Emprunts toxiques : le début de la moralisation ?

Des élus de Saint-Étienne appelés en responsabilité sur des emprunts toxiques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
emprunts toxiques

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Emprunts toxiques : le début de la moralisation ?

Publié le 16 avril 2013
- A +

Des élus de Saint-Étienne appelés en responsabilité sur des emprunts toxiques.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

L’ancien adjoint aux finances de St-Étienne et son conseiller devant le tribunal correctionnel.

Une enquête a été menée à partir de 2010, par la brigade financière de la police judiciaire, sur l’activité de Jean-Michel Rastel, conseiller financier auprès de la ville de Saint-Étienne, sous couvert de la société française Techfi, puis des sociétés luxembourgeoises Fitech et Newtech. Cette enquête était la suite d’une action engagée par la Chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes qui avait saisi le parquet financier, au terme d’un contrôle portant sur la gestion de la ville de Saint-Étienne, de 2004 à 2009. Tout cela a abouti, comme il se doit sur un procès.

La gestion active de la dette que préconisait Jean-Michel Rastel a conduit la ville à souscrire de nombreux emprunts à risques.

La plus grande partie des faits constatés susceptibles de poursuites étant frappés de prescription, le tribunal n’a retenu que le versement à Fitech de 34.500 euros d’honoraires au titre d’une prestation de formation et d’accompagnement de personnels de la ville qui n’a été que très partiellement réalisée. Sur ces faits, le tribunal correctionnel de Lyon a condamné respectivement à quatre et trois mois de prison avec sursis pour favoritisme l’ex-adjoint aux Finances de Saint-Étienne et son conseiller, par ailleurs tous deux soupçonnés d’avoir conduit la ville à souscrire des emprunts toxiques, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. La ville de Saint-Étienne s’étant constituée partie civile, ils devront tous deux solidairement lui verser 34.500 euros de dommages et intérêts et 2.000 euros de frais de justice.

Les deux condamnés n’ayant pas souhaité faire appel dans le délai imparti, le jugement est définitif.

À qui le tour ?

Ce procès, même s’il n’a pas retenu la souscription d’emprunts « toxiques », avait ceux-ci en arrière plan. Une première condamnation qui, espérons-le, en appellera d’autres. Nous évoquions dans ces colonnes la Seine-St-Denis qui réclame l’aide de l’État et terminions notre article en espérant voir un jour les élus signataires appelés en responsabilité. Si St-Étienne est une première brèche dans la couverture « tous risques » dont jouissent nos élus, espérons qu’il ne s’agisse pas d’une exception due à l’étiquette politique et que nous verrons bientôt Messieurs Bartolone, Clément et Bramy ainsi que les vice-présidents chargés des finances à leur tour devant un tribunal.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Ouf ! Il y a encore une peu de lucidité dans cette république bananière des bisounours.
    Il est inconcevable que des entités de la dimension et la complexité d’une grande Mairie, d’un Conseil Régional ou Départemental ne sachent pas négocier les conditions des emprunts. Il ne faut pas condamner Dexia ou les banques, mais les guignols à la tête de ces collectivités locales qui ont signé des emprunts à taux indexé.
    De toute façon ils étaient certainement très heureux lorsque le taux de ces emprunts était en-dessous des taux moyens du marché. Dès que la parité du Franc Suisse ou des autres variables d’indexation leur devient favorable, ils disent qu’ils ont été trompés ! Dans une entreprise normale, cela s’appelé incompétence et ces types auraient déjà été virés, mais en République Bananière Françoise ils sont promus aux bons postes de l’Etat aux frais du contribuable.

  • On ne peut vendre un actif d’un mineur sans l’avis d’un Juge de Paix, mais des élus – par définition incompétents – peuvent jouer au casino avec l’argent des contribuables ?

    En Belgique, les placements des communes sont très cadrés, et obligatoirement pépères …

  • Normalement les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Ce conseiller avait-il des pouvoirs sur les finances communales? Sinon ça ressemble a une pendaison de lampiste. Le maire et son conseil municipal ne sont évidemment responsables de rien, ils étaient tous partis pour un cocktail dans la salle de réception de la mairie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Simone Wapler.

10 ans après la crise financière mondiale, les folies collectives se multiplient comme les dettes et le crédit.

« La folie est quelque chose de rare chez l’individu ; elle est la règle pour les groupes, les partis, les peuples, les époques. » Nietzsche

Les socialistes et les économistes ont souvent une caractéristique commune : comme ils pensent « collectif », ils en arrivent à défendre des choses absurdes à l’échelon individuel.

En France, la limitation de la durée du travail à 35 h partait de l... Poursuivre la lecture

Par Ollivier Taramasco[1. Professeur de finance, Institut polytechnique de Grenoble (Grenoble INP).]. Un article de The Conversation

Fin 2007, pour financer la construction d’un complexe sportif, un village de 3 000 habitants de la banlieue aisée de Grenoble a contracté, sur 30 ans, un emprunt de 3 millions d’euros. Après les élections municipales de 2008, une nouvelle équipe s’est installée à la tête de la mairie et a découvert que cet emprunt était « toxique ».

J’ai obtenu une copie du contrat et j’ai pu l’étudier en détails. ... Poursuivre la lecture

Par Michel Albouy. Un article de The Conversation

[caption id="attachment_281380" align="aligncenter" width="640"] By: R/DV/RS - CC BY 2.0[/caption]

Il est de bon ton pour les candidats à la présidentielle de mépriser une approche comptable (on n’ose pas dire financière) de la gestion publique. Ainsi, dans l’Émission politique de France 2 de jeudi 9 février 2017, Marine Le Pen répondait avec un petit sourire ironique à François Lenglet qui lui faisait remarquer le coût exorbitant et non financé de ses nombreuses dépenses nouvell... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles