Pathologie des élites

Ils sont au pouvoir et ils s’occupent de tout. Ils savent mieux que personne ce que veut le peuple. Les élites qui nous dirigent profitent de l’État et de l’argent public pour nous faire croire qu’ils veulent notre bien.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pathology of the Elites, par Michael Knox Beran (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pathologie des élites

Publié le 4 avril 2013
- A +

Ils sont au pouvoir et ils s’occupent de tout. Ils savent mieux que personne ce que veut le peuple. Les élites qui nous dirigent profitent de l’État et de l’argent public pour nous faire croire qu’ils veulent notre bien.

Par Bogdan Calinescu.
Un article de l’aleps.

L’auteur de Pathology Of The Elites est un essayiste renommé qui écrit régulièrement dans le City Journal, le magazine édité par le Manhattan Institute et aussi dans le Wall Street Journal ou la National Review. C’est un conservateur cultivé qui réfute toute forme d’idéologie. Il considère que ceux qui nous dirigent sont tout simplement des élites avides de pouvoir pour lesquelles nous ne sommes qu’un groupe social à satisfaire. Ces élites ne nous voient pas comme des individus (elles n’en ont aucun intérêt). Nous sommes un groupe, une masse qu’il faut conduire et satisfaire. Ceux au pouvoir ne voient que leur propre intérêt : profiter et se faire réélire. Pour cela, ils doivent nous satisfaire. Peu importe si c’est bien ou non. Ils font preuve de compassion à notre égard et accusent des bouc-émissaires imaginaires (les riches, le libéralisme, la mondialisation, les Chinois, les marchés financiers, les banquiers, etc.) d’être à l’origine de nos difficultés. Ils n’ont aucun mal à le faire car ils arrivent à manipuler une grande partie des médias. Ils sont présents à satiété sur les plateaux de télévision et ressassent le même discours. Ces élites ont remplacé nos parents et nos grands-parents. De toute façon, ils nous prennent en charge mieux que ne l’ont fait nos familles. Et ils nous font comprendre clairement qu’ils sont notre vraie famille.

Ils ne se rendent pas seulement maîtres de l’économie. La culture et l’éducation sont les autres secteurs qu’ils veulent maîtriser. Ils défendent les écoles publiques mais mettent leurs enfants dans les écoles privées. Ils se prononcent pour la culture subventionnée pour tous, mais le font pour faire profiter leurs copains. Ils créent un État au sein de l’État providence. Leur État qui s’appuie sur la bureaucratie et profite des richesses créées par le pays. Ces élites ne peuvent pas se passer de l’interventionnisme. C’est leur raison d’exister.

En s’appuyant sur les écrits de Hannah Arendt, d’Emerson, d’Isaiah Berlin, de Jefferson ou de Lincoln, l’auteur dénonce ce qu’il appelle la « tyrannie de l’imagination sociale ». Les classes dirigeantes sont persuadées d’avoir une mission historique à accomplir, celle d’assurer la « justice sociale ». En France, on la confond avec le modèle social français. Peu importe le niveau du chômage ou les vraies chiffres de la pauvreté malgré d’énormes dépenses publiques. Au nom de la « justice sociale » on entretient une armée de fonctionnaires – devenue une clientèle électorale – et un État obèse.

• Michael Knox Beran, Pathology of the Elites: How the Arrogant Classes Plan to Run Your Life, Ivan R Dee, Inc., 2010, 312 pages.


Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • L’état est alcoolique. Il a besoin de taxer pour assouvir sa soif de dépenses et ne se rend plus compte des conséquences sur le pays.
    Vite du baclofène en aérosol à l’Elysée, Matignon et à l’assemblée !

  • C’est du back-o-fouille qu’ils prennent.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans une tribune publiée dans le Financial Times, Janan Ganesh estime que les démocraties occidentales ont un grave problème de personnel. Ce ne sont pas les électeurs qui préfèrent des troisièmes couteaux aux véritables hommes d’État disponibles, mais une classe politique qui peine à recruter : « (d)es personnes aptes, de tendance libérale ou modérée, [qui] ne sont pas assez nombreuses à se lancer en politique ».

L’auteur de la tribune a en tête la succession de Boris Johnson en tant que Premier ministre du Royaume-Uni. Il est facile ... Poursuivre la lecture

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

Je lisais hier dans Le Monde une enquête assez larmoyante sur la vie pas si rose que ça des femmes enceintes et des futures mères. On nous y expliquait que face au récit convenu de la maternité forcément heureuse, la parole des femmes se libère de plus en plus pour témoigner d’un envers du décor essentiellement constitué de souffrance, déprime, vergetures et isolement. Là n’est pas le thème central de mon article du jour, mais j’y trouve néanmoins un parfait exemple de ce que je veux vous dire.

Car après une longue série de complainte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles