France : une présidence et une opposition tout autant autistes ?

Est-ce si difficile en France d’entendre et surtout d’accepter langage de liberté dont la simplicité et le bon sens devraient faire l’unanimité ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Hollande_3

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

France : une présidence et une opposition tout autant autistes ?

Publié le 4 mai 2013
- A +

Est-ce si difficile en France d’entendre et surtout d’accepter le langage de liberté dont la simplicité et le bon sens devraient faire l’unanimité ?

Par Philippe Robert.

 

Parlons peu mais parlons bien. François Hollande et son gouvernement de pieds nickelés scandaleusement pléthorique n’ont manifestement toujours pas compris que la situation, sans doute déjà dans un état fort avancé de décomposition, était non seulement grave mais surtout terriblement désespérée.

En effet, les nouvelles du jour en provenance directe de Bruxelles, à l’évidence des plus alarmistes, ne sont pas du tout à la hauteur des espérances du gouvernement français qui, ayant lui-même adopté dès le premier jour une posture de déni, se voit aujourd’hui mis en demeure de rectifier le tir.

De plus, l’absence d’une véritable opposition conservatrice et surtout libérale, que, d’ailleurs, nous souhaiterions plus audible et affranchie de ses vieux démons étatiques, n’augure rien de bon pour l’avenir si elle demeure incapable de marquer à la culotte la gauche anachronique actuellement aux affaires de la France.

En tout état de cause et en attendant mieux, la majorité au pouvoir devrait aussi cesser de s’en prendre à longueur de séances de questions au gouvernement à l’improductif quinquennat, certes, de l’ex-président Sarkozy dont elle fait un usage immodéré pour tenter de masquer sa propre inaptitude à gouverner.

Devant un tel spectacle à pleurer de rage tant la pièce et les acteurs sont nuls et non avenus, je vais quand même essayer de nous remonter le moral en regardant du côté de la Suisse voisine depuis laquelle Pierre Chappaz, PDG de l’entreprise Ebuzzing, nous envoie le message d’espoir suivant véritablement accessible à tous (source latribune.fr) :

Cette crise ne pourra être surmontée qu’en revoyant radicalement les missions de l’État, qui doit se concentrer sur les domaines où il est irremplaçable (sécurité, justice, diplomatie…) et pour le reste, laisser les citoyens comme les entreprises mener leur vie librement.

Les politiques, par nature, auront toujours du mal à prendre des mesures d’économies impopulaires. S’ils n’en sont pas capables, la situation s’aggravera encore jusqu’à ce que le système explose pour de bon.

Les citoyens des pays occidentaux vont devoir réapprendre à vivre en adultes, sans les béquilles de l’assistanat généralisé. Face à l’Asie en pleine croissance, il va falloir se retrousser les manches.

Soyons optimistes, une nouvelle société moins étatisée, plus libérale, finira par émerger des décombres de l’État-providence. Mais l’accouchement sera difficile, les contractions ne font que commencer.

Est-ce donc si difficile, dans notre beau pays, d’entendre et surtout d’accepter un tel langage dont la simplicité et le bon sens devraient faire l’unanimité et, mieux encore peut-être, favoriser l’émergence d’une véritable union nationale pour faire face à l’adversité plutôt que de se livrer à une stérile et pavlovienne levée de boucliers ?

Voir les commentaires (67)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (67)
  • Une mutation qui relève de l’intelligence, qualité en extraordinaire carence chez des citoyens programmés à l’émotion et au confort.

    Tant que la source de l’assitanat sous toutes ses formes ne sera pas tarie, rien à espérer. Et ensuite, hélas, il sera trop tard.

  • C’est une honte d’utiliser un le nom d’un trouble grave, l’autisme, impactant des milliers de familles, d’enfants, d’adolescents, d’adultes de cette façon.

    • Le détournement pervers des bons sentiments, de l’empathie naturelle de chacun pour son prochain en souffrance, est le comble de la mauvaise foi qui consiste à instrumentaliser les malades afin de réduire au silence son adversaire, ici l’auteur de ce billet.

      Les socialistes ne font rien d’autre lorsqu’ils jouent avec la pauvreté pour consolider leur pouvoir personnel, quand ce n’est pas leur politique elle-même qui a contribué à créer cette pauvreté dont ils font ensuite un usage éhonté.

      Minables procédés !

      • « Les socialistes ne font rien d’autre lorsqu’ils jouent avec la pauvreté pour…  » s’enrichir de manière éhontée

  • L’idéologie libérale qui lamine les peuples et les états pour le profit de quelques uns rejoindra un jour la poubelle de l’histoire ou gisent toutes les idéologies totalitaires

    • crétin

      • @AlainLib
        C’est une honte d’utiliser le nom d’un trouble grave, le crétinisme, impactant des milliers de familles, d’enfants, d’adolescents, d’adultes de cette façon. lol

    • flyv: « L’idéologie libérale qui lamine les peuples et les états pour le profit de quelques uns rejoindra un jour la poubelle de l’histoire ou gisent toutes les idéologies totalitaires »

      La défense de la liberté et des droits fondamentaux de tous arrive à faire tout ça ? Mazette !

      Tiens !? La France est classée au même niveau que le Rwanda et le Royaume De Thaïlande en ce qui concerne la liberté économique.
      http://www.heritage.org/index/ranking

      Tiens ? Tous les pays qui s’effondrent sont en bas, tous ceux qui s’en sortent bien mieux ou n’ont quasi pas de problème sont en haut, plus libre, plus démocratique, avec moins de dette, moins de chômage etc.

      Tiens les faiseurs d’opinion des pays qui ne sont pas libre font croire aux imbéciles que c’est la liberté qui est responsable de leurs malheurs.

      flyv: « qui lamine les peuples et les états pour le profit de quelques uns »

      Crétin.

    • j’ai ri…

  • Vous semblez réclamer une opposition conservatrice et libérale …
    Vous voulez sûrement dire ultra libérale en économie , antisociale et assez bizarrement contre toute évolution societale…
    J’ai toujours un peu de mal à imaginer que le manque de confiance à la responsabilité individuelle sur les aspects sociétaux soit compatible avec la responsabilisation sociale et économique …
    Il y a pourtant de la place pour un électorat ouvert à la responsabilisation des individus, la libéralisation societale et économique …
    Aucun parti en France n’est libéral en économie… Ni de prêt ni de loin… Rien que du dirigisme et de l’interventionnisme …

    • « le manque de confiance à la responsabilité individuelle sur les aspects sociétaux »

      La responsabilité individuelle est entièrement délitée lorsqu’on confie à l’Etat le soin de prendre en charge les conséquences désagréables des évolutions sociétales immorales, pour qu’il transfère leur coût sur autrui.

      Tout se tient ! Sans le dirigisme brutal imposé à l’économie pour détruire conjointement la liberté et la responsabilité, aucune des réformes sociétales que les socialistes imposent par la violence ne survivra bien longtemps à la faillite à venir de l’Etat providentiel.

      C’est bien parce qu’il est fondamentalement immoral que l’Etat socialiste obèse ne peut que s’effondrer.

    • Libéraux vous cherchez à vous opposer à Hollande et au PS !

       » La Droite Forte » vous tend la main.
      Ne laissez pas passer une occasion historique..

      1.La Droite Forte est incarnée par deux jeunes cadres dynamiques du secteur privé : Geoffroy Didier et Guillaume Peltier.

      2. « La Droite Forte « est dorénavant implantée au sein de l’UMP, en tant que courant majoritaire puisqu’elle est arrivée en tête du vote lors des primaires UMP .

      3. » La Droite forte » a des idées de grands changements et de chamboulement dans une France sclérosée .Idées qui dérangent quelques notables clientélistes de l’UMP (notamment Patrick Ollier qui veut la marginaliser)

      4. la « Droite Forte » a un soutien massif des militants de base de l’UMP.
      Et s’apprète à prendre le pouvoir à l’UMP.

      Alors, pourquoi l’ignorer ?

      • Richard-UMP: « Alors, pourquoi l’ignorer ? »

        Parce qu’ils sont aussi férocement étatique, interventionniste et keynésien que la gauche ?

        Les 38 années à dépenser 20% de plus que le budget c’est bien l’UMP et le PS ? Les 400’000 normes, 10’000 lois les taux d’impôts ubuesque et les couches administrative c’est toujours les mêmes ?
        Le sauvetage des banques c’est bien le PS et l’UMP ?

        • Il est clair que le goût immodéré de l’UMP pour les thèses collectivistes ne milite pas en sa faveur et réduit l’alternance à une parodie de démocratie.

          Encore aujourd’hui, l’UMP ne peut s’empêcher de proposer une socialiste bon teint (NKM) pour la mairie de Paris et s’accommode sans honte des délires satisfaits d’un autre collectiviste obtus (Guaino) à propos du scandale Dailymotion.

          Si l’UMP veut espérer devenir un jour crédible, elle doit commencer par faire le ménage en profondeur dans ses rangs, en proposant aux idéologues infiltrés d’aller se faire encarter ailleurs, dans le parti socialiste de leur choix. Le choix, ce n’est pas ce qui leur manquera, étant donné qu’il n’y a que des partis peu ou prou socialistes : le PS, le FN, le Modem, le FdG…

        • @Richard-UMP

          je rejoins le commentaire de Llmryn….

          la droite forte agite le bocal sclérosé de l’UMP…. en particulier avec une saillie bien isolée sur le chéque éducation… mais pas grand chose sur la liberté d’entreprendre, sur la liberté de licencier… sur la liberté de vivre comme bon nous semble…. sur le droit de choisir de l’individu sur ce qui est bon pour lui…

          La droite forte n’est pas plus libérale que l’UMP ou le FN après qui elle court désespérément… rien que du dirigisme, plus de lois, moins de libertés individuelles et plus d’état nation…

      • Bonjour Richard-UMP,

        Rien ne me ferait plus plaisir que de voir l’UMP ou n’importe quel autre parti du reste prôner les idées libérales. Réellement. Sans moquerie aucune.

        Néanmoins, nous libéraux attendons de voir pour juger. Que la « droite forte » exprime donc plus clairement ses idées, propose un programme concret. Nous verrons ensuite. Chat échaudé craint l’eau froide, dit-on, ce qui explique notre frilosité vis-à-vis de tous les partis politiques, UMP compris bien évidemment.

        Quelques questions, Richard, si toutefois vous voulez bien y répondre :
        – Etes-vous pour la légalisation de toutes les drogues ?
        – Etes-vous pour la flat tax ?
        – Etes-vous pour un gouvernement limité à une demi-douzaine de ministres ?
        – Etes-vous pour un déréglement MASSIF du code du travail et une purge sérieuse de la fonction publique ?
        – Enfin, êtes-vous favorable au libre choix de l’assurance maladie, du système des retraites, et de tous les monopoles IMPOSES au peuple ?

        Merci pour vos réponses que je souhaite franches.

        • Voir ici:

          http://www.ladroiteforte.fr/les-idees-fortes/

          Très très conservatrice sur les questions de société, mais on s’en doutait un peu…
          Un chouïa plus libérale que l’UMP actuelle sur l’économie, avec une bonne dose de protectionnisme et keynésianisme sur la majorité des mesures. Evidemment pas de baisse d’impôts, et pas de refonte de la fiscalité…
          Néanmoins :
          – fin du logement social, avec les locataires devenant propriétaires.
          – fin des 35 h (mais pas de durée libre, on remplace par 40h…).

    • appstore: « Vous voulez sûrement dire ultra libérale en économie , antisociale et assez bizarrement contre toute évolution societale… »

      Les pays les plus démocratique, les plus sociaux, avec le moins de dette, d’impôts, de chômage et aucun risque de faillite sont 50 place plus haut que la France pour la liberté économique qui est elle au niveau du Rwanda.
      http://www.heritage.org/index/ranking

      Vous êtes totalement désinformé.

      • @Llmryn j’essayais de traduire les souhaits de l’auteur…

        je sais bien que le pays est ultra dirigé… ultra subventionné… et ultra conservateur (hors théocratie)

  • A richard-UMP : mais vous en appelez à Nicolas Sarkozy pour redresser la France : quelle régression ! Toutefois, je conçois que vous en soyez réduit à une telle impasse tant rien ni personne ne semble pouvoir s’imposer pour une alternative (et non alternance) franche et directe capable de sauver les pots cassés…

    • Il y a un malentendu.
      Je vous ai parlé de « la Droite Forte » et vous me parlez du bilan de l’UMP du passé.
      Vous me dites qu’il faudra que l’UMP fasse le ménage dans ses rangs , avant toute chose, alors que je vous ai bien expliqué qu’il y a une lutte interne féroce, depuis novembre, dans l’UMP entre les jeunes loups de « La Droite Forte » et certains barons vieillissants de l’UMP.
      Lire pour s’en convaincre le récent livre de Marika Mathieu .:
      la Droite Forte : Année Zéro (éditions La Martinière 19,50€)

      la différence entre « La Droite Forte » et vous ?

      – « La Droite Forte » peut s’appuyer sur un puissant noyau de militants venant de l’UMP et déçus par l’absence de décisions fortes entre 2007 et 2012..
      – » La Droite Forte » dispose de fonds (via la trésorerie de l’UMP) pour mener une bataille électorale.d’envergure.
      – « La Droite Forte » a déjà gagné une élection ….et pas la moindre (celle de l’élection interne de l’UMP face à 3 autres courants)

      Tout ces atouts, un parti comme le PLD ne pourra pas les rassembler.

      Les points faibles de « La Droite Forte »
      Il y en a :
      – Elle n’a pour l’instant que très peu d’élus locaux bien implanté., mais cela prouve qu’elle refusera le courant clientéliste de l’UMP (style Balkany ou Dassault)..
      – les cadres de « la Droite Forte » sont jeunes et manquent d’expérience par rapport aux élus traditionnels de l’UMP.

      Mais leur désir de changement est violent, sans toutefois avoir des visées anarchistes.

      • Richard-UMP,

        Je note qu’évidemment vous n’avez pas répondu aux questions que je vous ai posées. Soit.

        Par ailleurs, je crois comprendre qu’au final, votre combat est un combat politicien, de lutte d’influences, dont le but est de prendre la tête de l’UMP. C’est très intéressant tout ça, mais, voyez-vous, personnellement, je n’en ai (contrairement à vous) STRICTEMENT RIEN A CIRER de savoir que ce sera Tartempion ou bien Trucmachin le prochain leader de l’UMP. RIEN.

        Donc, tant que vous n’aurez pas répondu franchement à nos questions sur des sujets qui INTERESSENT les libéraux et une bonne partie du peuple, vous savez, vos querelles intestines à l’UMP, hein…

      • Bonjour Richatd-ump

        sur votre site « http://www.ladroiteforte.com/les-idees-fortes/article/theme-no5-le-redressement » ca commence mal:

        « accorder une « prime au travail » de 50 000 € à toute PME qui embauchera un chômeur en CDI en 2013. »

         » Imposer l’obligation d’attribuer au moins 10% des bénéfices de l’entreprise chaque année aux salariés au nom de la justice partagée  »

        Ouarfff vach’ment libéral en effet

        • Eh ben, on est pas sorti d’la berge… Mais bon, je présume qu’ils espèrent encore avec quelques slogans bidon et une appellation vaguement innovante (enfin, innovante, hein…), ils espèrent encore nous enfumer et faire passer leurs vessies pour des lanternes, n’est-ce pas Richard-UMP ?

          Ca marche plus, Richard, vos petites magouilles, c’est fini, tout ça. En tout cas, nous on ne marche plus. Donc, votre « droite forte » est, comme tous les autres, un parti socialiste de plus…

          • Pour les réponses aux questions sur le projet politique, je vous renvoie vers le site web de « la Droite Forte ».
            C’est bien à tort que vous pensez qu’il s’agit d’un problème d’ego au sein de l’UMP.
            Les cadres de « La Droite Forte » ne sont pas issus de la Fonction Publique mais travaillent dans le privé et savent très bien que si vous ne motivez pas le salarié avec des actions gratuites (et donc des dividendes) ça ne marche plus.
            Libres à vous de croire que vous allez changer les choses et rassembler des millions de soutiens avec un clavier ou au travers d’un blog en citant des auteurs, ou pire en espérant une intervention venant de pays étrangers.
            « La Droite Forte » a compris qu’il fallait un tremplin comme l’UMP pour ^ttre acteur et non plus spectateur et provoquer le changement dont le pays a besoin.

          • « Libres à vous de croire que vous allez changer les choses (etc.) » : libre à vous d’avoir la naïveté de croire que vous allez changer les choses avec un parti politique profondément enkysté dans le socialisme (NKM ou Guaino aujourd’hui, Sarkozy hier…)

            « il y a une lutte interne féroce » : pour obtenir le pouvoir d’organiser l’interventionnisme étatique ou pour décider de supprimer tout interventionnisme ? La lutte est peut-être féroce mais il n’y a pas beaucoup de sang sur le tapis pour l’instant ! Quand on voit Guaino cacher difficilement son érection, l’oeil allumé d’une petite lueur perverse, à l’évocation de la décision inique de Montebourg, alors que son seul regret est de ne pas l’avoir prise lui-même, on sait que l’UMP revenue au pouvoir fera exactement la même politique que le PS. UMP, PS, Modem, FN, FdG : vous êtes tous parfaitement interchangeables. Seules changent vos victimes et vos boucs émissaires !

            Richard, jusqu’à preuve du contraire, l’UMP est un parti collectiviste. Sans vouloir vous désespérer, il vous reste du boulot pour prouver le contraire. Bonne chance quand même (sans doute êtes-vous sincère) !

          • Merci pour votre réponse.

            « Pour les réponses aux questions sur le projet politique, je vous renvoie vers le site web de « la Droite Forte »…. »
            Heuuuuuu…. minute, papillon : ce n’est pas nous qui sommes venus sur votre site ou votre blog pour vous interpeller, mais l’inverse. En l’occurrence, puisque vous venez faire de la propagande sur Contrepoints, c’est à vous de répondre à mes questions, pas à moi d’aller fouiner sur vos sites et blogs (où, d’ailleurs, comme le souligne si justement gilib, on trouve -Oh surprise !- bon nombre de propositions interventionnistes et par là-même anti-libérales…

            « …C’est bien à tort que vous pensez qu’il s’agit d’un problème d’ego au sein de l’UMP…. »
            Vous pouvez certes toujours essayer de nous prendre pour des cons. Je vous le répète, cela a peu de chances de marcher ici. En clair, je ne vous crois pas une seule seconde.

            « …Libres à vous de croire que vous allez changer les choses et rassembler des millions de soutiens avec un clavier ou au travers d’un blog en citant des auteurs, ou pire en espérant une intervention venant de pays étrangers…. »
            Alors, et d’une, Contrepoints n’est PAS un blog, c’est un site internet. Ca, c’est fait.
            Et de deux, à ma connaissance, nous n’avons JAMAIS espéré en une intervention venant de pays étrangers. JAMAIS.
            Et de trois, votre intervention sur notre site, en commentaire d’un article au demeurant fort juste indique bien que nous vous faisons peur, sinon vous ne perdriez pas votre temps (j’imagine !) à y intervenir…

            « … »La Droite Forte » a compris qu’il fallait un tremplin comme l’UMP pour ^ttre acteur et non plus spectateur et provoquer le changement dont le pays a besoin. »
            Parfait ! Pourquoi pas ? Je vous rappelle ici que je n’attends que ça ! Malheureusement, tant sur votre site (blog ? <<< c'est de l'humour…) que dans vos quelques interventions sur Contrepoints, vous restez vagues, ne répondez pas à nos questions, etc… Enfin, les quelques propositions que nous avons relevées nous paraissent relever du pur étatisme et de l'intervention étatique -encore et toujours-, soit L'EXACT OPPOSE DU LIBERALISME.

            En clair, non seulement (jusqu'à présent du moins) vous ne m'avez pas convaincu, mais c'est pire : je suis largement persuadé du contraire…

            En conclusion, et en l'absence de réponses claires aux questions que je vous ai posées, je propose que vous continuiez votre petite guerre des chefs au sein de votre parti vachement très formidable et, voyez-vous, nous on continuera à défendre le libéralisme ou plutôt la liberté. Chacun son combat, n'est-ce pas ?

      •  » leu(rs) desir(s) de changement est violent  »
        vont – ils aller pognarder chirac avant qu’il ne meure dans sont lit ?

      • richard – ump

        la droite forte a-t-elle a son programme, l’intension de supprimer les subventions aux cerealiers pour baisse du prix des cereales alors que le prix de ces dernières est au plus haut depuis deux ans ?

  • Je n’ai jamais voté UMP mais je crois que la seule solution pour avancer dans ce pays foutu est de le faire au sein de l’UMP.
    Les petites querelles entre les différentes sensibilités libérales sont aussi ridicules que les querelles début XXème siècle entre les socialistes/sociaux-démorates russes en Suisse : ça reste au niveau du bavardage sans résultat pratique.
    Aux USA et au Royaume-Uni, M. Thatcher et R. Reagan ont réussi à faire accepter leurs idées libérales au sein des grands partis traditionnels ; ils n’ont pas créé de nouveau groupuscule libéral.
    En France aussi, la solution ne peut passer que par l’UMP qui – comme dit RichardUMP – a les moyens financiers et logistiques nécessaires.
    SI les libéraux restent très soucieux de leur indépendance face aux partis traditionnels et très à cheval sur leurs idées, le libéralisme restera au stade du débat d’idées sans impact sur la marche du monde.

    •  » je crois que la seule solution pour avancer dans ce pays foutu est de le faire au sein de l’UMP. »

      Ben voilà t’as tout compris !

    • Si M. Thatcher avaient raisonné comme vous et étaient restés isolés dans leur tour d’ivoire, les USA et le RU n’auraient jamais connu les changements libéraux que ces deux grandes chefs de gouvernement ont réussi à mettre en œuvre.
      C’est clair que la posture de rester toujours au sec sans se mouiller et de passer son temps à bavarder et à écrire permet de rester dans sa tour d’ivoire, mais ne permet pas de faire avancer la société. L’entre-soi est confortable et rassurant mais n’a pas d’effets pragmatiques…

      • Oui, à la différence près que, tant en Angleterre qu’aux USA, les partis politiques dans lesquels se sont engouffrés Mme. THATCHER ou R. REAGAN étaient bien plus ouverts que l’UMP et les autres partis clownesques que nous avons !!!!!!

    • – Etes-vous pour la légalisation de toutes les drogues ?

       » La Droite Forte » n’a pas vocation à faire du clientélisme sociétal comme le PS l’a fait avec « le mariage pour tous ».

      – Etes-vous pour la flat tax ?

      Oui, la « Droite Forte » est favorable à une imposition en pourcentage des revenus perçus donc tout le monde paiera l’IRPP

      – Etes-vous pour un gouvernement limité à une demi-douzaine de ministres ?
      Aucun pays de la taille de la France ne se contente de 6 ministres et cette mesure dont l’ effet est négligeable sur le plan des économies de fonctionnement, ne serait que pure démagogie

      – Etes-vous pour un déréglement MASSIF du code du travail et une purge sérieuse de la fonction publique ?

      Oui les mesures préconisées par « la Droite Forte » visent à substituer au Code du travail, des mesures spécifiques décidées dans chaque entreprise.
      Pour la Fonction publique d’Etat ET pour les collectivités territoriales pénalité financière en cas de refus de ne pas se plier à la RGPP (soit obligation stricte de ne pas remplacer un départ à la retraite sur deux.)

      – Enfin, êtes-vous favorable au libre choix de l’assurance maladie, du système des retraites, et de tous les monopoles IMPOSES au peuple ?

      non.

      • Et les 50 millions de dettes de l’UMP ? Que propose la Droite Forte à ce sujet ? Pourrait-on savoir comment vous comptez redresser les comptes de la Nation, sachant que vous n’êtes absolument pas capables de redresser les vôtres ?

      • Question : « Enfin, êtes-vous favorable au libre choix de l’assurance maladie, du système des retraites, et de tous les monopoles IMPOSES au peuple ? » Réponse de la droite forte : « non. »

        Voilà, c’est limpide : la Droite Forte n’est qu’un courant socialiste de plus et l’UMP paraît définitivement irrécupérable pour la démocratie.

        Dans ces conditions, autant se cogner Flamby ! Au moins, avec lui, il n’y a pas d’ambiguïté ! Et surtout, la chute de la France sera plus rapide, donc moins douloureuse.

        • Comment on te me l’a recadré, le mec de l’UMP ! Propre, net, sans bavures…

        • Lol, du travail de pro !

          Ils devraient plutôt se nommer la « Drouâte Faiblarde ». A l’UMP, ils doivent organiser des concours de nuls avec l’aide du syndicat de la magistrature pour sélectionner les ressources humaines. Au fond, la Méluche ou la Pen semblent forts uniquement parce que leurs adversaires sont lobotomisés.

      • Mais bon sang, allez jusqu’au bout Richard-UMP de la droite dite « forte »; forte de quoi d’ailleurs, on ne sait pas trop
        M’enfin, passons, c’est une question d’étiquette
        Avoir les idées claires et un discours non moins limpide; cela implique d’édicter des règles simples
        Exemple: l’impôt n’a pas vocation à redistribuer la richesse, mais à assurer le fonctionnement des services de l’Etat. Point barre!
        A partir de là, le taux n’a pas de signification « idéologique » et forcément arbitraire; il est seulement dicté par des besoins comptables, c’est à dire, quel taux permet à l’Etat de boucler son budget.
        Ensuite, avant de réformer le Code du Travail, commencez par définir précisément le périmètre de l’Etat, à vous attaquer au scandale des régimes spéciaux, à la distorsion entre le privé et le public, à l’énorme gaspillage financier et humain de la pléthorique et inutile fonction publique territoriale
        Enfin, pour ce qui est du monopole de l' »URSS »AF (fallait l’inventer tout de même…), votre NON illustre bien le fait que vous n’avez pas eu à subir le diktat du RSI, le pire des régimes qui soit pour celui qui n’a pas d’autre choix
        En conclusion: oubliez un peu De Gaulle et rentrez des 2 pieds dans le XXIème siècle

  • A force d’acheter le silence et la paix sociale à tout va, on ne peut plus se fier à personne.

    Ces entreprises qui ont majoritairement l’état sous toutes ces formes comme client, ca reste la source des meilleurs commentaires.

    Offrons un bon balai pour faire le grand ménage.

  • C’est pas faux, Pagerfi, mais disons que je suis très très pessimiste quant à l’idée d’ « infiltrer » l’UMP ou tout autre parti politique actuel. Il est clair -hélas- que le PLD a bien du mal à s’imposer. Je crois que chacun à notre façon, de façon certainement désordonnée, nous faisons avancer les idées libérales. Je ne me sens pas prêt ou capable d’infiltrer l’UMP. J’agis différemment, je parle, je discute, je fais de la promotion pour contrepoints, etc…
    Je pense que -pourquoi pas ?- l’idée d’infiltrer un parti actuel peut être bonne. Je laisse cela à d’autres libéraux que moi.

  • Raphaël Marfaux
    4 mai 2013 at 19 h 47 min

    Pagerfi,
    Il faut reprendre les choses dans l’ordre.
    Thatcher et Reagan avant d’infiltrer avec leurs idées leurs grands partis, il a fallu qu’eux-mêmes se forment à ses idées et qu’ils aient des relais solides et crédibles dans la société civile pour les soutenir. C’est le rôle qu’ont joué les think tank, extrêmement influents dans le monde anglo-saxon.

    La solution que vous préconisez (trouver un homme providentiel qui va distiller des idées libérales dans un grand parti de façon pragmatique), on l’a déjà eu : c’était Sarkozy. On a vu ce que ça a donné.

    Croire que le changement peut venir aujourd’hui de l’action politique est un doux rêve. Il n’y a pour l’heure AUCUN homme politique qui a des bases intellectuelles solides pour comprendre comment il faut réformer. Pour une raison très simples. Parce que les politiciens sont ignorants de ce qu’est le libéralisme. Il n’y a pas de réseau d’influence en France pour les sensibiliser à ces idées.

    Il faut donc reprendre les choses dans l’ordre : la priorité en France est qu’il y ait une diffusion tous azimuts des idées libérales. C’est le rôle que joue Contrepoints. Mais on ne parviendra à rien tout seul. Il faut qu’on soit rejoint par d’autres organisations (autres médias, think tank, asso militante, etc.) qui diffusent dans le grand public les idées libérales. Si ces idées commencent à se faire entendre, alors ne t’inquiète pas, opportunistes comme sont les politiques, il y en aura bien qui chercheront à satisfaire cette nouvelle clientèle électorale. Pour l’instant, on ne pèse pas suffisamment pour que le moindre politicien, et a fortiori les grands partis, nous prêtent une oreille.

    Contrairement à ce que vous dîtes, la priorité est donc d’écrire, « bavarder », bref diffuser nos idées.

    • Tout-à-fait Raphael, mais ceci dit :

      « …Pour l’instant, on ne pèse pas suffisamment pour que le moindre politicien, et a fortiori les grands partis, nous prêtent une oreille…. »

      Heuuuuu…. justement c’est en train de changer, la preuve les interventions dans les commentaires de plus en plus fréquentes des politiciens et/ou militants de divers partis, tel M. « Richard-UMP »…

  • Philippe Robert, vous devriez vous renseigner sur ce qu’est l’autisme avant d’utiliser ce terme pour un titre d’article. Auriez vous la gentillesse de nous expliquer le message que vous essayez de faire passer en utilisant le nom de ce trouble neuro développemental qui touche 1 enfant sur 100 et qui impacte à vie le fonctionnement des personnes touchées et de leurs familles ?

    • Personnellement, c’est « présidence » et « opposition », que je trouve inappropriés. Sans pour autant en tenir rigueur à l’auteur, qui n’est ni comptable de l’évolution de la langue française, ni responsable des idiomes contemporains.

      « Autisme » est généralement utilisé, hors psychiatrie, pour désigner des individus ou des collectivités incapables d’entretenir une relation avec la réalité et/ou ce qui leur est extérieur. Que cette définition ne recoupe pas celle du DSM ne doit pas constituer un drame.

      Doit-on s’interdire d’écrire « sourd », « aveugle », « impuissant » ou « débile », sous prétexte que ces termes désignent des formes de souffrance réelle et peuvent blesser ceux qui en sont atteints ? J’espère que non.

      • Oui, on devrait prendre en compte la souffrance des autres et ce n’est pas difficile de trouver d’autres termes

        • « Oui, on devrait prendre en compte la souffrance des autres et ce n’est pas difficile de trouver d’autres termes »

          Vade retro, politically correct !

          Si vous soufrez d’autisme, je vous demande sincèrement pardon. Mais on ne peut tout de même pas juger de la légitimité d’un terme au nombre de personnes qu’il fait souffrir, a fortiori sur un site Internet où personne ne vous oblige à vous connecter.

          Jamais, sous aucun prétexte votre point de vue censurant ne doit l’emporter, sans quoi c’est la fin du pamphlet, du roman, du journalisme, de la politique, de la dissidence, du langage et de la liberté qu’il exprime. Il faudra me passer sur le corps.

          Je vous propose de lire « Essais » de Philippe Muray. Très drôle, et d’une remarquable profondeur.

        • Qui a dit que les autistes souffraient obligatoirement ?

          (Beaucoup en ont rien à foutre, et surtout, beaucoup en ont pas forcément conscience).

    • En toute honnêteté, ce titre n’est pas de moi mais de « Contrepoints » qui se réserve le droit de le changer ainsi que de l’illustrer. Mais, bien entendu, j’en assume pleinement la co-responsabilité avec le site qui a bien voulu accepter de me publier. Philippe Robert.

    • autiste?: « Philippe Robert, vous devriez vous renseigner sur ce qu’est l’autisme avant d’utiliser ce terme pour un titre d’article. »

      « Autiste » est familièrement utilisé pour désigner une personne normale mais sourde à la réalité comme « crétin » (qui est aussi une maladie le crétinisme) ou « mongol », voir « aveugle », « Sourd », « Petit » (personne mesquine), « Sénile » etc. etc.

      Tout ça pour dire que vous êtes d’un ridicule qui frise les qualificatifs utilisés plus haut, personnellement je rajouterais quelques « autistes » dans le titre juste pour vous emmerder.

    • Je suis vraiment ravi, grâce au titre complètement idiot de cet article d’avoir découvert votre belle communauté de penseurs et de parleurs qui n’ont rien de mieux à faire pour améliorer le fonctionnement de la société que de passer des heures à vous admirer les orteils.. a un de ces jours.

  • Pourquoi prenez-vous Lénine en exemple de « ligne d’action pragmatique » ? Vous n’avez rien d’autre sous la main ? Pourquoi partez-vous du principe qu’il faut vaincre le mal par le mal ? Pourquoi appelez-vous votre volontarisme « pragmatisme » ? Vous ne seriez pas un peu « gaulliste promotion 1945 » sur les bords ?

  • Pagerfi: « la posture de rester toujours au sec sans se mouiller »

    Le système français est incapable de générer autre chose que des luttes internes corporatistes au détriment d’une vraie gouvernance. 40 ans que ça se vérifie.

    Il n’y a pas d’homme ou de parti providentiel possible et surtout par pour une libéralisation de l’économie (classée au même niveau que le Rwanda). Avec une base interventionniste, le nouvel UMP sera incapable de faire autre chose que du bricolage à la marge.

    La seule réforme à réussir est très simple: « 40 ans d’oligarchie incompétente, ça suffit, le pouvoir au peuple. » Et de réclamer la démocratie semi-directe. (approche down/top) Avec la démocratie semi-directe en 10 ans toutes les réformes qui bloquent depuis des décennies seront faites. Ce n’est pas un hasard si les démocraties semi-directes sont toutes dans le top du classement des libertés économique et dans le top des pays les mieux gérés.

    Pagerfi: « la posture de rester toujours au sec sans se mouiller »

    Non, on peut continuer à dénoncer le système, faire prendre conscience de la réalité et surtout refuser les compromissions, le gens en ont déjà marre de l’UMP du PS et les essais avec d’autres (EELV, FN) seront tout aussi catastrophiques.

    Même sur libé on peut entendre tous ces gens (dans les commentaires) qui étouffent sous la férule d’un état en roue libre pendant que les corporations se déchirent pour le pouvoir (en haut) et pour placer leurs champions (en bas).

  • pagerfi

    s’il n’y avait pas eu un evenement de dimension cataclysmique comme la guerre de 14-18, lenine, tous volontariste qu’il etait, aurai pu attendre longtemps de  » recupèrer  » le pouvoir en russie.
    vous ne souhaitez pas une troisième guerre mondiale, j’espère ?
    si elle arrive, bon courrage pour  » prendre le pouvoir en france, avec ou non, le concour de l’UMP.

    • Quand je parle de Lénine n’est pas pour défendre sa pensée ni le régime meurtrier qu’il a créé ; c’est pour démontrer que les socialistes utilisent des armes rhétoriques efficaces en conjonction avec un sens pragmatique très efficace aussi qui ne ménage pas l’adversaire. Si les libéraux se limitent à développer des armes idéologiques et théoriques c’est sûr que le socialisme restera au pouvoir pour longtemps, aussi crédibles que ces principes libéraux soient. Il faut être pragmatique et passer à l’action.

      • Si tu y crois, Pagerfi, en ce cas, libre à toi ! Fonce ! Et, crois-moi, je souhaite sincèrement (en dépit de mon pessimisme) que tu y arrives !!!!

      • Pagerfi, on a bien compris que vous ne défendiez pas Lénine, mais pactiser avec le diable, c’est perdre le combat d’avance : comme si tout est écrit d’avance.

        Je plussoie : que l’UMP aille se faire foutre.

        Au passage, la flat tax, c’est non !

        S’il n’y a pas de production, il n’y a pas de consommation possible. S’il y a surproduction, il y a baisse des prix, et donc consommation. Il ne faut donc pas taxer la production, i.e. la création de richesse. Donc :
        – IR/IS = 0% ;
        – Mais taxation des actifs nets = 0.4% ;
        – TVA = taux unique : 7% (il y a un petit travail à faire auprès de l’Europe pour ça).

        S’il y a des questions sur le bouclage du budget, le désendettement et le passage à la retraite par capitalisation, la réponse est dans la coupe des dépenses et la cession de tous les actifs de l’Etat.

        • « Mais taxation des actifs nets = 0.4% ; »

          il ne faut pas taxer le capital, il permet d’augmenter la productivité.
          Il vaut mieux un taux unique sur la TVA plus élevé, comme unique impôt.

        • Au-delà de la consommation, la TVA est en réalité un impôt sur le revenu.

          Le capital peut supporter un taux à 0.4%. Il s’intègre facilement dans un budget car il est prévisible (et longtemps à l’avance à la différence de l’impôt sur les revenus), ne pénalise pas la productivité et n’empêchera pas de déterminer votre TRI.

  • Bien malin qui peut dire d’où le salut pourra venir. Facile, par contre, de voir d’où il ne viendra pas : de l’UMP. Rappel : une majorité de Français n’a voté pour aucun parti et aucun candidats aux dernières législatives. Tous les partis tous ensemble ne se battent que pour une minorité de Français. La majorité, ce sont des gens qui ne jouent plus ce jeu de dupes. http://www.contrepoints.org/2012/06/22/87942-legislatives-retour-sur-les-vrais-resultats (aussi bien la -soi disant- majorité que l’opposition, n’ont attiré qu’un gros cinquième de la population chacune).

  • Vous oubliez cependant que les partis de ces pays étaient bien plus ouverts aux solutions libérales que ne le sont les partis français.
    Je rappelle que pas mal de réformes de Reagan ont été adoptées sous Carter et qu’il y avait une volonté de sortir du keynésianisme en Angleterre avant Thatcher.

  • Les élus UMP sont tous les mêmes. Il y a deux choses importantes qui comptent essentiellement pour eux
    – préparer leur réelection
    – consulter la cote du prix des terrains constructibles et des biens immobiliers de leur ville.
    Pour la seconde préoccupation, ils doivent jouer à fond l’hypocrisie, en faisant semblant d’être préoccupés par la hausse des prix et la difficulté de se loger tandis que leur vraie peur c’est de voir les prix baisser.
    Au contraire les prix élevés ou en hausse provoquent leur réjouissance et les félicitations de leur électorat local.

  • Selon certaines études récentes, la moitié des pères fondateurs américains étaient autistes. Et je suis persuadé qu’ils feraient du meilleur boulot que n’importe quel politicien en place dans ce pays. Vous ne devriez pas utilisé des concepts qui vous ne maitrisez que partiellement. Cela dit, je suis d’accord avec votre point de vue.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Un article de Finfrog 

Durant la crise sanitaire, les Français ont continué d'épargner, à des niveaux plus ou moins importants selon les périodes. Selon la Banque de France, ils auraient accumulé un surplus d'épargne de près de 187 milliards d'euros fin octobre 2021 soit une augmentation de 73 milliards d'euros en un an.

Plus de 44 milliards d'euros d'épargne au deuxième trimestre 2021

 

Les chiffres publiés par la Banque de France sur l'épargne des Français en 2021 montrent que la crise du covid a eu un impa... Poursuivre la lecture

Par Sylvain Kahn. Un article de The Conversation

Les candidates et candidats à l’élection présidentielle française ont pris l’habitude d’annoncer aux électeurs les lois et les décisions qu’ils feront adopter par l’UE sitôt élus.

Cette attitude relève de la pensée magique.

En effet, l’UE est un régime politique qui se caractérise par un pouvoir réparti entre une pluralité d’acteurs et de centres de décision. Les institutions qui regroupent les dirigeants des gouvernements nationaux doivent ainsi composer avec cette sorte d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles