Tous pourris ?

L’affaire Cahuzac discrédite la classe politique. Mais s’en tenir au « tous pourris » est la fausse réponse à un vrai fléau, la corruption.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
République exemplaire Cahuzac (Crédits : Sabine Nourrit/Aleps, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tous pourris ?

Publié le 9 avril 2013
- A +

L’affaire Cahuzac discrédite encore davantage la classe politique. Mais s’en tenir au « tous pourris » est la fausse réponse à un vrai fléau, la corruption.

Par Jacques Garello.
Un article de l’aleps.

La classe politique, les médias, les hauts fonctionnaires, les banquiers : tous pourris !

L’affaire Cahuzac va discréditer encore davantage – si possible – nos dirigeants, nos oligarques, nos partis. Le fossé se creuse entre ceux qui détiennent le pouvoir politique et économique et ceux qui le subissent, voués au chômage, à la baisse du pouvoir d’achat, à la hausse des prélèvements.

Mais s’en tenir au « tous pourris » est la fausse réponse à un vrai fléau.

Le vrai fléau c’est celui de la corruption. Le Conseil de l’Europe la définit comme « l’utilisation et l’abus du pouvoir public à des fins privées ». C’est un mal généralisé, un mal bien analysé, un mal bien dangereux.

C’est un mal généralisé : la corruption sévit dans tous les pays, même les plus riches et les plus développés. Les statistiques publiées chaque année par Transparency International, une ONG spécialisée dans la mesure de la corruption, ne laissent aucun doute. Si quelques pays passent pour exemplaires, comme la Finlande ou le Danemark, d’autres sont gravement atteints, États-Unis et France figurent autour de la vingtième place dans un classement de 180 pays. L’Italie et la Russie passent pour les plus corrompues en Europe.

C’est un mal bien analysé. La corruption est étroitement liée à l’importance de l’État et de sa bureaucratie. Sans doute y a-t-il des formes subtiles de corruption à l’intérieur du secteur privé marchand : des caissiers indélicats, des cadres et dirigeants d’entreprises qui pratiquent des pots de vin dans des contrats privés, des financiers véreux ou des médecins qui dichotomisent. Mais, pour l’essentiel, le fléau de la corruption est lié à la présence et la puissance des administrations publiques. La corrélation statistique est évidente entre les pays où l’indice de liberté économique est le plus bas et l’indice de corruption le plus élevé.

L’explication en est bien simple : quand le pouvoir politique contrôle étroitement la vie économique, les particuliers et les entreprises ne peuvent vivre qu’en payant un lourd tribut aux dirigeants et aux bureaucrates. Le blocage des prix ou les contingentements font naître le marché noir. Une réglementation pléthorique (400.000 textes en France) alourdit les procédures et freinent l’initiative ; on peut raccourcir les délais en frappant à la bonne porte, en ayant le bon geste. Pour obtenir un permis de construire, un logement social ou un marché public, les enveloppes sont d’une aide précieuse. Ainsi, la corruption est-elle incontestablement le fruit du pouvoir. « Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument », disait le célèbre philosophe et historien anglais lord Acton. La maxime exprime une réalité aussi vieille que le monde.

Ce mal est dangereux, il menace la société. Du seul point de vue économique, il fausse les prix, détourne l’épargne et l’investissement : Transparency International estime le coût de la corruption dans les échanges internationaux à 3% de la valeur de ces échanges. Encore ne tient-on pas compte des pénuries et des gaspillages engendrés par la mauvaise affectation des ressources : l’argent ne va pas là où il aurait dû aller suivant les critères d’un marché libre, d’un libre choix des consommateurs et des producteurs.

Mais, surtout, du point de vue social, il fait planer un doute généralisé sur l’origine de la richesse. Toute richesse devient suspecte, car on ne sait si elle est le fruit de l’entreprise, du travail, de l’épargne, du mérite, ou si elle n’est que le résultat de malversations, de malhonnêtetés, de privilèges, etc. Plus personne n’a confiance en plus personne, la jalousie et la délation s’installent. La société ne peut plus être une « société de confiance », apportant progrès personnel et harmonie sociale : elle est société de défiance, société de pouvoir.

Devant ces ravages, comment ne pas comprendre des « indignés », comment ne pas rejeter tout ce qui vient « d’en haut » ?

Le « tous pourris » engendre le populisme. Puisque c’est le pouvoir qui corrompt, et qui est corrompu, il faut l’abattre. Et le populisme appelle la révolution. Mais quel est le résultat ? C’est l’apparition d’un pouvoir qui, pour être révolutionnaire, républicain, ou démocratique, n’en est pas moins un pouvoir, qui se révèlera bien vite aussi corruptible et corrompu que le précédent. Chassez la corruption, elle revient au galop, et on s’aperçoit cinq, ou dix, ou vingt ans plus tard, que la révolution est à refaire. À toutes les époques il y a eu des Sieyès, des Fouché, des Talleyrand.

La solution n’est donc pas de renverser le pouvoir et de pratiquer une alternance, fût-elle démocratique. Elle est de limiter le pouvoir. La meilleure arme contre la corruption, c’est de sortir des mains de l’État une série de prérogatives qu’il s’est indûment appropriées, c’est de réduire le pouvoir politique à sa seule dimension, conformément au principe de subsidiarité : protéger la liberté et la sécurité des biens et des personnes. L’issue libérale est la seule possible. Malheureusement, pour le moment, ce n’est pas encore de ce côté-là que regarde notre classe politique. Elle ne veut pas lâcher ses proies, et un Français sur deux est du côté des prédateurs. C’est plus que jamais le devoir des libéraux de persuader le peuple et ses représentants qu’il faut en finir avec le drame de la corruption, qui plonge le pays dans la division et le crime. Il est plus que jamais temps de restaurer la responsabilité, la moralité, vertus qui accompagnent nécessairement la liberté.


Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • lisez mon livre « Tous pourris » edition PRaelego

  • Petit graphique maison sur la relation entre la liberté économique et la corruption. Éloquent. http://qikr.co/5s8bf

  • On ne peut qu’applaudir des deux mains le dernier paragraphe.

  • En parlant de vérité, visez un peu celle-là :
    Où il est parlé qu’on leur a envoyé les Femens :
    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/04/m%C3%AAme-pas-capables-de-d%C3%A9sinformer-correctement.html

  • Bien d’accord avec la fin de cet article: il faut redonner aux Français les moyens de décider; mais il faut être concret pour avancer, donc: monter un système de votation à la Suisse, et l’étendre, instituer des groupes de citoyens pour définir et contrôler les grands projets, … réduire très nettement le personnel politique; diminuer de beaucoup les rémunérations publiques en imposant aux élus restants d’aller travailler (en Suisse les représentants ne sont pas payés, mais les frais remboursés)…
    Sur la corruption, on peut toujours faire des règlements, et de grandes envolées lyriques ridicules; mais laisser faire la justice dans les lois déjà existantes est suffisant; par exemple celle qui interdit pour un résident français d’avoir un compte à l’étranger sans le déclarer au fisc.
    De même on peut se rappeler avec intérêt que certains dirigeants chinois, avaient des enfants majeurs riches entrepreneurs, cadres dirigeants de grosses compagnies, … tout cela sans corruption de fait; mais qui peut empêcher la politique d’être un monde de copinage – on dit réseau quand on veut faire moderne …-
    Encore une preuve qu’il faut réduire le nombre des élus et que les gens prennent eux-même les décisions politiques.

  • aujourd’hui, j’ai acheté des fraises au marché, elles etaient toutes pourries !
    les marchands, c’est tous des salauds ! sauf guy marchands, evidemmend.

  • Le parti pirate correspond exactement à ce besoin de contrôle démocratique face à la corruption, dans un esprit qui tient du libéralisme certes, mais aussi d’un bon sens partagé par ceux qui se refusent au jacobinisme qu’il soit rose ou bleu. L’ouverture des données publiques, la transparence en politique, l’open-data, la démocratie participative et la simplification réglementaire sont des solutions face à ce mal. Maintenant il faut les implémenter. Mais on a toute la classe politique ou presque contre soi, et c’est elle qui décide des règles du jeu électoral. Pas facile mais on y croit !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pieter Cleppe.

Alors que la Russie pourrait être sur le point d'envahir l'Ukraine, il convient d'examiner de plus près les défis intérieurs de ce pays. La Russie considère l'Ukraine comme la « Russie B ». Il y a quelque chose à dire à ce sujet, étant donné les nombreuses similitudes culturelles.

Pour cette même raison, cependant, une Ukraine réformée pourrait être l'évolution la plus dangereuse que l'on puisse imaginer pour ceux qui, à Moscou, voudraient que les choses restent en l'état. Les Russes ordinaires pourraient deve... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Hollande et Macron ont tous deux polarisé la vie politique à leur manière. Comme leur maître Mitterrand, ils ont su casser le jeu politique, le retourner à leur avantage en imposant des règles défavorables à leurs adversaires.

Surtout, ils l’ont fait en s’appuyant sur des ressorts affectifs, au détriment bien sûr de la transparence démocratique. Ils l’ont fait dans un seul but, celui d’accéder au pouvoir suprême.

Une fois installés à l’Élysée, ils ont continué d’abuser de cette technique pour à la fois ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Serge Michailof, Université Clermont Auvergne (UCA) Un article de The Conversation

Si les talibans ont pu l’emporter aussi aisément, c’est en grande partie parce que les efforts de la communauté internationale visant à créer quasiment de toutes pièces puis à consolider l’État afghan n’ont pas été couronnés de succès. Il y a des raisons objectives à cela. Retour sur vingt ans d’erreurs. Tentons de tirer quelques leçons pour l’avenir, en particulier pour le Sahel…

Les néoconservateurs américains étaient farouchement hostiles au «... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles