Chômage : 5 millions, pas 3 millions !

Non seulement le chômage est plus élevé qu'officiellement annoncé, mais en plus les méthodes pour y remédier sont les pires !
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Entretien d'embauche recrutement chomage (Crédits Troisième Histoire, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chômage : 5 millions, pas 3 millions !

Publié le 27 avril 2013
- A +

Non seulement le chômage est plus élevé qu’officiellement annoncé, mais en plus les méthodes pour y remédier sont les pires !

Par Clément Droynat.
Un article du Cri du Contribuable.

Le vrai chiffre du chômage : 5.348.500 chômeurs toutes catégories confondues, soit un taux de chômage réel de près de 19%. En catégorie A, celle qui est la plus médiatisée, le record de 1997 est tristement battu depuis l’annonce du 25 avril avec 3.224.600 chômeurs.

 Rien ne laisse prévoir de meilleurs jours, ni baisse, ni stabilisation à l’horizon. Pire ! François Hollande n’a plus rien dans sa boîte à outils pour lutter contre le chômage. La preuve en est que son ministre du Travail, Michel Sapin, déclare que « tous les leviers de la politique de l’emploi sont désormais opérationnels : emplois d’avenir, contrat de génération, sécurisation de l’emploi », sous-entend que c’est là tout ce que le gouvernement avait dans sa besace. Puis d’ajouter : « leur montée en puissance au cours des prochains mois est désormais l’enjeu majeur pour tous les acteurs de terrain. » Personne ne croit plus à cette rhétorique surannée. Ni peut-être Michel Sapin lui-même d’ailleurs.

Quant aux acteurs de terrain, ce sont essentiellement le secteur public et les associations. La politique de l’emploi du gouvernement consiste à mettre en place des emplois aidés, financés par les contribuables, pour être utilisés par un secteur public, financé aussi par les contribuables. Mais loin d’embaucher, notamment avec les empois d’avenir, les administrations et les associations rechignent à employer car elles aussi sont à cours d’argent. Seulement 10.000 emplois d’avenir sont signés à ce jour depuis le 1er janvier 2013 : il aurait dû y en avoir 25.000 pour atteindre ensuite les 100.000 à la fin de l’année. Le gouvernement aura de la chance si 50.000 emplois d’avenir sont signés d’ici là.

Mais surtout, ce qui est le plus grave, est que le secteur public, que François Hollande sollicite pour embaucher, ne produit aucune richesse. Bien au contraire, il prend à la richesse nationale, mais n’y ajoute rien. Croire que l’on peut inverser la courbe du chômage en faisant employer des jeunes par le secteur public ou le secteur subventionné comme les associations, relève de l’incompréhension des vecteurs de croissance économique.

L’emploi se trouve dans les entreprises. Elles seules peuvent créer de vrais emplois, durables, dignes et créateurs de richesses. Mais au lieu de le soutenir ou, mieux, de les laisser tranquillement faire leurs affaires, le gouvernement les matraque fiscalement. Conséquence : plus la fiscalité augmente, plus la rentabilité diminue. Si la rentabilité diminue, il y aura moins d’investissement et moins de capacité d’embauche. C’est un cercle vicieux au bout duquel les travailleurs sont les victimes ultimes car une entreprise moins rentable, c’est une entreprise qui perd des commandes et donc a moins de travail à proposer. Le poids de la fiscalité a tué le tissu entrepreneurial français et augmenté le chômage.

En outre, il est faux de croire que lorsqu’on crée un type de contrat il y aura un emploi en face. Ce n’est pas parce que François Hollande a tiré de sa boîte à outils les emplois d’avenir, les contrats de génération ou encore la sécurisation de l’emploi que tout d’un coup l’embauche va augmenter. Cela ne fonctionne pas comme ça. C’est l’inverse : le besoin d’un emploi apparaît d’abord et ensuite on réfléchit sur le type de contrat. Mais c’est bien le travail, le job, la position, le taff, appelez-le comme vous voulez, qui compte avant tout car c’est le plus important, pas le type de contrat.

Alors comment s’en sortir ? Diminuer la fiscalité sur les entreprises est une urgence nationale : moins de fiscalité redonnera structurellement plus de rentabilité aux sociétés françaises et on peut espérer ainsi relancer l’embauche. Mais il ne s’agit pas de diminuer la fiscalité en passant par le projet de loi de finance 2014 qui sera discuté à l’automne prochain pour que ce soit ensuite appliqué au 1er janvier 2014. D’ici là, selon nombre d’investisseurs et de fonds d’investissement, il sera probablement trop tard.

C’est maintenant qu’il faut agir : François Hollande en a les moyens grâce aux ordonnances. Et souvenons-nous qu’une contribution exceptionnelle sur la fortune avait été levée en urgence en 2012 : il avait alors fallu peu de temps pour aller prendre de l’argent aux contribuables, à peine trois mois entre le vote au Parlement et la saisie des sommes par l’État. Alors qu’on ne vienne pas nous dire qu’on ne peut pas agir rapidement, surtout qu’il s’agit dans ce cas de la survie de l’économie française et des emplois des contribuables.

Il faut agir Monsieur Hollande, mais agir en faveur des entreprises en les soulageant du fardeau fiscal, seul moyen pour relancer les embauches. Sinon, on peut craindre que dans huit mois, la France ne ressemble au mieux à l’Italie, au pire à la Grèce.


Sur le web

Voir les commentaires (33)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (33)
  • « Le vrai chiffre du chômage : 5.348.500 chômeurs toutes catégories confondues, soit un taux de chômage réel de près de 19%. »

    Et encore, il faudrait retirer du dénominateur les emplois les fonctionnaires et assimilés qui ne sont pas concernés par le chômage, soit 7 millions d’emplois environ. Ce faisant, le taux de chômage est plutôt de 25%.

    Mais ce n’est pas tout. Ces statistiques omettent les millions de Français qui sont exclus de tout dénombrement, à savoir les personnes en âge de travailler mais inactives. Le taux de chômage réel, compris comme le taux d’inactivité de la population en âge de travailler (moins les étudiants), est supérieure à 45%.

    • Selon vous les véritables chiffres du chomage en France seraient davantage proches de ceux d’un pays comme l’Espagne ?

    • En France, on occupe en plus une grande partie de la population à ne rien faire. L’âge moyen d’entrée dans le monde du travail est très élevé car on pousse les gens à faire des études longues qui ne leur apporteront rien par idéologie égalitaire et pour fournir des esclaves aux universitaires. Idem pour l’âge moyen de départ à la retraite qui est un des plus faibles d’Europe. Au final, c’est le taux d’emploi en France qui est particulièrement faible (Pour les 15-64 ans en 2012, 64% en France contre 71% en Allemagne et 78% en Suisse !)

  • Il faut augmenter le salaire du ministre du travail , Michel Sapin : plus l’arbre est gros plus il cache la foret……. de chômeurs.

  • prenons le cas de l’emploi dans le secteur agricole, ou je travail:
    20 ans apres la reforme de la PAC 1992, les seuls secteurs qui actuellement resistent, sont les cereales et la viticulture de qualité, 2 branches exportatrice ( il n’y a pas besoin d’usines pour ces production, qui peuvent etre facilement exportées tel quel ) qui créent tres peu d' »emplois sur place. les secteurs createurs d’embauches: l’elevage, les fruits et legumes, l’horticulture, sont tous au plus mal, pour differentes raisons: les fruits et legumes sont concurencés par les pays du sud qui ont des salaires moins elevés, ainsi que par l’allemagne, qui beneficie de la main d’oeuvre des pays de l’est.
    quand au secteur de l’elevage, il connait une crise terrible depuis plus de quinze ans, qui menace de le faire disparaitre en entier:
    la reforme de la pac a d’abord avantagée les cereales: subvention genereuse a la surface, mais rien pour l’herbe. puis est arrivée la crise de la vache folle ( invention mediatique pure et simple ) et surtout, depuis 20 ans, un harcelemnt administratif sans precedent: mise au normes des batiments, identification du cheptel draconnienne , charte de bonne pratrique exigées par les acheteurs, etc, etc …
    resultat, aujourd’hui, la plupart des eleveurs ont jetés ou jettent l’eponge, de tel manière que les ecarisseurs se demande s’ils ne devront pas, eux aussi, femer boutique bientot !!
    que l’on se rassure, le cheptel qui n’est plus produit en france, le sera a l’etranger ( a l’heure actuelle, en elevage, la seule activité porteuse est l’exportation des genisses vers les pays emergents )
    on voit bien, que c’est l’etat, qui par ses decisions erronées et inconsequentes, a litteralement liquidé une filière qui rapportait beaucoup au pays et etait fortement pourvoyeuse d’emplois.apres quoi, ces parasites viennent au 20 heures, nous dire qu’il ont une « boite a outil  » contre le chomage.
    qu’ils se la gardent leur boite a outil.

  • Si on voulait appliquer une règle de type économique à l’emploi, il faudrait conserver au moins 10% de chaque type d’emploi localisé, même si ces entreprises considèrent ceci une perte, c’est une assurance.

    Au même titre l’impôt global sur le revenu avant déduction des charges sociales ne devrait pas dépasser 10%.

    • la totalité des prelevemnts sur un actif ( impots et social confondus ) ne devrait pas exeder 25 %. au dela, c’est de la spoliation et les mecanismes d’evitement se mettent spontanement en place.

    • « il faudrait conserver au moins 10% de chaque type d’emploi localisé » : 10% de quoi ? 10% d’emplois de mineurs alors qu’il n’y a plus aucune mine exploitée en France ? C’est ridicule !

      Un emploi est créé si l’employeur gagne de l’argent avec cet emploi. S’il ne gagne pas assez d’argent sur un emploi, l’employeur licencie. Point barre. Avoir cru le contraire, vouloir imposer une fonction sociale à l’emploi, est la garantie de mettre des millions de personnes au chômage.

  • Pour ne pas être naïfs et trompés par les auteurs des chiffres – Les vrais chiffres du chômage ne sont pas 5 millions de demandeurs d’emploi, mais…
    Analyse tirée du livre « La face cachée du mondialisme » présentation http://www.crisemajeure.fr
    Les chiffres indiqués par pôle emploi – 3,195 millions de chômeurs – sont faux, une enquête récente du Parisien détaille précisément toutes les catégories non comptabilisées soit 9 millions de personnes, voir cette vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=JmoAxmXQEIg
    De surcroît Pôle emploi truque ses chiffres voir ici extrait du Canard enchaîné : http://www.wikistrike.com/article-pole-emploi-truque-ses-statistiques-pour-faire-semblant-d-atteindre-ses-objectifs-116164414.html
    Les chiffres de l’endettement du pays sont également tronqués, voir ici : https://secure.publications-agora.fr/SSW10/WSSWNA17/index.htm?pageNumber=1
    Après le Portugal qui est en état de faillite avérée, lorsque les pays de la zone euro du Sud feront faillite les uns après les autres, dont la France qui ne sera pas exemptée de sa gestion irresponsable, les individus laxistes et naïfs se réveilleront en pleurant amèrement.

  • Chômage, plutôt 9 millions, toutes catégories confondues :
    –>

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En France, il faut davantage d'enseignants, il faut davantage de juges, il faut davantage de policiers, il faut davantage d’informaticiens, davantage de plombiers et on pourrait allonger la liste…

Et cela pour d’excellentes raisons que nous allons rappeler, car des problèmes à résoudre sont très importants. Mais ces revendications se terminent par des demandes de moyens financiers… alors que la question n’est pas là.

Les raisons de recruter sont excellentes

Il n’y a pas assez de profs ? C’est vrai, il y a encore des classes surc... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres da... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles