Allocations familiales : la coupe de printemps est là

Et pour des raisons de budgets, on va couper un peu plus court les allocations familiales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
logo caf - allocations familiales (Tous droits réservés)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Allocations familiales : la coupe de printemps est là

Publié le 3 avril 2013
- A +

Aujourd’hui, je vais aborder rapidement quelques nouvelles sans importance dans cette France apaisée qui va de mieux en mieux et dont la sortie de crise est déjà programmée pour dans quelques mois. Et comme le lait et le miel coulent en abondance, ce ne sera pas la peine de relier ces éléments dans un ensemble aux accents funestes. Je laisserai l’exercice aux lecteurs.

Par exemple, point n’est besoin de s’étendre sur le fait que l’assurance-vie continue sa décollecte entamée l’année dernière. En substance, les Français ont, pendant l’année 2012, plutôt puisé dans leurs réserves qu’ils ne les ont augmentées. On pourrait, éventuellement, mettre ça sur le dos d’un vieillissement de la population (ce qui pourrait d’ailleurs expliquer une sortie progressive des Français de la bourse, comme je l’évoquais dans un précédent billet) ; mais ce serait aller un peu vite en besogne : le retournement de tendance est assez vif pour accréditer la thèse, plus prosaïque et fichtrement moins bisou-compatible, d’un manque d’argent suffisamment marqué pour que les gens commencent à taper dans leur épargne.

C’est, du reste, l’analyse de la presse spécialisée qui, tout en constatant une hausse purement ponctuelle de la collecte chez les « banquassureurs », collecte liée à un énième changement de fiscalité sur les actions, ne peut que noter aussi la décollecte continue chez les assureurs purs. Cette même presse est aussi contrainte de relater les derniers propos de Christian Noyer, le patron de la Banque de France, qui ne se réjouit pas follement des résultats pourtant excellents de son établissement : certes, la banque engrange du pognon comme jamais, mais c’est à cause des opérations monétaires exotiques et de rendements élevés sur des bons de trésors überpourris dont, il faut bien le dire, personne ne sait exactement ce qu’ils vont valoir dans quelques années (probablement parce que les calculatrices n’ont pas assez de chiffres après la virgule).

Mais ces éléments ne servent, finalement, qu’à brosser le fond du tableau, son arrière-plan, dans les fameuses et nombreuses nuances de gris qui camouflent mal les engins sado-masochistes des premiers plans. À l’évidence, les joyeuses ponctions sur l’épargne sont à l’étude, comme je le mentionnais déjà hier. Et à l’évidence, le gouvernement travaille sur la distance pour faire accepter de telles taxations, ô combien impopulaires.

Le Président Des BisousEn revanche, pour certains combats, il pourra procéder de façon plus cavalière : les allocations familiales, par exemple, sont une bataille déjà gagnée d’avance ! En effet, comment justifier au yeux d’un public de plus en plus malléable que des familles aisées reçoivent la même chose que des familles pauvres ? Assurément, cela n’est pas juste, équitable ! Bien sûr, les allocations avaient été, au départ, créées pour l’enfant, qu’il s’agissait d’aider, indépendamment du milieu dans lequel il arrivait. Bien sûr, il s’agissait d’une mesure à la fois symbolique, politique et démographique (pour favoriser la natalité) et une mesure qui aura sans aucun doute possible permis à la France de fanfaronner avec une population plus jeune que celles des autres pays européens. Bien sûr, retailler les allocations à la hache en fonction des revenus et non en fonction du nombre d’enfants, ce n’est plus de l’égalité.

Mais dans un pays qui a depuis longtemps abandonné toute cohérence, ça ne posera aucun problème : il suffira de présenter la mesure sous l’angle d’une plus juste redistribution et d’y ajouter un couplet ou deux sur les nécessaires économies à faire en temps de disette.

Le rapport Fragonard détaille donc comment s’y prendre et les économies humidement espérées : en tabassant avec doigté les deux premiers déciles (les 20% des familles les plus aisées), on va redresser la branche famille de la sécurité sociale, vous allez voir, y’a que ça de vrai ! Bien évidemment, on ne s’appesantira pas sur le fait que la notion même de famille aisée est régulièrement revue à la baisse ; l’imagerie populaire s’ancrait décidément dans la famille bourgeoise, domestiques en livrée et enfants trop bien peignés, mais les assauts socialistes ont rapidement remis tout le monde dans le même bain : maintenant, le fait d’avoir, dans une même famille, le père et la mère qui travaillent et gagnent un salaire propulsent immédiatement la famille dans les classes aisées. Et pour peu que l’un des deux (ou les deux) frôlent le double du salaire médian, paf, la timbale est décrochée et les voilà riches. Évidemment, pour les domestiques en livrée, la voiture avec chauffeur et les cinq enfants tirés à quatre épingles, vous pourrez repasser, ils sont gobés par les charges sociales, les impôts et les taxes.

Et le plus intéressant, dans cette nouvelle aventure du gouvernement Ayrault, c’est qu’elle ne rencontrera probablement aucune opposition sérieuse, preuve s’il en était encore besoin que l’argument de justice sociale a fait mouche et a complètement paralysé ce qui passe pour une opposition : on découvre par exemple qu’Alain Juppé est d’accord pour moduler les montants des allocations. Ce n’est pas fortuit : petit à petit, les politiciens sortent de la léthargie dans laquelle les ont poussés les lointaines élections, se réveillent lorsque l’odeur de la faisande est forte, et comprennent qu’il faut faire front commun. Non pas pour diminuer les dépenses (Vous n’y pensez pas ! Nous sommes en France, tout de même, un peu de sérieux !), mais bien pour trouver, tous, tous, tous ensemble, toutes les sources possibles de ponctions et de revenus supplémentaires pour un État qui frise l’hypofiscalie, cette maladie grave où l’argent qui rentre de moins en moins ne compense plus du tout l’argent qui sort de plus en plus.

Enfants : débarrassez-m'en !

Dans cette course à la fiscalisation tous azimuts, la réaction du peuple est, comme à son habitude, minimale : en substance, les classes moyennes (celles qui ont été commodément rebaptisées « riches » pour la prochaine campagne de tonte) font le gros dos et espèrent voir la tempête passer loin d’elles. Les classes aisées prennent rapidement leurs dispositions pour échapper au problème. Et les classes populaires, pour moitié persuadées d’y gagner, pour moitié de toute façon fort loin de ces considérations politiciennes nanométriques, s’en foutent calmement. Seul bémol : certains s’inquiètent de la taxation des entreprises sur les salaires à plus d’un million d’euros. Oh mais rassurez-vous : nous sommes en France, il ne s’agit pas ici de se demander si cette mesure ne va pas entamer l’attractivité du pays. Que nenni ! Si l’on s’interroge sur la pertinence d’une telle taxe, c’est exclusivement pour les clubs de foot.

Taxation à tout va de la part de la classe politique, pluie d’impôts, rabotages directs et indirects, inquiétude hyper-sélective de la population : pas de doute, ce pays est foutu.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Hollande est un mitterrandien. Et, comme le fait remarquer Philippe Nemo, c’est un mitterrandien sincèrement socialiste, contrairement à Mitterrand.

    De ce constat, il est possible de déduire quelques données importantes.

    1. Le but de Hollande n’est pas de réussir économiquement pour conserver le pouvoir, mais de conserver le pouvoir pour réaliser l’utopie. La réussite économique n’entre tout simplement pas dans son champ de choix.

    2. « Conserver le pouvoir », en langage mitterrandien, signifie « Être disposé à échouer aujourd’hui pour réussir demain ». Hollande ne considère donc pas nécessairement l’échec comme un frein : il est tout à fait capable d’y voir un moteur.

    3. Hollande n’a aucune chance de redevenir majoritaire s’il reste entouré de socialistes, et il le sait. Alors, il va opter pour la cohabitation. Laquelle verra la droite s’enliser dans une crise insoluble.

    2017 se présente bien.

    • Et malheureusement, je pense que vous avez raison. D’autant que si possibilité de cohabitation il y a, l’actuelle droite de lopettes et d’abrutis s’y jettera sans hésiter.

  • Décidément, cet H16 est vraiment un méchant néo turbo supra ultra (rayer la mention inutile) libéral capitaliste qui ne comprend pas la nature profonde de l’homme.

    Et la nature profonde de l’homme, hormis de tendre toujours plus vers l’homme nouveau (socialiste donc parfait) c’est d’aimer payer des impôts car voyez vous, cela le rend heureux.

    Comment quoi donc ? les hommes seraient égoistes au point de vouloir payer des impots le moins possible ??

    Vous n’y connaissez rien en nature humaine, car si vous lisiez la presse française de gôche, phare de l’humanité intellectuelle, vous découvririez que l’homme, par nature, aime payer des impôts (et s’il peut se faire flageller en place publique, c’est encore mieux) car cela le rend heureux et plus il paye d’impot, plsu il est heureux =>

    http://www.liberation.fr/evenements-libe/2013/04/02/nous-avons-mis-en-evidence-l-effet-positif-que-peut-avoir-l-impot-sur-le-bonheur_893008

    Monsieur H16, je ne vous salue pas, car vous êtes clairement contre le fait de faire le bonheur de l’humanité, et c’est immonde 🙂

  • Petite précision utile que les médias et les politiques de tout bord ont soigneusement oublié: les alloc familiales sont calculées sur le revenu, donc ceux qui touchent plus payent déjà plus, souvent d’ailleurs les alloc sont inférieures aux cotisations, c’est la différence à revenus égal entre un couple avec enfants et un sans enfants, le premier recevait une compensation pour ses enfants sur ses cotisation versées, le second ne recevait rien.
    Jusqu’à maintenant les cotisations étaient proportionnelles aux revenus et les prestations étaient égales pour tous, maintenant ça va être double peine: cotisations et prestations soumises aux revenus
    La prochaine étape ça sera la Sécu après les AF.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

On se souvient de la grave crise grecque en 2009. L'endettement du pays était devenu considérable et l’agence de notation Fitch avait abaissé sa note en dessous de A. C’était la première fois qu’une telle dégradation survenait dans un pays européen.

Il s’ensuivit une panique en Europe. La zone euro fut jetée dans la tourmente et le FMI, la BCE et la Commission européenne durent intervenir à trois reprises. On imposa à la Grèce des mesures drastiques qui conduisirent au pouvoir en 2015 le parti anti austérité d'Alexis Tsipras. Après six... Poursuivre la lecture

Plus de 200 millionnaires viennent d'adresser une lettre aux participants, à Davos, du World Economic Forum, une fondation de droit privé, qui se tient cette année du 16 au 20 janvier, sous la protection de 5000 militaires, aux frais des citoyens suisses et sans leur consentement.

Les signataires, majoritairement des Américains, y demandent d'être davantage taxés, eux les extrêmement riches, et de le faire illico presto. Pourquoi ? Parce que c'est équitable économiquement et que les extrêmes sont « insoutenables, souvent dangereux et r... Poursuivre la lecture

ENA, école de fonctionnaires
4
Sauvegarder cet article

Clémenceau disait :

« La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts ».

En effet plus il y a de fonctionnaires, plus il y a d’impôts. Diminuer le nombre des fonctionnaires est un moyen efficace pour diminuer les impôts.

Mais ce n’est pas facile. Car les fonctionnaires savent défendre leurs avantages : emploi à vie, études supérieures gratuites (et même rémunérées), avancement à l’ancienneté, temps de travail réduit, retraites avancées et plus élevées (75 % de la moyenn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles