Crise de l’Euro : l’Allemagne paiera ?

Malheur aux vainqueurs dans la crise de l’Euro : offensive anti-allemande en France et en Europe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le bâtiment du Reichstag à Berlin

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Crise de l’Euro : l’Allemagne paiera ?

Publié le 10 mai 2013
- A +

Malheur aux vainqueurs dans la crise de l’Euro : offensive anti-allemande en France et en Europe.

Un article de l’Aleps.

Le bâtiment du Reichstag à Berlin

Non contents de leurs succès économiques, les Allemands ont eu l’impudeur de battre les Espagnols, et la finale de la Ligue Européenne de football opposera Munich à Dusseldorf : quelle honte ! Quelle honte aussi d’afficher une croissance au-dessus de la moyenne de l’Euroland, et un chômage en dessous. Quelle honte enfin d’avoir voté un budget en équilibre, voire en excédent.

En France, on s’est donc fait un plaisir d’attaquer personnellement la « chancelière de l’austérité », avec son « intransigeance égoïste » (comme il est dit dans une déclaration du PS). Attaque inélégante sans doute, mais surtout stupide, comme si tous les malheurs endurés par les Français étaient dus à la politique que l’Allemagne imposerait à l’Europe. Or, cette « austérité » n’est que celle qui est inscrite dans les normes de Maastricht, auxquelles tous les pays de l’Union devraient se conformer. Quant aux malheurs de la France, ils viennent du refus des réformes structurelles, alors que les Allemands ont eu le courage de remettre en cause une série de mauvaises habitudes accumulées depuis des décennies. Ils ont rompu avec les rigidités du marché du travail, avec les excès de la fiscalité – notamment sur les entreprises – et avec la part de l’Etat dans l’économie – en pratiquant de nombreuses privatisations.

Hélas, l’offensive anti-allemande ne se limite pas aux idéologues du PS. Le débat anti/pro austérité n’a jamais été vraiment tranché au sein même de l’opposition UMP. Quant à Marine Le Pen, elle a tenu un discours anti-austérité, anti-Berlin, anti-Bruxelles et anti-mondialisation. L’Allemagne ne serait-elle pas en train de vouloir dominer l’Europe, comme dans les années 1930 ? François Hollande lui-même, bien qu’ayant désavoué ses amis socialistes (après Jean Marc Ayrault, germanophile par métier), cherche toujours à susciter une coalition européenne anti-Merkel, notamment en s’alliant avec le nouveau Premier Ministre italien Enrico Letta, qui a eu cette réflexion déroutante : « ce qui est bon pour l’Italie est certainement bon pour l’Allemagne ». En d’autres termes, que les Allemands s’alignent sur les Italiens et tournent la page de l’austérité pour ouvrir celle de la relance ! Les Européens du Sud voudraient-ils s’inviter dans la prochaine campagne des élections générales outre-Rhin ? Peine perdue : non seulement les Allemands sont lassés de payer pour les Italiens et les autres, mais ils sont de plus en plus nombreux à vouloir quitter l’Euroland…

A lire aussi :

Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Comme de nombreux ménages en déconfiture, certains choisissent la voie royale de casser du sucre sur les créanciers et les Huissiers, tout en cherchant dans des catalogues des vacances idéales à crédit !

    S’assoir sur ses cloches quand on s’est brûlé les fesses n’est pas un programme politique très racoleur ! On a donc dit aux gens que tout ça, c’était la faute des banques, du gros capital, des sales riches, des vilains européens, du réchauffement climatique, de la Chine ou du criquet pélerin, bref, surtout pas la leur ! 🙂

    • En ces temps de disette généralisée, de paupérisation galopante, l’auto-flagellation du peuple, par des citoyens plus nantis, devrait être considérée comme un délit.

      A quand des tribunaux populaires, jugeant sommairement, les KOLLABOS de la Finance ???

  • Düsseldorf => Dortmund

  • Je suis développeur de logiciel et ce qui ne lasse pas de m’étonner, c’est le nombre de société Allemande de pointe à qui je m’adresse pour faire correctement mon travail.
    Je veux un hébergeur de serveur pas très cher et de bonne qualité : Allemagne. Je veux telle ou telle composant logiciel : Allemagne.

    Je pense qu’il en va de l’informatique comme du reste. Les Allemands sont à la pointe de ce qui se fait dans beaucoup de domaine.

    Ils ont réussi à tourner la page du XXème siècle qui était beaucoup plus lourde pour eux que pour nous. Il est vrai que beaucoup de Français sont restés bloqué au XIXeme avec les conneries sur la lutte des classes et la cupidité des entrepreneurs.

    L’Allemagne est clairement l’avenir de l’Europe et si l’Europe veut rester le premier marché du monde, elle doit suivre son exemple.

    • mon pauvre ami, s’il n’ y avait rien que pour les logiciels:
      je cherches des toles  » bac acier grandes ondes, type profil d’etanchéité  » pour me faire un hangar. ce type de toles, permettent de suprimer 1 support sur 2, voir 2 sur 3, d’ou gain de main d’oeuvre en autoconstruction. seul les allemands m’ont repondus, en france, apparement, personne ne connait ce type de tole. c’est vrai que comme cela, les charpentiers peuvent facturer le double ou le triple de travail !
      on est en train de prendre 30 ans de retard, pour toutes les techniques de production.

    • A cause de de Gaulle les français sont persuadés d’être parmi les vainqueurs de la 2GM, une petite remise en cause généralisée aurait été de bon aloi au lieu de quoi nos politiciens prétendent donner des leçons à tout le monde.

    • Visiblement tu n’as jamais entendu parler de PC Soft à Montpellier (WinDev et WebDev) pour aller chercher Outre-Rhin ce qui existe chez nous ! ! !

  • Il faut commencer par dissoudre l´euro et l´EU, diviser par deux le nombre d´élus et de fonctionnaires et puis pour finir dissoudre la sécu…

    • ca reste encore a prouver que dissoudre l’euro, permetra de diviser le nombre d’elus et de fonctionnaires. c’est plutot le contraire: sortir de l’euro, sera un bon prétexte pour ne rien faire en matière de reforme.en espèrant que les exportations repartiront toutes seules, avec une monnaie affaiblie.
      si ca continu, on se demande ce que l’on va exporter bientot: le code du travail peut-etre ?

  • Il n’y a que trois pays en Europe qui ont diminué leurs dépenses publiques, la Suède, l’Allemagne et Malte. Leurs économies sont en meilleure santé que les autres. Tous les autres pays ont augmenté ces dépenses, je ne vois donc pas ou se trouve l’austérité?
    Nos dirigeants nous mentent, parce qu’ils sont nuls. Ce sont réellement des mafieux,qui vont nous faire crever.
    Je conseillerais à l’Allemagne de quitter l’Europe et d’aller s’installer dans un paradis fiscal!

    • moi, je conseillerai a l’allemagne de réarmer un minimum, grace a ses exedents budgetaires. l’histoire nous enseigne, que l’on ne sait jamais comment ca peut finir.
      sous la revolution francaise, on a pas pu resister a la tentation de boucher le trou du deficit en allant chercher le pognon au dela de la frontière.

      • L’Allemagne vous a entendu puisque son budget en valeur a dépassé celui de la France.
        La France continuera sur ce qu’elle sait faire de mieux: des ronds-points et toujours plus d’argent pour les mafieux, enfin les élus.

        • je ne savais pas cela, mais je suis bien content pour eux. l’idée de voir une nation de paniers percés et de faux-jetons, dotés d’une prodigieuse force de frappe a leurs frontière, devrait les faire reflechir.
          quand le niveau de leur armée aura rejoint celui de leur industrie, ils seront tranquilles.

          pour retarder l’avance de l’armée allemande, surement que la france devrait construire une ligne continue de roinds-points tous le long de la frontière : la ligne  » marginot  » ( hehehe … )

  • On peut pas toujours gagner par hasard, même au foot la france est nulle.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Allons-nous vers une Europe fédérale resserrée autour de l’Allemagne ? Dans un article pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, le chancelier social-démocrate allemand Olaf Scholz vient de décrire sa vision de l’Europe. Il y défend une approche centralisatrice de l’Union européenne et appelle à la fin des veto nationaux afin d’assurer un plus grand poids sur la scène internationale. Mais les politiques écologiques et de défense allemandes passées et présentes montrent que la méfiance doit être de mise.

 

Fin des veto nationaux ... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

To be, or not to be, that is the question : en quelques mots, Shakespeare a fait dire à son prince Hamlet la question existentielle d’être, quitte à souffrir, ou de ne plus être en se rebellant et en risquant la mort. Les Allemands vivent ces jours-ci ce refrain universel du doute : vivre avec le gaz russe ou mourir économiquement sans le gaz russe, telle est la question.

 

Les centrales électriques ne peuvent pas grand-chose

Un vent de panique semble désormais souffler sur l’Allemagne. Alors q... Poursuivre la lecture

La semaine dernière, l’Allemagne a annoncé la relance de ses centrales à charbon suite aux risques de rupture d’approvisionnement en gaz par la Russie. Présentée comme temporaire, cette solution paraît pourtant irrémédiable depuis la décision de fermeture progressive du parc nucléaire allemand par les sociaux-démocrates il y a près de 20 ans - et accélérée par Angela Merkel suite à l’accident de Fukushima en 2011.

Aujourd’hui, l’Allemagne pâtit donc d’une décision idéologique animée par un principe de précaution sans la moindre base ra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles