Baisse des taux de la BCE : un impact marginal ?

Il ne faut pas attendre un grand impact de la baisse des taux de la BCE.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Baisse des taux de la BCE : un impact marginal ?

Publié le 5 mai 2013
- A +

Il ne faut pas attendre un grand impact de la baisse des taux de la BCE.

Un article d’Open Europe.

Comme attendu, la BCE a annoncé une réduction de son taux directeur de 0,25% pour arriver à 0,5%. Comme nous l’indiquions en détail, ceci aura probablement peu d’impact sur l’économie réelle. La vraie question reste de savoir si elle annoncera des mesures supplémentaires non conventionnelles afin de booster l’emprunt dans l’économie, voir ici (en) pour notre discussion des nombreuses contraintes pesant sur une telle action.

De manière un peu plus intéressante, la BCE a baissé son taux d’emprunt marginal de 0,5% pour arriver à 1% (ce sont des facilités de crédit au jour le jour que la BCE fournit, mais souvent utilisées en tant que dernier ressort étant donné qu’emprunter sur les marchés devrait être moins cher sauf en cas d’urgence). C’était peut être une mesure purement technique afin de garder le corridor entre le taux directeur et ce taux à une valeur normale.

Le graphique ci-dessous (en m€) souligne que l’emprunt sous les facilités de crédits marginales est proche du record le plus bas :

Cela peut vouloir dire deux choses :

  • soit personne n’a vraiment besoin de ces facilitées marginales étant donné les liquidités illimités fournies par les opérations normales de la BCE et le sentiment bien plus calme des marchés observé en ce moment.
  • soit ce taux peut avoir été trop dissuasif pour rendre son utilisation avantageuse à ce moment, même si les banques se démènent pour trouver des liquidités.

Si il s’agit du premier point (comme nous le suspectons), alors il est peu probable que cela fasse une grande différence car personne n’utilise ces facilitées de toute manière (de manière similaire au taux de refinancement directeur et de l’impact limité de sa diminution). Lorcan Roche Kelly (Chef analyste pour l’Europe à Trend Macrolytics) note également que le taux d’emprunt marginal peut aussi fournir une référence à l’aide d’urgence en liquidités (Emergency Liquidity Assistance ou ELA) qui est toujours fortement utilisée dans certains pays, notamment Chypre et la Grèce. La réduction de ce taux peut leur procurer quelque soulagement.

Dans tous les cas, tout ceci n’aura probablement aucun impact, le ton de la conférence de presse de la BCE (en) et tout détail supplémentaire annoncé seront bien plus importants.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le marché français est en baisse de 6 % depuis jeudi.

Les actifs tangibles comme l’or et le pétrole résistent plus. L’or a baissé de 10 % depuis son record du mois de mars. Mais il affiche toujours un léger gain sur 6 mois. Et le baril de pétrole reste au-dessus des 100 dollars... bien au-dessus des niveaux de l’an dernier.

Au contraire, le marché-actions est en baisse de 12 % sur les 6 derniers mois.

La plupart des investisseurs croient sans doute à l’abandon des tentatives de normalisation de la part de le Fed. Les auto... Poursuivre la lecture

Les actions ont d’abord grimpé suite aux annonces de la Fed, cette semaine.

Certains investisseurs pariaient sur une hausse de 0,75 %. Du coup, une hausse de 0,50 % - moins que prévu - a envoyé un signal d’achat.

La Fed a peu de chances de tenir dans sa voie actuelle de hausses de taux. Même d’ici cet été, elle pourrait faire demi-tour.

Les médias parlent ces temps-ci « d’atterrissage en douceur » (en anglais, Soft landing).

Selon ce scénario, les autorités mettent fin aux mesures de soutien - taux proches de zéro ... Poursuivre la lecture

Par Elie Blanc.

La grande catastrophe annoncée est-elle sur le point d’arriver ? Voilà des années maintenant que de nombreux économistes nous avertissent du danger de la politique de Quantitative Easing (création monétaire importante par le rachat massif de dettes souveraines) menée par la BCE depuis mars 2009 (et qui, rappelons-le, devait initialement s’arrêter en septembre 2009).

Aujourd’hui, il se pourrait bien que leur prédiction soit plus proche que jamais de se réaliser : après des années de faible inflation, la création m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles