Une nouvelle solution : la relance de la taxe ?

Relance par libération des participations et nouvelle taxe sur les smartphones : tout indique que le gouvernement court comme un poulet sans tête.

Mes petits amis, aucun doute : le gouvernement a vraiment besoin de relancer l’activité fissa fissa. Pour cela, il va utiliser deux leviers, qui, manipulés avec délicatesse et la précision millimétrique du paysan trayant la proverbiale vache grasse, assureront un résultat parfait. Démonstration.

Pour ces deux leviers, on trouvera d’un côté de la bonne grosse relance par la consommation (miam, ça marche toujours, la relance, hein, n’est-ce pas mes petits amis ?) et de l’autre, l’installation d’une nouvelle taxe (miam, ça marche toujours, une nouvelle ponction, hein, n’est-ce pas mes petits amis ?).

traire les contribuables : méthode

Pour la première partie, c’est assez simple et même si cela a été voté en urgence, on sait que c’est du solide, du concret, qui va améliorer la situation et nous faire sortir de la crise. Un peu. S’il vous plaît. Allez, quoi. Bon. Bref : il s’agit de libérer l’épargne salariale des Français, épargne qui dort dans des comptes bloqués et qui représente des sommes qui sont colossales pour les contribuables (14 milliards d’euros) ou rikiki pour les services de l’Etat (c’est moins de 5% du budget, mon brave, une broutille !).

On va donc libérer l’épargne salariale, mais attention ! Pas n’importe comment ! Libérer des choses, comme ça, sans règles, sans loi compliquée, sans disposition fiscale ou sans décret d’application, d’un trait de plume, ce serait positivement fou, le début de l’anarchie en France ! On enrobe donc tout ça dans une bonne législorrhée et on va « flécher » les montants récupérés, c’est-à-dire qu’on va fortement inciter le consommateur (comprenez : paf sur la tête) à aller dépenser ses jolis billets tout neufs au lieu de les épargner connement.

Épargner, voyez-vous, c’est mal. Enfin, pas toujours, mais disons qu’actuellement, pour le gouvernement, c’est LE mal.

Tout d’abord parce que des Français qui mettent de l’argent de côté, c’est la preuve flagrante que même au milieu d’une crise, même lorsqu’on est bastonné toute l’année sous les taxes, les ponctions et les impôts, on peut arriver à ne pas tout dépenser. C’est, en quelque sorte, un désaveu cinglant des politiques menées par les gouvernements sur les 40 dernières années qui ont, précisément, fait exactement le contraire (et qui se sont endettés), en arguant des difficultés du moment pour justifier leur incurie.

Et puis ensuite, dans le potage confus qui leur sert vaguement de référentiel économique, nos dirigeants s’imaginent qu’épargner, c’est retirer de l’argent du circuit au lieu de l’injecter dans l’économie qui produit des biens et des services. C’est, bien sûr, phénoménalement con comme réflexion, mais il faut savoir qu’on parle de politiciens français (phénoménalement politiciens et phénoménalement français, donc). Il faudra qu’un jour quelqu’un explique à nos « élites » que cet argent, placé en banque, qui rapporte des intérêts, c’est aussi ce qu’utilise la banque (au moins en partie) pour financer les entreprises. Une épargne est aussi un moyen simple et efficace de lisser les crises (le fameux bas de laine, la poire pour la soif, le petit truc de côté au cas où, …). En tabassant l’épargne, en cognant comme un sourd sur le capital, on pousse les individus à préférer l’instant présent (la consommation) à la projection dans le futur que permet, justement cette accumulation de capital et d’épargne. L’effet d’amortissement des crises disparaît à proportion de ce changement de préférence, ce qui rend les crises éminemment plus fun, on en conviendra : au lieu de collines de hausses et de baisses sur les marchés, on a des successions de montagnes et d’à-pics bien violents. Epic Win, en quelque sorte.

epic win : zebra on a motorcycle !

Bref : ce que le gouvernement désirait, et que nos fiers députés ont réalisé avec cette libération des participations, c’était que les Français claquent de nouvelles sommes fraîches pour relancer l’activité. En achetant des smartphones, tiens, par exemple ! Le smartphone, c’est tendance. C’est trendy, fashion et c’est surtout assez cher, et superbement taxable au contraire de bidules dématérialisés comme les vidéos de chats mignons en streaming, les GIF animés ou les radios sur les interwebs qui se transforment en MP3 dans des baladeurs du diable.

Logo HADOPI : haute autorité destinée à observer les petits internautesCe qui tombe remarquablement bien, c’est que justement, un projet de taxe est à l’étude, habilement caché dans un épais salmigondis de mesures débiles et dilatoires proposé par un Lescure en pleine effervescence hadopipoteuse. Pour rappel, le brave journaliste / homme d’affaires / patron de médias ancienne génération (télé, radio) avait été missionné par l’actuel gouvernement pour occuper le terrain réfléchir à une voie de sortie des pitreries de la HADOPI auquel, il faut bien le dire, personne ne croit plus tant ses résultats sont scandaleusement nuls.

lescureIl propose à présent de créer de nouveaux bâtons dans les roues d’internet en allongeant la liste, déjà bien peuplée de taxes multiples qui touchent de près ou de loin ce secteur, d’une nouvelle occurrence de ponction. Pour faire original, notre ami taxophile propose de cogner sur les smartphones et les tablettes. Rappelons que ces engins sont déjà frappés par des taxes sur les supports numériques, taxes qui permettent de propulser gentiment le gigaoctet de stockage acheté en France à des prix défiant toute planification budgétaire, et incite les internautes un peu malin à acheter leurs produits en Belgique, en Suisse, en Angleterre ou en Espagne où ce genre d’abrutissante stupidité n’est pas en place. Un vrai gain pour le consommateur et le producteur français ! Pour rappel, ces taxes furent installées pour compenser le méchant piratage des œuvres numériques, afin de mieux rémunérer les artistes, alors que le cinéma et la vente de musique en France ne se sont jamais si bien portés. Les artistes, bien sûr, n’ont pas noté de changement dans leur rémunération. Quant aux tablettes et autres smartphones, on peut déjà parier qu’une fois la taxe en place, les Français feront comme pour le reste en allant acheter leurs produits à l’étranger. Un vrai gain pour le consommateur et le producteur français !

Dans la foulée, il est intéressant de noter que la presse frétille à l’idée que, parmi les propositions de Lescure, se trouverait l’idée de supprimer la HADOPI. C’est, bien évidemment, une baliverne. Nous sommes en France et, il faut le rappeler, ce qui est créé et coûte un fric dingue pour ne rien rapporter et qui ne sert absolument à rien n’est jamais supprimé. Les postes qui ont été attribués et qui permettent à leurs titulaires de se tourner vigoureusement les pouces aux frais du contribuable ne sont pas libérés. Les paquets de petits billets rigolos de la BCE cramés pour ce genre de Hautotorités ou Commissions amusantes ne sont jamais rendus. En lieu et place d’une suppression, il faut comprendre que la HADOPI serait absorbée par le CSA, ce qui revient à camoufler son nom et sa fonction derrière un machin plus gros, dont le fonctionnement (centralisé) et la destination (les médias traditionnels, centraux et distributifs) sont en parfaite contradiction avec la nature même d’internet (décentralisé et participatif).

Une taxe qui pénalise les consommateurs et les producteurs, collectée par une autorité parfaitement déconnectée du secteur et complètement has-been ? Tout ceci laisse augurer d’un succès flamboyant !

epic fail

En fait, avec ces deux événements disjoints, on a une mesure assez précise du guignolesque total de notre gouvernement. D’un côté, il entend « libérer » les participations des Français et les faire consommer, et de l’autre, dans un même mouvement, il entend cogner sur leur consommation pour récupérer ainsi une partie du magot. C’est parfaitement schizophrénique, contre-productif et décalé des exigences du moment qui imposeraient plutôt une baisse drastique de la fiscalité. Pire : ces démarches donnent à ceux qui observent l’actuel pouvoir en place cette impression persistante de le voir courir comme un poulet sans tête. Ce n’est pas un hasard.

C’est même, à mon avis, prémonitoire.
—-
Sur le web