Dépenses publiques : bientôt le podium mondial pour la France

La France n'est pas loin d'être dans le trio des pays où les dépenses publiques consomment le plus de la production nationale.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dépenses publiques : bientôt le podium mondial pour la France

Publié le 20 avril 2013
- A +

La France n’est pas loin d’être dans le trio des pays où la sphère publique consomme le plus de la production nationale, que ce soit pour les dépenses publiques ou les prélèvements obligatoires.

Par Guillaume Nicoulaud.

Selon les données du FMI, l’État français devrait dépenser en 2013 l’équivalent de 56,12% de notre PIB. Le graphique ci-dessous illustre l’évolution de notre dépense publique par rapport à celles de 184 autres pays[1].

Les tirets noirs représentent la dépense publique moyenne de l’échantillon ; les bandes grisées correspondent à la moyenne plus ou moins un écart-type ; la courbe rouge indique le niveau de dépense publique de la France et les tirets bleus correspondent à la dépense publique agrégée de la Suède, de la Norvège et de la Finlande – c’est-à-dire au fameux modèle scandinave [2].

En 2013, le classement mondial des États les plus dépensiers (or Cuba et Corée du nord) devrait donc ressembler à ceci :

Chaque colonne de codes ISO correspond à une tranche de dépenses publique exprimées en pourcentage du PIB (i.e. [0% : 5%[, puis [5% : 10%[, [10% : 15%[ etc.). Selon le FMI, donc, nous devrions nous trouver cette année dans la tranche [55% : 60%[ aux côtés du Danemark, de la Lybie et du Lesotho. Au-dessus, on ne trouve que l’Irak, Tuvalu et Kiribati… autant dire pas grand monde.

J’aimerais vous dire qu’une dépense publique supérieure à 100% du PIB est impossible mais ce n’est pas le cas : Kiribati y est arrivé 3 fois (1990, 2001 et 2002), l’Irak l’a fait en 2004, Tuvalu en 2010 et le record absolu appartient au Koweït qui a dépensé 204,17% de son PIB… de l’année 1991, vous l’aviez deviné.

Et puisque nous y sommes, voici les deux mêmes graphiques pour les revenus publics, toujours en pourcentage du PIB.

De 1981 à 2013 :

Les estimations du FMI pour 2013 :

Sur le web

  1. Les données ne sont pas disponibles pour tous les pays et pour toutes les années : en 1981, elles ne sont disponibles que pour 26 pays ; 82 pays en 1991 ; 171 pays en 2001 et 185 pays depuis 2011.
  2. Les données du Danemark ne sont pas disponibles sur l’ensemble de la période ; en incluant les dépenses de Copenhague, il est vraisemblable que cette courbe serait légèrement plus élevée.
Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dépenses publiques n’ont cessé d’augmenter depuis un siècle. Elles sont financées de deux façons : les prélèvements obligatoires (impôts et cotisations sociales) et les emprunts publics. Comment ont évolué ces trois masses financières colossales depuis le début du XXe siècle ? La réponse est bien connue : ça monte, ça monte. Mais comme les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel, il faudra bien mettre fin un jour à cette évolution suicidaire. 90 % du PIB de dépenses publiques, c’est le totalitarisme. Nous étions à 62 % en 2020. Jusqu’où no... Poursuivre la lecture

Formidable développement ce dimanche 19 décembre en politique américaine : le Build Back Better (BBB), 5 trilliards de folles distributions d’argent public aux clientèles démocrates, vaisseau amiral législatif de la présidence Biden, vient d’être officiellement et définitivement coulé par le sénateur démocrate Joe Manchin, qui refuse de cautionner cette orgie de dépenses publiques, la plupart sans motif, dans un contexte désormais inflationniste. Inflation, gestion covid, déroute afghane, absence de résultats, la présidence de Biden menace de... Poursuivre la lecture

Par Adrien Hall. Un article de l'IREF Europe.

Dans une étude récente sur la situation économique de la France, l’OCDE s’inquiète de la dérive de nos finances publiques et invite le gouvernement à engager d’urgence des réformes structurelles.

Le couperet de l’OCDE vient de tomber et il est sans appel. La situation économique française est mauvaise et nos comptes publics sont dans le rouge. L’OCDE s’inquiète de l’augmentation « marquée » de la dette publique pendant la crise covid et nous enjoint de « développer une stratégie de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles