Impôts en hausse, pouvoir d’achat en baisse : la France sombre

La baisse du pouvoir d'achat est directement imputable à la hausse des impôts, partie émergée de l'intervention étatique qui coule la France
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Impôts en hausse, pouvoir d’achat en baisse : la France sombre

Publié le 28 mars 2013
- A +

La baisse du pouvoir d’achat des Français est directement imputable à la hausse des impôts, qui n’est que la partie émergée de l’intervention étatique qui coule la France. Le pays prend l’eau, et seul le retour de la liberté peut l’empêcher de sombrer.

Par Baptiste Créteur.

La France est effleurée par ce que ses dirigeants appellent déjà une « crise sans précédent » et qui n’est que le commencement d’une réelle crise. Certes, l’économie tourne déjà au ralenti, le chômage augmente de façon régulière, les déficits s’accumulent et deviennent monnaie courante. Certes, l’État a déjà lancé des mesures de sauvetage des banques et de certaines entreprises en difficulté et créé de nouveaux mécanismes – d’une stupidité sans nom au regard de la théorie économique – pour créer des emplois artificiels et lutter contre la crise. Mais pour l’instant, ce n’est pas encore une crise.

Le début de la crise, c’est maintenant : le pouvoir d’achat des Français est en baisse. La masse salariale a pourtant augmenté, de même que les prestations sociales ; ce qui plombe le pouvoir d’achat des Français, c’est l’augmentation des impôts.

L’effort sans précédent du gouvernement pour tenter de contenir le déficit public s’est en effet traduit par une hausse des impôts et des prélèvements sociaux de près de 16 milliards d’euros.

L’effort sans précédent n’a pas été fait pas le gouvernement, mais imposé aux contribuables, qui ont donc contenu le déficit public que votent systématiquement leurs représentants depuis 40 ans. Les efforts du gouvernement se seraient, eux, traduits par une réduction de la dépense publique, mais ce n’est toujours pas au programme même si le gouvernement tente de faire croire le contraire aux Français.

Le gouvernement a déjà fait part de son intention de relancer la croissance par la consommation, mais la baisse du pouvoir d’achat provoquée par les augmentations d’impôts rend tout effort en ce sens vain. La relance par l’offre, également évoquée, se traduirait elle aussi par des dépenses supplémentaires, donc par une augmentation des prélèvements qui nuirait à la capacité d’investissement des entreprises – vain également. Il va falloir se rendre à l’évidence : l’État ne peut pas relancer l’économie, et il n’a jamais pu.

La crise que nous allons traverser – les premiers nuages s’accumulent déjà à l’horizon – est la conséquence d’une incohérence fondamentale dans l’économie française, ainsi que dans toutes les économies ayant adopté le principe malheureux de l’économie mixte – i.e. l’incohérence fondamentale entre capitalisme et socialisme, entre un système qui veut que chacun jouisse des fruits de son travail et un système qui veut qu’on distribue les fruits du travail de quelques-uns.

Progressivement, l’État-providence a gagné en importance, de même que le secteur public. Petit à petit, la création de richesse n’a plus été conçue comme une réussite en tant que telle mais comme un moyen de redistribuer plus. L’initiative privée n’est plus la norme mais occupe l’espace que veut bien lui laisser un État toujours aussi attaché à la centralisation et à la planification des décisions ; on va aujourd’hui réindustrialiser la France, investir dans les petites et moyennes entreprises, accompagner les créateurs d’entreprises et les entreprises en difficulté. À aucun moment, l’individu et ses préférences, l’initiative privée et le marché ne sont évoquées autrement que comme un moindre mal.

Le poids croissant de l’État n’est pas sans conséquences – mais ses conséquences sont l’exact inverse de celles qui sont recherchées. En voulant préserver ou favoriser l’emploi, l’État en détruit – l’État public détruit l’emploi privé. En voulant sauver les entreprises en difficulté, l’État y plonge les autres en faisant peser sur elles le poids de ce sauvetage – et met en péril l’innovation en réduisant leur capacité d’investissement. En voulant sauver les banques pour éviter que les épargnants ne perdent une partie de leurs dépôts, l’État met à contribution les contribuables et leur fait perdre une partie de leur richesse. Plus récemment, il a même directement prélevé sur les dépôts bancaires pour protéger les dépôts bancaires. En voulant améliorer le sort des citoyens qui perdraient leur emploi avec une assurance-chômage publique, il accroit le coût du travail et conduit ou maintient au chômage de nombreux citoyens. En voulant améliorer les conditions de vie et le bien-être des individus, il les prive d’une partie importante de leur salaire, détériorant leurs conditions de vie et leur bien-être.

Ce qui est vrai pour les initiatives de l’État l’est aussi pour les formes d’organisation politique. Comme l’affirmait Murray Rothbard,

On a maintenant tâté de toutes les variantes de l’étatisme et elles ont toutes échoué. Partout dans le monde occidental au début du 20è siècle les chefs d’entreprise, les politiciens et intellectuels s’étaient mis à appeler de leurs vœux un « nouveau » système d’économie mixte, de domination étatique, à la place du laissez-faire relatif du siècle précédent. De nouvelles panacées, attrayantes à première vue, comme le socialisme, l’État corporatiste, l’État-Providence-Gendarme du monde, etc. ont été essayées et toutes ont manifestement échoué. Les argumentaires en faveur du socialisme et de la planification étatique apparaissent maintenant comme des plaidoyers pour un système vieilli, épuisé et raté. Que reste-t-il à essayer sinon la liberté ?

La baisse du pouvoir d’achat des Français ne fait que commencer. Le nécessaire désendettement du pays réduira le revenu disponible, et la nécessaire réduction du périmètre de l’État sera un bouleversement économique majeur, l’ensemble des champs de l’économie étant touchés, à des degrés divers d’intensité et de proximité, par l’intervention de l’État.

Mais cet ajustement, qui sera sans doute douloureux, est inéluctable, à moins que la France choisisse la direction contraire et prenne le chemin d’un collectivisme total. Un choix de ce type ne revient pas à quelques représentants, mais aux citoyens – qui, s’ils choisissent la voie collectiviste ou n’empêchent pas le gouvernement de les y précipiter, connaîtront un sort identique à tous ceux qui ont, avant eux, tenté ou subi l’expérience.

La baisse de pouvoir d’achat n’est pas liée à un marché débridé assoiffé de profit, au grand capital apatride, à l’immigration ou à la mondialisation ; les chiffres parlent d’eux-mêmes et ne désignent ni ces boucs émissaires et adversaires commodes des hommes politiques, ni aucun autre. La baisse de pouvoir d’achat est provoquée par l’accroissement des impôts, qui n’est que la partie visible d’une intervention étatique nocive pour l’économie. Que reste-t-il à essayer sinon la liberté ?

—-

L’assassinat du pouvoir d’achat

 

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Le retour au bon sens provoquerait un séisme social, puisqu’actuellement la plupart des emplois sont directement ou indirectement subventionnés, et que le fauve qui sommeille en chacun ne peut plus chasser, mais doit se contenter de sa pâtée en boite, à l’heure et selon la quantité décidée par son gardien public.

    Même si on ouvrait la cage, peu de chance que l’instinct totalement détruit de l’nimal ne l’incite à sortir, et s’il le fait, moins de chance encore qu’il arrive à subvenir à ses besoins (sauf à voler dans le garde-manger)

    Alors, on pare au plus pressé dans la gamme cosmétique : de déclarations vibrantes et solidaires « en ces temps difficiles » fabriqués de toutes pièces, des aides diverses et variées qui organisent la concurrence déloyale en saignant le contribuable, bref, l’assassinat bisounours.

    Privé de repaires et de tonus par une éducation débile, le citoyen tremble, se réfugie dans les jupes de Big Brother, et demande encore plus d’Etat, comme un poivrot atteint de cyrrhose demanderait plus d’alcool …

    Un cercle vicieux dont la France n’esrt pas prête de sortir … sauf les pieds devant !

    • Je pense plutôt que les Français commencent de plus en plus à être prêt. J’entend de plus de plus de paroles demander moins d’état, etc…
      Je sais, je suis un grand optimiste, à ceci, je répondrai que je suis totalement convaincu que nous allons dans le mur, mais je sais aussi, vu l’histoire, que une fois dans le mur, les gens s’en sortiront, comme toujours.
      Donc, peut être n’est ce plus si loin 🙂

  • Au plus ils attendent, au plus cela va faire mal, mais le nettoyage n’en sera que plus efficace…

    • Vu du Japon où je séjourne en ce moment, la situation de la France ressemble à une fuite devant les responsabilités de chacun, y compris les politiciens. Les Japonais sont responsables, respectueux, acceptent de faire des heures supplémentaires non payées (imaginez l’impensable en France) quand le surcroit de travail le nécessite et qui font et ont fait des efforts pour que le pays ne sombre pas par exemple après le grand tremblement de terre de Sandaï ! Quand je suis au Japon et que je lis les nouvelles en provenance de France je ne peux m’empêcher d’établir une comparaison avec le Japon et tout m’attriste, comme le manque total de pragmatisme du gouvernement qui précipitera le pays dans un gouffre tel qu’il faudra deux générations ou une guerre pour en sortir.

  • Et pendant ce temps l’économie parallèle (celle qui échappe à la coupe de l’État) se développe et beaucoup vont se positionner sur ce marché. Mais ce n’est pas avec ce genre d’économie que la France « rayonnera » à nouveau de part le monde.

  • Pour continuer dans la ligne d’un precedent commentaire ecrit du Japon, je vous ecrit du Royaume-Uni. Mon pays d’origine me fait de plus en plus honte et je ne souhaite plus rentrer.
    M’etant echapper du goulag bisounours, je me suis finalement apercu qu’il existait autre chose que la mediocrite quotidienne des « medias » francais, des dirigeants minables, et de la mentalite franchouillarde coincee entre la CGT et a la Star academy.
    Vu de l’exterieur, je vous le confirme : il existe effectivement une exception culturelle francaise, celle de la suffisance mediocre.

    Bonne chance a tous ! (et rappelez-vous : le changement c’est maintenant)

    • au royaume uni:  » nous nous battrons sur les plage, nous nous battrons sur les mers, nous nous battrons dans les villes …  »
      en france:  » sauvons nous, v’la les boches ! « 

    • Baptiste Creteur
      29 mars 2013 at 19 h 33 min

      Vous avez eu raison de partir, et avez raison de ne pas vouloir revenir.
      C’était l’objet de mon premier article sur Contrepoints, je ne cesse de le répéter : si ce n’est déjà fait, il faut se préparer à partir.

  • 10 ans de PS, 30 ans de détresse

  • Tres bon article tellement dans le vrai, mais le plus dur reste a faire : convaincre les Francais!

  • Nous ne sommes pas encore au fond du trou mais la « vraie » crise va bientôt venir et nos compatriotes , « riches » ou « pauvres » vont le comprendre ! ne serait-ce que par les inéluctables hausses des prix ,par les feuilles d’impôts etc etc La liste des réformes nécessaires est tellement longue que le pouvoir élu par une faible majorité d’électeurs ( mais pas par une majorité de français ) ferait bien de commencer , même au prix de la perte d’une partie de ceux qui ont voté pour FH ! Veut-il être chassé par une sorte de Révolution ?

  • les français ont voté Fanfan !! ils l ont ….. super Fanfan casse les bas niveau !!! le petit sarko tout critiquable qu il soit , n a jamais fait de mal a la classe ouvrière !!!!! pensez aux nouvelles elections , seul moyen de répondre a ces trous du cul…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En cette rentrée, l’un des sujets économiques majeurs est le retour de l’inflation.

Il faut dire qu’on l’avait bien oubliée. Depuis des années en France, nous étions autour de 1 % par an de hausse des prix ; il faut remonter aux années antérieures à 1984 pour trouver des chiffres comparables à ceux d’aujourd’hui, supérieurs à 5 % ! Cela fait presque 40 ans, ce qui fait qu’une personne de moins de 50 ans n’a pratiquement jamais connu l’inflation. D’où la stupéfaction de beaucoup, quand ils voient ce qui se passe aujourd’hui. Il faut avo... Poursuivre la lecture

inflation zero pouvoir achat
4
Sauvegarder cet article

Dans un entretien au Nouvelobs, l'économiste Éloi Laurent s’étonne que la défense du pouvoir d’achat fasse consensus à l’heure des crises écologiques qui ne seraient, selon lui, que « le fruit empoisonné de notre pouvoir de tout acheter ». De la même manière, c’est dans une tribune de Reporterre que le pouvoir d’achat est accusé d’être un concept anti-écolo, voire même une forme de réductionnisme stérile pour l’être humain.

Cette vision animiste de la nature couplée à une rhétorique chrétienne culpabilisante n’est pas nouvelle. Dans le... Poursuivre la lecture

Par Manuel Tacanho.

 

L'inflation, et plus précisément l'inflation monétaire, est aussi souhaitée et nécessaire à l'État que la nourriture est nécessaire à l'alimentation humaine. Plus que la fiscalité, elle est le principal aliment qui permet à l'État de lentement mais sûrement se transformer en un appareil bureaucratique vaste et étendu qui intervient dans presque tous les aspects des affaires sociales et économiques.

Sans inflation, l'État se retrouve enfermé dans les limites de ce qu'il peut confisquer par le bia... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles