La moralisation guignolesque de la vie politique

La solution au problème de la morale publique est de faire reculer l’État et non de gémir en public avec dans la besace de fausses solutions.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013728 moralisation de la vie politique

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La moralisation guignolesque de la vie politique

Publié le 17 avril 2013
- A +

La solution au problème de la morale publique est de faire reculer l’État et non de gémir en public avec dans la besace de fausses solutions.

Par Michel de Poncin.
Brusquement sans crier gare, la classe politique tout entière est saisie par une  étrange épidémie, celle de la moralisation. Le point de départ est l’affaire Cahuzac. De grands mots sont employés. Les chefs socialistes se disent meurtris et bafoués d’avoir découvert l’impensable. C’est parfaitement guignolesque. Depuis très longtemps tout le monde sait, à commencer par les milieux de la santé, le système du sieur Cahuzac qui est ancien et s’articule avec des laboratoires pharmaceutiques. S’agit-il de millions de dollars comme cela se dit à Singapour ? Nous verrons bien.

La propagande officielle, relayée par les médias, veut nous faire accroire que seuls les leaders socialistes n’étaient pas au courant. C’est vraiment fort drôle. La seule question qui se pose vraiment est de savoir pourquoi étant au courant Hollande s’est fait piéger jusqu’à le nommer ministre et chargé en plus de traquer les fraudeurs. L’on se retrouve sans doute devant les mystères insondables de la démocratie frelatée à la française. Il faudra en reparler.

En attendant, l’épidémie de moralisation nous place devant plusieurs aspects du fonctionnement intime de l’État qui expliquent pour une grande part le déclin de la France.

Le carriérisme politique

Ce  carriérisme est une véritable plaie dont le coût fabuleux pèse lourdement sur l’économie du pays. Son existence même explique pour une grande part les épidémies de moralisation qui plusieurs fois ont saisi sans succès les dirigeants du sommet. La ligne de défense des politiques est de prétendre qu’ils ne s’enrichissent guère. À cette fin, ils mettent en avant leurs salaires qui, bien que coquets ne seraient pas terribles. C’est évidemment une grosse farce. L’essentiel n’est pas du tout là.

Citons pêle-mêle : les indemnités pour frais de mandat, les indemnités d’anciens ministres, les cumuls, la réserve parlementaire, les missions diverses, les droits au reclassement dans une fonction lucrative en cas de panne, les voitures avec chauffeur, les retraites fastueuses, les présidences de commissions, le financement public des grands partis politiques, le train de vie quotidien luxueux assuré par les fonds publics. Une grande partie de cet enrichissement indirect échappe à l’impôt. Il en résulte que, pour comparer avec le privé, il faut majorer d’un coefficient, certes inconnu, mais forcément élevé. Le rêve de l’écrivain Stendhal était de « manger au budget » et il y est arrivé ! En Suède, pays pourtant socialiste, les ministres déjeunent à la cafétéria et règlent leur écot.

Pour terminer ce paragraphe, constatons que le pouvoir a obligé les ministres à déclarer leur patrimoine. D’autres l’ont fait volontairement. L’on est stupéfait de la modestie de certaines déclarations. C’est frappant pour certains caciques exerçant depuis longtemps d’importantes fonctions. L’une des conclusions à tirer est qu’ils sont de piètres gestionnaires de leur propre fortune !

La création d’organismes

Quant une calamité se produit ou apparaît trop visible dans les médias, la fuite en avant impose de créer un nouvel organisme. Cela donne l’impression avec le tam-tam médiatique que le pouvoir en place prend les choses au sérieux. La frénésie moralisatrice en route respecte cette tradition. Le projet de loi fourre-tout annoncé prévoit la création d’une Haute Autorité de la Transparence ; elle sera dotée de pouvoirs d’investigation et de sanctions hors du commun.

Les Hautes Autorités sont nombreuses et nous ne savons pas si leur inventaire est possible. Ce sont des êtres administratifs hybrides ; elles furent souvent créées par des gouvernements voulant se débarrasser d’un problème. Leurs dirigeants sont des dictateurs au petit pied agissant dans une grande liberté. Une fois en piste elles ne rêvent que de s’agrandir. Leur utilité majeure est d’enrichir le camarade président et son entourage. Une grande ruine en résulte. La Cour des Comptes en a épinglé plus d’une.

Le programme de contrôle tracé à la toute nouvelle autorité est vaste et probablement impossible à remplir correctement. Elle a donc un bel avenir. Bizarrement, la lutte pour la présidence qui est forcément ouverte ne se voit pas actuellement. C’est sans doute le reflet de la difficulté : menteurs s’abstenir !

La corruption

En cédant régulièrement à l’épidémie moralisatrice, les gouvernements conduisent l’observateur attentif à poser le problème de la corruption. Un organisme américain classe les pays dans le domaine de la corruption. Il est triste de constater que la France est très mal placée. Cela vient pour sûr de l’interventionnisme étatique qui, pour exister depuis longtemps, s’aggrave avec le socialisme ; cet interventionnisme transforme les gens en quémandeurs perpétuels : subventions, marchés, faveurs fiscales, logements, etc. Les mains sont sans cesse tendues. La tentation est très forte pour les détenteurs du pouvoir. Les abus cachés éclatent un beau jour en scandales et il faut moraliser.

La solution au problème de la morale publique est de faire reculer l’État et non de gémir en public avec dans la besace de fausses solutions.


Lire aussi :

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • La vraie question est de savoir comment ils ont persuadés Cahuzac de renoncer à retourner au parlement. Ce revirement rapide de position est assez louche. D’autant plus qu’il y a peu de temps, ses « amis » socialistes évoquaient publiquement dans les médias la possibilité de son suicide … Discret comme menace de mort quand le patron des socialistes commande les barbouzes de l’Elysée ! J’ose espérer que ce « pauvre » homme n’a pas obtenu que la grâce à cette peine de mort en échange de son exil politique … A mon avis, il a aussi obtenu l’impunité étatique pour le reste des sommes qu’il détient à l’étranger. C’est probablement devenu une affaire d’Etat. Les personnes qui voudront évoqués ces sujets vont subir d’aimables pressions discrètes du même tenant. Bienvenu dans la République française qui commence à pourrir de l’intérieur …

    • De plus, ces fautes impardonnables vont rendre le pays vulnérables aux barbouzes de tous les pays étrangers. Les autres pays doivent enquêter dans tous les sens sur les comptes offshore de nos dirigeants en ce moment même. Ils savent que la moindre découverte sera un moyen de pression formidable sur notre gouvernement … La corruption de nos élites n’est pas qu’un problème d’argent. Cela les rend vulnérables à encore plus de corruption.

  • « L’une des conclusions à tirer est qu’ils sont de piètres gestionnaires de leur propre fortune ! »

    Ou de fieffés menteurs comme « J’aime pas les riches » qui a menti sur son patrimoine, et pas qu’un peu.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pieter Cleppe.

Alors que la Russie pourrait être sur le point d'envahir l'Ukraine, il convient d'examiner de plus près les défis intérieurs de ce pays. La Russie considère l'Ukraine comme la « Russie B ». Il y a quelque chose à dire à ce sujet, étant donné les nombreuses similitudes culturelles.

Pour cette même raison, cependant, une Ukraine réformée pourrait être l'évolution la plus dangereuse que l'on puisse imaginer pour ceux qui, à Moscou, voudraient que les choses restent en l'état. Les Russes ordinaires pourraient deve... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Serge Michailof, Université Clermont Auvergne (UCA) Un article de The Conversation

Si les talibans ont pu l’emporter aussi aisément, c’est en grande partie parce que les efforts de la communauté internationale visant à créer quasiment de toutes pièces puis à consolider l’État afghan n’ont pas été couronnés de succès. Il y a des raisons objectives à cela. Retour sur vingt ans d’erreurs. Tentons de tirer quelques leçons pour l’avenir, en particulier pour le Sahel…

Les néoconservateurs américains étaient farouchement hostiles au «... Poursuivre la lecture

Les lecteurs du site Slashdot avaient pu questionner John McAfee, l’éditeur des antivirus du même nom, sur son passé. Comme à son habitude, John avait répondu dans une franchise totale, avec des conseils intéressants pour tous ceux qui sont coincés à un checkpoint dans le Tiers Monde.

Petit génie de la Silicon Valley, visionnaire informaticien, John McAfee est l’inventeur du célèbre antivirus qui porte son nom. Originaire de Grande-Bretagne, il commence sa carrière à la NASA en 1968. C'est dans les années 1980, alors qu'il travaille c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles