François Hollande ne convainc pas les chefs d’entreprise

Hollande n’a pas convaincu les Français. Il a encore moins convaincu des chefs d’entreprises pourtant essentiels pour toute reprise économique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François Hollande sur le plateau de France 2 le 28 mars

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Hollande ne convainc pas les chefs d’entreprise

Publié le 30 mars 2013
- A +

Hollande n’a pas convaincu les Français. Il a encore moins convaincu les chefs d’entreprises pourtant essentiels pour toute reprise économique.

Par Alexis Vintray.

François Hollande s’est adressé aux Français jeudi soir pour défendre sa politique alors qu’elle laisse les Français de plus en plus sceptiques sur sa capacité à faire face à la crise et à lutter contre le chômage. Loin d’avoir été rassurés, 66% des sondés qui ont vu ou entendu parler de l’interview de François Hollande sur France 2 n’ont pas trouvé le chef de l’État convaincant. L’avis des chefs d’entreprises n’a pas été différent, comme en témoignent les réactions.

Thibault Lanxade, PDG d’Aqoba et candidat à la présidence du Medef, insiste quant à lui sur le dogmatisme de François Hollande qui, alors que tous les experts insistent sur la nocivité des 75% de taxation, a choisi de maintenir cette promesse « spoliatrice », envers et contre tout réalisme. La mesure est, selon Thibault Lanxade, devenu une obsession pour le gouvernement qui ne semble toujours pas en mesurer les effets pervers auprès des entrepreneurs ».

Quant à Laurence Parisot, actuelle présidente du Medef, elle s’est inquiété d’un discours profondément anti-entreprises après le maintien de la taxation à 75%, payée par les entreprises [1], qualifiée de « marqueur anti-entreprises ». Et d’ajouter : « notre pays a besoin de signaux pro-entreprises, et une fois de plus c’est un marqueur anti-entreprises qui est donné par cette approche. »

Une approche partagée par Thibault Lanxade qui estime que le président est en train de diviser la société française, avec des choix démagogiques lourds de conséquences : « Le Président de la République mène une politique de fracture et dresse l’opinion contre des chefs d’entreprises, qui sont pourtant des partenaires incontournables pour faire redémarrer la croissance. Alors que la défiance s’installe durablement entre les entreprises et l’exécutif, les patrons attendent un geste d’union et non de désamour. »

Un scepticisme partagé par la majorité des chefs d’entreprise sur les autres sujets économiques. Ainsi, pour Amir Mekhaeil, chef d’entreprise et secrétaire national du Nouveau Centre aux jeunes actifs, « le gouvernement répond au problème de l’emploi des jeunes de la plus mauvaise des manières avec un projet trop contraignant pour les entreprises et peu adapté aux réalités du marché du travail. [Les] emplois d’avenir [..] stigmatisent en outre ces jeunes ».

La route sera longue pour un François Hollande qui semble s’obstiner à se mettre les chefs d’entreprise à dos, dans une logique toujours aussi étatiste.

  1. Donc par les salariés évidemment.
Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Le pauvre petit clown qui préside aux destinées de la France n’a rien compris à l’intégration verticale de la société et poursuit consciencieusement sa petite lutte des classes ringarde et délétère.

  • Je me rassure d’entendre que ce n’est « que » pour les salaires supérieurs à 1 million d’euro par an. Cela épargne une majorité d’entreprises.
    Mais pour combien de temps?

    D’autre part, il « souhaite » simplifier les démarches administratives des entreprises. J’attends de voir ce qu’il propose concrètement.

    • Ilmryn: « Je me rassure d’entendre que ce n’est « que » pour les salaires supérieurs à 1 million d’euro par an. »

      Faut voir, un employé de la classe moyenne est ponctionné à 70% déjà (50% impôts, 20% TVA).

      Quoi qu’il fasse par la suite de cet argent (transmission, épargne) il sera encore ponctionné pour un solde final ridicule.

    • C’est le langage classique chargé de haine de l’idéologue « Moi, je t’aime, c’est l’autre que je vise car c’est lui que je désigne comme coupable. » et ça dure depuis 1792…

  • Une pensée de Bertrand Russell s’appliquant bien à ce Flambeur …

    « L’ennui dans ce monde, c’est que les idiots sont sûrs d’eux
    et les gens sensés pleins de doutes. »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Virginie Tisserant|1. Doctorante Histoire de la Politique (laboratoire Telemme-CNRS), Aix-Marseille Université.]. Un article de The Conversation

L’opinion publique n’existe pas écrivait Pierre Bourdieu dans un texte fondateur publié en 1973. Cet intitulé questionnait le fonctionnement, la pertinence et le degré de représentativité des sondages apparus au cours du XXe siècle.

En effet dès la fin du XIXe siècle, l’évolution des démocraties libérales et l’organisation des masses participent à la naissance du citoyen et du consomma... Poursuivre la lecture

Ce dimanche 10 avril se tiendra le premier tour de l'élection présidentielle. À l'approche de celui-ci, certaines stars ont déjà choisi leur camp et l'ont exprimé haut et fort à la télévision ou sur les réseaux sociaux. Dernièrement, 2000 artistes, comédiens, écrivains et cinéastes appellent à voter pour Jean-Luc Mélenchon dans une tribune commune.

Le 4 avril, l’IFOP Fiducial a mesuré "en temps réel" les intentions de vote pour LCI, Paris Match et Sud... Poursuivre la lecture

Zemmour Etat vichy Zemmour Twitter
0
Sauvegarder cet article

À une semaine du premier tour, voici le dernier volet de notre série d’analyses réalisées à partir des chiffres d’audience du média social Twitter, chiffres accessibles à tous. Une fois de plus, l’approche est critiquable mais elle permet de faire son propre avis justement sur la popularité et l’attractivité des candidats ou personnalités politiques sans le filtre des sondages.

Certains diront que Twitter n’est pas représentatif ? Nous avons le parti pris de dire que c’est faux. Si MBappé y est suivi par plus de 7 millions de personnes... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles