L’Allemagne fait du recel de données volées pour traquer les exilés fiscaux

Un Land allemand achète des données volées pour 4 millions d’euros à un délinquant et donnera sans doute de bonnes idées à nos amis de Bercy

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
tom-cruise-mission-impossible

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Allemagne fait du recel de données volées pour traquer les exilés fiscaux

Publié le 19 avril 2013
- A +

Un Land allemand achète des données volées pour 4 millions d’euros à un délinquant. Le recel de données volées, à l’étranger qui plus est, donnera sans doute de bonnes idées à nos amis de Bercy.

Par Baptiste Créteur.

La traque à la fraude fiscale, c’est toujours une affaire sérieuse. En France, quand on a des doutes sur la probité d’un ministre, on lui pose la question droit dans les yeux. Même si d’autres membres de son gouvernement lui ont demandé de mentir sciemment sur le déficit budgétaire, la croissance et d’autres chiffres sans importance par les temps qui courent, et ont alors pu constater son talent.

En Allemagne, on est un peu plus sérieux et rigoureux, et on achète sans arrières-pensées des données volées et mises aux enchères. On n’hésite d’ailleurs pas à débourser 4 millions d’euros, d’argent tout frais du contribuable honnête, pour financer un disque contenant des données sur les comptes en Suisse de 10 000 fraudeurs. L’État recourt aux services de délinquants pour se rendre coupable de recel de données volées dans un pays étranger : c’est beau. Sans doute certains, à Bercy, se rêvent déjà en Tom Cruise pendus à un câble pour récupérer une disquette en évitant d’être détectés…

Qu’on se le tienne pour dit : qui veut la fin, veut les moyens. L’État n’hésitera pas à traiter avec des extorqueurs de fonds à l’honnêteté plus que douteuse pour mettre la main sur la partie de l’impôt qui lui échappe. Et en France, compte tenu de l’état des finances de l’État, il faut bien se rendre compte que le gouvernement n’hésitera pas longtemps avant d’enchérir sur des données douteuses.

Il y aurait pourtant des possibilités simples pour collecter plus d’impôts.

D’abord, empêcher les entreprises publiques ou para-publiques françaises de pratiquer l’optimisation fiscale tout à fait légale mais si souvent dénoncée. Une idée simple, qui permettrait de donner un peu de crédit à un État exemplaire qui s’affranchit pourtant des règles qu’il fixe aux citoyens.

Il faudrait aussi redonner du crédit aux hommes politiques, à la parole publique, au gouvernement, à la république exemplaire. Quand je m’intéresse au patrimoine des ministres, les bras m’en tombent, et je crains qu’il faille se rendre à l’évidence : leurs propriétés sont largement sous-évaluées, et sans doute certains ont-ils un confortable filet de sécurité, un matelas, un bas-de-laine quelque part dans une banque un peu plus sûre que les principales banques françaises et, peut-être, un peu plus secrète.

Donnons ensuite du sens au principe d’égalité devant l’impôt en soumettant l’indemnité représentative des frais de mandats de nos chers parlementaires à la fiscalité. Les parlementaires ne verront sans doute aucune objection à ce que leurs revenus soient traités de la même façon que ceux des Français qu’ils représentent, d’autant moins que ce sont eux qui votent le budget et disposeraient ainsi de quelques millions d’euros supplémentaires pour donner libre cours à leur folie dépensière.

Bien que les mesures précédentes soient utiles et de bon sens, une idée bien plus simple permettrait d’éviter l’évasion fiscale : réduire la fiscalité.

Trop d’impôt tue l’impôt, les hauts taux tuent les totaux, gagnons gros. La réduction de la fiscalité permettrait d’accroître les recettes fiscales et favoriserait la croissance de l’économie et du pouvoir d’achat. D’autant plus que, selon la direction générale des impôts, « quand on fait un pas, la fraude en fait dix ». Plutôt qu’un pas en avant, pourquoi ne pas faire quelques pas en arrière ?

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Faites ce que je dis, pas ce que je fais: vol & recel
    de l’art de se ficher du monde

  • Si vous trouvez quelque part sur le web la dernière déclaration sur une radio de Yann Gallut (ce cher député PS dont on a déjà parlé sur Contrepoint), vous saurez que l’idée de se mettre hors la loi pour traquer des « délinquants financiers » (le terme est de lui) est dans certaines têtes. L’assemblée nationale, ce nouveau lieu de réunion de la mafia.

  • Allemagne qui fait la chasse aux « vilains fraudeurs » avec des méthodes totalement illégales, alors qu’elle n’hésite pas à claquer des centaines de milliards d’euros pour les énergies dites « renouvelables ».

  • Si seulement la France devenait un paradis fiscal en empruntant a la Belgique partie de son système fiscal pour les plus values a la Russie son IRPP , plus personne n’irait ailleurs au lieu et place des touristes fauchés de l’immigration faméliques nous regorgerions de capitaux . mais pour cela un peu de bon sens qui nous fait défaut suffirait Enfin pas au peuple mais aux prétendues élites

  • Voler une information, puis voler une idée !

    C’est pire que des copieurs Chinois, ou est la limite entre le vol pour le droit fiscal et l’espionnage industriel pour faire tourner l’économie !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La semaine dernière, nous avons beaucoup entendu parler des 636 lobbyistes du secteur des énergies fossiles qui ont pris le contrôle du processus de la COP27 et qui sont la cause principale de l'échec de l'accord final.

La conclusion était évidente : nous devons interdire à l'industrie de participer à toutes les politiques ! Les médias grand public ont couvert cette campagne des ONG, répétant les affirmations et les messages ciblés, amplifiant le dogme anti-industrie sans réellement approfondir les recherches pour voir si les chiffres ... Poursuivre la lecture

Tiens, voilà qu’une Große Katastrophe se profile sur l’horizon teuton : on apprend qu’Uniper, la principale société allemande de vente de gaz et premier distributeur de l’entreprise russe Gazprom, doit faire appel à l’État allemand à hauteur de 55 milliards d’euros suite à une perte nette kolossale établie à 40 milliards d’euros depuis le début de l’année.

Un milliard d’euros par-ci, un milliard d’euros par-là et rapidement on commence à parler gros sous. En tout cas, à 55 milliards d’euros, voilà une somme rondelette qui va peut-être ... Poursuivre la lecture

Par Christian Harbulot et Michel Gay[1. Synthèse adaptée du dossier « J’attaque » de mai 2021 de l’École de guerre économique et intitulé « Comment l’Allemagne tente d’affaiblir durablement la France sur la question de l’énergie ».].

Un excellent document de l’École de guerre économique, publié en mai 2021, révèle les manipulations révoltantes de l’Allemagne à Bruxelles pour défendre ses choix énergétiques douteux et ses intérêts industriels aux dépens de l’Union européenne (UE), et notamment de la France.

Ce texte décortique cl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles