Fraudes aux finances publiques : durcissement des contrôles

Au nom de la lutte contre la fraude, l’État renforce les moyens de contrôle et l’usage des espèces.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
euros rémunération

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fraudes aux finances publiques : durcissement des contrôles

Publié le 3 avril 2013
- A +

Au nom de la lutte contre la fraude, l’État renforce les moyens de contrôle et l’usage des espèces.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Jérôme Cahuzac a avoué mardi après-midi détenir un compte en Suisse depuis « une vingtaine d’années ». Suite à ses aveux, il a été mis hier en examen pour blanchiment de fraude fiscale. Situation ironique puisque, depuis quelques semaines, le gouvernement utilise l’argument de la lutte contre la fraude aux finances publiques pour durcir les moyens de contrôle et l’usage des espèces.

Le gouvernement veut limiter à 1000€ maximum les paiements en espèces…

Matignon a annoncé lundi 11 février dernier qu’il voulait abaisser à 1.000 euros par achat, contre 3.000 euros aujourd’hui pour les résidents fiscaux, le plafond pour lequel un paiement en espèces est autorisé, lors d’un Comité national de lutte contre la fraude. Ce seuil sera de 10.000 euros pour les non-résidents, contre 15.000 euros par achat aujourd’hui.

Lors de ce comité qui s’est tenu à Matignon, le Premier ministre a affirmé avoir mis à l’étude des « mesures nationales de lutte contre la fraude, qui pourraient être adoptées avant la fin de l’année 2013 ». En clair, notre pays s’engage vers encore plus de coercition. Prenant le prétexte de la « fraude », éternel argument de ceux qui à travers l’histoire ont construit des régimes de contrôle des individus, le pouvoir socialiste s’apprête à mettre en place une batterie de mesure de contrôle, de surveillance et de centralisation d’informations.

C’est pour cette année et ce n’est pas la seule mesure qui sera prise

C’est dans ce cadre qu’une « consultation va être engagée très rapidement afin qu’un décret et des mesures législatives soient prises d’ici la fin 2013 pour abaisser le seuil en espèces à 1.000 euros pour les résidents contre 3.000 euros par achat aujourd’hui« , précise le dossier de presse du comité de lutte contre la fraude. On y apprend aussi qu’un fichier centralisé des contrats d’assurance vie sera mis en place (nous avions traité ce sujet dès le 12 février dernier) et que la présence de « code à barres 2D » (appelé par ailleurs, QR-Code ou Flashcode) sera rendue obligatoire sur les justificatifs de domicile.

La France veut imposer son totalitarisme à l’ensemble de l’Europe

La Commission européenne a déposé, mardi 5 février (remarquez la concordance des dates), un projet de directive pour abaisser le plafond de règlement en espèces de 15 000 à 7 500 euros. Les paiements au-delà de ce seuil seraient rendu « suspects » et rentreraient dans le champ d’application du Groupe d’action financière (Gafi). L’argument est toujours le même, Bruxelles veut ainsi lutter contre le trafic et le blanchiment d’argent, bref, les fraudes fiscales. Mais Berlin pourrait s’opposer au projet. L’utilisation d’espèces, et précisément de grosses coupures, dans les paiements est un point d’affrontement récurrent entre Paris et Berlin.

Berlin fait de la résistance

Peu adeptes des cartes de crédit et complètement étrangers aux chèques, les Allemands sont habitués à régler en liquide, et 80% des paiements se font en espèces. Pour preuve de la grande circulation des espèces outre-Rhin : 43,2% de l’argent fiduciaire créé dans la zone entre 2002 et 2009 provient de l’Allemagne. La France, elle, n’a produit que 9,5% de la monnaie émise sur la même période.

L’attachement allemand à l’argent liquide s’explique pour des raisons tant historiques que culturelles, la protection des données personnelles étant un thème très sensible outre-Rhin. Nombreux sont ceux qui ont peur de voir leurs achats par carte bancaire suivis à la trace. Il faut dire que la moitié de l’Allemagne a connu la Stasi et les plus anciens la Gestapo.

Mais Paris remet aussi en question l’existence des coupures de 500 euros, moyen détourné d’arriver à ses fins. La France l’a fait dans un communiqué destiné à la Commission européenne et émanant début décembre du ministère de l’Économie. Seulement voilà, les billets de 500 euros ont été voulus, à l’origine, par l’État allemand, qui produit près de 50% des coupures de ce type injectées dans l’économie européenne. Les billets de 500 euros représentent près de 300 milliards d’euros, soit un tiers des 900 milliards d’euros en circulation en 2012.

Mais si l’argent liquide favorise tant la fraude fiscale, comment se fait-il que l’Allemagne soit excédentaire et le montant total des redressements fiscaux y soit proportionnellement inférieur à celui de la France ?


Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • La fraude est une résistance à un pouvoir trop autoritaire.

  • Cahuzac en a fait un devoir national.

    Résistance face au nazisme financier !

  • Le fachisme financier approche à grands pas et j’en tremble à chaque fois que j’y penses…En attendant le fachisme tout court?Ou la réédition de l’Union Soviétique?La question est quand?

  • C’est le meme pouvoir qui veut interdire les paiements en liquide et qui vole l’argent des dépositaires des banques Chypriotes.

    Cherchez l’erreur.

  • Pas à pas, l’étau se resserre, non sur les fraudeurs, mais sur les contribuables, qui devront bientôt déclarer chaque mouvement d’argent rentrant ou sortant de leur portefeuille.
    Ce qui est curieux, c’est qu’on ne voit absolument aucune loi se profiler pour pouvoir tracer les mouvements d’argent « public » valsant au grè des redistributions et autres subventions, dont l’État (socialiste et consorts) s’est fait le spécialiste tous azimuths.
    Je propose d’exiger que devienne obligatoire le traçage de l’argent des contribuables, en publiant sur internet les montants des subventions et autres prébandes distribuées par l’État. Chacun pourra ainsi vérifier l’utilisation des « richesses » dont il a fait « don » au Grand Dispensateur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
capitalisme stakeholder scientisme forum économique mondial
9
Sauvegarder cet article

À en croire les médias, le covid serait de retour. Il n’en fallait pas beaucoup plus pour qu’on sollicite à nouveau le conseil scientifique, afin qu’il nous gratifie de ses recommandations. Ce dernier nous a expliqué qu’il n’envisage pas de restrictions comparables à celles des années précédentes. A-t-il enfin saisi qu’enfermer toute une population pour un virus ne présentant pas un danger mortel pour 99 % d’entre elle (et dont elle se fiche désormais éperdument) est légèrement disproportionné ? Ou peut-être a-t-il ouvert les yeux sur les eff... Poursuivre la lecture

Matrix Intelligence artificielle
0
Sauvegarder cet article

La Suède a été souvent à la Une dans les médias pendant ces deux années de pandémie Covid-19, grâce à une gestion bien plus sensée et respectueuse des libertés individuelles que les autres pays occidentaux. Maintenant ce pays scandinave fait de nouveau parler de lui à l’étranger car une entreprise suédoise propose d’héberger le pass sanitaire par implant sous-cutané.

Cette nouvelle peut évidemment choquer les libéraux, mais il faudrait néanmoins faire quelques précisions non seulement sur cette solution technique, mais plus largement s... Poursuivre la lecture

À la suite des analyses portant sur les techniques de manipulation des masses dans une démocratie libérale puis sur un antécédent historique de manipulation réussie de la foule, il est possible de déterminer quel est le ressort de celle-ci au regard de la crise actuelle. Sans guère de surprise, l’irrationalité peut se déverser sans retenue une fois les digues morales et légales levées ou effondrées.

Les libertés, premières victimes expiatoires de la psychologie des foules

Dans toute situation d’urgence la première victime ce sont les l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles