Mises avait raison en 1989 comme aujourd’hui !

De même que 1989 avait sonné le glas des illusions communistes, l’époque que nous vivons sonnera le glas d’autres illusions.

Par Georges Kaplan.

Ludwig von Mises, analyste lucide du socialisme

J’étais encore un gamin mais j’étais suffisamment grand pour comprendre l’importance des événements qui, par tubes cathodiques interposés, se déroulaient sous mes yeux. C’était en novembre 1989 et le mur le Berlin – le « mur de protection antifasciste » selon les uns, le « mur de la honte » selon les autres – s’effondrait entrainant avec lui toute l’Union soviétique, le Léviathan de l’est, une des plus grandes et des plus longues expériences socialistes jamais menées. Cette superpuissance nucléaire qui, quelques mois plus tôt, semblait encore invincible à la plupart des commentateurs s’est effondrée comme par magie, presque instantanément, comme un gigantesque ballon de baudruche. Les apparatchiks du régime, qui avaient sans doute vu le coup venir bien avant nous, sont partis avec la caisse et puis… Plus rien : l’URSS n’était plus.

Dans un article publié dans The New Yorker le 23 janvier 1989, Robert Heilbroner, un des plus brillants et fervents soutiens de l’hypothèse socialiste, écrivait : « moins de 75 ans après qu’il a officiellement commencé, le concours entre capitalisme et socialisme est terminé : le capitalisme a gagné… Le capitalisme organise les affaires matérielles de l’humanité de manière plus satisfaisante que le socialisme [1]. » La messe était dite. Par-delà les clivages idéologiques et les débats théoriques, l’échec patent de l’expérience soviétique mettait fin au grand débat du XXe siècle : « Le capitalisme a été un succès aussi incontestable que le socialisme a été un échec [2]. »

Pour un nombre plus restreint d’entre nous, c’est une autre citation d’Heilbroner qui a véritablement marqué la fin officielle des débats. Elle est apparue un an après la chute du mur, toujours dans The New Yorker et, venant de la plume d’un de nos principaux adversaires qui se trouvait par ailleurs être de ceux qui savent précisément ce qu’ils écrivent, elle n’en avait que plus de valeur. « Il s’avère, bien sûr, écrit Heilbroner que Mises avait raison. [3] »

Mises avait raison

Pour le profane, il n’y a là qu’un quitus donné à Ludwig von Mises, le « dernier chevalier du libéralisme » [4], et par là-même à celles et ceux qui, tout au long de ces longues années avaient assuré la défense du capitalisme et l’économie de marché comme étant le système naturel des hommes libres, le seul qui soit à même d’assurer la prospérité du genre humain. Mais pour nous qui, comme Heilbroner, avions lu Mises, l’hommage revêtait une signification bien plus profonde et infiniment plus précise : il n’était pas là simplement question d’une reconnaissance de la supériorité du capitalisme dans les faits mais d’une reconnaissance sur le plan théorique.

Ce à quoi Heilbroner fait référence en écrivant que « Mises avait raison », c’est à un article publié en 1920, Le Calcul économique en régime socialiste [5], dans lequel l’économiste autrichien ne cherchait pas à démontrer la supériorité de l’économie de marché sur un système de planification centralisée mais l’impossibilité pure et simple de faire fonctionner cette dernière. Sans utiliser la moindre équation mais avec une précision toute mathématique, Mises démontrait pas à pas pourquoi, précisément, en l’absence de marché libre aucune activité économique rationnelle n’était possible dans un régime socialiste.

Ce défi lancé aux théoriciens du socialisme est passé, pendant des décennies, largement inaperçu de l’essentiel de la communauté académique. De la fin de la seconde guerre mondiale à la chute du mur de Berlin, l’écrasante majorité des intellectuels du monde libre considéraient que le socialisme pouvait et devait fonctionner ; que les seuls reproches que l’on pouvait lui adresser quant à sa mise en œuvre pratique tenaient au caractère autocratique des dirigeants soviétiques et à l’absence de libertés individuelles. Mais pour un homme tel que Robert Heilbroner, le gant jeté par Mises ne pouvait pas passer inaperçu.

Lorsque les archives du Gosplan furent enfin accessibles et que les anciens économistes soviétiques qui avaient participé à sa mise en œuvre furent autorisés à s’exprimer, il devint impossible de nier l’évidence : point par point, la condamnation à mort prononcée par Mises en 1920 s’était avérée exacte. On découvrit, par exemple, qu’en l’absence de marché libre, les responsables du Gosplan était littéralement incapables d’établir une échelle de prix et en étaient réduits à utiliser les espions du KGB pour récupérer les catalogues de La Redoute ou de Sears. La plus grande entreprise de planification économique jamais conçue n’avait ainsi du sa survie… qu’à l’existence d’économies de marché à ses portes et les écrits de Mises, formellement interdits par le pouvoir soviétique comme naguère par les nazis, circulaient de mains en mains au cœur même de l’appareil de planification [6].

La présomption fatale

Au-delà du débat académique, la cause semblait donc entendue. De la même manière qu’on n’a jamais vu un Coréen tenter de traverser la DMZ du sud vers le nord, les Allemands qui ont trouvé la mort en tentant de passer le mur [7] fuyaient le socialisme et tentaient désespérément de rejoindre l’ouest capitaliste. L’horreur stalinienne, les massacres des khmers rouges, l’hécatombe du grand bond en avant et, bien sûr, la barbarie nazie… Aucune expérience socialiste menée au cours du XXe siècle n’avait produit autre chose qu’un niveau de pauvreté extrême, une dictature sanglante et des millions de morts.

Nous pensions la cause entendue et nous nous sommes trompés. Nous croyions que c’était le socialisme qui avait été définitivement discrédité mais ce que la plupart de nos concitoyens ont vu, c’est l’effondrement de systèmes totalitaires, de déviances regrettables du projet socialiste mais pas du socialisme en lui-même. Le tour de force de nos adversaires a consisté à faire croire que les dérives totalitaires des régimes socialistes du XXe siècle ne sont en rien consubstantielles au projet socialiste et nous, forts de notre victoire théorique, nous avons laissé dire sans réagir. Nous avons cru la partie gagnée : c’est là notre présomption et elle pourrait bien nous être fatale [8].

L’idée socialiste, y compris dans sa forme explicitement totalitaire, n’est pas morte. Elle est même extrêmement vivace. Elle a continué, pendant toutes ses années, à se développer à l’ombre de la social-démocratie, de l’économie de marché pilotée et de l’interventionnisme d’État. Alors que nos gouvernements, jurant leur attachement au marché libre, privatisaient partiellement et symboliquement quelques entreprises d’État, ils n’ont eu de cesse d’accroître le poids de la dépense publique, des impôts, des règlementations et de l’administration. Alors qu’ils abandonnaient – du moins en grande partie – leurs réflexes protectionnistes, ils dévaluaient continuellement nos monnaies et transformaient nos économies en de gigantesques pyramides de dettes.

Encore une fois, Mises avait décrit précisément ce mécanisme. À plusieurs reprises, il a montré comment les conséquences désastreuses de l’interventionnisme politique – inflation, incitations fiscales, réglementations, protectionnisme, contrôle des prix… – étaient systématiquement attribuées par les dévots de l’État à de prétendus excès du marché et servaient de justifications à de nouvelles interventions. Lui et, peut être mieux encore, Friedrich Hayek ont décrit comment cette intervention croissante de la force publique dans nos vies privées nous entrainait irrémédiablement sur la route de la servitude [9].

L’heure de vérité

Aujourd’hui, ce système est à bout de souffle. Nous le savons tous. Nombre de nos États ne veulent ni ne peuvent plus rembourser leurs dettes ; les banques centrales ont injecté plus de monnaie dans le système qu’elles n’en avaient créé en un siècle ; l’édifice tout entier est au bord de la rupture. Tôt où tard, le socle fragile sur lequel repose cette pyramide de dettes – la valeur de nos monnaies – va céder et emporter avec lui non seulement la dette de nos États mais aussi le système bancaire, les capacités de financement de nos économies et l’épargne de quelques millions de nos concitoyens. Nous sommes au bord d’un gouffre d’une profondeur qui donne le vertige.

Ce sera alors l’heure de vérité. Sur les décombres de la crise qui s’annonce, nous allons tous, collectivement, être amenés à choisir dans quel type de monde nous souhaitons vivre. Contrairement à ce que certains de nos amis ont dit autrefois, il y a bel et bien une alternative : ce sera le socialisme ou la société libre – le reste n’est que fumisterie. Celles et ceux – et ils sont nombreux – qui ne l’ont jamais fait feraient bien de lire Mises : l’heure du choix approche, il va falloir faire le bon.


Sur le web

Notes:

  1. Robert Heilbroner, The triumph of capitalism, dans The New Yorker (23 janvier 1989).
  2. Robert Heilbroner & Irving Howe, The World After Communism: An Exchange, dans Dissent Magazine (numéro d’automne 1990).
  3. Robert Heilbroner, After Communism dans The New Yorker (10 septembre 1990).
  4. Titre de sa biographie, The Last Knight of Liberalism par Guido Hulsmann.
  5. Ludwig von Mises, Die Wirtschaftsrechnung im sozialistischen Gemeinwesen dans Archiv für Sozialwissenschaften, vol. 47 (1920) ; une traduction en français est disponible ici.
  6. Anecdote rapportée, notamment, par Yuri Maltsev, un des économistes chargés par Gorbachev de mettre en œuvre la perestroika.
  7. En RDA, on les appelait « fugitifs » ou « déserteurs de la république » ; appellations qui résonnent étrangement lorsque l’on entend le discours de certains de nos élus actuels. Comme le note très justement Daniel Tourre, pour qu’il y ait des évadés (fiscaux), il faut qu’il y ait eu une prison (fiscale) au préalable.
  8. Vous aurez reconnu là la présomption fatale (The Fatal Conceit) de Friedrich Hayek (1988).
  9. Friedrich Kayek également (The Road to Serfdom).

Laisser un commentaire

  1. Bravo et merci, je ne connaissais pas ces deux hommes.
    J’ai lu quelque part, chez Guy SORMAN, que Lissenko avait de grandes responsabilités dans l’échec économique de l’agriculture soviétique en voulant faire « coller » les techniques de germination de céréales, notamment, avec la théorie Lamarckienne parce que celle-ci était plus proche de l’idéologie soviétique.

  2. ont dit autrefois, il y a bel et bien une alternative : ce sera le socialisme ou la société libre – le reste n’est que fumisterie

    la fumisterie c’est votre inculture économique. votre manque de nuance est le signe d’un esprit adolescent

    encore un financier »honnete »qui pleure de plus pouvoir vivre sur une finance libéralisée

    la révolution on vous la mettra

    1. On attend vos arguments.

      Je dirais personnellement qu’il y’a une différence fondamentale entre le socialisme théorique de Marx, qui n’a jamais réellement été appliqué, et le Stalinisme, qui relève de la centralisation et la planification de toute l’économie au sein de l’état, mais reste très loin de la théorie marxiste, qui avait pour but final de mettre fin a l’Etat.(une fois la révolution achevée, les biens collectivisés etc.)

      Peut être la théorie marxiste ne s’est jamais réellement réalisée parceque les « révolutionaires » n’ont jamais eu l’intention de la mettre en oeuvre, ou peut être parcequ’elle est totalement utopiste, ou peut être simplement qu’elle s’est trop éloignée de l’intérêt des individus en se centrant sur l’intérêt collectif ?

      Après il est toujours difficile de savoir quand on parle de communisme/marxisme/socialisme/stalinisme a quoi l’auteur fait référence précisemment. Donc mon observation est plus basée sur un probleme sémantique qu’autre chose.

    2. Ah ? Ça s’énerve ? C’est bon signe. J’entends pour ma part de plus en plus d’arguements de type : « Tu verras bien ! » ou encore « Parce que tu crois que c’est mieux ailleurs ? » et j’en passe.

      Mesdame et messieur, je vous le dis, les lendemains libéraux qui chantent c’est pour bientôt.

      PS: Moi aussi j’ai été et reste un ouvrier et très fier de l’avoir été.

    3. ouvrier: « la révolution on vous la mettra »

      Oh vous l’avez déjà « bien mise » a plus de 100 millions de gens qui parsèment vos charniers. on ne doute plus depuis longtemps de vos capacités.

    4. Bof…

      La révolution, les socialistes se la mettent tout seul comme des grands chaque jour. Le jour où les communistes et les « crony-capitalists » s’entretueront signera la fin du régime stupide que nous subissons en ce moment (et depuis trop longtemps).

      On va pas revenir sur le coup de « l’esprit adolescent » qui ne siginifie, à peu de choses près, rien du tout. L’inculture économique ne demande qu’à être éclairée, mais je ne vois pas beaucoup de lumière là…

      Et enfin, le grand truc de la « finance libéralisée » : dans un système où 75% de la finance transite à un moment où un autre par des machineries mises en place par les Etats (Bâle, Assurance Vie, QE…), je ne pense pas que le terme de « libéralisé » soit de mise. Aujourd’hui, le gros de la finance ne sert effectivement qu’à une seule chose : maintenir des institutions privées et publiques à flot pour faire perdurer l’illusion que de la richesse est créée. Cette illusion est voisine de celle de l’Etat tout puissant.

      Enfin, comme le disais Nietzsche : « Rebellion, mentalité d’esclave ».