Dépenses publiques : bientôt le podium mondial pour la France

La France n’est pas loin d’être dans le trio des pays où la sphère publique consomme le plus de la production nationale, que ce soit pour les dépenses publiques ou les prélèvements obligatoires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Dépenses publiques : bientôt le podium mondial pour la France

Publié le 20 avril 2013
- A +

La France n’est pas loin d’être dans le trio des pays où la sphère publique consomme le plus de la production nationale, que ce soit pour les dépenses publiques ou les prélèvements obligatoires.

Par Guillaume Nicoulaud.

Selon les données du FMI, l’État français devrait dépenser en 2013 l’équivalent de 56,12% de notre PIB. Le graphique ci-dessous illustre l’évolution de notre dépense publique par rapport à celles de 184 autres pays[1].

Les tirets noirs représentent la dépense publique moyenne de l’échantillon ; les bandes grisées correspondent à la moyenne plus ou moins un écart-type ; la courbe rouge indique le niveau de dépense publique de la France et les tirets bleus correspondent à la dépense publique agrégée de la Suède, de la Norvège et de la Finlande – c’est-à-dire au fameux modèle scandinave [2].

En 2013, le classement mondial des États les plus dépensiers (or Cuba et Corée du nord) devrait donc ressembler à ceci :

Chaque colonne de codes ISO correspond à une tranche de dépenses publique exprimées en pourcentage du PIB (i.e. [0% : 5%[, puis [5% : 10%[, [10% : 15%[ etc.). Selon le FMI, donc, nous devrions nous trouver cette année dans la tranche [55% : 60%[ aux côtés du Danemark, de la Lybie et du Lesotho. Au-dessus, on ne trouve que l’Irak, Tuvalu et Kiribati… autant dire pas grand monde.

J’aimerais vous dire qu’une dépense publique supérieure à 100% du PIB est impossible mais ce n’est pas le cas : Kiribati y est arrivé 3 fois (1990, 2001 et 2002), l’Irak l’a fait en 2004, Tuvalu en 2010 et le record absolu appartient au Koweït qui a dépensé 204,17% de son PIB… de l’année 1991, vous l’aviez deviné.

Et puisque nous y sommes, voici les deux mêmes graphiques pour les revenus publics, toujours en pourcentage du PIB.

De 1981 à 2013 :

Les estimations du FMI pour 2013 :

Sur le web

  1. Les données ne sont pas disponibles pour tous les pays et pour toutes les années : en 1981, elles ne sont disponibles que pour 26 pays ; 82 pays en 1991 ; 171 pays en 2001 et 185 pays depuis 2011.
  2. Les données du Danemark ne sont pas disponibles sur l’ensemble de la période ; en incluant les dépenses de Copenhague, il est vraisemblable que cette courbe serait légèrement plus élevée.
Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Face à la menace internationale, il est urgent de réinvestir dans nos armées afin de protéger la France et l’Europe et défendre nos valeurs de liberté que les générations précédentes ont acquis au prix de leurs vies. Aussi le président Macron a-t-il dévoilé vendredi les grandes orientations de la future Loi de programmation militaire 2024-2030, augmentant les budgets d’un tiers. Mais augmenter les budgets est une chose, dépenser l’argent public avec efficacité en est une autre…

Si, selon Clémenceau, la guerre est une affaire trop série... Poursuivre la lecture

Par Romain Delisle. Un article de l'IREF France

Au mois de mars dernier, un rapport d’une commission d’enquête diligentée par le Sénat avait jeté un pavé dans la mare. Il s’agissait d’examiner les prestations à caractère intellectuel fournies par les grands cabinets de conseil à l’État, pour une somme annuelle avoisinant le milliard d’euros. Par nature, elles sont subjectives et sujettes à caution. Toutefois, ce coup de projecteur plutôt négatif sur les activités externalisées de l’État a fait un peu vite oublier l’intérêt que pouvait ... Poursuivre la lecture

Un article de l'Iref-Europe

 

Pour rendre compte de la « bonne santé » de notre Léviathan bien-aimé, il est coutume de rappeler la part des dépenses publiques dans le PIB — plus de 55 % dans le cas de la France.

Nous disposons également de quelques indicateurs sur son obésité tels que le montant des déficits ou encore celui de la dette publique. Mais l’État-léviathan ce n’est pas uniquement les dépenses publiques financées par l’impôt et l’endettement, c’est aussi la réglementation qui touche tous les pans de notre v... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles