailleur un exécutant de taches qui ne doit pas réfléchir, ça ira mieux.

    vocation, passion, reconnaissance, respect, communication, autant de valeurs qui se perdent au détriment de la construction du chaos.

    soit il faut faire du protectionnisme, soit il faut mettre en place l’ordre mondial, mais il faut faire quelque chose.

    • oui, c’est bien ce que disait tous les candidats a la dernière presidentielle: il faut proteger les poulets heu ! pardon, les francais …

  • Le deuxieme effet kiss cool c’est qu’avec la baisse du PIB, le pourcentage de dette associee va monter plus vite. Ca commence a vraiment sentir mauvais tout ca…

  • L’on avance que le plus gros de la crise est passé, que des signes tangibles de reprise économique apparaissent ici et là dans le monde. Cependant bien avant que les pouvoirs publics l’annoncent, la récession s’est installée partout, d’abord dans les pays de l’Europe du Sud, puis rapidement elle gagne les pays du Nord. Les plans d’austérité présentés comme l’ultime solution ont bien vite montré leur limite. Bien évidemment il était impossible que la rigueur et les hausses d’impôts génèrent de la croissance. La désindustrialisation et une monnaie surévaluée qui freine les exportations, sont les deux facteurs qui creusent chaque mois le déficit de la balance des paiements. Au plan intérieur, l’absence d’investissement et la montée incessante du chômage amplifient irrémédiablement la récession.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les manipulations comptables des entreprises américaines sont en hausse. C’est la conclusion d’un rapport de recherche publié par le professeur d’économie Daniel Beneish dont les données ont été actualisées en mars 2023 pour le Wall Street Journal.

Développé dans les années 1990, le M-Score (ou score de Beneish) agrège 8 indicateurs comptables permettant d’identifier les entreprises qui manipulent leurs bénéfices. L’originalité de la dernière étude est d’appliquer le M-Score à 2000 entreprises. Les données compilées sous forme de graph... Poursuivre la lecture

Dans leur enquête biannuelle sur l’évolution de l’économie mondiale à court et à moyen terme, les économistes du FMI révisent la croissance de l’économie mondiale de 2,7 % à 2,9 % pour 2023.

Selon eux, cette relative embellie de 0,2 % au niveau mondial, par rapport à l’enquête précédente, aurait surtout lieu aux États-Unis (+0,4 %), en Allemagne (+0,4 %), en Italie (+0,8 %), en Chine (+0,8%) et en... Russie (+2,6 %).

Comme le rappelle ici Kristalina Georgieva, la directrice du FMI, il n’en reste pas moins qu’un tiers des économi... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

 

Si de nombreux acteurs du marché s'inquiètent des hausses de taux, ils semblent ignorer le risque le plus important : la possibilité d'une fuite massive de liquidités en 2023.

Bien que le mois de décembre soit arrivé, les bilans des banques centrales ont à peine, voire pas du tout, diminué. Plutôt que des ventes réelles, une monnaie plus faible et le prix des obligations accumulées expliquent la majorité de la baisse des bilans des grandes banques centrales.

Dans le contexte de déficits p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles