Dépenses publiques : bientôt le podium mondial pour la France

La France n’est pas loin d’être dans le trio des pays où la sphère publique consomme le plus de la production nationale, que ce soit pour les dépenses publiques ou les prélèvements obligatoires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dépenses publiques : bientôt le podium mondial pour la France

Publié le 20 avril 2013
- A +

La France n’est pas loin d’être dans le trio des pays où la sphère publique consomme le plus de la production nationale, que ce soit pour les dépenses publiques ou les prélèvements obligatoires.

Par Guillaume Nicoulaud.

Selon les données du FMI, l’État français devrait dépenser en 2013 l’équivalent de 56,12% de notre PIB. Le graphique ci-dessous illustre l’évolution de notre dépense publique par rapport à celles de 184 autres pays[1].

Les tirets noirs représentent la dépense publique moyenne de l’échantillon ; les bandes grisées correspondent à la moyenne plus ou moins un écart-type ; la courbe rouge indique le niveau de dépense publique de la France et les tirets bleus correspondent à la dépense publique agrégée de la Suède, de la Norvège et de la Finlande – c’est-à-dire au fameux modèle scandinave [2].

En 2013, le classement mondial des États les plus dépensiers (or Cuba et Corée du nord) devrait donc ressembler à ceci :

Chaque colonne de codes ISO correspond à une tranche de dépenses publique exprimées en pourcentage du PIB (i.e. [0% : 5%[, puis [5% : 10%[, [10% : 15%[ etc.). Selon le FMI, donc, nous devrions nous trouver cette année dans la tranche [55% : 60%[ aux côtés du Danemark, de la Lybie et du Lesotho. Au-dessus, on ne trouve que l’Irak, Tuvalu et Kiribati… autant dire pas grand monde.

J’aimerais vous dire qu’une dépense publique supérieure à 100% du PIB est impossible mais ce n’est pas le cas : Kiribati y est arrivé 3 fois (1990, 2001 et 2002), l’Irak l’a fait en 2004, Tuvalu en 2010 et le record absolu appartient au Koweït qui a dépensé 204,17% de son PIB… de l’année 1991, vous l’aviez deviné.

Et puisque nous y sommes, voici les deux mêmes graphiques pour les revenus publics, toujours en pourcentage du PIB.

De 1981 à 2013 :

Les estimations du FMI pour 2013 :

Sur le web

  1. Les données ne sont pas disponibles pour tous les pays et pour toutes les années : en 1981, elles ne sont disponibles que pour 26 pays ; 82 pays en 1991 ; 171 pays en 2001 et 185 pays depuis 2011.
  2. Les données du Danemark ne sont pas disponibles sur l’ensemble de la période ; en incluant les dépenses de Copenhague, il est vraisemblable que cette courbe serait légèrement plus élevée.
Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

La NUPES a réussi à fédérer la gauche autour de ses idées les plus extrêmes. Il est très peu vraisemblable qu’elle gagne une majorité car elle a peu de réserves de voix. Il n’empêche qu’il est urgent de lui faire barrage. L’idéal serait que Renaissance (Macron) ne puisse pas gouverner seul et que Les Républicains soient suffisamment nombreux et crédibles pour négocier un programme de gouvernement avec un nouveau Premier ministre plus libéral et moins technocratique que la socialiste... Poursuivre la lecture

Surprise, surprise ! L’inflation - auparavant cantonnée aux produits financiers et à l’immobilier - leste maintenant le panier de la ménagère :

« On va vers des hausses qu'on n'a pas connu depuis près de 40 ans", a prévenu […] Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) […]. Notre prévision actuelle, c'est entre 7 et 10 %, de manière assez rapide", a assuré le dirigeant de la FCD, organisation professionnelle qui regroupe la plupart des enseignes de la grande distribution ».

L’origi... Poursuivre la lecture

À peine Elon Musk avait-il annoncé que son offre de racheter Twitter pour 44 milliards de dollars avait été acceptée qu’il s’est trouvé nombre d’obligeants commentateurs pour expliquer à quel point la somme était indécente et comment il aurait dû la dépenser s’il était vraiment sérieux et moralement engagé pour l’avenir de l’humanité et de la planète. Ajoutez à cela son intention d’élargir la liberté d’expression sur le réseau social et la conclusion s’impose d’elle-même : cet homme n’a qu’irrévérence pour les sensibilités légitimes de ses se... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles