Baisse des taux de la BCE : un impact marginal ?

Il ne faut pas attendre un grand impact de la baisse des taux de la BCE.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Baisse des taux de la BCE : un impact marginal ?

Publié le 5 mai 2013
- A +

Il ne faut pas attendre un grand impact de la baisse des taux de la BCE.

Un article d’Open Europe.

Comme attendu, la BCE a annoncé une réduction de son taux directeur de 0,25% pour arriver à 0,5%. Comme nous l’indiquions en détail, ceci aura probablement peu d’impact sur l’économie réelle. La vraie question reste de savoir si elle annoncera des mesures supplémentaires non conventionnelles afin de booster l’emprunt dans l’économie, voir ici (en) pour notre discussion des nombreuses contraintes pesant sur une telle action.

De manière un peu plus intéressante, la BCE a baissé son taux d’emprunt marginal de 0,5% pour arriver à 1% (ce sont des facilités de crédit au jour le jour que la BCE fournit, mais souvent utilisées en tant que dernier ressort étant donné qu’emprunter sur les marchés devrait être moins cher sauf en cas d’urgence). C’était peut être une mesure purement technique afin de garder le corridor entre le taux directeur et ce taux à une valeur normale.

Le graphique ci-dessous (en m€) souligne que l’emprunt sous les facilités de crédits marginales est proche du record le plus bas :

Cela peut vouloir dire deux choses :

  • soit personne n’a vraiment besoin de ces facilitées marginales étant donné les liquidités illimités fournies par les opérations normales de la BCE et le sentiment bien plus calme des marchés observé en ce moment.
  • soit ce taux peut avoir été trop dissuasif pour rendre son utilisation avantageuse à ce moment, même si les banques se démènent pour trouver des liquidités.

Si il s’agit du premier point (comme nous le suspectons), alors il est peu probable que cela fasse une grande différence car personne n’utilise ces facilitées de toute manière (de manière similaire au taux de refinancement directeur et de l’impact limité de sa diminution). Lorcan Roche Kelly (Chef analyste pour l’Europe à Trend Macrolytics) note également que le taux d’emprunt marginal peut aussi fournir une référence à l’aide d’urgence en liquidités (Emergency Liquidity Assistance ou ELA) qui est toujours fortement utilisée dans certains pays, notamment Chypre et la Grèce. La réduction de ce taux peut leur procurer quelque soulagement.

Dans tous les cas, tout ceci n’aura probablement aucun impact, le ton de la conférence de presse de la BCE (en) et tout détail supplémentaire annoncé seront bien plus importants.

Sur le web

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme écrit mon associée Simone Wapler : « La perte de pouvoir d’achat est un phénomène monétaire et politique. Le dollar n’est pas fort, il est seulement moins faible que d’autres devises. La seule monnaie « apatride » qui ne soit pas gouvernée par la politique reste l’or. »

Les médias nous content actuellement que le dollar est fort. Les autres monnaies – yen, livre, euro – achètent moins de dollars qu’auparavant, plus précisément depuis que la Fed a commencé à relever ses taux d’intérêt. Le dollar serait donc une monnaie forte. L’em... Poursuivre la lecture

Madame Lagarde, s’exprimant au nom de la BCE, a indiqué, en évoquant l’hypothèse d’un ralentissement économique : « Nous ne croyons pas que cette récession sera suffisante pour dompter l'inflation ». Fabio Panetta ajoute « Lors du calibrage » des décisions, « nous devons faire très attention à ne pas amplifier le risque d'une récession prolongée ou de provoquer une dislocation du marché ».

La BCE considère donc, d’une part, qu’un durcissement monétaire est nécessaire pour réduire l’inflation au-delà de l’effet du ralentissement de l’in... Poursuivre la lecture

Par Éric Mengus et Guillaume Plantin.

 

Le 23 septembre au Royaume-Uni, l’annonce du mini-budget et les événements qui ont suivi jusqu’à l’annonce de la démission de la Première ministre Liz Truss, le 20 octobre, ont suscité un regain d’intérêt pour le risque de « dominance budgétaire », c’est-à-dire une situation dans laquelle la banque centrale abandonne son objectif de stabilité des prix pour aider le gouvernement à financer ses déficits.

Mais dans quelle mesure cette séquence d’événements doit-elle nous pousser à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles